Séminaire Lasco/Sophiapol & Sef : Myriam Joël, jeudi 12 janvier 2017, Paris Nanterre

bandeau-seminaire-lasco logosefx

.

La quatrième séance du séminaire 2016-2017 du GDR Lasco, en partenariat avec la Société d’ethnologie française (Sef), accueillera Myriam JOËL (en contrat de post-doctorat à l’Institut national d’études démographiques – Ined) pour une communication développée à partir d’une recherche financée par Sidaction et intitulée :

Prévention et réduction des risques et des dommages en prison et à la sortie

Date :
Jeudi 12 janvier 2017, de 17h00 à 19h00

Lieu :
Université Paris Nanterre
Bâtiment D, salle D 201 b (2e étage du bâtiment D)
Comment venir ?

Maison d'arrêt de Troyes (Ph. Combessie)

Résumé de l’intervention

1. Présentation de la recherche

L’étude s’est intéressée à la prévention et à la réduction des risques et des dommages (RdRD) en milieu carcéral et dans les structures accueillant les sortants de prison ou plus généralement les personnes faisant des allers-et-retours entre la prison et l’extérieur (hommes et femmes). Le risque était entendu au sens large de contracter le VIH ou une autre IST. Les problématiques de l’addiction et de la sexualité ont été privilégiées comme prismes d’approche. Ont été examinées l’existence ou a contrario l’absence de dispositifs de prévention et de RdRD, leurs modalités de fonctionnement, les représentations et les logiques organisant les pratiques des professionnels et des bénévoles, ainsi que les difficultés qu’ils rencontrent. Une attention particulière a été portée aux liens entre le dedans et le dehors, tant en termes de rupture que de continuité, ainsi qu’aux relations inter et intra groupes.

2. Méthodologie

Les références consultées – environ 150 ouvrages, articles et rapports de recherche francophones et anglophones– s’inscrivent dans 4 champs principaux : la santé, la prison, la sexualité et les professions. Une fiche de notes a été rédigée pour chacune d’elles. Un journal de terrain de 80 pages a été tenu au cours de l’enquête. Initialement, une trentaine de sortants de prison et autant de professionnels devaient être interviewés. En raison des nombreux obstacles rencontrés dans les établissements pénitentiaires avec les équipes soignantes et le SPIP (voir infra) – et ce en dépit d’ailleurs des autorisations accordées sans difficulté par l’Administration Pénitentiaire – l’enquête a été modifiée pour se concentrer sur les professionnels et les bénévoles. Soixante-dix-huit gradés, membres du personnel de direction, médecins généralistes, membres du personnel infirmier, psychologues, psychiatres, assistants sociaux, éducateurs spécialisés, conseillers d’insertion et de probation, hôteliers, responsables associatifs, chargés de projet, bénévoles, coordinateurs et animateurs de prévention santé ont été interviewés (parfois à plusieurs reprises), individuellement et/ou collectivement. Les entretiens ont duré de 40 minutes à 3h30 et ont été réalisés de manière préférentielle sur le lieu de travail des personnes, mais parfois également au café ou par téléphone. Tous les échanges ont été enregistrés et intégralement retranscrits.
Les espaces investigués dans et hors des murs sont des Unités Sanitaires (Ucsa et SMPR), des CSAPA, des CAARUD, des CHRS, des associations de réinsertion, des associations de prévention, des centres de santé communautaires, des COREVIH, des hôtels sociaux et des SPIP (milieux ouvert et fermé). Le regard n’a intentionnellement pas été circonscrit aux lieux à visée explicitement sanitaire et médicale. De multiples observations –parfois participantes– ont été conduites à l’occasion des journées passées en prison et dans les structures, des réunions professionnelles, des groupes de parole, des ateliers de prévention ou encore des conventions. Les échanges ont été enregistrés ou ont été notés manuellement.
Outre l’enquête principale réalisée auprès des professionnels et des bénévoles, 27 entretiens ont été réalisés auprès de femmes détenues durant leur incarcération ou après leur libération, certaines ayant été suivies à l’intérieur puis à l’extérieur. Enfin de nombreux échanges informels ont été menés avec les usagers des structures extérieures fréquentées.

3. Résultats

3. 1. Une mission peu définie et peu attribuée, mais investie et appropriée par certains

A l’exception des CAARUD et des associations spécifiques, la prévention et la RdRD apparaissent comme une mission résiduelle, en prison comme dans les structures extérieures. L’accès aux droits, au soin, au logement ou au travail sont pensés comme prioritaires pour les (futurs) sortants de prison. De fait, la prévention et la RdRD se tiennent dans les interstices de ces objectifs, bien souvent sur des temps et dans des espaces qui ne leur sont pas spécialement consacrés. L’accent est mis sur l’importance de la parole, à l’occasion d’échanges informels et dans des situations impliquant un dépassement des rôles statutaires respectifs. Cela requiert donc du temps, une certaine proximité et l’instauration d’une relation à laquelle se prêtent mal des entrevues ponctuelles.
Les professionnels des structures à visée explicitement sanitaire et médicale n’investissent pas nécessairement davantage la mission de prévention et de RdRD que les acteurs des autres structures, quand bien même les seconds estiment que cette responsabilité échoit aux premiers. Il en résulte une forme de relégation et un grand flou entourant l’attribution de cette mission, sur lesquels achoppe l’entreprise d’orientation dont se prévalent les acteurs.
Il ressort de l’étude que certains professionnels et bénévoles se saisissent à titre individuel de la prévention et de la RdRD, et prennent en ce sens des initiatives personnelles, indépendamment de leurs missions premières. Ainsi des éducateurs spécialisés (a fortiori lorsqu’ils sont rattachés aux Unités Sanitaires) ou des conseillers d’insertion et de probation peuvent avoir dans les faits une action beaucoup plus importante en ce domaine que le personnel soignant. Les acteurs occupant des postes à responsabilité sont davantage en capacité d’imposer leurs actions et leur vision des choses, là où d’autres professionnels expriment le sentiment de devoir lutter contre leur hiérarchie. Au sein des structures et des équipes, ces personnes sont néanmoins le plus souvent identifiées comme des personnes-ressources vers lesquelles sera systématiquement orienté le public concernant ces problématiques. L’investissement de la mission de prévention et de RdRD repose finalement davantage sur des convictions et un engagement personnels que sur des missions clairement identifiées et objectivées.

