Journées d’étude : « De la constitution d’un corpus aux analyses statistiques, comment produire des analyses quantitatives à partir de matériaux ethnographiques ? », 10 & 11 octobre 2016, Nanterre

Procession à Málaga (Espagne), 2014

Procession à Málaga (Espagne), 2014                                                                       cliché : Ph. Combessie

Ces deux journées d’étude sont organisées par la Société d’ethnologie française (SEF) en partenariat avec la Société d’ethnologie française (SEF) et avec le soutien de l’Ecole doctorale EOS ainsi que de Image (logiciel Alceste) et de Kynos (logiciel Modalisa). Elles se dérouleront au Bâtiment Max Weber (Université Paris Ouest, campus de Nanterre).
.

 

Date :
Lundi 10 octobre et mardi 11 octobre 2016.

Lieu :
Université Paris Ouest   Nanterre   La Défense,
Bâtiment W (salle au rez-de-chaussée)
Comment venir ? en voiture, par le train ou le RER.
Plan du campus de l’Université Paris Ouest (site de Nanterre)

Comité d’organisation :
Philippe Combessie, Aurélien Djakouane, Lara Mahi, Sacha Raoult.

.

Programme

Lundi 10 octobre

.

11h00 : Introduction à la journée d’étude (Comité d’organisation)
.

Panel 1. S’émanciper des règles, repenser les méthodes (11h20-12h20)
Présidence de session : Lara Mahi et Sacha Raoult (Université Paris Ouest – Sophiapol)

11h20 : Julien Gros (Cesaer-Inra, LSQ-Crest)
Quantifier en ethnographe. Sur les enjeux d’une émancipation de la représentativité statistique lors des usages ethnographiques des méthodes quantitatives.

11h40 : Baptiste Brossard (Australian National University – School of Sociology)
Quand n=1.

12h00 : Pascal Vallet (Université Jean Monnet – Saint Etienne – Centre Max Weber)
Sur les archives de L’œil à la page, une enquête mutiméthodologique de Jean-Claude Passeron et Michel Grumbach

12h20 : Discussion

[12h40 : Pause déjeuner]
.

Panel 2. Recruter, hospitaliser, condamner… : analyses mixtes de trajectoires institutionnelles (14h00-16h00)
Présidence de session : Joanie Cayouette-Remblière (Institut national d’études démographiques)

14h00 : Marie-Victoire Bouquet (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne/EHESS – Centre Européen de Science Politique)
Objectiver les déterminants du recrutement : une base de données sur les candidatures bénévoles pour l’association Emmaüs.

14h20 Lara Mahi (Université Paris Ouest – Sophiapol) et Sébastien Saetta (Université Paris Descartes – Cermes 3)
Produire des statistiques à partir d’observations de procès : enjeux méthodologiques et épistémologiques.

14h40 : Discussion

14h55 : Julien Bourdais (Université Paris Descartes – Cermes 3)
Dossiers médicaux et histoires personnelles : reconstruire un ordre biographique à partir d’une institution psychiatrique.

15h15 : Florence Brumaud (Université de Bordeaux – CeDS)
La fabrication du handicap psychique. Ethnographie du travail des équipes pluridisciplinaires d’évaluation à la maison départementale des personnes handicapées de la Gironde

15h35 : Discussion

[15h50 : Pause café]
.

Panel 3. Objectiver les implantations et circulations spatiales (16h10-17h30)
Présidence de session : Colin Giraud (Université Paris Ouest – Sophiapol)

16h10 Michèle Lalanne (Institut National Universitaire Champollion d’Albi – Certop) et Emmanuel Pages (Université fédérale de Toulouse Midi-Pyrénées – LabEx Structuration des Mondes Sociaux).
Une standardisation des méthodes d’observation est-elle possible pour quantifier les itinéraires des touristes ?

16h30 Jocelyne Ferraris (IRD – Entropie), Georgeta Stoika (IRD – Entropie), Elodie Delvaux (IRD – Entropie), Catherine Sabinot (IRD Espace Dev), Stéphanie Carrière (IRD – Gred) et Pascale Chabanet (IRD – Entropie) –  LabEx Corail.
Dessine-moi un récif coralien : une méthodologie de la recherche interdisciplinaire sur la représentation de la nature par des enfants en bord de mer

16h50 : Thomas Vroylandt (Drees – Ministère de Affaires Sociales et de la Santé – DynamE).
Ethnographie, numérique et statistiques : les veilleurs de la “manif pour tous”.

17h10 : Discussion

17h30 : Présentation du logiciel Alceste

 

Mardi 11 octobre
.

Panel 4. Saisie et traitement de données mixtes : retours d’expérience (8h30-10h15)
Présidence de session : Aurélien Djakouane (Université  Paris Ouest – Sophiapol)

8h30 : Siyu Li (Université de Lille 1/Chinese Academy of Social ScienceS – Clersé/Centre Maurice Halbwachs)
Méthodes mixtes appliquées à différentes phases de recherche : expériences dans les lycées en Chine : combinaison de l’ACM et de l’enquête de terrain

8h50 : Florence Lethurgez (Aix-Marseille Université – Irsic)
Observer et mesure l’anticipation de l’écoute musicale en médiathèque : lecteurs et lectures de livrets discographiques de musique « classique ».

9h10 Discussion

9h25 Kidline Leichnig (Université du Littoral Côte d’Opale – TVES) et Gaëlle Deletraz (Université de Pau et des Pays de l’Adour – Passages)
Retour d’expérience sur une analyse qualitative « traditionnelle » enrichie par un traitement semi-automatique.

9h45 Jérémie Gauthier (EHESS-Iris, Centre Marc Bloch Berlin)
Contrôler, interpeller, garder à vue. Analyse quantitative des groupes cibles de l’action policière dans une ville de banlieue parisienne

10h05 Discussion

[10h15 Pause café]

 

Panel 5. Vandales, chasseurs, intellectuels : révéler des distinctions à l’intérieur de groupes (10h30-12h20)
Présidence de session : Claire Zalc (CNRS – IHMC)

10h30 : Anne Bessette (Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 – Cerlis)
Quelques pistes de réflexions sur la constitution et l’analyse d’un corpus permettant l’étude d’un phénomène peu courant : le vandalisme sur les œuvres d’art.

10h50 : Camille Fossier (Institut Agronomique Calédonien), Catherine Sabinot (IRD) et Séverine Bouard (Institut Agronomique Calédonien)
Standardiser à partir des catégories émiques et spatialiser les incertitudes.

11h10 : Discussion

11h25 : Cyprien Tasset (EHESS – Iris)
Du déploiement de la réflexivité des « intellectuels précaires » à la mise en lumière d’une aire sociale contrastée.

11h45 : Sacha Raoult (Université Paris Ouest – Sophiapol)
Quelles méthodes pour classer un vaste corpus hétérogène de « littérature scientifique » dans des catégories politiques très générales avant l’analyse quantitative ?

12h05 : Discussion

[12h20 : Pause déjeuner]

13h30 : Présentation du logiciel Modalisa 

Panel 6. Saisir les relations : par l’analyse de réseau, par l’analyse des discours (14h30-16h30)
Présidence de session : Philippe Combessie (Université Paris Ouest – Sophiapol)

14h30 : Léo Dumont (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne – Centre d’histoire du XIXe siècle)
Analyse textométrique d’un corpus de brochures de la Seconde République dans une perspective ethnolinguistique.

14h50 : Gilles Verpraet (Université Paris Ouest– Sophiapol)
Réseau sémantique et trajectoires des acteurs, deux approches qualitatives et quantitative d’un même matériau sur le développement durable

15h10 : Discussion

15h25 : Géraldine Comoretto (Université Versailles Saint Quentin – Printemps) et Raphaël Dhuot (Inra – Aliss).
Ethnographie et analyse de réseau. Comparaison de structures sociales et relationnelles de trois espaces d’interactions.

15h45 : Guillaume Lancereau (EHESS – CRH) et Pablo Zamith (Université de Montréal – IEP Paris – Centre MaxPo).
Combiner analyse de réseaux et ethnographique ou comment enquêter à partir de listes de noms. Le cas de la nébuleuse communiste dieppoise (1965-1976)

16h05 : Discussion

.

L’accès à ces journées d’étude est libre (et gratuit), mais il est souhaitable, pour notre organisations, que vous nous envoyiez un message, à l’adresse quanti2016nanterre@gmail.com, en précisant à quel moment vous serez parmi nous (quelle demi-journée ? quelle journée ? pendant les deux jours ?)

Le comité d’organisation

Comment produire des analyses quantitatives à partir de matériaux ethnographiques ?

Lien

APPEL A CONTRIBUTIONS  

 

De la constitution d’un corpus aux analyses statistiques,
comment produire des analyses quantitatives à partir de matériaux ethnographiques ?

 

Procession à Málaga (Espagne), 2014 – cliché : Ph. Combessie

           Procession à Málaga (Espagne), 2014 –      cliché : Ph. Combessie

Journée d’étude organisée par le laboratoire Sophiapol (EA3932), 
en partenariat avec la Société d’ethnologie française (SEF),

à Nanterre, automne 2016

 

Les approches mixtes (quantitative et qualitative) d’un même matériau ont rarement fait l’objet de réflexions méthodologiques – à l’exception, notamment, de Claire Lemercier et Claire Zalc (2008) et Joanie Cayouette-Remblière (2011) – alors même qu’elles se sont multipliées ces dernières années.

Pourtant, les intérêts à dépasser l’opposition quantitatif/qualitatif dans la démarche en sciences sociales sont soulignés depuis longtemps et le sens même de cette opposition est régulièrement mis en questions (Bryman, 1984 ; Abbott, 2001). Il est fréquent que des chercheurs en sciences sociales associent des observations ethnographiques, des entretiens ou un travail à partir d’archives à l’exploitation d’une base de données préexistantes, à la passation de questionnaires ou encore à des comptages sur leurs terrains (Imbert, Ferrand, 1993 ; Peneff, 1995 ; Weber, 1995 ; Soutrenon, 2005 ; Béliard, Eideliman, 2014). On retrouve, d’une certaine manière, le clivage emic/etic analysé par Olivier de Sardan (1998).

De façon concrète, qu’il s’agisse de coder des dossiers (Cayouette-Remblière, 2011 ; Pohn-Weidinger, 2013 ; François, 2014), des annuaires (Denord et al., 2011), des notes d’observation (Collectif Onze, 2012 ; Jobard et al., 2012 ; Mahi, 2015), des curriculum vitae (Raoult, 2015) ou encore des journaux intimes (Billaud, Brossard, 2014) – pour ne citer que quelques-uns de ces récents travaux – l’approche à la fois ethnographique et statistique d’un même matériau soulève de nouvelles questions à partir des pratiques développées – ou projetées – par les chercheurs.

Deux types de contributions sont attendues. D’une part des communications qui s’inscriraient dans l’un (ou plusieurs) des axes ci-dessous, d’autre part des communications plus transversales qui laisseraient davantage de place aux réflexions épistémologiques.

Voici les axes que nous avons, a priori, identifiés :

 Axe 1.  Élaborer une base de données à partir de matériaux ethnographiques

  • Pourquoi coder des matériaux ethnographiques ?
  • Comment constituer un corpus et quelles techniques d’échantillonnage mettre en place (en fonction des matériaux) ?
  • Comment appréhender la construction de la base de données à travers la standardisation de variables ?

Axe 2.  Quelles méthodes statistiques face au small data ?

  • À l’ère du développement des analyses de big data, l’approche quantitative de matériaux ethnographiques se distingue d’une part par le petit échantillon à partir duquel les chercheurs conduisent leurs investigations, d’autre part par la connaissance qualitative qu’ils ont du matériau. Les outils statistiques traditionnels (analyses factorielles, régressions, etc.) sont-ils pertinents face à ces matériaux ? Quelles méthodes statistiques employer ?
  • Il existe des logiciel de traitement des données qualitatives (Alceste, NVivo…). Dans quelle mesure permettent-ils d’aller plus loin dans l’analyse des matériaux ? Dans quelle mesure, à l’inverse, peuvent-ils limiter les marges d’analyse du chercheur ? On peut se demander, enfin, si leur utilisation ne peut pas, dans certains cas, contribuer à discréditer le travail ethnographique.

Axe 3.  Restitution et enjeux éthiques

  • Mobiliser l’outil statistique invite parfois à des extrapolations généralisantes (Passeron, 1991) dont la démarche ethnographique tend a priori à se préserver. Dans ces conditions, quelles sont les limites du passage du qualitatif au quantitatif ?
  • Comment articuler les analyses du matériau en tant qu’objet ethnographique et la quantification de celui-ci ?
  • Quelles sont les implications d’un traitement statistique d’un matériau ethnographique en termes d’accès et de protection des informations personnelles, au moment de la constitution de la base, et de mise à disposition des données à la communauté, au moment de la diffusion des analyses ?

 

Modalités pratiques

Les résumés des propositions de communication, rédigés en français, en 300 mots au maximum, sont attendus pour le 30 avril 2016 et doivent :

  • comporter un titre
  • indiquer le nom de l’auteur et de l’institution de rattachement (coordonnées complètes)
  • être envoyés par courriel à l’adresse suivante : quanti2016nanterre@gmail.com

Les propositions seront évaluées par le comité d’organisation ; réponses envoyées le 1er juin 2016.

Pour toute question  relative à cette journée d’étude : laramahi75@gmail.com ; sacha.raoult@univamu.fr

 

Comité d’organisation : Philippe Combessie, Aurélien Djakouane, Lara Mahi, Sacha Raoult.

 

Retour à la page des appels à contributions