« La médiation familiale prise comme idéal type de nouveaux modèles et de nouvelles pratiques professionnelles », Jacques Saliba, Nanterre, le 22 juin 2017

bandeau-seminaire-lasco logosefx

.

La dixième séance du séminaire 2016-2017 du GDR Lasco, en partenariat avec la Société d’ethnologie française (Sef), accueillera Jacques Saliba, docteur en sociologie, ancien maître de conférences à l’Université Paris Nanterre, pour une communication qu’il propose d’intituler :

La médiation familiale prise comme idéal type
de nouveaux modèles et de nouvelles pratiques professionnelles

.

Date :
Jeudi 22 juin 2017, de 17h00 à 19h00

Lieu :
Université Paris Nanterre
Bâtiment D, salle D 201 (2e étage du bâtiment D)
Comment venir ?

Organisation du séminaire :
Gabriel Segré et Vincent Rubio

Résumé : 

La multiplication et la segmentation de nouvelles pratiques professionnelles sont une des caractéristiques de la modernité actuelle. Elles cherchent à prendre en charge, sur un mode original, des aspects de la vie individuelle et relationnelle qui relèvent habituellement de rapports intimes, conflictuels et à forte charge émotionnelle. Les champs de la culture, de la santé physique et mentale, de la famille, comme de l’éducation, voire même du carcéral, sont particulièrement concernés par ces nouvelles pratiques. Ces dernières cherchent à se faire reconnaître comme profession à part entière en marquant bien la spécificité de leur objet et de leur mode d’intervention. A cet effet elles entrent en concurrence avec des professions déjà établies et à forte légitimité telles que celles du monde de la médecine, du droit et de la justice, de la psychologie, du travail social et des psychothérapies reconnues académiquement comme la psychanalyse par exemple…

L’originalité de leur intervention est de déplacer la position du profane dans la relation de service. Les professionnels refusent de remplir le rôle d’un expert qui s’appuierait sur un savoir ésotérique extérieur à la culture des personnes qui sollicitent leur prestation. Elles défendent dans l’identité de leur intervention l’idée que les profanes eux-mêmes ont le savoir nécessaire pour résoudre leur problème. Il s’agit donc, par la mise en place d’un cadre, d’une posture tierce, d’une déontologie voire d’une éthique, de travailler avec eux une relation qui puisse générer une parole et un mode d’interactions. Il est attendu une prise de conscience des différentes positions des uns vis-à-vis des autres qui permette la construction ou la reconstruction d’un lien. Il s’agit de rendre possible la reconnaissance de la position symbolique que chacun est tenu d’avoir dans sa relation aux autres et de la tenir en toute responsabilité. Par exemple derrière les conflits de couple doit être réhabilitée la fonction parentale à laquelle chacun des protagonistes, malgré ses différents et ses différences, est supposé assumer vis à vis de l’enfant. Dans ces nouveaux métiers, le travail repose sur soi-même et sur sa capacité à maintenir la posture définie par le cadre. Il revient à l’intervenant de dynamiser le processus des séances et de le maintenir ouvert à l’écoute de la seule parole des profanes. Il s’agit plus de reformuler que d’interpréter ou de conseiller.
De telles pratiques et de telles conceptions ne sont pas déconnectées du contexte social dans lequel elles se développent. La dislocation des liens communautaires, l’individualisation croissante, l’appel à l’autonomie et à une recherche de reconnaissance qui ne s’appuie pas sur un statut attribué ou transmis, mais sur une réalisation de soi par soi-même mettent à mal les références et les reproductions institutionnelles. On passe d’une définition de la Personne, à celle de l’Acteur voire de l’Agent pour in fine se fixer sur une problématique du Sujet ! La négociation devient le nouveau mode de relation valorisé qui résiste aux injonctions normatives ou même au principe kantien de l’impératif moral catégorique. Désir, devoir et engagement, se confrontent pour qu’on puisse être soi sans mettre à mal le lien social et interpersonnel.

La Médiation familiale est, ici, prise en exemple pour dégager des caractéristiques idéales typiques de ces professions émergentes. On dégagera précisément les principes sur lesquels elle repose. Les formes de revendications, de stratégies et de procédures de légitimation qu’elle développe pour se faire reconnaître comme profession. Quelle organisation met en place le milieu ? Comment s’y prend-il ? Quelles valeurs et quelles motivations traversent les intervenants dont le nombre est en extension ? Quels nouveaux domaines cherchent-ils à investir dans le champ de la famille. Le carcéral en est un des exemples le plus récent.

La Médiation familiale est apparue dans les années 1970 aux E.U. Un avocat américain, John Cowinson a cherché à introduire un mode plus relationnel de la gestion des conflits dans les divorces. Le pragmatisme américain, sous l’influence du protestantisme et de sa conception du libre arbitre, a permis des analyses critiques à l’égard de l’intervention des experts. Comment permettre aux profanes de se réapproprier un contrôle sur leur corps et leurs relations privées face à un langage ésotérique et technique étranger à leur propre culture ?
Le mouvement est lancé. La médiation s’étend dans les années 1980 au Canada, là encore, sans que lui soit conféré un caractère obligatoire. Par la suite des psychologues, des avocats, des thérapeutes, des travailleurs sociaux, des conseillers conjugaux, s’initient sur ce nouveau mode négocié de résolution des conflits. De retour en France, vers la fin des années 80, ces militants, s’appuient sur leur position charismatique pour créer l’APMF (Association Pour la Médiation Familiale).
En 1988 un service de médiation familiale est fondé à Caen, par une association de pères, les amis de Jean Bosco. Dans cette ville, un premier congrès, en 1990, donnera naissance à la FENAMEF (Fédération Nationale des Associations de Médiation Familiale). Un code de déontologie est adopté en décembre de la même année par l’APMF et sera adapté aux questions de la famille. La loi du 8 février 1995 légitime des modes alternatifs de règlement des conflits. Sous l’impulsion de Ségolène Royale ministre à la Famille, est institué le DEMF (Diplôme d’Etat de Médiation Familiale) en 2003.
Dans sa volonté de reconnaissance professionnelle, la médiation familiale a bénéficié de deux impulsions: celle charismatique de militantes engagées et celle de l’Etat par l’instauration d’un diplôme national donc d’une forme officielle de légitimation. L’intervention de l’Etat est liée à l’enjeu que représentent la famille et ses transformations dans le monde moderne.
La médiation familiale s’inscrit ainsi dans une définition plus large que le plaidoyer pour une sociologie de la médiation de Jean-Pierre Bonafé-Schmi . Alors que ce dernier la présente seulement comme : « Un processus le plus souvent formel par lequel un tiers neutre, à travers la conduite d’une réunion, permet aux parties de confronter leurs points de vue et de rechercher avec son aide une solution au litige qui les oppose » La définition qui est donnée de la Médiation familiale s’enrichit, elle, des questions de « lien familial … dans la diversité de ses formes et dans son évolution » tout en reconnaissant « l’autonomie et la responsabilité des personnes concernées » et « l’intervention d’un tiers impartial, indépendant, qualifié et sans pouvoir de décision »
Il a fallu un moment historique et culturel d’évolution de la famille et du mode de solidarité collective pour que la Médiation familiale puisse se revendiquer comme profession et défendre cette conception de sa pratique.

Cette chronologie montre la rapidité avec laquelle le projet de construction professionnelle s’est développé : une trentaine d’années. Que nous apprend-elle des mécanismes sociaux par lesquels une profession se constitue ?

Journées d’étude : « De la constitution d’un corpus aux analyses statistiques, comment produire des analyses quantitatives à partir de matériaux ethnographiques ? », 10 & 11 octobre 2016, Nanterre

Procession à Málaga (Espagne), 2014

Procession à Málaga (Espagne), 2014                                                                       cliché : Ph. Combessie

Ces deux journées d’étude sont organisées par la Société d’ethnologie française (SEF) en partenariat avec la Société d’ethnologie française (SEF) et avec le soutien de l’Ecole doctorale EOS ainsi que de Image (logiciel Alceste) et de Kynos (logiciel Modalisa). Elles se dérouleront au Bâtiment Max Weber (Université Paris Ouest, campus de Nanterre).
.

 

Date :
Lundi 10 octobre et mardi 11 octobre 2016.

Lieu :
Université Paris Ouest   Nanterre   La Défense,
Bâtiment W (salle au rez-de-chaussée)
Comment venir ? en voiture, par le train ou le RER.
Plan du campus de l’Université Paris Ouest (site de Nanterre)

Comité d’organisation :
Philippe Combessie, Aurélien Djakouane, Lara Mahi, Sacha Raoult.

.

Programme

Lundi 10 octobre

.

11h00 : Introduction à la journée d’étude (Comité d’organisation)
.

Panel 1. S’émanciper des règles, repenser les méthodes (11h20-12h20)
Présidence de session : Lara Mahi et Sacha Raoult (Université Paris Ouest – Sophiapol)

11h20 : Julien Gros (Cesaer-Inra, LSQ-Crest)
Quantifier en ethnographe. Sur les enjeux d’une émancipation de la représentativité statistique lors des usages ethnographiques des méthodes quantitatives.

11h40 : Baptiste Brossard (Australian National University – School of Sociology)
Quand n=1.

12h00 : Pascal Vallet (Université Jean Monnet – Saint Etienne – Centre Max Weber)
Sur les archives de L’œil à la page, une enquête mutiméthodologique de Jean-Claude Passeron et Michel Grumbach

12h20 : Discussion

[12h40 : Pause déjeuner]
.

Panel 2. Recruter, hospitaliser, condamner… : analyses mixtes de trajectoires institutionnelles (14h00-16h00)
Présidence de session : Joanie Cayouette-Remblière (Institut national d’études démographiques)

14h00 : Marie-Victoire Bouquet (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne/EHESS – Centre Européen de Science Politique)
Objectiver les déterminants du recrutement : une base de données sur les candidatures bénévoles pour l’association Emmaüs.

14h20 Lara Mahi (Université Paris Ouest – Sophiapol) et Sébastien Saetta (Université Paris Descartes – Cermes 3)
Produire des statistiques à partir d’observations de procès : enjeux méthodologiques et épistémologiques.

14h40 : Discussion

14h55 : Julien Bourdais (Université Paris Descartes – Cermes 3)
Dossiers médicaux et histoires personnelles : reconstruire un ordre biographique à partir d’une institution psychiatrique.

15h15 : Florence Brumaud (Université de Bordeaux – CeDS)
La fabrication du handicap psychique. Ethnographie du travail des équipes pluridisciplinaires d’évaluation à la maison départementale des personnes handicapées de la Gironde

15h35 : Discussion

[15h50 : Pause café]
.

Panel 3. Objectiver les implantations et circulations spatiales (16h10-17h30)
Présidence de session : Colin Giraud (Université Paris Ouest – Sophiapol)

16h10 Michèle Lalanne (Institut National Universitaire Champollion d’Albi – Certop) et Emmanuel Pages (Université fédérale de Toulouse Midi-Pyrénées – LabEx Structuration des Mondes Sociaux).
Une standardisation des méthodes d’observation est-elle possible pour quantifier les itinéraires des touristes ?

16h30 Jocelyne Ferraris (IRD – Entropie), Georgeta Stoika (IRD – Entropie), Elodie Delvaux (IRD – Entropie), Catherine Sabinot (IRD Espace Dev), Stéphanie Carrière (IRD – Gred) et Pascale Chabanet (IRD – Entropie) –  LabEx Corail.
Dessine-moi un récif coralien : une méthodologie de la recherche interdisciplinaire sur la représentation de la nature par des enfants en bord de mer

16h50 : Thomas Vroylandt (Drees – Ministère de Affaires Sociales et de la Santé – DynamE).
Ethnographie, numérique et statistiques : les veilleurs de la “manif pour tous”.

17h10 : Discussion

17h30 : Présentation du logiciel Alceste

 

Mardi 11 octobre
.

Panel 4. Saisie et traitement de données mixtes : retours d’expérience (8h30-10h15)
Présidence de session : Aurélien Djakouane (Université  Paris Ouest – Sophiapol)

8h30 : Siyu Li (Université de Lille 1/Chinese Academy of Social ScienceS – Clersé/Centre Maurice Halbwachs)
Méthodes mixtes appliquées à différentes phases de recherche : expériences dans les lycées en Chine : combinaison de l’ACM et de l’enquête de terrain

8h50 : Florence Lethurgez (Aix-Marseille Université – Irsic)
Observer et mesure l’anticipation de l’écoute musicale en médiathèque : lecteurs et lectures de livrets discographiques de musique « classique ».

9h10 Discussion

9h25 Kidline Leichnig (Université du Littoral Côte d’Opale – TVES) et Gaëlle Deletraz (Université de Pau et des Pays de l’Adour – Passages)
Retour d’expérience sur une analyse qualitative « traditionnelle » enrichie par un traitement semi-automatique.

9h45 Jérémie Gauthier (EHESS-Iris, Centre Marc Bloch Berlin)
Contrôler, interpeller, garder à vue. Analyse quantitative des groupes cibles de l’action policière dans une ville de banlieue parisienne

10h05 Discussion

[10h15 Pause café]

 

Panel 5. Vandales, chasseurs, intellectuels : révéler des distinctions à l’intérieur de groupes (10h30-12h20)
Présidence de session : Claire Zalc (CNRS – IHMC)

10h30 : Anne Bessette (Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 – Cerlis)
Quelques pistes de réflexions sur la constitution et l’analyse d’un corpus permettant l’étude d’un phénomène peu courant : le vandalisme sur les œuvres d’art.

10h50 : Camille Fossier (Institut Agronomique Calédonien), Catherine Sabinot (IRD) et Séverine Bouard (Institut Agronomique Calédonien)
Standardiser à partir des catégories émiques et spatialiser les incertitudes.

11h10 : Discussion

11h25 : Cyprien Tasset (EHESS – Iris)
Du déploiement de la réflexivité des « intellectuels précaires » à la mise en lumière d’une aire sociale contrastée.

11h45 : Sacha Raoult (Université Paris Ouest – Sophiapol)
Quelles méthodes pour classer un vaste corpus hétérogène de « littérature scientifique » dans des catégories politiques très générales avant l’analyse quantitative ?

12h05 : Discussion

[12h20 : Pause déjeuner]

13h30 : Présentation du logiciel Modalisa 

Panel 6. Saisir les relations : par l’analyse de réseau, par l’analyse des discours (14h30-16h30)
Présidence de session : Philippe Combessie (Université Paris Ouest – Sophiapol)

14h30 : Léo Dumont (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne – Centre d’histoire du XIXe siècle)
Analyse textométrique d’un corpus de brochures de la Seconde République dans une perspective ethnolinguistique.

14h50 : Gilles Verpraet (Université Paris Ouest– Sophiapol)
Réseau sémantique et trajectoires des acteurs, deux approches qualitatives et quantitative d’un même matériau sur le développement durable

15h10 : Discussion

15h25 : Géraldine Comoretto (Université Versailles Saint Quentin – Printemps) et Raphaël Dhuot (Inra – Aliss).
Ethnographie et analyse de réseau. Comparaison de structures sociales et relationnelles de trois espaces d’interactions.

15h45 : Guillaume Lancereau (EHESS – CRH) et Pablo Zamith (Université de Montréal – IEP Paris – Centre MaxPo).
Combiner analyse de réseaux et ethnographique ou comment enquêter à partir de listes de noms. Le cas de la nébuleuse communiste dieppoise (1965-1976)

16h05 : Discussion

.

L’accès à ces journées d’étude est libre (et gratuit), mais il est souhaitable, pour notre organisations, que vous nous envoyiez un message, à l’adresse quanti2016nanterre@gmail.com, en précisant à quel moment vous serez parmi nous (quelle demi-journée ? quelle journée ? pendant les deux jours ?)

Le comité d’organisation

Comment produire des analyses quantitatives à partir de matériaux ethnographiques ?

Lien

APPEL A CONTRIBUTIONS  

 

De la constitution d’un corpus aux analyses statistiques,
comment produire des analyses quantitatives à partir de matériaux ethnographiques ?

 

Procession à Málaga (Espagne), 2014 – cliché : Ph. Combessie

           Procession à Málaga (Espagne), 2014 –      cliché : Ph. Combessie

Journée d’étude organisée par le laboratoire Sophiapol (EA3932), 
en partenariat avec la Société d’ethnologie française (SEF),

à Nanterre, automne 2016

 

Les approches mixtes (quantitative et qualitative) d’un même matériau ont rarement fait l’objet de réflexions méthodologiques – à l’exception, notamment, de Claire Lemercier et Claire Zalc (2008) et Joanie Cayouette-Remblière (2011) – alors même qu’elles se sont multipliées ces dernières années.

Pourtant, les intérêts à dépasser l’opposition quantitatif/qualitatif dans la démarche en sciences sociales sont soulignés depuis longtemps et le sens même de cette opposition est régulièrement mis en questions (Bryman, 1984 ; Abbott, 2001). Il est fréquent que des chercheurs en sciences sociales associent des observations ethnographiques, des entretiens ou un travail à partir d’archives à l’exploitation d’une base de données préexistantes, à la passation de questionnaires ou encore à des comptages sur leurs terrains (Imbert, Ferrand, 1993 ; Peneff, 1995 ; Weber, 1995 ; Soutrenon, 2005 ; Béliard, Eideliman, 2014). On retrouve, d’une certaine manière, le clivage emic/etic analysé par Olivier de Sardan (1998).

De façon concrète, qu’il s’agisse de coder des dossiers (Cayouette-Remblière, 2011 ; Pohn-Weidinger, 2013 ; François, 2014), des annuaires (Denord et al., 2011), des notes d’observation (Collectif Onze, 2012 ; Jobard et al., 2012 ; Mahi, 2015), des curriculum vitae (Raoult, 2015) ou encore des journaux intimes (Billaud, Brossard, 2014) – pour ne citer que quelques-uns de ces récents travaux – l’approche à la fois ethnographique et statistique d’un même matériau soulève de nouvelles questions à partir des pratiques développées – ou projetées – par les chercheurs.

Deux types de contributions sont attendues. D’une part des communications qui s’inscriraient dans l’un (ou plusieurs) des axes ci-dessous, d’autre part des communications plus transversales qui laisseraient davantage de place aux réflexions épistémologiques.

Voici les axes que nous avons, a priori, identifiés :

 Axe 1.  Élaborer une base de données à partir de matériaux ethnographiques

  • Pourquoi coder des matériaux ethnographiques ?
  • Comment constituer un corpus et quelles techniques d’échantillonnage mettre en place (en fonction des matériaux) ?
  • Comment appréhender la construction de la base de données à travers la standardisation de variables ?

Axe 2.  Quelles méthodes statistiques face au small data ?

  • À l’ère du développement des analyses de big data, l’approche quantitative de matériaux ethnographiques se distingue d’une part par le petit échantillon à partir duquel les chercheurs conduisent leurs investigations, d’autre part par la connaissance qualitative qu’ils ont du matériau. Les outils statistiques traditionnels (analyses factorielles, régressions, etc.) sont-ils pertinents face à ces matériaux ? Quelles méthodes statistiques employer ?
  • Il existe des logiciel de traitement des données qualitatives (Alceste, NVivo…). Dans quelle mesure permettent-ils d’aller plus loin dans l’analyse des matériaux ? Dans quelle mesure, à l’inverse, peuvent-ils limiter les marges d’analyse du chercheur ? On peut se demander, enfin, si leur utilisation ne peut pas, dans certains cas, contribuer à discréditer le travail ethnographique.

Axe 3.  Restitution et enjeux éthiques

  • Mobiliser l’outil statistique invite parfois à des extrapolations généralisantes (Passeron, 1991) dont la démarche ethnographique tend a priori à se préserver. Dans ces conditions, quelles sont les limites du passage du qualitatif au quantitatif ?
  • Comment articuler les analyses du matériau en tant qu’objet ethnographique et la quantification de celui-ci ?
  • Quelles sont les implications d’un traitement statistique d’un matériau ethnographique en termes d’accès et de protection des informations personnelles, au moment de la constitution de la base, et de mise à disposition des données à la communauté, au moment de la diffusion des analyses ?

 

Modalités pratiques

Les résumés des propositions de communication, rédigés en français, en 300 mots au maximum, sont attendus pour le 30 avril 2016 et doivent :

  • comporter un titre
  • indiquer le nom de l’auteur et de l’institution de rattachement (coordonnées complètes)
  • être envoyés par courriel à l’adresse suivante : quanti2016nanterre@gmail.com

Les propositions seront évaluées par le comité d’organisation ; réponses envoyées le 1er juin 2016.

Pour toute question  relative à cette journée d’étude : laramahi75@gmail.com ; sacha.raoult@univamu.fr

 

Comité d’organisation : Philippe Combessie, Aurélien Djakouane, Lara Mahi, Sacha Raoult.

 

Retour à la page des appels à contributions

Journée d’étude « Ethnologie chez soi »

Pour journée d'études Ethnographie chez soi

Date :
Mardi 22 mars 2016

Lieu :
Musée de l’Homme
17, place du Trocadéro et du 11 Novembre, 75016 Paris
Salle Claude Lévi-Strauss

Organisation et contacts :
Sef : Anne Monjaret (IIAC-Lahic, CNRS-EHESS), Vincent Rubio (Université Paris Ouest – Sophiapol – GDR Lasco) et Sylvie Sagnes (IIAC-Lahic, CNRS-EHESS)
Afea : Delphine Burguet (RAE-EHESS) et Chloé Rosati-Marzetti (Université de Nice-Sophia Antipolis, Lapcos)

 

Argumentaire 

Qu’est-ce que faire de l’ethnologie « chez soi », de l’ethnologie « du proche » pourrait-on également dire ?

Comment le chercheur peut-il porter un regard sur sa propre société ?

Questionner « l’ethnologie chez soi » suppose d’interroger le traitement possible de la distance. Longtemps prônée par les ethnologues des lointains grâce à la distance géographique que permettaient leurs terrains éloignés, elle relevait d’une projection loin dans le temps pour les ethnologues de la proximité. Si ce questionnement n’est pas nouveau, il mérite d’être repris à la lumière du contexte contemporain (notamment du développement d’Internet qui modère, sinon efface les distances géographiques), en revenant sur les différentes manières de concevoir et de pratiquer aujourd’hui cette ethnologie « chez soi », au figuré comme au propre.

C’est principalement à la construction de la distance ethnologique que nous nous intéressons ici, une distance que certains trouvent, éprouvent, grâce au détour par l’histoire, que d’autres marquent par le choix d’étude d’une classe sociale, d’une culture, d’un genre, etc., se différenciant de leurs appartenances personnelles. Cela étant, l’ethnologue tend aussi à investir des mondes sociaux qui ne sont plus simplement au voisinage des siens, mais qui sont à proprement parler les siens (sa famille, sa discipline, etc.). Comment dès lors la distance se réinvente-t-elle ?

Cette question en appelle une autre, tout aussi majeure en ethnologie : celle du traitement de l’Altérité dans une société concernée par un mouvement de globalisation, qui a pour effet de perturber la distinction entre l’autre et le semblable, entre le « eux » et le « nous », de la redéfinir, voire de la nier (citoyens du monde). Comment les ethnologues sont-ils alors amenés à adapter leurs approches pour mieux se caler sur les réalités sociales qu’ils étudient ?  Lui-même pris dans ces dynamiques de recomposition identitaire, l’ethnologue voit le savoir de l’autre hissé à hauteur du sien. Sur le principe de cette égale dignité des compétences, se fondent de nouveaux dispositifs de recherche, dits participatifs ou collaboratifs, le plus souvent à visée d’application, amenant le chercheur à travailler non plus seulement sur mais avec ses informateurs. Dans ces configurations inédites, où la proximité du « chez soi » se resserre singulièrement, comment l’ethnologue bouscule-t-il les cadres habituels de sa recherche, pour quelles innovations méthodologiques et pour quelles réponses à la demande   sociale ?

 

Programme

10h – Présentation de la journée et de l’intérêt du partenariat  (Afea et Sef)

10h20 – Introduction : « Vous cherchez l’exotisme dans le papier peint »

Anne MONJARET, Présidente de la Sef, IIAC-Lahic, CNRS-EHESS

10h40 – Enquêter chez soi : le récit d’expérience d’une Grassoise

Chloé ROSATI-MARZETTI, Université de Nice-Sophia Antipolis, Lapcos

Il est aisé de penser qu’il est plus confortable d’étudier sa propre culture puisque nous la connaissons déjà… Or, il n’en est rien. C’est ce que j’ai découvert à l’occasion d’un travail doctoral sur ma propre ville : Grasse. Ayant grandi et y vivant, mon étude du terrain grassois a entraîné une importante réflexion méthodologique. Elle a imposé un retour réflexif sur le positionnement à adopter face à une multitude d’a priori, qui, jusque-là, correspondait aux idées que je me faisais de ma ville. Comment redécouvrir son espace de vie avec les yeux du chercheur ? Comment utiliser les discussions tenues avec son entourage (professionnel ou personnel) et les transformer en discours scientifique ? Cette présentation propose un récit d’expérience. Elle présente les avantages et les inconvénients, ainsi que les moyens mis en œuvre pour trouver la « bonne distance » (N. Dias, 2005 ; J. Favret-Saada et C. Isnart, 2008) sur un terrain qui apparaît souvent comme « trop » proche. Comment prendre le recul nécessaire pour tenter d’objectiver sa propre subjectivité ? Partir, s’éloigner pour mieux appréhender son terrain, dépouiller les archives et remonter l’histoire du lieu pour comprendre ce qu’il est aujourd’hui sont des exemples de stratégies adoptées ici pour tenter de créer ce qui serait cette « juste distance » (A. Bensa, 1995).

11h10 – Pause-café

11h20 – La prison du coin de la rue et l’évasion romanesque : quand les proximités imposent les détachements

Philippe COMBESSIE, Université Paris Ouest – Sophiapol

Depuis mon enfance, j’étais en position de proximité double, et donc trouble, avec l’univers carcéral ; j’avais des proches de chacun des deux côtés de cet espace dramatiquement scindé, clivé par l’ordre social contemporain qui édifie, à travers la prison, une barrière drastique entre « le bien » et « le mal ».

Deux formes de détachement se sont alors imposées à moi. Le premier consista en un éloignement, d’une dizaine d’années, entre mon dernier séjour à proximité d’une prison et mon premier projet de recherche concernant l’enfermement carcéral. Le second m’invita à adopter un point de vue distancé par rapport à la question pénitentiaire, alors que la plupart des sociologues l’approchent dans une perspective fortement empreinte de militantisme. Ces positionnements me conduisirent à moins focaliser mes analyses sur la prison elle-même que sur ce qu’elle nous révèle de la société qui la sécrète.

11h50 – Discussion

12h30-14h00 – Repas

14h00 – Il faut abolir la distance, même « juste »

Nicolas ADELL, Université Toulouse Le Mirail – Jean Jaurès, Lisst

L’anthropologie a fondé la totalité de ses démarches et de ses réflexions méthodologiques et épistémologiques autour de la notion de distance : distance à réduire quand les mondes de l’anthropologue et de ses enquêtés paraissaient irréductibles l’un à l’autre ; distance à construire quand, au contraire, les sujets se présentaient comme immédiatement accessibles et « identiques ». Distance, dans tous les cas, à documenter : où suis-je et qui suis-je pour ceux dont je cherche à rendre compte ?

Sur ces aspects, l’essentiel des débats a porté sur l’éthique de la recherche anthropologique : comment élaborer une distance qui soit « juste » ? où est la « juste distance » (A. Bensa) ?

Mais l’on a laissé dans l’ombre la question même de la légitimité de cet écart « nécessaire ». Il semblait acquis que tout raisonnement scientifique et toute proposition qui s’en réclame n’existent qu’à la condition qu’une « distance », garante d’une objectivité ou d’une subjectivité contrôlée, sépare l’observateur de l’observé.

C’est précisément ce qui est remis en cause, dans les dernières années, avec le développement de l’ethnologie de soi (qui n’est pas forcément « chez soi ») et de l’autoethnographie, qui sont au fondement de plusieurs recherches actuelles, dont celles conduites en France autour de la « vie savante ».

14h30 – Ethnographier le cyberespace ? Le cas de la prostitution étudiante en ligne

Vincent RUBIO, Université Paris Ouest – Sophiapol – GDR Lasco

Cette communication s’appuie sur l’expérience et les données d’une recherche de terrain de deux ans ayant pour objet la prostitution masculine homosexuelle sur Internet exercée en France par de jeunes hommes, étudiants âgés de 18 à 25 ans. En mobilisant une partie des résultats de ce travail et en mettant au jour les « ratés » de l’enquête, on montrera comment le chercheur a opéré par observation participante sans l’avoir planifié et, plus loin, en n’en prenant véritablement conscience qu’au moment de la mise à plat du matériau empirique. Cette singulière expérience d’un recueil de données « par inadvertance » sur un terrain à l’égard duquel le chercheur n’avait, pour reprendre les termes de Daniel Bizeul, ni support d’accointances antérieures, ni souci militant, ni engouement particulier, n’interroge pas simplement le travail de réflexivité et l’analyse de la relation enquêteur-enquêté propres à toute investigation de type empirique en sciences sociales. Elle constitue tout autant l’occasion d’examiner les modalités – et, au fond, les conditions de possibilités mêmes – d’une ethnologie chez soi entendue au sens d’une description ethnographique « à distance », c’est-à-dire réalisée depuis un écran d’ordinateur, se dispensant alors de la coprésence (physique et actuelle) des différents protagonistes de ce qui demeure pourtant toujours fondamentalement une coproduction.

15h – Pause-café

15h15 Les terrains du patrimoine immatériel : enquêter avec les enquêtés

Laurent Sébastien FOURNIER, Université Aix-Marseille, Idemec

La convention de l’UNESCO de 2003 sur la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel recommande la participation des communautés à la définition de ce qu’elles considèrent comme étant leur patrimoine. En France, pays où cette convention a été ratifiée en 2006, c’est le ministère de la culture qui doit veiller à sa mise en œuvre. Or l’ethnologie est la discipline d’appui du ministère de la culture en matière de recherche sur le patrimoine culturel immatériel. Les ethnologues sont donc invités depuis quelques années à réfléchir aux différentes manières de susciter la participation des communautés en vue de répondre au mieux aux recommandations de l’UNESCO. Cela conduit à imaginer des postures méthodologiques nouvelles pour intéresser les enquêtés à la recherche ethnologique et co-construire avec eux des analyses qui ne correspondent pas toujours aux canons de la discipline.

15h45 – Comment penser l’articulation entre la recherche et l’action patrimoniale ? Recherche ethnologique sur les mémoires des migrations en Rhône-Alpes

Marina CHAULIAC, DRAC Rhône-Alpes, IIAC-CEM

Les mémoires des migrations font l’objet d’un investissement important de la part de divers acteurs culturels en Rhône-Alpes depuis la fin des années 1990. Non seulement du côté associatif, avec la mise en place d’un réseau et d’une biennale sur la question, mais aussi du côté des collectivités territoriales, avec la création de structures culturelles comme le Rize à Villeurbanne (2008) ou le centre du patrimoine arménien à Valence (2005). Les services déconcentrés de l’Etat ont accompagné ce dynamisme, à la fois dans le cadre de la politique de la ville et dans le cadre de la politique culturelle via la direction régionale des affaires culturelles (DRAC). Les différentes actions menées posent la question des stratégies de reconnaissance adoptées par les acteurs pour inscrire l’immigration dans le patrimoine sinon national, du moins local et de la façon dont une collectivité intègre l’immigration dans la construction d’une identité locale. Au final, il est toujours question de la façon dont s’opère un travail de traduction des traces de l’immigration en objet « patrimonialisable ».

Je me suis emparée de cette problématique dans une double posture à la fois de chercheure en tant qu’anthropologue travaillant sur les questions mémorielles et d’acteur en tant que conseillère pour l’ethnologie au sein de la DRAC susceptible d’orienter et financer les projets sur les mémoires des migrations. Ce double statut m’a amené à reconsidérer mon statut de chercheure pour trouver la « juste distance » (A. Bensa) engagée sur le plan professionnel ainsi que citoyen dans les actions de patrimonialisation. Plus précisément, un travail de recherche menée avec Nancy Venel sur la prise en compte de la mémoire de l’immigration par la ville de Villeurbanne via son établissement culturel, le Rize, a nécessité de mettre en place une collaboration avec l’équipe de l’établissement qui permette de mettre en partage les analyses de chacun sans renoncer à nos problématiques de recherche.

16h15 – Discussion

En raison de l’état d’urgence, les inscriptions à la journée se font par voie électronique conjointement auprès de Delphine Burguet (burguet.delphine@gmail.com) et Chloé Rosati-Marzetti (chloe.rosati@gmail.com)