cliché : Ph. Combessie

Colloque international Sef-Sophiapol : Les échanges sexuels et leurs « clients », 14 au 16 juin 2016, Nanterre

L’objectif de ce colloque international pluridisciplinaire est de contribuer à l’élargissement du concept d’échange économico-sexuel à partir des notions de transactions sexuelles et de sexualité négociée en concentrant le point de vue sur les « client.e.s ». L’originalité de la perspective est donc double puisqu’il s’agit non seulement de repenser à nouveaux frais l’économie de la sexualité dans son ensemble, mais également de le faire à partir de la question spécifique de celles et ceux qui, occasionnellement ou non, de manière implicite ou explicite, « paient », « achètent », « rémunèrent », « rétribuent », etc. Se trouve donc au cœur de ce colloque une question dont l’apparente simplicité masque une profonde complexité : qui paie dans les échanges économico-sexuels ? Comment et pourquoi ? Certaines aires culturelles ou certains contextes socio-historiques connaissent-ils des spécificités en la matière ?
Dans de nombreux cas, les communications présentées dépassent le seul cadre de la prostitution pour s’intéresser aux formes « plus ordinaires » de négociation(s) de la sexualité.

 

Dates :
Mardi 14 juin, mercredi 15 juin et jeudi 16 juin 2016

Lieux :
Université Paris Ouest   Nanterre   La Défense

Bâtiment B, rez-de-chaussée, espace recherche, salle des conférences (le mardi 14 juin)
Bâtiment F, troisième étage, salle des conférences F352 (le mercredi 15 et le jeudi 16 juin)

Comment venir ? par le train et le RER
Plan du campus de Paris Ouest Nanterre La Défense

 

Programme

Mardi 14 juin 2016

Salle des conférences : bâtiment B, rez-de-chaussée, espace recherche

 

9h45 – Ouverture

Philippe Combessie, membre du Conseil de la Sef, directeur du Sophiapol, introduction.

Marie-Elisabeth Handman (EHESS, France)
Conférence inaugurale.

 

10h45 – Session 1 : Dialogues entre théorie et terrain

Président de séance : Philippe Combessie (Sef, Université Paris Ouest, France)

Nathanaël Wadbled (Université du Québec à Montréal, Canada)
Repenser les rapports de genre hors du modèle des rapports de classe : critique de la modélisation économique de la sexualité.

Vincent Rubio (membre du Conseil de la Sef, Université Paris Ouest, France)
Les limites de l’authentique. À propos des clients de la prostitution masculine sur Internet.

 

14h00 – Session 2 : De « bons » clients ?

Président de séance : Bruno Proth (École Nationale Supérieure d’architecture de Paris Val de Seine, France)

Pierre Brasseur (Université Lille 1, France)
De la gueule cassée à l’accompagné sexuel : figures du client en situation de handicap.

Lucie Nayak (Secrétaire générale de la Sef, Inserm, France)
Les formes de l’échange dans la sexualité de personnes désignées comme « handicapées mentales ».

 

15h30 – Session 3 : Objets transactionnels

Présidente de séance : Myriam Joël (Ined, France)

Cécile Thomé (EHESS, France)
« Si t’as pas de préservatif y’a pas de rapport ». Étude des négociations sexuelles ordinaires.

Maxime Bello (Université Paris Ouest, France)
La vente des fluides corporels sur internet : rôles et affects.

 

 

Mercredi 15 juin 2016

Salle des conférences : bâtiment F, 3e étage (F352)

 

9h45 Session 4 : Coucher avec les mots

Présidente de séance : Catherine Deschamps (École Nationale Supérieure d’architecture de Paris Val de Seine et Université Paris Ouest, France)

Jean Zaganiaris (École de gouvernance et d’économie, Rabat, Maroc)
Parlez-moi de (faire) l’amour : penser les sexualités négociées et l’immanence du désir au sein des champs littéraires français et marocain.

Isabelle Boisclair (Université de Sherbrooke, Canada)
Portrait du client en bédéiste. Sur Vingt-trois prostituées de Chester Brown.

Yagos Koliopanos (Université Paris Ouest, France)
Les clients et les « minets » : de quelques contours flous dans les marges de l’économie sexuelle à Athènes.

 

14h00 – Session 5 : À distance de chair

Président de séance : Mathieu Trachman (Ined, France)

Agnès Giard (Université Paris Ouest, France)
Les bordels de poupées au Japon : la love doll et ses « clients ».

Kim-Marlène Lé (Scuola Superiore Sant’Anna, Pise, Italie)
Le rôle de la gestion de la relation avec les clients et des communautés dans les modèles d’affaires de la production pornographique en ligne.

 

15h30 – Session 6 : Offrandes aux déesses

Présidente de séance : Marie-Carmen Garcia (Université Paul Sabatier, France).

Sacha Demazy (Université Paris Ouest,  France)
Strip-tease au Japon : le rôle de l’offrande dans la reconnaissance affective.

Gilles Chantraine (CNRS/Clersé, France)
« Elle est douce mais ferme, et elle me comprend » : transactions financières, négociations et jeux BDSM.

 

Jeudi 16 juin 2016

Salle des conférences : bâtiment F, 3e étage (F352)

 

9h30 – Session 7 : Négociations ordinaires

Présidente de séance : Marie-Elisabeth Handman (EHESS, France)

Annamaria Colombo, Myrian Carbajal, Jean-Luc Heeb, Marlène Barbosa et Sandra Modica (Haute école de travail social, Haute école spécialisée de Suisse occidentale, Fribourg, Suisse)
Les transactions sexuelles entre adolescent-e-s de Suisse : quelles représentations et quelles pratiques des jeunes ?

Vulca Fidolini (Université de Strasbourg, France)
Partenaires « dangereuses ». Transactions sexuelles, masculinités défensives et rapports sociaux chez de jeunes Marocains en Europe.

Yann Le Bihan (membre du Conseil de la Sef, Université de Picardie Jules Verne, France)
Sexe, race et classe sur un marché matrimonial « parallèle » : l’espace des échanges ouvert par des petites annonces publiées dans la presse écrite.

Marie-Carmen Garcia (Université Paul Sabatier, France) et Philippe Nkoma Ntchemandji (Service de Mouvements de la Population et de l’État Civil, Ministère de l’Économie (DGS/DSD), Gabon)
Échanges économico-sexuels dans les relations extraconjugales. Comparaison France-Gabon.

 

14h30 – Session 8 : Le pire des clients ?

Président de séance : Lilian Mathieu (CNRS/Centre Max Weber, École normale supérieure, Lyon, France)

Bénédicte Lavaud-Legendre (Université Bordeaux 4, France)
Sexualité tarifée – Que dit le droit ?

Nicolas Lainez (EHESS, France)
Le proxénétisme familial au Viêt Nam, ou comment banaliser une sexualité transgressive.

Altaïr Despres (Université Panthéon-Sorbonne, France)
Au-delà du tourisme sexuel. Transactions culturelles intimes dans les sexualités et conjugalités afro-occidentales à Zanzibar (Tanzanie).

 

Initiative et organisation :
Vincent Rubio, membre du Conseil de la Sef, chercheur sous contrat (Université Paris Ouest/ Sophiapol-GDR Lasco)
Catherine Deschamps, maître assistante – HDR (Ecole nationale supérieure d’architecture de Paris Val de Seine/ Sophiapol-GDR Lasco)
et Philippe Combessie, membre du Conseil de la Sef, directeur du Sophiapol (EA 3932)

Contact : Amélie Le Bihan, chargée du pilotage des projets du Sophiapol : amelie.lebihan [at] u-paris10.fr

 

Comité scientifique :
Jean-Michel Chaumont, Professeur, Université catholique de Louvain
Marie-Carmen Garcia, Professeure des universités, Université Toulouse 3 – Paul Sabatier
Marie-Elisabeth Handman, Maîtresse de Conférences (HDR) retraitée, EHESS
Lilian Mathieu, Directeur de recherche, CNRS
Sébastien Roux, Chargé de recherche, CNRS
Mathieu Trachman, Chargé de recherche, INED

 

 

Institutions partenaires de la Sef pour ce colloque international :
Ecole doctorale « Economie, Organisations, Société » (ED EOS)
GIS Asie (réseau CNRS « Asie et Pacifique »)
Institut Emilie du Châtelet
Mission de recherche « Droit et Justice » (CNRS-Ministère de la Justice)
Sophiapol (EA3932) « Sociologie, philosophie et anthropologie politiques »

 

Lien

APPEL A CONTRIBUTIONS  

 

De la constitution d’un corpus aux analyses statistiques,
comment produire des analyses quantitatives à partir de matériaux ethnographiques ?

 

Procession à Málaga (Espagne), 2014 – cliché : Ph. Combessie

           Procession à Málaga (Espagne), 2014 –      cliché : Ph. Combessie

Journée d’étude organisée par le laboratoire Sophiapol (EA3932), 
en partenariat avec la Société d’ethnologie française (SEF),

à Nanterre, automne 2016

 

Les approches mixtes (quantitative et qualitative) d’un même matériau ont rarement fait l’objet de réflexions méthodologiques – à l’exception, notamment, de Claire Lemercier et Claire Zalc (2008) et Joanie Cayouette-Remblière (2011) – alors même qu’elles se sont multipliées ces dernières années.

Pourtant, les intérêts à dépasser l’opposition quantitatif/qualitatif dans la démarche en sciences sociales sont soulignés depuis longtemps et le sens même de cette opposition est régulièrement mis en questions (Bryman, 1984 ; Abbott, 2001). Il est fréquent que des chercheurs en sciences sociales associent des observations ethnographiques, des entretiens ou un travail à partir d’archives à l’exploitation d’une base de données préexistantes, à la passation de questionnaires ou encore à des comptages sur leurs terrains (Imbert, Ferrand, 1993 ; Peneff, 1995 ; Weber, 1995 ; Soutrenon, 2005 ; Béliard, Eideliman, 2014). On retrouve, d’une certaine manière, le clivage emic/etic analysé par Olivier de Sardan (1998).

De façon concrète, qu’il s’agisse de coder des dossiers (Cayouette-Remblière, 2011 ; Pohn-Weidinger, 2013 ; François, 2014), des annuaires (Denord et al., 2011), des notes d’observation (Collectif Onze, 2012 ; Jobard et al., 2012 ; Mahi, 2015), des curriculum vitae (Raoult, 2015) ou encore des journaux intimes (Billaud, Brossard, 2014) – pour ne citer que quelques-uns de ces récents travaux – l’approche à la fois ethnographique et statistique d’un même matériau soulève de nouvelles questions à partir des pratiques développées – ou projetées – par les chercheurs.

Deux types de contributions sont attendues. D’une part des communications qui s’inscriraient dans l’un (ou plusieurs) des axes ci-dessous, d’autre part des communications plus transversales qui laisseraient davantage de place aux réflexions épistémologiques.

Voici les axes que nous avons, a priori, identifiés :

 Axe 1.  Élaborer une base de données à partir de matériaux ethnographiques

  • Pourquoi coder des matériaux ethnographiques ?
  • Comment constituer un corpus et quelles techniques d’échantillonnage mettre en place (en fonction des matériaux) ?
  • Comment appréhender la construction de la base de données à travers la standardisation de variables ?

Axe 2.  Quelles méthodes statistiques face au small data ?

  • À l’ère du développement des analyses de big data, l’approche quantitative de matériaux ethnographiques se distingue d’une part par le petit échantillon à partir duquel les chercheurs conduisent leurs investigations, d’autre part par la connaissance qualitative qu’ils ont du matériau. Les outils statistiques traditionnels (analyses factorielles, régressions, etc.) sont-ils pertinents face à ces matériaux ? Quelles méthodes statistiques employer ?
  • Il existe des logiciel de traitement des données qualitatives (Alceste, NVivo…). Dans quelle mesure permettent-ils d’aller plus loin dans l’analyse des matériaux ? Dans quelle mesure, à l’inverse, peuvent-ils limiter les marges d’analyse du chercheur ? On peut se demander, enfin, si leur utilisation ne peut pas, dans certains cas, contribuer à discréditer le travail ethnographique.

Axe 3.  Restitution et enjeux éthiques

  • Mobiliser l’outil statistique invite parfois à des extrapolations généralisantes (Passeron, 1991) dont la démarche ethnographique tend a priori à se préserver. Dans ces conditions, quelles sont les limites du passage du qualitatif au quantitatif ?
  • Comment articuler les analyses du matériau en tant qu’objet ethnographique et la quantification de celui-ci ?
  • Quelles sont les implications d’un traitement statistique d’un matériau ethnographique en termes d’accès et de protection des informations personnelles, au moment de la constitution de la base, et de mise à disposition des données à la communauté, au moment de la diffusion des analyses ?

 

Modalités pratiques

Les résumés des propositions de communication, rédigés en français, en 300 mots au maximum, sont attendus pour le 30 avril 2016 et doivent :

  • comporter un titre
  • indiquer le nom de l’auteur et de l’institution de rattachement (coordonnées complètes)
  • être envoyés par courriel à l’adresse suivante : quanti2016nanterre@gmail.com

Les propositions seront évaluées par le comité d’organisation ; réponses envoyées le 1er juin 2016.

Pour toute question  relative à cette journée d’étude : laramahi75@gmail.com ; sacha.raoult@univamu.fr

 

Comité d’organisation : Philippe Combessie, Aurélien Djakouane, Lara Mahi, Sacha Raoult.

 

Retour à la page des appels à contributions

Journée d’étude « Ethnologie chez soi »

Pour journée d'études Ethnographie chez soi

Date :
Mardi 22 mars 2016

Lieu :
Musée de l’Homme
17, place du Trocadéro et du 11 Novembre, 75016 Paris
Salle Claude Lévi-Strauss

Organisation et contacts :
Sef : Anne Monjaret (IIAC-Lahic, CNRS-EHESS), Vincent Rubio (Université Paris Ouest – Sophiapol – GDR Lasco) et Sylvie Sagnes (IIAC-Lahic, CNRS-EHESS)
Afea : Delphine Burguet (RAE-EHESS) et Chloé Rosati-Marzetti (Université de Nice-Sophia Antipolis, Lapcos)

 

Argumentaire 

Qu’est-ce que faire de l’ethnologie « chez soi », de l’ethnologie « du proche » pourrait-on également dire ?

Comment le chercheur peut-il porter un regard sur sa propre société ?

Questionner « l’ethnologie chez soi » suppose d’interroger le traitement possible de la distance. Longtemps prônée par les ethnologues des lointains grâce à la distance géographique que permettaient leurs terrains éloignés, elle relevait d’une projection loin dans le temps pour les ethnologues de la proximité. Si ce questionnement n’est pas nouveau, il mérite d’être repris à la lumière du contexte contemporain (notamment du développement d’Internet qui modère, sinon efface les distances géographiques), en revenant sur les différentes manières de concevoir et de pratiquer aujourd’hui cette ethnologie « chez soi », au figuré comme au propre.

C’est principalement à la construction de la distance ethnologique que nous nous intéressons ici, une distance que certains trouvent, éprouvent, grâce au détour par l’histoire, que d’autres marquent par le choix d’étude d’une classe sociale, d’une culture, d’un genre, etc., se différenciant de leurs appartenances personnelles. Cela étant, l’ethnologue tend aussi à investir des mondes sociaux qui ne sont plus simplement au voisinage des siens, mais qui sont à proprement parler les siens (sa famille, sa discipline, etc.). Comment dès lors la distance se réinvente-t-elle ?

Cette question en appelle une autre, tout aussi majeure en ethnologie : celle du traitement de l’Altérité dans une société concernée par un mouvement de globalisation, qui a pour effet de perturber la distinction entre l’autre et le semblable, entre le « eux » et le « nous », de la redéfinir, voire de la nier (citoyens du monde). Comment les ethnologues sont-ils alors amenés à adapter leurs approches pour mieux se caler sur les réalités sociales qu’ils étudient ?  Lui-même pris dans ces dynamiques de recomposition identitaire, l’ethnologue voit le savoir de l’autre hissé à hauteur du sien. Sur le principe de cette égale dignité des compétences, se fondent de nouveaux dispositifs de recherche, dits participatifs ou collaboratifs, le plus souvent à visée d’application, amenant le chercheur à travailler non plus seulement sur mais avec ses informateurs. Dans ces configurations inédites, où la proximité du « chez soi » se resserre singulièrement, comment l’ethnologue bouscule-t-il les cadres habituels de sa recherche, pour quelles innovations méthodologiques et pour quelles réponses à la demande   sociale ?

 

Programme

10h – Présentation de la journée et de l’intérêt du partenariat  (Afea et Sef)

10h20 – Introduction : « Vous cherchez l’exotisme dans le papier peint »

Anne MONJARET, Présidente de la Sef, IIAC-Lahic, CNRS-EHESS

10h40 – Enquêter chez soi : le récit d’expérience d’une Grassoise

Chloé ROSATI-MARZETTI, Université de Nice-Sophia Antipolis, Lapcos

Il est aisé de penser qu’il est plus confortable d’étudier sa propre culture puisque nous la connaissons déjà… Or, il n’en est rien. C’est ce que j’ai découvert à l’occasion d’un travail doctoral sur ma propre ville : Grasse. Ayant grandi et y vivant, mon étude du terrain grassois a entraîné une importante réflexion méthodologique. Elle a imposé un retour réflexif sur le positionnement à adopter face à une multitude d’a priori, qui, jusque-là, correspondait aux idées que je me faisais de ma ville. Comment redécouvrir son espace de vie avec les yeux du chercheur ? Comment utiliser les discussions tenues avec son entourage (professionnel ou personnel) et les transformer en discours scientifique ? Cette présentation propose un récit d’expérience. Elle présente les avantages et les inconvénients, ainsi que les moyens mis en œuvre pour trouver la « bonne distance » (N. Dias, 2005 ; J. Favret-Saada et C. Isnart, 2008) sur un terrain qui apparaît souvent comme « trop » proche. Comment prendre le recul nécessaire pour tenter d’objectiver sa propre subjectivité ? Partir, s’éloigner pour mieux appréhender son terrain, dépouiller les archives et remonter l’histoire du lieu pour comprendre ce qu’il est aujourd’hui sont des exemples de stratégies adoptées ici pour tenter de créer ce qui serait cette « juste distance » (A. Bensa, 1995).

11h10 – Pause-café

11h20 – La prison du coin de la rue et l’évasion romanesque : quand les proximités imposent les détachements

Philippe COMBESSIE, Université Paris Ouest – Sophiapol

Depuis mon enfance, j’étais en position de proximité double, et donc trouble, avec l’univers carcéral ; j’avais des proches de chacun des deux côtés de cet espace dramatiquement scindé, clivé par l’ordre social contemporain qui édifie, à travers la prison, une barrière drastique entre « le bien » et « le mal ».

Deux formes de détachement se sont alors imposées à moi. Le premier consista en un éloignement, d’une dizaine d’années, entre mon dernier séjour à proximité d’une prison et mon premier projet de recherche concernant l’enfermement carcéral. Le second m’invita à adopter un point de vue distancé par rapport à la question pénitentiaire, alors que la plupart des sociologues l’approchent dans une perspective fortement empreinte de militantisme. Ces positionnements me conduisirent à moins focaliser mes analyses sur la prison elle-même que sur ce qu’elle nous révèle de la société qui la sécrète.

11h50 – Discussion

12h30-14h00 – Repas

14h00 – Il faut abolir la distance, même « juste »

Nicolas ADELL, Université Toulouse Le Mirail – Jean Jaurès, Lisst

L’anthropologie a fondé la totalité de ses démarches et de ses réflexions méthodologiques et épistémologiques autour de la notion de distance : distance à réduire quand les mondes de l’anthropologue et de ses enquêtés paraissaient irréductibles l’un à l’autre ; distance à construire quand, au contraire, les sujets se présentaient comme immédiatement accessibles et « identiques ». Distance, dans tous les cas, à documenter : où suis-je et qui suis-je pour ceux dont je cherche à rendre compte ?

Sur ces aspects, l’essentiel des débats a porté sur l’éthique de la recherche anthropologique : comment élaborer une distance qui soit « juste » ? où est la « juste distance » (A. Bensa) ?

Mais l’on a laissé dans l’ombre la question même de la légitimité de cet écart « nécessaire ». Il semblait acquis que tout raisonnement scientifique et toute proposition qui s’en réclame n’existent qu’à la condition qu’une « distance », garante d’une objectivité ou d’une subjectivité contrôlée, sépare l’observateur de l’observé.

C’est précisément ce qui est remis en cause, dans les dernières années, avec le développement de l’ethnologie de soi (qui n’est pas forcément « chez soi ») et de l’autoethnographie, qui sont au fondement de plusieurs recherches actuelles, dont celles conduites en France autour de la « vie savante ».

14h30 – Ethnographier le cyberespace ? Le cas de la prostitution étudiante en ligne

Vincent RUBIO, Université Paris Ouest – Sophiapol – GDR Lasco

Cette communication s’appuie sur l’expérience et les données d’une recherche de terrain de deux ans ayant pour objet la prostitution masculine homosexuelle sur Internet exercée en France par de jeunes hommes, étudiants âgés de 18 à 25 ans. En mobilisant une partie des résultats de ce travail et en mettant au jour les « ratés » de l’enquête, on montrera comment le chercheur a opéré par observation participante sans l’avoir planifié et, plus loin, en n’en prenant véritablement conscience qu’au moment de la mise à plat du matériau empirique. Cette singulière expérience d’un recueil de données « par inadvertance » sur un terrain à l’égard duquel le chercheur n’avait, pour reprendre les termes de Daniel Bizeul, ni support d’accointances antérieures, ni souci militant, ni engouement particulier, n’interroge pas simplement le travail de réflexivité et l’analyse de la relation enquêteur-enquêté propres à toute investigation de type empirique en sciences sociales. Elle constitue tout autant l’occasion d’examiner les modalités – et, au fond, les conditions de possibilités mêmes – d’une ethnologie chez soi entendue au sens d’une description ethnographique « à distance », c’est-à-dire réalisée depuis un écran d’ordinateur, se dispensant alors de la coprésence (physique et actuelle) des différents protagonistes de ce qui demeure pourtant toujours fondamentalement une coproduction.

15h – Pause-café

15h15 Les terrains du patrimoine immatériel : enquêter avec les enquêtés

Laurent Sébastien FOURNIER, Université Aix-Marseille, Idemec

La convention de l’UNESCO de 2003 sur la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel recommande la participation des communautés à la définition de ce qu’elles considèrent comme étant leur patrimoine. En France, pays où cette convention a été ratifiée en 2006, c’est le ministère de la culture qui doit veiller à sa mise en œuvre. Or l’ethnologie est la discipline d’appui du ministère de la culture en matière de recherche sur le patrimoine culturel immatériel. Les ethnologues sont donc invités depuis quelques années à réfléchir aux différentes manières de susciter la participation des communautés en vue de répondre au mieux aux recommandations de l’UNESCO. Cela conduit à imaginer des postures méthodologiques nouvelles pour intéresser les enquêtés à la recherche ethnologique et co-construire avec eux des analyses qui ne correspondent pas toujours aux canons de la discipline.

15h45 – Comment penser l’articulation entre la recherche et l’action patrimoniale ? Recherche ethnologique sur les mémoires des migrations en Rhône-Alpes

Marina CHAULIAC, DRAC Rhône-Alpes, IIAC-CEM

Les mémoires des migrations font l’objet d’un investissement important de la part de divers acteurs culturels en Rhône-Alpes depuis la fin des années 1990. Non seulement du côté associatif, avec la mise en place d’un réseau et d’une biennale sur la question, mais aussi du côté des collectivités territoriales, avec la création de structures culturelles comme le Rize à Villeurbanne (2008) ou le centre du patrimoine arménien à Valence (2005). Les services déconcentrés de l’Etat ont accompagné ce dynamisme, à la fois dans le cadre de la politique de la ville et dans le cadre de la politique culturelle via la direction régionale des affaires culturelles (DRAC). Les différentes actions menées posent la question des stratégies de reconnaissance adoptées par les acteurs pour inscrire l’immigration dans le patrimoine sinon national, du moins local et de la façon dont une collectivité intègre l’immigration dans la construction d’une identité locale. Au final, il est toujours question de la façon dont s’opère un travail de traduction des traces de l’immigration en objet « patrimonialisable ».

Je me suis emparée de cette problématique dans une double posture à la fois de chercheure en tant qu’anthropologue travaillant sur les questions mémorielles et d’acteur en tant que conseillère pour l’ethnologie au sein de la DRAC susceptible d’orienter et financer les projets sur les mémoires des migrations. Ce double statut m’a amené à reconsidérer mon statut de chercheure pour trouver la « juste distance » (A. Bensa) engagée sur le plan professionnel ainsi que citoyen dans les actions de patrimonialisation. Plus précisément, un travail de recherche menée avec Nancy Venel sur la prise en compte de la mémoire de l’immigration par la ville de Villeurbanne via son établissement culturel, le Rize, a nécessité de mettre en place une collaboration avec l’équipe de l’établissement qui permette de mettre en partage les analyses de chacun sans renoncer à nos problématiques de recherche.

16h15 – Discussion

En raison de l’état d’urgence, les inscriptions à la journée se font par voie électronique conjointement auprès de Delphine Burguet (burguet.delphine@gmail.com) et Chloé Rosati-Marzetti (chloe.rosati@gmail.com)

Ethnographie et comparaison

APPEL A COMMUNICATIONS

Ethnographie et comparaison (sixième volet de la série Ethnographies plurielles)

Colloque international

Amiens, les 9 et 10 mai 2016

 

A maints égards, démarche ethnographique et démarche comparative semblent s’opposer. Fondée sur le recueil exhaustif de données relatives à un espace, une question, un ensemble de cas précis et localisés, l’ethnographie est longtemps apparue comme le parent pauvre d’une discipline, l’anthropologie sociale, au sein de laquelle la quête de règles générales et de théories relatives à l’organisation et au fonctionnement des sociétés reposait sur la comparaison de celles-ci. Mais les transformations de l’ethnographie depuis la fin du XXe siècle, sa problématisation, la pratique de terrains multiples et multisitués, sa diffusion enfin, dans l’ensemble des sciences sociales, ont contribué à inverser ce point de vue. Tout se passe comme si la comparaison, perçue comme réductrice, atomisante, voire ethnicisante avait été reléguée au second plan au profit d’une contextualisation systématique, propre à donner sens aux matériaux relatifs à un espace-temps donné. Est-ce à dire que désormais, contextualisation et comparaison s’excluent mutuellement ?

Ce serait sans doute oublier un peu vite que la comparaison est au coeur même de la démarche ethnographique où le contour et le sens des faits sociaux ne peuvent être mis en lumière que par rapport à la connaissance que l’on peut avoir d’autres faits, analogues ou différents, décrits ou analysés dans d’autres contextes. Et la différenciation même d’un contexte, spatial ou temporel, par rapport à un autre, suppose la délimitation d’entités à comparer. Mais comment ? A qui se fier ? Que compare-t-on au juste ? Un ethnographe peut-il comparer ce qu’il a vu et analysé d’une activité donnée en un lieu donné à ce que d’autres ethnographes rapportent ailleurs ? A ce qu’en disent les historiens des époques précédentes ? Aux travaux menés sur des objets similaires par des politistes, des linguistes, des statisticiens ou tout bonnement des collègues formés à d’autres traditions disciplinaires que la sienne ? L’articulation entre travail de terrain et comparaison pose bien des questions. C’est à tenter de les éclairer que vise ce colloque dont le propos consistera à interroger la pluralité des démarches comparatives mises en œuvre par les ethnographes de toutes disciplines.

Les communications attendues pourront porter tout d’abord sur la perspective de comparaison internationale. Dans un monde globalisé, caractérisé par les circulations, où les phénomènes sociaux dépassent bien souvent l’échelle d’un pays et au sein duquel se développent des politiques transnationales, il est de plus en plus nécessaire, pour les enquêtes ethnographiques, de sortir des cadres nationaux.

Mais la perspective comparative n’est pas réductible aux enquêtes internationales et les contributions pourront également traiter de comparaisons à des échelles régionales, locales ou même historiques, ou encore de comparaisons conduites dans un monde virtuel.

L’ethnographie comparative suppose par ailleurs de développer des méthodes spécifiques, que les communicants pourront analyser et critiquer. Comment monter en généralité sans trahir les particularités de chaque terrain ? Comment construire l’objet de la comparaison ? Porte-t-elle sur des faits ou sur des modèles ? Comment penser et organiser la collecte des données sur des terrains différents et parfois éloignés (gestion du temps et des coûts, langues, enquête individuelle ou collective, transposition du dispositif d’enquête d’un terrain à l’autre etc.) ? Quelles sont les difficultés particulières d’une démarche de comparaison entamée a priori (avant même la collecte des données) ou a posteriori (par exemple en confrontant des données recueillies dans le cadre de monographies distinctes, ou de seconde main) ? Comment restituer les analyses issues d’une enquête comparative ? Quelles sont les limites de la démarche (l’incomparable, les dissymétries entre les terrains, etc.) ?

Enfin, les contributions pourront s’inscrire dans une perspective épistémologique, entre autres en étudiant la construction de la légitimité de la démarche comparative et ses limites. A l’heure où la comparaison est utilisée comme un dispositif gouvernemental, on peut s’interroger sur les utilisations des enquêtes comparatives, notamment lorsqu’elles portent sur des politiques publiques et sur le risque d’évaluation inhérent à la perspective de comparaison.

Les propositions sont à envoyer avant le 1er mars 2016 à Lucie Nayak, lucienayak@yahoo.fr

 

Comité scientifique et d’organisation :

Tiphaine Barthèlemy, Sophie Chevalier, Lucie Nayak et Thierry Wendling.

 

Colloque organisé par la Société d’ethnologie française, avec le soutien de l’Université de Picardie Jules Verne, le CURAPP-ESS (UPJV), Habiter le Monde (UPJV) et le LAHIC du IIAC-EHESS/CNRS (Paris).

1ère de couverture de Ethnographies plurielles. Déclinaisons selon les disciplines

La SEF est une société savante crée en 1946 par Georges-Henri Rivière, fondateur du Centre d’ethnologie française. Située jusqu’en 2009 au Musée national des arts et traditions populaires à Paris, elle se trouve aujourd’hui à la Maison de l’archéologie et de l’ethnologie, sur le site de l’Université Paris Ouest  Nanterre  La Défense. Ses adhérents organisent chaque année des journées d’étude sur des thématiques contemporaines. Elle participe au comité de rédaction de la revue Ethnologie française dont elle détient le titre. Depuis 2014, elle publie également des ouvrages. Le propos de ce carnet est de contribuer à faire connaître les activités que ses membres organisent.

_____________________________

The SEF (French Ethnology Society) is an academic society created in 1946 by Georges-Henri Rivière, a French anthropologist who founded the Centre d’ethnologie française (French Ethnology Centre). Both of them were located at Museum for Arts and Popular Cultures in Paris until 2009 when the SEF moved to the Institut of Archeology and Ethnology at the Paris West University   Nanterre  La Défense. The Society organizes a special workshop every year about contemporary ethnographic issues. The Society also ownes the title of the academic journal Ethnologie française. This website aims at spreading information about the association and its members’s activities.

Société d’ethnologie française

Un peu d’histoire…

La SEF a pris le relais d’une autre société savante dissoute peu de temps auparavant : la Société du folklore français et du folklore colonial. De même qu’existait une Société des africanistes ou une Société des océanistes, la SEF regroupait tous ceux qui s’intéressaient à l’ethnologie du domaine français, à la croisée du folklore et de l’ethnologie. Le terme de folklore a disparu dans la nouvelle association qui entend par là s’inscrire dans le champ de l’étude des sociétés contemporaines.

A partir des années 1970, la SEF, en collaboration avec le musée des ATP, le Centre d’ethnologie française et la revue Ethnologie française dont elle détient le titre, a largement contribué au développement d’une ethnologie du proche.