3. 2 Une absence générale de coordination

L’absence de coordination vient entraver l’efficacité et la portée des dispositifs et des messages de prévention et de RdRD. Les acteurs œuvrent chacun de leur côté (ou avec un ou plusieurs « alliés » d’un réseau très local) sans que cette mission ne vienne s’inscrire dans un plan d’action général. Ils ne sont que rarement au courant de ce qui a été entrepris, de ce qui existe déjà ou même de la venue d’autres acteurs susceptibles de les aider. Cette absence de coordination s’observe tout à la fois entre les différentes catégories d’acteurs, au sein des équipes, au sein du milieu fermé, au sein du milieu ouvert, et entre milieu fermé et milieu ouvert. Elle est à lier à trois aspects.
Le premier est l’absence de réflexion générale et de dialogue sur le sujet, eu égard notamment au caractère potentiellement illégal et contre-réglementaire de certaines pratiques de RdRD. Si cette situation est paroxystique en milieu carcéral, on observe également une atomisation des pratiques dans les structures externes, en particulier dans les CSAPA. Au sein des prisons, le secret médical apparaît ensuite comme un élément venant bien souvent gangréner les relations entre l’UCSA, le
SMPR et le SPIP ; le SMPR en particulier choisissant de se couper des autres acteurs – y compris de leurs collègues de l’UCSA à l’Unité Sanitaire– pour éviter d’avoir à divulguer des informations. Il en résulte des conflits parfois violents, une méconnaissance des autres pratiques professionnelles et un refus de collaborer.
Enfin les différences de représentation associées à la RdRD concourent à fractionner les pratiques et génèrent des sentiments d’abandon et des affrontements pouvant conduire à la démission. Les situations sont très hétérogènes : si dans certains établissements pénitentiaires sont placés des « roule ta paille » dans les kits pour sortants de prison, ce type d’outil n’est pas toujours accessible dans les CSAPA à l’extérieur. La question de l’échange de seringues cristallise ces tensions, en
particulier au sein des Unités Sanitaires. L’étude arrive au constat que les plus grandes réticences semblent surtout se retrouver du côté des soignants ; médecins, infirmières et psychiatres éprouvant beaucoup de difficultés à concilier leur mission de soin avec la RdRD.

3.3 Des pratiques restreintes, à destination d’individus au profil spécifique

La mission de prévention et de RdRD s’observe essentiellement dans le cadre de la problématique des addictions. Les professionnels, à quelques exceptions près (et là encore indépendamment de leurs missions premières), minorent ou occultent la problématique de la sexualité; et ce bien que précarité, addictions, abus sexuels, misère sexuelle et prostitution s’avèrent étroitement enchevêtrées dans les parcours de vie des (futurs) sortants de prison. Si les risques liés aux addictions sont tout autant abordés en individuel qu’en collectif, la question des risques sexuels est quant à elle circonscrite à quelques actions collectives ponctuelles déléguées à des personnes reconnues comme spécialistes. Le libre accès à des outils comme les préservatifs ou les plaquettes d’information n’est que rarement accompagné de discours. Les acteurs mettent en avant non pas une gêne à aborder le sujet, mais leur volonté de ne pas se montrer intrusifs dans la sphère de l’intime. Au cœur d’une
réflexion plus générale à propos de leur profession, la question du contrôle et de ses frontières est en effet systématiquement pensée en lien avec les notions d’autonomie et d’acteur sanitaire.
Un triple processus concourt à dessiner un profil de (futurs) sortants de prison à destination desquels sont adressés, voire réservés, les messages et les dispositifs de prévention et de RdRD. Un processus de restriction spatiale tout d’abord, les CSAPA et les CAARUD – et dans une moindre mesure l’Unité Sanitaire – se voyant échoir la responsabilité d’assurer une telle mission. Est ensuite mis en œuvre un processus d’identification des personnes susceptibles d’avoir ou d’avoir eu des pratiques à risque, qui sont alors orientées vers ces espaces. S’observe enfin un processus de sélection par lequel les acteurs incitent ou enjoignent à certaines personnes triées sur le volet de participer à des ateliers et à des groupes de parole. Par voie de conséquence, les messages et les dispositifs de prévention et de RdRD concernent avant tout dans les faits les personnes malades, infectées, en situation de vulnérabilité et de précarité, ayant des addictions, jeunes et estimées « récupérables » ou « voulant s’en sortir ». Cela induit non seulement en miroir l’exclusion de ceux qui ne s’inscrivent pas dans ce profil, mais cela met par ailleurs en lumière le fait que la prévention et la RdRD ne sont finalement pensées que pour une partie seulement des (futurs) sortants de prison.

Organisation du séminaire :
Gabriel Segré et Vincent Rubio
Photo : Ph. Combessie


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *