Séminaire Lasco/Sophiapol/Sef, 8e séance : Laurent Gaissad, 10 mai, Paris Nanterre

bandeau-seminaire-lasco logosefx

.

La huitème séance du séminaire 2016-2017 du GDR Lasco, en partenariat avec la Société d’ethnologie française (Sef), accueillera Laurent Gaissad (docteur en socio-anthropologie, Maître-assistant associé à l’Ecole nationale supérieure d’architecture Paris Val-de-Seine) pour une communication, développée à partir d’une recherche développée au sein de Sophiapol sur la « construction de la compulsivité sexuelle, des addictions et des risques multiples chez les hommes gays » (financement Sidaction / Bourse BI20-1-01556) à partir d’une enquête ethnographique multisite du circuit festif gay en Europe et d’une sociohistoire de l’activisme et de l’offre publique en « santé gay » entre Paris et Bruxelles (2010-2015).

Cette communication est intitulée :

Les gays, les drogues et la fin annoncée du sida
.

Date :
Mercredi 10 mai 2017, de 17h00 à 19h00.

Lieu :
Université Paris Nanterre
Bâtiment D, salle D 202 (2e étage du bâtiment D)
Comment venir ?

Organisation du séminaire :
Gabriel Segré et Vincent Rubio

Résumé :

Cette communication propose une réflexion sur les récentes évolutions de la gestion publique du risque de contamination par le VIH, et plus dernièrement par le VHC et autres IST, chez les gays. On prendra plus particulièrement à témoin l’histoire sociopolitique de la lutte contre le sida dans cette « population » en France et en Belgique ces dernières années pour comprendre les polémiques portées aujourd’hui par une diversité d’acteurs publics autour du chemsex, i.e. le recours aux drogues dans la sexualité gay.

Des figures comportementales considérées comme « problématiques » n’ont pas manqué en Europe et en Amérique du Nord au cours des deux dernières décennies, parfois véhiculées par des militants de la cause homosexuelle passés maîtres dans l’articulation du couplage vulnérabilité / dangerosité sexuelle. Ces désignations ont, de fait, inspiré les politiques publiques : on sait à quel point les risques identitaire et épidémique confondus ont ainsi servi d’arguments, expertises scientifiques à l’appui, à la normalisation juridique des unions entre personnes de même sexe en Europe. Nombre d’études nord-américaines ont insisté depuis sur le mental – surtout la dépression – associant la compulsivité sexuelle à d’autres comportements d’addiction (alcool, psychotropes, vasodilatateurs, anabolisants, antidépresseurs, etc.). Examiner leur réception dans les recherches et le monde francophones incite à qualifier, dans le prolongement des travaux de David Halperin (2007), les enjeux d’une telle épidémiologie sociale.

La volonté d’expliquer la poursuite d’une « dispersion » homosexuelle emprunte donc volontiers des registres moraux, allant jusqu’à susciter depuis quelques années une caractérisation des conduites aux conséquences pénales : au débat sur la criminalisation des personnes séropositives, réintroduite de part et d’autre de l’Atlantique au tournant du siècle, fait par exemple écho l’alarmisme comportemental des associations, à la croisée de la recherche et des médias, un temps fixé sur le bareback (le fait d’avoir volontairement des rapports sexuels sans préservatif). Ce basculement du côté de la responsabilisation des hommes gays séropositifs dans des contextes qu’on pensait « maîtrisés » a également été relayé par des experts institutionnels ou académiques de la veille sanitaire.

Depuis l’émergence d’un nouveau paradigme préventif, où les traitements antirétroviraux sont devenus un outil de prévention, un modèle de « réduction des risques sexuels » s’est imposé et, avec lui, un régime d’interventions soutenues par l’actualité des recherches biomédicales, dont la prophylaxie pré-exposition (PreP) et le contrôle programmé d’une « charge virale communautaire ». Il s’agit de dire ici en quoi la construction biopolitique de la dangerosité sexuelle reste cependant d’actualité au travers du motif des drogues et de l’avènement, à l’heure d’une fin annoncée du sida, d’une offre durable en santé sexuelle pour les gays.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *