Comment produire des analyses quantitatives à partir de matériaux ethnographiques ?

APPEL A CONTRIBUTIONS  

 

De la constitution d’un corpus aux analyses statistiques,
comment produire des analyses quantitatives à partir de matériaux ethnographiques ?

 

Procession à Málaga (Espagne), 2014 – cliché : Ph. Combessie

           Procession à Málaga (Espagne), 2014 –      cliché : Ph. Combessie

Journée d’étude organisée par le laboratoire Sophiapol (EA3932), 
en partenariat avec la Société d’ethnologie française (SEF),

à Nanterre, automne 2016

 

Les approches mixtes (quantitative et qualitative) d’un même matériau ont rarement fait l’objet de réflexions méthodologiques – à l’exception, notamment, de Claire Lemercier et Claire Zalc (2008) et Joanie Cayouette-Remblière (2011) – alors même qu’elles se sont multipliées ces dernières années.

Pourtant, les intérêts à dépasser l’opposition quantitatif/qualitatif dans la démarche en sciences sociales sont soulignés depuis longtemps et le sens même de cette opposition est régulièrement mis en questions (Bryman, 1984 ; Abbott, 2001). Il est fréquent que des chercheurs en sciences sociales associent des observations ethnographiques, des entretiens ou un travail à partir d’archives à l’exploitation d’une base de données préexistantes, à la passation de questionnaires ou encore à des comptages sur leurs terrains (Imbert, Ferrand, 1993 ; Peneff, 1995 ; Weber, 1995 ; Soutrenon, 2005 ; Béliard, Eideliman, 2014). On retrouve, d’une certaine manière, le clivage emic/etic analysé par Olivier de Sardan (1998).

De façon concrète, qu’il s’agisse de coder des dossiers (Cayouette-Remblière, 2011 ; Pohn-Weidinger, 2013 ; François, 2014), des annuaires (Denord et al., 2011), des notes d’observation (Collectif Onze, 2012 ; Jobard et al., 2012 ; Mahi, 2015), des curriculum vitae (Raoult, 2015) ou encore des journaux intimes (Billaud, Brossard, 2014) – pour ne citer que quelques-uns de ces récents travaux – l’approche à la fois ethnographique et statistique d’un même matériau soulève de nouvelles questions à partir des pratiques développées – ou projetées – par les chercheurs.

Deux types de contributions sont attendues. D’une part des communications qui s’inscriraient dans l’un (ou plusieurs) des axes ci-dessous, d’autre part des communications plus transversales qui laisseraient davantage de place aux réflexions épistémologiques.

Voici les axes que nous avons, a priori, identifiés :

 Axe 1.  Élaborer une base de données à partir de matériaux ethnographiques

  • Pourquoi coder des matériaux ethnographiques ?
  • Comment constituer un corpus et quelles techniques d’échantillonnage mettre en place (en fonction des matériaux) ?
  • Comment appréhender la construction de la base de données à travers la standardisation de variables ?

Axe 2.  Quelles méthodes statistiques face au small data ?

  • À l’ère du développement des analyses de big data, l’approche quantitative de matériaux ethnographiques se distingue d’une part par le petit échantillon à partir duquel les chercheurs conduisent leurs investigations, d’autre part par la connaissance qualitative qu’ils ont du matériau. Les outils statistiques traditionnels (analyses factorielles, régressions, etc.) sont-ils pertinents face à ces matériaux ? Quelles méthodes statistiques employer ?
  • Il existe des logiciel de traitement des données qualitatives (Alceste, NVivo…). Dans quelle mesure permettent-ils d’aller plus loin dans l’analyse des matériaux ? Dans quelle mesure, à l’inverse, peuvent-ils limiter les marges d’analyse du chercheur ? On peut se demander, enfin, si leur utilisation ne peut pas, dans certains cas, contribuer à discréditer le travail ethnographique.

Axe 3.  Restitution et enjeux éthiques

  • Mobiliser l’outil statistique invite parfois à des extrapolations généralisantes (Passeron, 1991) dont la démarche ethnographique tend a priori à se préserver. Dans ces conditions, quelles sont les limites du passage du qualitatif au quantitatif ?
  • Comment articuler les analyses du matériau en tant qu’objet ethnographique et la quantification de celui-ci ?
  • Quelles sont les implications d’un traitement statistique d’un matériau ethnographique en termes d’accès et de protection des informations personnelles, au moment de la constitution de la base, et de mise à disposition des données à la communauté, au moment de la diffusion des analyses ?

 

Modalités pratiques

Les résumés des propositions de communication, rédigés en français, en 300 mots au maximum, sont attendus pour le 30 avril 2016 et doivent :

  • comporter un titre
  • indiquer le nom de l’auteur et de l’institution de rattachement (coordonnées complètes)
  • être envoyés par courriel à l’adresse suivante : quanti2016nanterre@gmail.com

Les propositions seront évaluées par le comité d’organisation ; réponses envoyées le 1er juin 2016.

Pour toute question  relative à cette journée d’étude : laramahi75@gmail.com ; sacha.raoult@univamu.fr

 

Comité d’organisation : Philippe Combessie, Aurélien Djakouane, Lara Mahi, Sacha Raoult.

 

Retour à la page des appels à contributions


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *