« La médiation familiale prise comme idéal type de nouveaux modèles et de nouvelles pratiques professionnelles », Jacques Saliba, Nanterre, le 22 juin 2017

bandeau-seminaire-lasco logosefx

.

La dixième séance du séminaire 2016-2017 du GDR Lasco, en partenariat avec la Société d’ethnologie française (Sef), accueillera Jacques Saliba, docteur en sociologie, ancien maître de conférences à l’Université Paris Nanterre, pour une communication qu’il propose d’intituler :

La médiation familiale prise comme idéal type
de nouveaux modèles et de nouvelles pratiques professionnelles

.

Date :
Jeudi 22 juin 2017, de 17h00 à 19h00

Lieu :
Université Paris Nanterre
Bâtiment D, salle D 201 (2e étage du bâtiment D)
Comment venir ?

Organisation du séminaire :
Gabriel Segré et Vincent Rubio

Résumé : 

La multiplication et la segmentation de nouvelles pratiques professionnelles sont une des caractéristiques de la modernité actuelle. Elles cherchent à prendre en charge, sur un mode original, des aspects de la vie individuelle et relationnelle qui relèvent habituellement de rapports intimes, conflictuels et à forte charge émotionnelle. Les champs de la culture, de la santé physique et mentale, de la famille, comme de l’éducation, voire même du carcéral, sont particulièrement concernés par ces nouvelles pratiques. Ces dernières cherchent à se faire reconnaître comme profession à part entière en marquant bien la spécificité de leur objet et de leur mode d’intervention. A cet effet elles entrent en concurrence avec des professions déjà établies et à forte légitimité telles que celles du monde de la médecine, du droit et de la justice, de la psychologie, du travail social et des psychothérapies reconnues académiquement comme la psychanalyse par exemple…

L’originalité de leur intervention est de déplacer la position du profane dans la relation de service. Les professionnels refusent de remplir le rôle d’un expert qui s’appuierait sur un savoir ésotérique extérieur à la culture des personnes qui sollicitent leur prestation. Elles défendent dans l’identité de leur intervention l’idée que les profanes eux-mêmes ont le savoir nécessaire pour résoudre leur problème. Il s’agit donc, par la mise en place d’un cadre, d’une posture tierce, d’une déontologie voire d’une éthique, de travailler avec eux une relation qui puisse générer une parole et un mode d’interactions. Il est attendu une prise de conscience des différentes positions des uns vis-à-vis des autres qui permette la construction ou la reconstruction d’un lien. Il s’agit de rendre possible la reconnaissance de la position symbolique que chacun est tenu d’avoir dans sa relation aux autres et de la tenir en toute responsabilité. Par exemple derrière les conflits de couple doit être réhabilitée la fonction parentale à laquelle chacun des protagonistes, malgré ses différents et ses différences, est supposé assumer vis à vis de l’enfant. Dans ces nouveaux métiers, le travail repose sur soi-même et sur sa capacité à maintenir la posture définie par le cadre. Il revient à l’intervenant de dynamiser le processus des séances et de le maintenir ouvert à l’écoute de la seule parole des profanes. Il s’agit plus de reformuler que d’interpréter ou de conseiller.
De telles pratiques et de telles conceptions ne sont pas déconnectées du contexte social dans lequel elles se développent. La dislocation des liens communautaires, l’individualisation croissante, l’appel à l’autonomie et à une recherche de reconnaissance qui ne s’appuie pas sur un statut attribué ou transmis, mais sur une réalisation de soi par soi-même mettent à mal les références et les reproductions institutionnelles. On passe d’une définition de la Personne, à celle de l’Acteur voire de l’Agent pour in fine se fixer sur une problématique du Sujet ! La négociation devient le nouveau mode de relation valorisé qui résiste aux injonctions normatives ou même au principe kantien de l’impératif moral catégorique. Désir, devoir et engagement, se confrontent pour qu’on puisse être soi sans mettre à mal le lien social et interpersonnel.

La Médiation familiale est, ici, prise en exemple pour dégager des caractéristiques idéales typiques de ces professions émergentes. On dégagera précisément les principes sur lesquels elle repose. Les formes de revendications, de stratégies et de procédures de légitimation qu’elle développe pour se faire reconnaître comme profession. Quelle organisation met en place le milieu ? Comment s’y prend-il ? Quelles valeurs et quelles motivations traversent les intervenants dont le nombre est en extension ? Quels nouveaux domaines cherchent-ils à investir dans le champ de la famille. Le carcéral en est un des exemples le plus récent.

La Médiation familiale est apparue dans les années 1970 aux E.U. Un avocat américain, John Cowinson a cherché à introduire un mode plus relationnel de la gestion des conflits dans les divorces. Le pragmatisme américain, sous l’influence du protestantisme et de sa conception du libre arbitre, a permis des analyses critiques à l’égard de l’intervention des experts. Comment permettre aux profanes de se réapproprier un contrôle sur leur corps et leurs relations privées face à un langage ésotérique et technique étranger à leur propre culture ?
Le mouvement est lancé. La médiation s’étend dans les années 1980 au Canada, là encore, sans que lui soit conféré un caractère obligatoire. Par la suite des psychologues, des avocats, des thérapeutes, des travailleurs sociaux, des conseillers conjugaux, s’initient sur ce nouveau mode négocié de résolution des conflits. De retour en France, vers la fin des années 80, ces militants, s’appuient sur leur position charismatique pour créer l’APMF (Association Pour la Médiation Familiale).
En 1988 un service de médiation familiale est fondé à Caen, par une association de pères, les amis de Jean Bosco. Dans cette ville, un premier congrès, en 1990, donnera naissance à la FENAMEF (Fédération Nationale des Associations de Médiation Familiale). Un code de déontologie est adopté en décembre de la même année par l’APMF et sera adapté aux questions de la famille. La loi du 8 février 1995 légitime des modes alternatifs de règlement des conflits. Sous l’impulsion de Ségolène Royale ministre à la Famille, est institué le DEMF (Diplôme d’Etat de Médiation Familiale) en 2003.
Dans sa volonté de reconnaissance professionnelle, la médiation familiale a bénéficié de deux impulsions: celle charismatique de militantes engagées et celle de l’Etat par l’instauration d’un diplôme national donc d’une forme officielle de légitimation. L’intervention de l’Etat est liée à l’enjeu que représentent la famille et ses transformations dans le monde moderne.
La médiation familiale s’inscrit ainsi dans une définition plus large que le plaidoyer pour une sociologie de la médiation de Jean-Pierre Bonafé-Schmi . Alors que ce dernier la présente seulement comme : « Un processus le plus souvent formel par lequel un tiers neutre, à travers la conduite d’une réunion, permet aux parties de confronter leurs points de vue et de rechercher avec son aide une solution au litige qui les oppose » La définition qui est donnée de la Médiation familiale s’enrichit, elle, des questions de « lien familial … dans la diversité de ses formes et dans son évolution » tout en reconnaissant « l’autonomie et la responsabilité des personnes concernées » et « l’intervention d’un tiers impartial, indépendant, qualifié et sans pouvoir de décision »
Il a fallu un moment historique et culturel d’évolution de la famille et du mode de solidarité collective pour que la Médiation familiale puisse se revendiquer comme profession et défendre cette conception de sa pratique.

Cette chronologie montre la rapidité avec laquelle le projet de construction professionnelle s’est développé : une trentaine d’années. Que nous apprend-elle des mécanismes sociaux par lesquels une profession se constitue ?

Appel à contributions : ethnographies plurielles #7

 

APPEL À COMMUNICATIONS

logo colloqueArgumentaire
Références
Modalités de soumission
Principales échéances
Comité scientifique
Comité d’organisation

tlchgtTélécharger l’appel à communication au format PDF

Argumentaire


Depuis ses débuts disciplinaires, l’ethnographie a « matière à faire » avec l’engagement ; que ce soit dans l’accompagnement historique de la phase de colonisation, dans la critique portée à son encontre ou dans la lecture des phénomènes post-coloniaux. Mais c’est aussi dans sa façon particulière d’accéder à la connaissance et aux savoirs que l’engagement est au centre de l’ethnographie, entendu au sens d’un mode d’élaboration du savoir par la transformation du visible en texte, une « écriture du voir » (Laplantine, 2005). Dans la pratique ethnographique, l’engagement se décline au moins de deux façons : nous retiendrons ici les engagements de l’ethnographie ou de l’ethnographe, en questionnant dans quelle mesure cette pratique engage le chercheur ou sa discipline, et les ethnographies de l’engagement, en interrogeant les façons dont les chercheurs ont étudié des pratiques et des discours qualifiés d’engagés. Les tensions entre ces régimes de l’engagement (Thévenot, 2006) sont elles-mêmes constitutives d’étapes marquant l’ethnologie et l’ethnologue comme le montre Vincent Debaene (2010).

 Ainsi l’engagement  se retrouve exprimé dans l’ensemble des phases de l’ethnographie (Cefaï, 2011). Les modalités de cet engagement interrogent la pratique scientifique et académique ainsi que le rôle social du chercheur en revisitant, voire en remettant en question, le concept de « neutralité axiologique » forgé par Max Weber (Brohm, 2004 ; Naudier & Simonet, 2011). C’est souvent en cela que l’engagement dans la pratique scientifique fait débat (Molénat, 2006), poussant généralement à la mise en place d’une dialectique entre l’engagement et la distanciation (Elias, 1993 ; Fassin, 1999) ou l’immersion et le décentrement (Laplantine, 2005).

Si le statut scientifique de l’ethnographie a donc pu être discuté et remis en question, une rigueur scientifique propre aux démarches qualitatives et ethnographiques est dorénavant défendue (Olivier de Sardan, 2014). Et la réflexivité grandissante des chercheurs offre de multiples voies de restitution sur les engagements des chercheur·e·s dans la pratique ethnographique (Ghasarian, 2004 ; Cefai, 2011 ; Naudier & Simonet, 2011 ; Laurens et Neyrat, 2010) qui participe du processus de légitimation de ces recherches.

 Au plan des disciplines, les recherches sur l’engagement, ses modalités et ses régimes (Bidet, 2011, Thévenot, 2006) ont alimenté nombre de travaux en anthropologie, en sociologie, en STAPS, en sciences de gestion, en arts et esthétique. Ainsi, ces manières de produire de la connaissance via l’engagement des chercheurs sur leur terrain, est d’autant plus spécifique qu’elle touche bien souvent des objets, groupes, cadres sociaux qui nécessitent de « se donner » pour y avoir accès.  Pour le dire autrement, les choix de terrains a priori difficiles d’accès, sont souvent en lien avec des groupes engagés… Que ce soit l’étude des rapports ethniques dans des temps forts de la mondialisation, ou des ethnographies sur des terrains sensibles (Bouillon, Fresia et Tallio, 2005) voire « minés » (Albéra, 2001), des travaux où le corps est mis en jeu, voire en péril (Wacquant 2000), l’engagement chercheur/objet est toujours, en pareil cas, un thème central de l’ethnographie proposée.

Au final, la question fondatrice de ce colloque est d’une certaine manière de savoir s’il existe véritablement une ethnographie sans engagement tant il semble consubstantiel à l’esprit même de la démarche. Ce colloque propose donc de mettre en lumière les multiples modalités de l’engagement selon les phases et les temporalités de l’ethnographie, selon les disciplines et les pratiques, selon l’expérience des chercheur.e.s et selon les terrains.

La question de l’engagement dans la pratique ethnographique questionne ainsi non seulement les frontières du savoir (processus de productions et de valorisation de la connaissance) mais aussi l’autonomie des chercheur.e.s au regard des divers rapports de pouvoir que suscite une activité scientifique, et des enjeux sociaux multiples, notamment liés à la vie de la Cité (Cefaï, 2011). Afin d’organiser ces débats dans des contributions et sessions du colloque, trois axes de travail sont proposés.

 

Axe 1 : L’engagement au regard des disciplines

Les pratiques ethnographiques s’étant largement déclinées selon plusieurs disciplines (Barthélémy, Combessie, Fournier & Monjaret, 2014), la définition de l’engagement nécessite d’être clarifiée en fonction des disciplines, des objets de recherche et des conceptions et pratiques de l’ethnographie. A ce titre, l’anthropologie, la sociologie, les sciences du sport,  et les sciences de gestion ont construit des rapports historiques différents avec l’ethnographie. Mais au sein des sciences humaines et sociales et qui plus est en complémentarité ou confrontation avec les sciences exactes, biologiques ou médicales, le choix de l’ethnographie comme méthode d’appréhension de la réalité peut constituer déjà en soi un engagement du chercheur.

Il est donc proposé dans cet axe de questionner la pratique ethnographique comme  un engagement dans les différents environnements disciplinaires, au sein des différentes formes de savoirs scientifiques et dans la confrontation avec la demande sociale.

Dans quelle mesure cette pratique a-t-elle encore besoin d’être légitimée et défendue ? Comment cette pratique s’inscrit dans l’histoire des différentes disciplines ? Comment cet engagement ethnographique traduit des tensions ou des complémentarités intra/ inter disciplinaires et des rapports de pouvoir avec des pratiques plus dominantes ?

 

Axe 2 : Les engagements dans la pratique ethnographique

L’engagement peut être également considéré comme un moteur de la recherche, stimulant le chercheur dans ses choix d’étude, dans sa façon de pratiquer l’ethnographie ou dans sa façon de valoriser son travail. En cela l’engagement sur un terrain et auprès de groupes sociaux ressemble parfois à une vocation qu’épouse l’ethnographe dans son apprentissage du terrain, et permet de relire les trajectoires de figures emblématiques de l’ethnographie (Tillion, 2000). C’est à ce niveau que l’on pourra noter aussi la place grandissante que la question du droit occupe dans l’exercice du métier de l’anthropologue ou du sociologue. La proximité avec son terrain et sa connaissance approfondie peuvent l’amener à témoigner en justice en faveur de celles et ceux qu’ils étudient ou pour la défense de leurs causes (Atlani-Duault et Dufoix, 2014). Comment gérer cette nouvelle place du monde judiciaire et juridique dans les recherches de terrain ?  Comment éviter que le juridique n’empiète sur le scientifique ?

Les analyses réflexives sur les parcours ethnographiques pourront apporter ici une stimulante épaisseur expérientielle. Seront notamment appréciées les analyses présentant (et partageant) les « bricolages », les « méthodes et ficelles », proposés par les chercheurs afin d’apporter des solutions concrètes à des problèmes récurrents en ethnographie.

Comment gérer le processus d’élaboration et de construction du terrain ? Quelles sont les influences des dispositifs méthodologiques mis en place dans les configurations de la recherche ? Comment gérer les engagements des parties prenantes de l’ethnographie (modalités de financements, liens avec les institutions etc.) ? Jusqu’où aller dans l’engagement existentiel nécessaire à l’intégration et l’immersion dans un terrain ? Comment respecter les engagements du chercheur envers le terrain et ses acteurs  lors de la phase académique de restitution et de publication ? Comment protéger la fonction sociale du chercheur ? Quelles démarches (qualités, compétences, dispositions) éthiques mettre en place dans le processus de recherche pour assumer ces/ses engagements ?

 

Axe 3 : Les terrains privilégiés de l’engagement

Ce dernier axe interroge les postures éthiques et réflexives de l’engagement des chercheur·e·s qui s’avèrent particulièrement importantes pour certains objets et certains terrains de recherche et ce autant au niveau des engagements de l’ethnographe que des ethnographies de l’engagement. Il accueillera ainsi les contributions centrées sur les multiples manières de concilier l’approche ethnographique nécessairement distanciée et l’engagement (aux côtés) des acteurs. Il s’agit donc d’inventorier ces terrains en analysant les régimes et les formes de l’engagementmobilisés tant du côté des chercheur·e·s que du côté des acteurs et actrices sociaux étudiés. Nous proposons d’aborder ces terrains sensibles en identifiant et analysant des situations et des configurations historiques, sociales, politiques ou économiques singulières où l’engagement est propice, voire nécessaire. Par choix ou par enclicage (Olivier de Sardan, 1995) inhérent à toute pratique ethnographique, les chercheur.e.s sont ainsi exposé.e.s à des enjeux moraux, politiques, économico-scientifiques.

Quels sont les risques et les dangers auxquels sont confrontés les ethnographes (conflits, crédibilités, poursuites judiciaires, intégrité physique et morale…) ? Comment se différencient-ils selon les rapports de genre, ethniques et de classe imbriqués dans lesquels les chercheur·e·s sont pris ? Les engagements intensifient-ils nécessairement ces risques ? Comment les ethnographes affrontent-ils, détournent ou résolvent-ils ces difficultés et ces contraintes ? Comment construire l’approche ethnographique dans de tels contextes ? Comment réagir face à l’amplification de certains risques pour les personnes étudiées par la seule présence du chercheur ? Comment comprendre et analyser les différentes formes d’engagement en terrain difficile ou à fort enjeux sociaux et politiques ?

top 2

Références


Albéra D. (2001), « Terrains minés », Ethnologie française, 1(31) : 5-13
Atlani-Duault, L., Dufoix, S. (2014), « Les sciences sociales saisies par la justice », Socio, 3, septembre : 9-47
Barthélémy, T., Combessie, Ph., Fournier L.S. & A. Monjaret (2014), Ethnographies plurielles. Déclinaisons selon les disciplines, ed. CTHS-Sef, 296 p.
Bidet, A. (2011), L’engagement dans le travail. Qu’est-ce que le vrai boulot ?, Paris, Puf, « Le lien social », 416 p.
Bouillon, F., Fresia, M., et Tallio, V. (éd.) (2005), Terrains sensibles, Expériences actuelles de l’anthropologie, éd. EHESS-CEAF, Paris
Brohm J-M. (2004), « Sociologie critique et critique de la sociologie », Education et sociétés, no 13, p. 71-84.
Cefaï, D. (dir.), (2010), L’engagement ethnographique. Paris, Editions de l’EHESS
Debaene, V. (2010), L’adieu au voyage. L’ethnologie française entre science et littérature. Paris, Gallimard.
Elias, N., (1993 [1983]). Engagement et distanciation : Contributions à la sociologie de la connaissance, ed Fayard,
Fassin, D. (1999),  « L’anthropologie entre engagement et distanciation. Essai de sociologie des recherches en sciences sociales sur le sida en Afrique In C. Becker, J-P., Dozon, C. Obbo & M. Touré (eds), Vivre et penser le sida en Afrique. Experiencing and understanding AIDS in Africa, Paris, Codesria, Karthala, IRD : 41-66.
Ghasarian, C. (éd.) (2004), De l’ethnographie à l’anthropologie réflexive. Paris : Armand Colin.
Laplantine, F. (2005), La description ethnographique, Paris, Armand Collin
Laurens, S., Neyrat, F. (2010), Enquêter de quel droit ? Menaces sur l’enquête en sciences sociales, Editions du Croquant.
Naudier, D. & M. Simonet (eds), (2011), Des sociologues sans qualités ? Pratiques de recherche et engagements, La Découverte
Olivier de Sardan, J-P. (1995), « La politique du terrain », Enquête, n°1
Thévenot, L. (2006). L’action au pluriel. Sociologie des régimes d’engagement, par Laurent Coll. Textes à l’appui-Politique et société, éd. La Découverte, 2006, 312 p.
Tillion, G. (2000), Il était une fois l’ethnographie, Paris, Seuil.

 

top 2

Modalités de soumission


Le dépôt des communications s’effectue directement sur internet, en cliquant ici, dans l’onglet « Dépots »

  • Soumission d’une communication(date-limite : 30 mai 2017)
    La proposition de communication doit se composer d’un titre, d’un résumé de 3 000 signes maximum (bibliographie incluse) et de mots-clés.
  • Soumission d’un résumé détaillé (pour les communications sélectionnées – date-limite : 15 octobre 2017)
    Le résumé détaillé doit se composer de 10 000 signes maximum (bibliographie incluse). Il est destiné à la publication numérique d’actes en amont du colloque.

En plus de la publication d’actes numériques pour le colloque, les meilleures communications donneront lieu à la publication d’un ouvrage collectif ainsi qu’à des numéros dédiés de revues spécialisées.

Pour toute demande d’information ou difficulté de connexion pour déposer un projet de communication, merci d’envoyer un mail à l’adresse suivante : engagementsef17@sciencesconf.org

top 2

Principales échéances


31 mars 2017 Ouverture des inscriptions au colloque
30 mai 2017 Date limite de soumission des communications
15 juillet 2017 Notification aux auteurs
15 octobre 2017 Date limite d’envoi de la version finale des résumés détaillés
20 octobre 2017 Clôture des inscriptions
8 novembre 2017 Séminaire doctorale interdisciplinaire d’ethnographie
« Réflexivité et pratique ethnographique »
9 & 10 novembre 2017 Colloque Ethnographies et engagements

top 2

Comité scientifique


Au 6 mars 2017

  • Typhaine BARTHELEMY (Université de Picardie Jules Verne)
  • Marie BUSCATTO (Université Paris 1)
  • Phlippe COMBESSIE (Université Paris Nanterre)
  • Dominique DESJEUX (Université Paris Descartes)
  • Delphine DION (Essec Business School)
  • Marie-Luce GELARD (Université Paris Descartes)
  • Christian GHASARIAN (Université de Neufchâtel, Suisse)
  • Emmanuelle LALLEMENT (Direction générale des patrimoines – Ministère de la Culture et de la communication)
  • François LAPLANTINE (Université Lyon 2)
  • Anne MARCELLINI (Université de Lausanne)
  • Gilles RAVENEAU (Université Paris Nanterre)
  • Philippe ROBERT-DEMONTROND (Université Rennes 1)
  • Emmanuelle SAVIGNAC (Université Paris 3)
  • Bastien SOULE (Université Claude Bernard Lyon 1)

top 2

Comité d’organisation


Marie Cheree BELLENGER (CETAPS) / Baptiste CLERET (NIMEC) / Patrice COHEN (DySoLab) / Boris COLLET (NIMEC) / Camille COUVRY (DysoLab) / Christophe DAUM (DySoLab) / François FELIU (DySoLab) / Claire FRANCOIS (NIMEC) / Ghislaine GALLENGA (SEF) / Renaud GARCIA-BARDIDIA (NIMEC) / Aurélie GUALDO (SEF) / Kenza GUENNOUN (NIMEC) / Zoé HALLER (DySoLab) / Coralie LALLEMAND (NIMEC) / Yann LE BIHAN (SEF) / Betty LEFEVRE (CETAPS) / Elise LEMERCIER (DySoLab) / Mélanie MESAPEZZA (DySoLab) / Ellie MEVEL (DySoLab) / Anne MONJARET (Sef) / Lucie NAYAK (Sef) / Frédéric NEYRAT (DySoLab) / Elise PALOMARES (DySoLab) / Eric REMY (NIMEC) / Pascal ROLAND (CETAPS) / Olivier SIROST (CETAPS) / Magali SIZORN (CETAPS) / Maïlys TORCHE (NIMEC) / Younes VAN PRAET (DySoLab)

 

Coordinateurs

Patrice COHEN (DySoLab) / Anne MONJARET (Sef) / Eric REMY (Nimec) / Olivier SIROST (Cetaps)

Pour toute précision, merci de nous contacter par mail à l’adresse suivante: engagementsef17@sciencesconf.org

top 2

 

Colloque international Sef-Sophiapol : Les échanges sexuels et leurs « clients », 14 au 16 juin 2016, Nanterre

L’objectif de ce colloque international pluridisciplinaire est de contribuer à l’élargissement du concept d’échange économico-sexuel à partir des notions de transactions sexuelles et de sexualité négociée en concentrant le point de vue sur les « client.e.s ». L’originalité de la perspective est donc double puisqu’il s’agit non seulement de repenser à nouveaux frais l’économie de la sexualité dans son ensemble, mais également de le faire à partir de la question spécifique de celles et ceux qui, occasionnellement ou non, de manière implicite ou explicite, « paient », « achètent », « rémunèrent », « rétribuent », etc. Se trouve donc au cœur de ce colloque une question dont l’apparente simplicité masque une profonde complexité : qui paie dans les échanges économico-sexuels ? Comment et pourquoi ? Certaines aires culturelles ou certains contextes socio-historiques connaissent-ils des spécificités en la matière ?
Dans de nombreux cas, les communications présentées dépassent le seul cadre de la prostitution pour s’intéresser aux formes « plus ordinaires » de négociation(s) de la sexualité.

 

Dates :
Mardi 14 juin, mercredi 15 juin et jeudi 16 juin 2016

Lieux :
Université Paris Ouest   Nanterre   La Défense

Bâtiment B, rez-de-chaussée, espace recherche, salle des conférences (le mardi 14 juin)
Bâtiment F, troisième étage, salle des conférences F352 (le mercredi 15 et le jeudi 16 juin)

Comment venir ? par le train et le RER
Plan du campus de Paris Ouest Nanterre La Défense

 

Programme

Mardi 14 juin 2016

Salle des conférences : bâtiment B, rez-de-chaussée, espace recherche

 

9h45 – Ouverture

Philippe Combessie, membre du Conseil de la Sef, directeur du Sophiapol, introduction.

Marie-Elisabeth Handman (EHESS, France)
Conférence inaugurale.

 

10h45 – Session 1 : Dialogues entre théorie et terrain

Président de séance : Philippe Combessie (Sef, Université Paris Ouest, France)

Nathanaël Wadbled (Université du Québec à Montréal, Canada)
Repenser les rapports de genre hors du modèle des rapports de classe : critique de la modélisation économique de la sexualité.

Vincent Rubio (membre du Conseil de la Sef, Université Paris Ouest, France)
Les limites de l’authentique. À propos des clients de la prostitution masculine sur Internet.

 

14h00 – Session 2 : De « bons » clients ?

Président de séance : Bruno Proth (École Nationale Supérieure d’architecture de Paris Val de Seine, France)

Pierre Brasseur (Université Lille 1, France)
De la gueule cassée à l’accompagné sexuel : figures du client en situation de handicap.

Lucie Nayak (Secrétaire générale de la Sef, Inserm, France)
Les formes de l’échange dans la sexualité de personnes désignées comme « handicapées mentales ».

 

15h30 – Session 3 : Objets transactionnels

Présidente de séance : Myriam Joël (Ined, France)

Cécile Thomé (EHESS, France)
« Si t’as pas de préservatif y’a pas de rapport ». Étude des négociations sexuelles ordinaires.

Maxime Bello (Université Paris Ouest, France)
La vente des fluides corporels sur internet : rôles et affects.

 

 

Mercredi 15 juin 2016

Salle des conférences : bâtiment F, 3e étage (F352)

 

9h45 Session 4 : Coucher avec les mots

Présidente de séance : Catherine Deschamps (École Nationale Supérieure d’architecture de Paris Val de Seine et Université Paris Ouest, France)

Jean Zaganiaris (École de gouvernance et d’économie, Rabat, Maroc)
Parlez-moi de (faire) l’amour : penser les sexualités négociées et l’immanence du désir au sein des champs littéraires français et marocain.

Isabelle Boisclair (Université de Sherbrooke, Canada)
Portrait du client en bédéiste. Sur Vingt-trois prostituées de Chester Brown.

Yagos Koliopanos (Université Paris Ouest, France)
Les clients et les « minets » : de quelques contours flous dans les marges de l’économie sexuelle à Athènes.

 

14h00 – Session 5 : À distance de chair

Président de séance : Mathieu Trachman (Ined, France)

Agnès Giard (Université Paris Ouest, France)
Les bordels de poupées au Japon : la love doll et ses « clients ».

Kim-Marlène Lé (Scuola Superiore Sant’Anna, Pise, Italie)
Le rôle de la gestion de la relation avec les clients et des communautés dans les modèles d’affaires de la production pornographique en ligne.

 

15h30 – Session 6 : Offrandes aux déesses

Présidente de séance : Marie-Carmen Garcia (Université Paul Sabatier, France).

Sacha Demazy (Université Paris Ouest,  France)
Strip-tease au Japon : le rôle de l’offrande dans la reconnaissance affective.

Gilles Chantraine (CNRS/Clersé, France)
« Elle est douce mais ferme, et elle me comprend » : transactions financières, négociations et jeux BDSM.

 

Jeudi 16 juin 2016

Salle des conférences : bâtiment F, 3e étage (F352)

 

9h30 – Session 7 : Négociations ordinaires

Présidente de séance : Marie-Elisabeth Handman (EHESS, France)

Annamaria Colombo, Myrian Carbajal, Jean-Luc Heeb, Marlène Barbosa et Sandra Modica (Haute école de travail social, Haute école spécialisée de Suisse occidentale, Fribourg, Suisse)
Les transactions sexuelles entre adolescent-e-s de Suisse : quelles représentations et quelles pratiques des jeunes ?

Vulca Fidolini (Université de Strasbourg, France)
Partenaires « dangereuses ». Transactions sexuelles, masculinités défensives et rapports sociaux chez de jeunes Marocains en Europe.

Yann Le Bihan (membre du Conseil de la Sef, Université de Picardie Jules Verne, France)
Sexe, race et classe sur un marché matrimonial « parallèle » : l’espace des échanges ouvert par des petites annonces publiées dans la presse écrite.

Marie-Carmen Garcia (Université Paul Sabatier, France) et Philippe Nkoma Ntchemandji (Service de Mouvements de la Population et de l’État Civil, Ministère de l’Économie (DGS/DSD), Gabon)
Échanges économico-sexuels dans les relations extraconjugales. Comparaison France-Gabon.

 

14h30 – Session 8 : Le pire des clients ?

Président de séance : Lilian Mathieu (CNRS/Centre Max Weber, École normale supérieure, Lyon, France)

Bénédicte Lavaud-Legendre (Université Bordeaux 4, France)
Sexualité tarifée – Que dit le droit ?

Nicolas Lainez (EHESS, France)
Le proxénétisme familial au Viêt Nam, ou comment banaliser une sexualité transgressive.

Altaïr Despres (Université Panthéon-Sorbonne, France)
Au-delà du tourisme sexuel. Transactions culturelles intimes dans les sexualités et conjugalités afro-occidentales à Zanzibar (Tanzanie).

 

Initiative et organisation :
Vincent Rubio, membre du Conseil de la Sef, chercheur sous contrat (Université Paris Ouest/ Sophiapol-GDR Lasco)
Catherine Deschamps, maître assistante – HDR (Ecole nationale supérieure d’architecture de Paris Val de Seine/ Sophiapol-GDR Lasco)
et Philippe Combessie, membre du Conseil de la Sef, directeur du Sophiapol (EA 3932)

Contact : Amélie Le Bihan, chargée du pilotage des projets du Sophiapol : amelie.lebihan [at] u-paris10.fr

 

Comité scientifique :
Jean-Michel Chaumont, Professeur, Université catholique de Louvain
Marie-Carmen Garcia, Professeure des universités, Université Toulouse 3 – Paul Sabatier
Marie-Elisabeth Handman, Maîtresse de Conférences (HDR) retraitée, EHESS
Lilian Mathieu, Directeur de recherche, CNRS
Sébastien Roux, Chargé de recherche, CNRS
Mathieu Trachman, Chargé de recherche, INED

 

 

Institutions partenaires de la Sef pour ce colloque international :
Ecole doctorale « Economie, Organisations, Société » (ED EOS)
GIS Asie (réseau CNRS « Asie et Pacifique »)
Institut Emilie du Châtelet
Mission de recherche « Droit et Justice » (CNRS-Ministère de la Justice)
Sophiapol (EA3932) « Sociologie, philosophie et anthropologie politiques »

 

Comment produire des analyses quantitatives à partir de matériaux ethnographiques ?

Lien

APPEL A CONTRIBUTIONS  

 

De la constitution d’un corpus aux analyses statistiques,
comment produire des analyses quantitatives à partir de matériaux ethnographiques ?

 

Procession à Málaga (Espagne), 2014 – cliché : Ph. Combessie

           Procession à Málaga (Espagne), 2014 –      cliché : Ph. Combessie

Journée d’étude organisée par le laboratoire Sophiapol (EA3932), 
en partenariat avec la Société d’ethnologie française (SEF),

à Nanterre, automne 2016

 

Les approches mixtes (quantitative et qualitative) d’un même matériau ont rarement fait l’objet de réflexions méthodologiques – à l’exception, notamment, de Claire Lemercier et Claire Zalc (2008) et Joanie Cayouette-Remblière (2011) – alors même qu’elles se sont multipliées ces dernières années.

Pourtant, les intérêts à dépasser l’opposition quantitatif/qualitatif dans la démarche en sciences sociales sont soulignés depuis longtemps et le sens même de cette opposition est régulièrement mis en questions (Bryman, 1984 ; Abbott, 2001). Il est fréquent que des chercheurs en sciences sociales associent des observations ethnographiques, des entretiens ou un travail à partir d’archives à l’exploitation d’une base de données préexistantes, à la passation de questionnaires ou encore à des comptages sur leurs terrains (Imbert, Ferrand, 1993 ; Peneff, 1995 ; Weber, 1995 ; Soutrenon, 2005 ; Béliard, Eideliman, 2014). On retrouve, d’une certaine manière, le clivage emic/etic analysé par Olivier de Sardan (1998).

De façon concrète, qu’il s’agisse de coder des dossiers (Cayouette-Remblière, 2011 ; Pohn-Weidinger, 2013 ; François, 2014), des annuaires (Denord et al., 2011), des notes d’observation (Collectif Onze, 2012 ; Jobard et al., 2012 ; Mahi, 2015), des curriculum vitae (Raoult, 2015) ou encore des journaux intimes (Billaud, Brossard, 2014) – pour ne citer que quelques-uns de ces récents travaux – l’approche à la fois ethnographique et statistique d’un même matériau soulève de nouvelles questions à partir des pratiques développées – ou projetées – par les chercheurs.

Deux types de contributions sont attendues. D’une part des communications qui s’inscriraient dans l’un (ou plusieurs) des axes ci-dessous, d’autre part des communications plus transversales qui laisseraient davantage de place aux réflexions épistémologiques.

Voici les axes que nous avons, a priori, identifiés :

 Axe 1.  Élaborer une base de données à partir de matériaux ethnographiques

  • Pourquoi coder des matériaux ethnographiques ?
  • Comment constituer un corpus et quelles techniques d’échantillonnage mettre en place (en fonction des matériaux) ?
  • Comment appréhender la construction de la base de données à travers la standardisation de variables ?

Axe 2.  Quelles méthodes statistiques face au small data ?

  • À l’ère du développement des analyses de big data, l’approche quantitative de matériaux ethnographiques se distingue d’une part par le petit échantillon à partir duquel les chercheurs conduisent leurs investigations, d’autre part par la connaissance qualitative qu’ils ont du matériau. Les outils statistiques traditionnels (analyses factorielles, régressions, etc.) sont-ils pertinents face à ces matériaux ? Quelles méthodes statistiques employer ?
  • Il existe des logiciel de traitement des données qualitatives (Alceste, NVivo…). Dans quelle mesure permettent-ils d’aller plus loin dans l’analyse des matériaux ? Dans quelle mesure, à l’inverse, peuvent-ils limiter les marges d’analyse du chercheur ? On peut se demander, enfin, si leur utilisation ne peut pas, dans certains cas, contribuer à discréditer le travail ethnographique.

Axe 3.  Restitution et enjeux éthiques

  • Mobiliser l’outil statistique invite parfois à des extrapolations généralisantes (Passeron, 1991) dont la démarche ethnographique tend a priori à se préserver. Dans ces conditions, quelles sont les limites du passage du qualitatif au quantitatif ?
  • Comment articuler les analyses du matériau en tant qu’objet ethnographique et la quantification de celui-ci ?
  • Quelles sont les implications d’un traitement statistique d’un matériau ethnographique en termes d’accès et de protection des informations personnelles, au moment de la constitution de la base, et de mise à disposition des données à la communauté, au moment de la diffusion des analyses ?

 

Modalités pratiques

Les résumés des propositions de communication, rédigés en français, en 300 mots au maximum, sont attendus pour le 30 avril 2016 et doivent :

  • comporter un titre
  • indiquer le nom de l’auteur et de l’institution de rattachement (coordonnées complètes)
  • être envoyés par courriel à l’adresse suivante : quanti2016nanterre@gmail.com

Les propositions seront évaluées par le comité d’organisation ; réponses envoyées le 1er juin 2016.

Pour toute question  relative à cette journée d’étude : laramahi75@gmail.com ; sacha.raoult@univamu.fr

 

Comité d’organisation : Philippe Combessie, Aurélien Djakouane, Lara Mahi, Sacha Raoult.

 

Retour à la page des appels à contributions

La SEF est une société savante crée en 1946 par Georges-Henri Rivière, fondateur du Centre d’ethnologie française. Située jusqu’en 2009 au Musée national des arts et traditions populaires à Paris, elle se trouve aujourd’hui à la Maison de l’archéologie et de l’ethnologie, sur le site de l’Université Paris Ouest  Nanterre  La Défense. Ses adhérents organisent chaque année des journées d’étude sur des thématiques contemporaines. Elle participe au comité de rédaction de la revue Ethnologie française dont elle détient le titre. Depuis 2014, elle publie également des ouvrages. Le propos de ce carnet est de contribuer à faire connaître les activités que ses membres organisent.

_____________________________

The SEF (French Ethnology Society) is an academic society created in 1946 by Georges-Henri Rivière, a French anthropologist who founded the Centre d’ethnologie française (French Ethnology Centre). Both of them were located at Museum for Arts and Popular Cultures in Paris until 2009 when the SEF moved to the Institut of Archeology and Ethnology at the Paris West University   Nanterre  La Défense. The Society organizes a special workshop every year about contemporary ethnographic issues. The Society also ownes the title of the academic journal Ethnologie française. This website aims at spreading information about the association and its members’s activities.