« La médiation familiale prise comme idéal type de nouveaux modèles et de nouvelles pratiques professionnelles », Jacques Saliba, Nanterre, le 22 juin 2017

bandeau-seminaire-lasco logosefx

.

La dixième séance du séminaire 2016-2017 du GDR Lasco, en partenariat avec la Société d’ethnologie française (Sef), accueillera Jacques Saliba, docteur en sociologie, ancien maître de conférences à l’Université Paris Nanterre, pour une communication qu’il propose d’intituler :

La médiation familiale prise comme idéal type
de nouveaux modèles et de nouvelles pratiques professionnelles

.

Date :
Jeudi 22 juin 2017, de 17h00 à 19h00

Lieu :
Université Paris Nanterre
Bâtiment D, salle D 201 (2e étage du bâtiment D)
Comment venir ?

Organisation du séminaire :
Gabriel Segré et Vincent Rubio

Résumé : 

La multiplication et la segmentation de nouvelles pratiques professionnelles sont une des caractéristiques de la modernité actuelle. Elles cherchent à prendre en charge, sur un mode original, des aspects de la vie individuelle et relationnelle qui relèvent habituellement de rapports intimes, conflictuels et à forte charge émotionnelle. Les champs de la culture, de la santé physique et mentale, de la famille, comme de l’éducation, voire même du carcéral, sont particulièrement concernés par ces nouvelles pratiques. Ces dernières cherchent à se faire reconnaître comme profession à part entière en marquant bien la spécificité de leur objet et de leur mode d’intervention. A cet effet elles entrent en concurrence avec des professions déjà établies et à forte légitimité telles que celles du monde de la médecine, du droit et de la justice, de la psychologie, du travail social et des psychothérapies reconnues académiquement comme la psychanalyse par exemple…

L’originalité de leur intervention est de déplacer la position du profane dans la relation de service. Les professionnels refusent de remplir le rôle d’un expert qui s’appuierait sur un savoir ésotérique extérieur à la culture des personnes qui sollicitent leur prestation. Elles défendent dans l’identité de leur intervention l’idée que les profanes eux-mêmes ont le savoir nécessaire pour résoudre leur problème. Il s’agit donc, par la mise en place d’un cadre, d’une posture tierce, d’une déontologie voire d’une éthique, de travailler avec eux une relation qui puisse générer une parole et un mode d’interactions. Il est attendu une prise de conscience des différentes positions des uns vis-à-vis des autres qui permette la construction ou la reconstruction d’un lien. Il s’agit de rendre possible la reconnaissance de la position symbolique que chacun est tenu d’avoir dans sa relation aux autres et de la tenir en toute responsabilité. Par exemple derrière les conflits de couple doit être réhabilitée la fonction parentale à laquelle chacun des protagonistes, malgré ses différents et ses différences, est supposé assumer vis à vis de l’enfant. Dans ces nouveaux métiers, le travail repose sur soi-même et sur sa capacité à maintenir la posture définie par le cadre. Il revient à l’intervenant de dynamiser le processus des séances et de le maintenir ouvert à l’écoute de la seule parole des profanes. Il s’agit plus de reformuler que d’interpréter ou de conseiller.
De telles pratiques et de telles conceptions ne sont pas déconnectées du contexte social dans lequel elles se développent. La dislocation des liens communautaires, l’individualisation croissante, l’appel à l’autonomie et à une recherche de reconnaissance qui ne s’appuie pas sur un statut attribué ou transmis, mais sur une réalisation de soi par soi-même mettent à mal les références et les reproductions institutionnelles. On passe d’une définition de la Personne, à celle de l’Acteur voire de l’Agent pour in fine se fixer sur une problématique du Sujet ! La négociation devient le nouveau mode de relation valorisé qui résiste aux injonctions normatives ou même au principe kantien de l’impératif moral catégorique. Désir, devoir et engagement, se confrontent pour qu’on puisse être soi sans mettre à mal le lien social et interpersonnel.

La Médiation familiale est, ici, prise en exemple pour dégager des caractéristiques idéales typiques de ces professions émergentes. On dégagera précisément les principes sur lesquels elle repose. Les formes de revendications, de stratégies et de procédures de légitimation qu’elle développe pour se faire reconnaître comme profession. Quelle organisation met en place le milieu ? Comment s’y prend-il ? Quelles valeurs et quelles motivations traversent les intervenants dont le nombre est en extension ? Quels nouveaux domaines cherchent-ils à investir dans le champ de la famille. Le carcéral en est un des exemples le plus récent.

La Médiation familiale est apparue dans les années 1970 aux E.U. Un avocat américain, John Cowinson a cherché à introduire un mode plus relationnel de la gestion des conflits dans les divorces. Le pragmatisme américain, sous l’influence du protestantisme et de sa conception du libre arbitre, a permis des analyses critiques à l’égard de l’intervention des experts. Comment permettre aux profanes de se réapproprier un contrôle sur leur corps et leurs relations privées face à un langage ésotérique et technique étranger à leur propre culture ?
Le mouvement est lancé. La médiation s’étend dans les années 1980 au Canada, là encore, sans que lui soit conféré un caractère obligatoire. Par la suite des psychologues, des avocats, des thérapeutes, des travailleurs sociaux, des conseillers conjugaux, s’initient sur ce nouveau mode négocié de résolution des conflits. De retour en France, vers la fin des années 80, ces militants, s’appuient sur leur position charismatique pour créer l’APMF (Association Pour la Médiation Familiale).
En 1988 un service de médiation familiale est fondé à Caen, par une association de pères, les amis de Jean Bosco. Dans cette ville, un premier congrès, en 1990, donnera naissance à la FENAMEF (Fédération Nationale des Associations de Médiation Familiale). Un code de déontologie est adopté en décembre de la même année par l’APMF et sera adapté aux questions de la famille. La loi du 8 février 1995 légitime des modes alternatifs de règlement des conflits. Sous l’impulsion de Ségolène Royale ministre à la Famille, est institué le DEMF (Diplôme d’Etat de Médiation Familiale) en 2003.
Dans sa volonté de reconnaissance professionnelle, la médiation familiale a bénéficié de deux impulsions: celle charismatique de militantes engagées et celle de l’Etat par l’instauration d’un diplôme national donc d’une forme officielle de légitimation. L’intervention de l’Etat est liée à l’enjeu que représentent la famille et ses transformations dans le monde moderne.
La médiation familiale s’inscrit ainsi dans une définition plus large que le plaidoyer pour une sociologie de la médiation de Jean-Pierre Bonafé-Schmi . Alors que ce dernier la présente seulement comme : « Un processus le plus souvent formel par lequel un tiers neutre, à travers la conduite d’une réunion, permet aux parties de confronter leurs points de vue et de rechercher avec son aide une solution au litige qui les oppose » La définition qui est donnée de la Médiation familiale s’enrichit, elle, des questions de « lien familial … dans la diversité de ses formes et dans son évolution » tout en reconnaissant « l’autonomie et la responsabilité des personnes concernées » et « l’intervention d’un tiers impartial, indépendant, qualifié et sans pouvoir de décision »
Il a fallu un moment historique et culturel d’évolution de la famille et du mode de solidarité collective pour que la Médiation familiale puisse se revendiquer comme profession et défendre cette conception de sa pratique.

Cette chronologie montre la rapidité avec laquelle le projet de construction professionnelle s’est développé : une trentaine d’années. Que nous apprend-elle des mécanismes sociaux par lesquels une profession se constitue ?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *