Séminaire Lasco/Sophiapol/Sef, 7e séance : Vincent Rubio, 20 avril, Paris Nanterre

bandeau-seminaire-lasco logosefx

.

La septième séance du séminaire 2016-2017 du GDR Lasco, en partenariat avec la Société d’ethnologie française (Sef), accueillera Vincent Rubio (docteur en sociologie, en fin de contrat de post-doctoral) pour une communication développée à partir de deux recherches (l’une financée par Sidaction, l’autre par l’ANRS). Cette communication est intitulée :

Commerce du sexe sur internet et santé sexuelle. Une approche des clients d’escortboys
.

Date :
Jeudi 20 avril 2017, de 17h00 à 19h00.

Lieu :
Université Paris Nanterre
Bâtiment D, salle D 201 b (2e étage du bâtiment D)
Comment venir ?

Organisation du séminaire :
Gabriel Segré et Vincent Rubio

Résumé :

L’essor des nouvelles technologies n’est pas demeuré sans effets sur le phénomène prostitutionel. C’est le cas du développement et de la démocratisation d’internet qui, au moins en France, ont engendré une « migration [de la prostitution] vers le monde virtuel » [Sousa, 2006 : 4-5]. Si, malgré les modifications récentes de l’encadrement légal de cette activité en France, on peut voir également dans cette migration numérique les effets de la loi pour la sécurité intérieure votée en mars 2003 et qui introduisait le délit de racolage passif, on doit donc souligner que les lieux traditionnels de prostitution (la rue) tendent à se voir concurrencés, voire stricto sensu supplantés, par de nouveaux espaces, en particulier le cyberespace. Cette tendance est particulièrement prononcée pour la prostitution masculine homosexuelle, laissant aujourd’hui les « hauts lieux » historiques de son exercice tels que la porte Dauphine largement désertés [ibid. : 4].

C’est dans ce contexte que, grâce à deux financements postdoctoraux obtenus auprès de Sidaction puis de l’ANRS, Vincent Rubio s’est intéressé aux jeunes hommes âgés de 18 à 25 ans proposant des services sexuels rémunérés sur internet, puis à ceux qu’on peut nommer leurs clients (La recherche sur les clients n’incluait pas toutefois de critères d’âge ; ni pour les clients, ni pour les escorts qu’ils rencontrent). Ceci dans le cadre de situations de conformité normative sexe-genre – excluant donc les personnes travesties et transsexuelles (qu’il s’agisse des prestataires ou des clients) – et en prêtant une attention particulière aux questions de santé – et, plus précisément encore, à celles de santé sexuelle. Car si les données relatives aux personnes prostituées manquent cruellement en la matière – et plus encore pour ce qui est de leurs clients –, celles disponibles au sujet des hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes (HSH) ne manquent pas de soulever un certain nombre d’interrogations.

Ainsi, en 2015, environ 2 600 HSH ont découvert leur séropositivité VIH, représentant 43% de l’ensemble des découvertes. Leur nombre a augmenté jusqu’en 2012, puis s’est stabilisé. Mais les rapports sexuels entre hommes demeurent le seul mode de contamination pour lequel les nouveaux diagnostics à VIH ne diminuent pas depuis 2003 [Cazein F. et al., 2013]. L’incidence dans ce groupe est 200 fois plus élevée que chez les hétérosexuels français [Le Vu S. et al, 2010]. Parallèlement, les infections sexuellement transmissibles (IST) (syphilis, infections à gonocoques et les LGV rectales) continuent à augmenter parmi ces individus, traduisant à l’évidence un relâchement des pratiques préventives. Plus de 80% des syphilis et près de 70% des infections à gonocoque diagnostiquées en 2015 dans les structures spécialisées, ainsi que la quasi-totalité des LGV, concernaient les HSH.

Après avoir présenté ces quelques éléments de contexte (migration numérique, données en lien avec les infections sexuellement transmissibles (IST), modifications récentes de l’encadrement légal de l’activité de prostitution), après avoir également évoqué la méthodologie mise en œuvre au cours de cette recherche ainsi que l’état de la littérature sur le sujet, cette communication proposera une première mise à plat des données recueillies auprès de 34 clients d’hommes proposant des prestations sexuelles rémunérées sur Internet. Considérant que les comportements sexuels ne prennent sens qu’à l’aune d’un entour sociologique global, il s’agira notamment de mettre en correspondance les prises de risques ayant lieu au cours des rencontres tarifées – en particulier les pénétrations anales non protégées (PANP) – avec la manière dont la relation entre client et escort est investie par chacun des protagonistes [Rubio V., 2013]. Rarement réductible au seul et strict échange d’argent et de sexe, cette relation singulière s’éclaire notamment à la lumière de ce qu’Elizabeth Bernstein a nommé « l’authenticité limitée » [Bernstein, 2007], mais également de ce qu’il faut considérer comme ses variations.

.

Bibliographie indicative

Bernstein E., 2007, Temporarily yours. Intimacy, Authenticity and the Commerce of Sex, Chicago, The university of Chicago press.

Cazein F., Pinget R., Lot F., Pillonel J., Le Strat Y., Sommel C. et al., 2013, « Découvertes de séropositivité VIH et sida – France, 2003- 2011 », Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire, 28-29, p. 333-40.

Le Vu S., Le Strat Y., Barin F., Pillonel J., Cazein F., Bousquet V. et al., 2010, « Population-based HIV-1 incidence in France, 2003-08: a modelling analysis », The Lancet Infectious Diseases, 10 (10), p. 682-687.

Rubio V., 2017, « Se protéger. Mais de quoi ? Corps, santé et commerce du sexe. Récit d’un jeune escort », in : Combessie Ph. (dir.), Corps en péril, corps miroir. Approches socio-anthropologiques, Paris, Presses universitaires  de Paris Nanterre, p. 55-70.

Rubio V., 2013, « Prostitution masculine sur Internet. Le choix du client », Ethnologie française, vol. XLIII, n°3, p. 443-450.

Sousa A., 2006, « La prostitution masculine s’est transformée », Swaps, n°42, p. 4-5

.

Cliché d’illustration : Ph. Combessie


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *