Appel à contributions : ethnographies plurielles #7

 

APPEL À COMMUNICATIONS

logo colloqueArgumentaire
Références
Modalités de soumission
Principales échéances
Comité scientifique
Comité d’organisation

tlchgtTélécharger l’appel à communication au format PDF

Argumentaire


Depuis ses débuts disciplinaires, l’ethnographie a « matière à faire » avec l’engagement ; que ce soit dans l’accompagnement historique de la phase de colonisation, dans la critique portée à son encontre ou dans la lecture des phénomènes post-coloniaux. Mais c’est aussi dans sa façon particulière d’accéder à la connaissance et aux savoirs que l’engagement est au centre de l’ethnographie, entendu au sens d’un mode d’élaboration du savoir par la transformation du visible en texte, une « écriture du voir » (Laplantine, 2005). Dans la pratique ethnographique, l’engagement se décline au moins de deux façons : nous retiendrons ici les engagements de l’ethnographie ou de l’ethnographe, en questionnant dans quelle mesure cette pratique engage le chercheur ou sa discipline, et les ethnographies de l’engagement, en interrogeant les façons dont les chercheurs ont étudié des pratiques et des discours qualifiés d’engagés. Les tensions entre ces régimes de l’engagement (Thévenot, 2006) sont elles-mêmes constitutives d’étapes marquant l’ethnologie et l’ethnologue comme le montre Vincent Debaene (2010).

 Ainsi l’engagement  se retrouve exprimé dans l’ensemble des phases de l’ethnographie (Cefaï, 2011). Les modalités de cet engagement interrogent la pratique scientifique et académique ainsi que le rôle social du chercheur en revisitant, voire en remettant en question, le concept de « neutralité axiologique » forgé par Max Weber (Brohm, 2004 ; Naudier & Simonet, 2011). C’est souvent en cela que l’engagement dans la pratique scientifique fait débat (Molénat, 2006), poussant généralement à la mise en place d’une dialectique entre l’engagement et la distanciation (Elias, 1993 ; Fassin, 1999) ou l’immersion et le décentrement (Laplantine, 2005).

Si le statut scientifique de l’ethnographie a donc pu être discuté et remis en question, une rigueur scientifique propre aux démarches qualitatives et ethnographiques est dorénavant défendue (Olivier de Sardan, 2014). Et la réflexivité grandissante des chercheurs offre de multiples voies de restitution sur les engagements des chercheur·e·s dans la pratique ethnographique (Ghasarian, 2004 ; Cefai, 2011 ; Naudier & Simonet, 2011 ; Laurens et Neyrat, 2010) qui participe du processus de légitimation de ces recherches.

 Au plan des disciplines, les recherches sur l’engagement, ses modalités et ses régimes (Bidet, 2011, Thévenot, 2006) ont alimenté nombre de travaux en anthropologie, en sociologie, en STAPS, en sciences de gestion, en arts et esthétique. Ainsi, ces manières de produire de la connaissance via l’engagement des chercheurs sur leur terrain, est d’autant plus spécifique qu’elle touche bien souvent des objets, groupes, cadres sociaux qui nécessitent de « se donner » pour y avoir accès.  Pour le dire autrement, les choix de terrains a priori difficiles d’accès, sont souvent en lien avec des groupes engagés… Que ce soit l’étude des rapports ethniques dans des temps forts de la mondialisation, ou des ethnographies sur des terrains sensibles (Bouillon, Fresia et Tallio, 2005) voire « minés » (Albéra, 2001), des travaux où le corps est mis en jeu, voire en péril (Wacquant 2000), l’engagement chercheur/objet est toujours, en pareil cas, un thème central de l’ethnographie proposée.

Au final, la question fondatrice de ce colloque est d’une certaine manière de savoir s’il existe véritablement une ethnographie sans engagement tant il semble consubstantiel à l’esprit même de la démarche. Ce colloque propose donc de mettre en lumière les multiples modalités de l’engagement selon les phases et les temporalités de l’ethnographie, selon les disciplines et les pratiques, selon l’expérience des chercheur.e.s et selon les terrains.

La question de l’engagement dans la pratique ethnographique questionne ainsi non seulement les frontières du savoir (processus de productions et de valorisation de la connaissance) mais aussi l’autonomie des chercheur.e.s au regard des divers rapports de pouvoir que suscite une activité scientifique, et des enjeux sociaux multiples, notamment liés à la vie de la Cité (Cefaï, 2011). Afin d’organiser ces débats dans des contributions et sessions du colloque, trois axes de travail sont proposés.

 

Axe 1 : L’engagement au regard des disciplines

Les pratiques ethnographiques s’étant largement déclinées selon plusieurs disciplines (Barthélémy, Combessie, Fournier & Monjaret, 2014), la définition de l’engagement nécessite d’être clarifiée en fonction des disciplines, des objets de recherche et des conceptions et pratiques de l’ethnographie. A ce titre, l’anthropologie, la sociologie, les sciences du sport,  et les sciences de gestion ont construit des rapports historiques différents avec l’ethnographie. Mais au sein des sciences humaines et sociales et qui plus est en complémentarité ou confrontation avec les sciences exactes, biologiques ou médicales, le choix de l’ethnographie comme méthode d’appréhension de la réalité peut constituer déjà en soi un engagement du chercheur.

Il est donc proposé dans cet axe de questionner la pratique ethnographique comme  un engagement dans les différents environnements disciplinaires, au sein des différentes formes de savoirs scientifiques et dans la confrontation avec la demande sociale.

Dans quelle mesure cette pratique a-t-elle encore besoin d’être légitimée et défendue ? Comment cette pratique s’inscrit dans l’histoire des différentes disciplines ? Comment cet engagement ethnographique traduit des tensions ou des complémentarités intra/ inter disciplinaires et des rapports de pouvoir avec des pratiques plus dominantes ?

 

Axe 2 : Les engagements dans la pratique ethnographique

L’engagement peut être également considéré comme un moteur de la recherche, stimulant le chercheur dans ses choix d’étude, dans sa façon de pratiquer l’ethnographie ou dans sa façon de valoriser son travail. En cela l’engagement sur un terrain et auprès de groupes sociaux ressemble parfois à une vocation qu’épouse l’ethnographe dans son apprentissage du terrain, et permet de relire les trajectoires de figures emblématiques de l’ethnographie (Tillion, 2000). C’est à ce niveau que l’on pourra noter aussi la place grandissante que la question du droit occupe dans l’exercice du métier de l’anthropologue ou du sociologue. La proximité avec son terrain et sa connaissance approfondie peuvent l’amener à témoigner en justice en faveur de celles et ceux qu’ils étudient ou pour la défense de leurs causes (Atlani-Duault et Dufoix, 2014). Comment gérer cette nouvelle place du monde judiciaire et juridique dans les recherches de terrain ?  Comment éviter que le juridique n’empiète sur le scientifique ?

Les analyses réflexives sur les parcours ethnographiques pourront apporter ici une stimulante épaisseur expérientielle. Seront notamment appréciées les analyses présentant (et partageant) les « bricolages », les « méthodes et ficelles », proposés par les chercheurs afin d’apporter des solutions concrètes à des problèmes récurrents en ethnographie.

Comment gérer le processus d’élaboration et de construction du terrain ? Quelles sont les influences des dispositifs méthodologiques mis en place dans les configurations de la recherche ? Comment gérer les engagements des parties prenantes de l’ethnographie (modalités de financements, liens avec les institutions etc.) ? Jusqu’où aller dans l’engagement existentiel nécessaire à l’intégration et l’immersion dans un terrain ? Comment respecter les engagements du chercheur envers le terrain et ses acteurs  lors de la phase académique de restitution et de publication ? Comment protéger la fonction sociale du chercheur ? Quelles démarches (qualités, compétences, dispositions) éthiques mettre en place dans le processus de recherche pour assumer ces/ses engagements ?

 

Axe 3 : Les terrains privilégiés de l’engagement

Ce dernier axe interroge les postures éthiques et réflexives de l’engagement des chercheur·e·s qui s’avèrent particulièrement importantes pour certains objets et certains terrains de recherche et ce autant au niveau des engagements de l’ethnographe que des ethnographies de l’engagement. Il accueillera ainsi les contributions centrées sur les multiples manières de concilier l’approche ethnographique nécessairement distanciée et l’engagement (aux côtés) des acteurs. Il s’agit donc d’inventorier ces terrains en analysant les régimes et les formes de l’engagementmobilisés tant du côté des chercheur·e·s que du côté des acteurs et actrices sociaux étudiés. Nous proposons d’aborder ces terrains sensibles en identifiant et analysant des situations et des configurations historiques, sociales, politiques ou économiques singulières où l’engagement est propice, voire nécessaire. Par choix ou par enclicage (Olivier de Sardan, 1995) inhérent à toute pratique ethnographique, les chercheur.e.s sont ainsi exposé.e.s à des enjeux moraux, politiques, économico-scientifiques.

Quels sont les risques et les dangers auxquels sont confrontés les ethnographes (conflits, crédibilités, poursuites judiciaires, intégrité physique et morale…) ? Comment se différencient-ils selon les rapports de genre, ethniques et de classe imbriqués dans lesquels les chercheur·e·s sont pris ? Les engagements intensifient-ils nécessairement ces risques ? Comment les ethnographes affrontent-ils, détournent ou résolvent-ils ces difficultés et ces contraintes ? Comment construire l’approche ethnographique dans de tels contextes ? Comment réagir face à l’amplification de certains risques pour les personnes étudiées par la seule présence du chercheur ? Comment comprendre et analyser les différentes formes d’engagement en terrain difficile ou à fort enjeux sociaux et politiques ?

top 2

Références


Albéra D. (2001), « Terrains minés », Ethnologie française, 1(31) : 5-13
Atlani-Duault, L., Dufoix, S. (2014), « Les sciences sociales saisies par la justice », Socio, 3, septembre : 9-47
Barthélémy, T., Combessie, Ph., Fournier L.S. & A. Monjaret (2014), Ethnographies plurielles. Déclinaisons selon les disciplines, ed. CTHS-Sef, 296 p.
Bidet, A. (2011), L’engagement dans le travail. Qu’est-ce que le vrai boulot ?, Paris, Puf, « Le lien social », 416 p.
Bouillon, F., Fresia, M., et Tallio, V. (éd.) (2005), Terrains sensibles, Expériences actuelles de l’anthropologie, éd. EHESS-CEAF, Paris
Brohm J-M. (2004), « Sociologie critique et critique de la sociologie », Education et sociétés, no 13, p. 71-84.
Cefaï, D. (dir.), (2010), L’engagement ethnographique. Paris, Editions de l’EHESS
Debaene, V. (2010), L’adieu au voyage. L’ethnologie française entre science et littérature. Paris, Gallimard.
Elias, N., (1993 [1983]). Engagement et distanciation : Contributions à la sociologie de la connaissance, ed Fayard,
Fassin, D. (1999),  « L’anthropologie entre engagement et distanciation. Essai de sociologie des recherches en sciences sociales sur le sida en Afrique In C. Becker, J-P., Dozon, C. Obbo & M. Touré (eds), Vivre et penser le sida en Afrique. Experiencing and understanding AIDS in Africa, Paris, Codesria, Karthala, IRD : 41-66.
Ghasarian, C. (éd.) (2004), De l’ethnographie à l’anthropologie réflexive. Paris : Armand Colin.
Laplantine, F. (2005), La description ethnographique, Paris, Armand Collin
Laurens, S., Neyrat, F. (2010), Enquêter de quel droit ? Menaces sur l’enquête en sciences sociales, Editions du Croquant.
Naudier, D. & M. Simonet (eds), (2011), Des sociologues sans qualités ? Pratiques de recherche et engagements, La Découverte
Olivier de Sardan, J-P. (1995), « La politique du terrain », Enquête, n°1
Thévenot, L. (2006). L’action au pluriel. Sociologie des régimes d’engagement, par Laurent Coll. Textes à l’appui-Politique et société, éd. La Découverte, 2006, 312 p.
Tillion, G. (2000), Il était une fois l’ethnographie, Paris, Seuil.

 

top 2

Modalités de soumission


Le dépôt des communications s’effectue directement sur internet, en cliquant ici, dans l’onglet « Dépots »

  • Soumission d’une communication(date-limite : 30 mai 2017)
    La proposition de communication doit se composer d’un titre, d’un résumé de 3 000 signes maximum (bibliographie incluse) et de mots-clés.
  • Soumission d’un résumé détaillé (pour les communications sélectionnées – date-limite : 15 octobre 2017)
    Le résumé détaillé doit se composer de 10 000 signes maximum (bibliographie incluse). Il est destiné à la publication numérique d’actes en amont du colloque.

En plus de la publication d’actes numériques pour le colloque, les meilleures communications donneront lieu à la publication d’un ouvrage collectif ainsi qu’à des numéros dédiés de revues spécialisées.

Pour toute demande d’information ou difficulté de connexion pour déposer un projet de communication, merci d’envoyer un mail à l’adresse suivante : engagementsef17@sciencesconf.org

top 2

Principales échéances


31 mars 2017 Ouverture des inscriptions au colloque
30 mai 2017 Date limite de soumission des communications
15 juillet 2017 Notification aux auteurs
15 octobre 2017 Date limite d’envoi de la version finale des résumés détaillés
20 octobre 2017 Clôture des inscriptions
8 novembre 2017 Séminaire doctorale interdisciplinaire d’ethnographie
« Réflexivité et pratique ethnographique »
9 & 10 novembre 2017 Colloque Ethnographies et engagements

top 2

Comité scientifique


Au 6 mars 2017

  • Typhaine BARTHELEMY (Université de Picardie Jules Verne)
  • Marie BUSCATTO (Université Paris 1)
  • Phlippe COMBESSIE (Université Paris Nanterre)
  • Dominique DESJEUX (Université Paris Descartes)
  • Delphine DION (Essec Business School)
  • Marie-Luce GELARD (Université Paris Descartes)
  • Christian GHASARIAN (Université de Neufchâtel, Suisse)
  • Emmanuelle LALLEMENT (Direction générale des patrimoines – Ministère de la Culture et de la communication)
  • François LAPLANTINE (Université Lyon 2)
  • Anne MARCELLINI (Université de Lausanne)
  • Gilles RAVENEAU (Université Paris Nanterre)
  • Philippe ROBERT-DEMONTROND (Université Rennes 1)
  • Emmanuelle SAVIGNAC (Université Paris 3)
  • Bastien SOULE (Université Claude Bernard Lyon 1)

top 2

Comité d’organisation


Marie Cheree BELLENGER (CETAPS) / Baptiste CLERET (NIMEC) / Patrice COHEN (DySoLab) / Boris COLLET (NIMEC) / Camille COUVRY (DysoLab) / Christophe DAUM (DySoLab) / François FELIU (DySoLab) / Claire FRANCOIS (NIMEC) / Ghislaine GALLENGA (SEF) / Renaud GARCIA-BARDIDIA (NIMEC) / Aurélie GUALDO (SEF) / Kenza GUENNOUN (NIMEC) / Zoé HALLER (DySoLab) / Coralie LALLEMAND (NIMEC) / Yann LE BIHAN (SEF) / Betty LEFEVRE (CETAPS) / Elise LEMERCIER (DySoLab) / Mélanie MESAPEZZA (DySoLab) / Ellie MEVEL (DySoLab) / Anne MONJARET (Sef) / Lucie NAYAK (Sef) / Frédéric NEYRAT (DySoLab) / Elise PALOMARES (DySoLab) / Eric REMY (NIMEC) / Pascal ROLAND (CETAPS) / Olivier SIROST (CETAPS) / Magali SIZORN (CETAPS) / Maïlys TORCHE (NIMEC) / Younes VAN PRAET (DySoLab)

 

Coordinateurs

Patrice COHEN (DySoLab) / Anne MONJARET (Sef) / Eric REMY (Nimec) / Olivier SIROST (Cetaps)

Pour toute précision, merci de nous contacter par mail à l’adresse suivante: engagementsef17@sciencesconf.org

top 2

 

Journées d’étude : « La mode comme dialogue entre les cultures ? »

 La mode comme dialogue entre les cultures ?

Objet, Média, Interaction et Société

Journées d’étude franco-japonaises, 21 et 22 Mars 2017

site Pouchet CNRS, 59-61 rue Pouchet, 75017 Paris

anglais-français, entrée libre dans la limite des places disponibles

 

Organisateurs : Séminaire Anthropologie des Mondes de la Mode (IIAC-LAHIC, CNRS-EHESS), Transboundary Fashion Seminar 3.2 (Bunka Gakuen University, JSPS)

 

Dr. Anne Monjaret, Ethnologue, Sociologue, Directrice de recherche, IIAC-LAHIC, CNRS, EHESS, Présidente de la SEF

 

Dr. Yoko Takagi, Science des Arts, Fashion Studies, Professeur, Bunka Gakuen University, JSPS Kaken Grant “Scientific Research on Transboundary Contemporary Japanese Fashion”

 

Kristell Blache-Comte, Anthropologue, Doctorante, IIAC-LAHIC, CNRS, EHESS, Photographe

 

Daphne Mohajer va Pesaran, Designer, Fashion Studies, Doctorante, JSPS Research Fellow, Bunka Gakuen University

 

Mardi 21 Mars, 9h30-16h30

 

Introduction 9h30

 

OBJET (10h-12h30)

modéré par Thierry Bonnot, Anthropologue, Chargé de recherche CNRS, IRIS, Paris

 

Ornella K. Pistilli, Sociologue, Anthropologue indépendante

Enjeux politiques dans la mode contemporaine.

 

Saskia Thoelen, Fashion Studies, Doctorante, Bunka Gakuen University

L’hybridité culturelle : un élément d’analyse des interactions mondiales de la mode japonaise du XIXe et XXe siècle.

 

Dr. Leyla Belkaïd-Neri, Designer, Anthropologue, Directrice du Programme Fashion Design à Parsons Paris, The New School (NYC)

La matérialité évolutive de la mode: réinterpréter l’hispanicité dans l’œuvre d’Yves Saint Laurent.

 

Pause déjeuner 12h30-14h

 

MEDIA (14h-16h30), modéré par Lila Neutre, Doctorante, École Nationale Supérieure de la Photographie – Université Aix-­Marseille, LESA, LAMES, Photographe

 

Kristell Blache-Comte, Anthropologue, Doctorante, IIAC-LAHIC, CNRS, EHESS, Photographe

Une lecture de la photographie de mode japonaise.

 

Valérie Jeanne-Perrier, Sociologue, Enseignant-Chercheur GRIPIC

Suzy Menkès : Instagram est son ambassade, la mode est son royaume. Ou quand le journalisme traduit les mutations des langages de la mode.

 

Dr Emanuele Coccia, Philosophe, Historien, Maître de conférences au CEHTA-EHESS

La fin des cultures : mode et lifestyle.

 

 

Mercredi 22 Mars, 10h-18h

 

INTERACTION (10h-12h30), modéré par Giulia Mensitieri, Anthropologue, IIAC-LAUM, CNRS, EHESS

 

Dr Michela Niccolai, Musicologue, BHVP-ART, Association de la Régie théâtrale, Paris – collaborateur scientifique Université libre de Bruxelles

Nagasaki-Paris aller-retour : Exotisme et transfert culturel dans les interprètes de Madama Butterfly de Puccini (environ 1910-1930).

 

Dr. Kaya Tsujita, Historienne et professionnelle de la mode

Japon – France : une histoire croisée de la mode.

 

Clément Trouche, Master Histoire de l’art moderne et contemporaine, Aix-Marseille université, co-fondateur du CCHMode

De l’Atelier à la rue, des ailleurs pour construire un ici. Naissance de la mode Arlésienne au XVIIIe siècle dans l’Atelier de la famille Raspal.

 

Pause déjeuner 12h30-14h

 

SOCIETE (14h-16h30), modéré par Fabienne Duteil-Ogata, Ethnologue, Maître de conférences, Département de langue et civilisation japonaises, Université Bordeaux-Montaigne, CLARE

 

Daphne Mohajer-va-Pesaran, Designer, Fashion Studies, Doctorante, JSPS Research Fellow, Bunka Gakuen University

Kamiko : Durabilité néo-traditionnelle.

 

Yayoi Motohashi, Curateur, The National Art Center, Tokyo, Anthropologue, Doctorante, Hitotsubashi University

Comment les japonais ont-ils commencé à porter des vêtements occidentaux au Japon après la Seconde Guerre mondiale?

 

Dr Marco Pecorari, Directeur du Master Fashion Studies à Parsons Paris, The New School (NYC)

L’effet MoMu? Quelques réflexions sur la représentation de la mode dans les musées.

 

Conclusion 16h30-17h30

 

Cliché : Kristell Blache-Comte

Séminaire Lasco/Sophiapol & Sef : Myriam Joël, jeudi 12 janvier 2017, Paris Nanterre

bandeau-seminaire-lasco logosefx

.

La quatrième séance du séminaire 2016-2017 du GDR Lasco, en partenariat avec la Société d’ethnologie française (Sef), accueillera Myriam JOËL (en contrat de post-doctorat à l’Institut national d’études démographiques – Ined) pour une communication développée à partir d’une recherche financée par Sidaction et intitulée :

Prévention et réduction des risques et des dommages en prison et à la sortie

Date :
Jeudi 12 janvier 2017, de 17h00 à 19h00

Lieu :
Université Paris Nanterre
Bâtiment D, salle D 201 b (2e étage du bâtiment D)
Comment venir ?

Maison d'arrêt de Troyes (Ph. Combessie)

Résumé de l’intervention

1. Présentation de la recherche

L’étude s’est intéressée à la prévention et à la réduction des risques et des dommages (RdRD) en milieu carcéral et dans les structures accueillant les sortants de prison ou plus généralement les personnes faisant des allers-et-retours entre la prison et l’extérieur (hommes et femmes). Le risque était entendu au sens large de contracter le VIH ou une autre IST. Les problématiques de l’addiction et de la sexualité ont été privilégiées comme prismes d’approche. Ont été examinées l’existence ou a contrario l’absence de dispositifs de prévention et de RdRD, leurs modalités de fonctionnement, les représentations et les logiques organisant les pratiques des professionnels et des bénévoles, ainsi que les difficultés qu’ils rencontrent. Une attention particulière a été portée aux liens entre le dedans et le dehors, tant en termes de rupture que de continuité, ainsi qu’aux relations inter et intra groupes.

2. Méthodologie

Les références consultées – environ 150 ouvrages, articles et rapports de recherche francophones et anglophones– s’inscrivent dans 4 champs principaux : la santé, la prison, la sexualité et les professions. Une fiche de notes a été rédigée pour chacune d’elles. Un journal de terrain de 80 pages a été tenu au cours de l’enquête. Initialement, une trentaine de sortants de prison et autant de professionnels devaient être interviewés. En raison des nombreux obstacles rencontrés dans les établissements pénitentiaires avec les équipes soignantes et le SPIP (voir infra) – et ce en dépit d’ailleurs des autorisations accordées sans difficulté par l’Administration Pénitentiaire – l’enquête a été modifiée pour se concentrer sur les professionnels et les bénévoles. Soixante-dix-huit gradés, membres du personnel de direction, médecins généralistes, membres du personnel infirmier, psychologues, psychiatres, assistants sociaux, éducateurs spécialisés, conseillers d’insertion et de probation, hôteliers, responsables associatifs, chargés de projet, bénévoles, coordinateurs et animateurs de prévention santé ont été interviewés (parfois à plusieurs reprises), individuellement et/ou collectivement. Les entretiens ont duré de 40 minutes à 3h30 et ont été réalisés de manière préférentielle sur le lieu de travail des personnes, mais parfois également au café ou par téléphone. Tous les échanges ont été enregistrés et intégralement retranscrits.
Les espaces investigués dans et hors des murs sont des Unités Sanitaires (Ucsa et SMPR), des CSAPA, des CAARUD, des CHRS, des associations de réinsertion, des associations de prévention, des centres de santé communautaires, des COREVIH, des hôtels sociaux et des SPIP (milieux ouvert et fermé). Le regard n’a intentionnellement pas été circonscrit aux lieux à visée explicitement sanitaire et médicale. De multiples observations –parfois participantes– ont été conduites à l’occasion des journées passées en prison et dans les structures, des réunions professionnelles, des groupes de parole, des ateliers de prévention ou encore des conventions. Les échanges ont été enregistrés ou ont été notés manuellement.
Outre l’enquête principale réalisée auprès des professionnels et des bénévoles, 27 entretiens ont été réalisés auprès de femmes détenues durant leur incarcération ou après leur libération, certaines ayant été suivies à l’intérieur puis à l’extérieur. Enfin de nombreux échanges informels ont été menés avec les usagers des structures extérieures fréquentées.

3. Résultats

3. 1. Une mission peu définie et peu attribuée, mais investie et appropriée par certains

A l’exception des CAARUD et des associations spécifiques, la prévention et la RdRD apparaissent comme une mission résiduelle, en prison comme dans les structures extérieures. L’accès aux droits, au soin, au logement ou au travail sont pensés comme prioritaires pour les (futurs) sortants de prison. De fait, la prévention et la RdRD se tiennent dans les interstices de ces objectifs, bien souvent sur des temps et dans des espaces qui ne leur sont pas spécialement consacrés. L’accent est mis sur l’importance de la parole, à l’occasion d’échanges informels et dans des situations impliquant un dépassement des rôles statutaires respectifs. Cela requiert donc du temps, une certaine proximité et l’instauration d’une relation à laquelle se prêtent mal des entrevues ponctuelles.
Les professionnels des structures à visée explicitement sanitaire et médicale n’investissent pas nécessairement davantage la mission de prévention et de RdRD que les acteurs des autres structures, quand bien même les seconds estiment que cette responsabilité échoit aux premiers. Il en résulte une forme de relégation et un grand flou entourant l’attribution de cette mission, sur lesquels achoppe l’entreprise d’orientation dont se prévalent les acteurs.
Il ressort de l’étude que certains professionnels et bénévoles se saisissent à titre individuel de la prévention et de la RdRD, et prennent en ce sens des initiatives personnelles, indépendamment de leurs missions premières. Ainsi des éducateurs spécialisés (a fortiori lorsqu’ils sont rattachés aux Unités Sanitaires) ou des conseillers d’insertion et de probation peuvent avoir dans les faits une action beaucoup plus importante en ce domaine que le personnel soignant. Les acteurs occupant des postes à responsabilité sont davantage en capacité d’imposer leurs actions et leur vision des choses, là où d’autres professionnels expriment le sentiment de devoir lutter contre leur hiérarchie. Au sein des structures et des équipes, ces personnes sont néanmoins le plus souvent identifiées comme des personnes-ressources vers lesquelles sera systématiquement orienté le public concernant ces problématiques. L’investissement de la mission de prévention et de RdRD repose finalement davantage sur des convictions et un engagement personnels que sur des missions clairement identifiées et objectivées.

3. 2 Une absence générale de coordination

L’absence de coordination vient entraver l’efficacité et la portée des dispositifs et des messages de prévention et de RdRD. Les acteurs œuvrent chacun de leur côté (ou avec un ou plusieurs « alliés » d’un réseau très local) sans que cette mission ne vienne s’inscrire dans un plan d’action général. Ils ne sont que rarement au courant de ce qui a été entrepris, de ce qui existe déjà ou même de la venue d’autres acteurs susceptibles de les aider. Cette absence de coordination s’observe tout à la fois entre les différentes catégories d’acteurs, au sein des équipes, au sein du milieu fermé, au sein du milieu ouvert, et entre milieu fermé et milieu ouvert. Elle est à lier à trois aspects.
Le premier est l’absence de réflexion générale et de dialogue sur le sujet, eu égard notamment au caractère potentiellement illégal et contre-réglementaire de certaines pratiques de RdRD. Si cette situation est paroxystique en milieu carcéral, on observe également une atomisation des pratiques dans les structures externes, en particulier dans les CSAPA. Au sein des prisons, le secret médical apparaît ensuite comme un élément venant bien souvent gangréner les relations entre l’UCSA, le
SMPR et le SPIP ; le SMPR en particulier choisissant de se couper des autres acteurs – y compris de leurs collègues de l’UCSA à l’Unité Sanitaire– pour éviter d’avoir à divulguer des informations. Il en résulte des conflits parfois violents, une méconnaissance des autres pratiques professionnelles et un refus de collaborer.
Enfin les différences de représentation associées à la RdRD concourent à fractionner les pratiques et génèrent des sentiments d’abandon et des affrontements pouvant conduire à la démission. Les situations sont très hétérogènes : si dans certains établissements pénitentiaires sont placés des « roule ta paille » dans les kits pour sortants de prison, ce type d’outil n’est pas toujours accessible dans les CSAPA à l’extérieur. La question de l’échange de seringues cristallise ces tensions, en
particulier au sein des Unités Sanitaires. L’étude arrive au constat que les plus grandes réticences semblent surtout se retrouver du côté des soignants ; médecins, infirmières et psychiatres éprouvant beaucoup de difficultés à concilier leur mission de soin avec la RdRD.

3.3 Des pratiques restreintes, à destination d’individus au profil spécifique

La mission de prévention et de RdRD s’observe essentiellement dans le cadre de la problématique des addictions. Les professionnels, à quelques exceptions près (et là encore indépendamment de leurs missions premières), minorent ou occultent la problématique de la sexualité; et ce bien que précarité, addictions, abus sexuels, misère sexuelle et prostitution s’avèrent étroitement enchevêtrées dans les parcours de vie des (futurs) sortants de prison. Si les risques liés aux addictions sont tout autant abordés en individuel qu’en collectif, la question des risques sexuels est quant à elle circonscrite à quelques actions collectives ponctuelles déléguées à des personnes reconnues comme spécialistes. Le libre accès à des outils comme les préservatifs ou les plaquettes d’information n’est que rarement accompagné de discours. Les acteurs mettent en avant non pas une gêne à aborder le sujet, mais leur volonté de ne pas se montrer intrusifs dans la sphère de l’intime. Au cœur d’une
réflexion plus générale à propos de leur profession, la question du contrôle et de ses frontières est en effet systématiquement pensée en lien avec les notions d’autonomie et d’acteur sanitaire.
Un triple processus concourt à dessiner un profil de (futurs) sortants de prison à destination desquels sont adressés, voire réservés, les messages et les dispositifs de prévention et de RdRD. Un processus de restriction spatiale tout d’abord, les CSAPA et les CAARUD – et dans une moindre mesure l’Unité Sanitaire – se voyant échoir la responsabilité d’assurer une telle mission. Est ensuite mis en œuvre un processus d’identification des personnes susceptibles d’avoir ou d’avoir eu des pratiques à risque, qui sont alors orientées vers ces espaces. S’observe enfin un processus de sélection par lequel les acteurs incitent ou enjoignent à certaines personnes triées sur le volet de participer à des ateliers et à des groupes de parole. Par voie de conséquence, les messages et les dispositifs de prévention et de RdRD concernent avant tout dans les faits les personnes malades, infectées, en situation de vulnérabilité et de précarité, ayant des addictions, jeunes et estimées « récupérables » ou « voulant s’en sortir ». Cela induit non seulement en miroir l’exclusion de ceux qui ne s’inscrivent pas dans ce profil, mais cela met par ailleurs en lumière le fait que la prévention et la RdRD ne sont finalement pensées que pour une partie seulement des (futurs) sortants de prison.

Organisation du séminaire :
Gabriel Segré et Vincent Rubio
Photo : Ph. Combessie

Une introduction à l’ethnologie française, Paris, 13 et 14 décembre 2016

Journées de formation proposées par la Société d’ethnologie française (Sef)

Paris, 13 et 14 décembre 2016 

Une introduction à l’ethnologie française

Entrée libre et gratuite sur inscription
dans la limite des places disponibles

Première journée – mardi 13 décembre 2016

Lieu : salle Rameau, Ministère de la Culture et de la Communication, 182 rue Saint-Honoré (75001)

 Matinée

9h30-10h00 : Ouverture des journées
Pascal Liévaux  (DPRPS, Direction générale des patrimoines Ministère de la Culture et de la Communication)
Anne Monjaret (Sef, Iiac-Lahic-CNRS-EHESS)
Thierry Wendling (Iiac-Lahic-CNRS-EHESS)

10h00-11h00 : Conférence Inaugurale « Des aires culturelles à un monde globalisé. Qu’est-ce que l’anthropologie sociale contemporaine ? Une esquisse »
Martine Segalen (Université Paris Ouest, Directrice de la revue Ethnologie Française)

 11h00-13h00 : Session thématique n°1

« Ville(s) & Urbanité(s) » Anne Raulin (Université Paris Ouest – Sophiapol)
« Migration, immigration & images » Sylvaine Conord (Université Paris Ouest – Lavue-Mosaïue)

 

Après-midi

 15h00-16h30 : Table-Ronde n°1   « Former et être formé à l’ethnologie »

Modérateur :
Thierry Wendling (Iiac-Lahic-CNRS-EHESS)
avec :
Catherine Deschamps
(Ecole Nationale d’Architecture Paris Val de Seine – Sophiapol-Lasco)
Jean-Paul Filiod (Espé – Université Lyon 1 – Centre Max Weber)
Anne Vega (Sophiapol – Lasco)
Claudie Voisenat (Iiac-Lahic-CNRS-EHESS, MCC, Ecole du Louvre)

 

 16h45-18h15 : Table-Ronde n°2   « Culture & Patrimoine »

Modérateur :
Cyril Isnart (Idemec, CNRS – Université Aix-Marseille)
avec :
Christian Hottin (Institut National du Patrimoine)
Laurent Sébastien Fournier (Université Aix-Marseille – Idemec)
Emmanuelle Lallement (Direction Générale des Patrimoines, Direction des publics, Ministère de la Culture et de la Communication)
Magdalena Ruiz-Marmolejo (Musée national de l’histoire de l’immigration)

 

Deuxième journée – mercredi 14 décembre 2016

Lieu : salle Molière, Ministère de la Culture et de la Communication, 182 rue Saint-Honoré (75001)

 Matinée

10h00-11h00 : Session thématique n°2   « Animaux, animalités, humanités »
Mélanie Roustan (Muséum National d’Histoire Naturelle, Paloc)

 

 11h00-12h30 : Table ronde n°3  « L’ethnologie et ses métiers »

Modérateur :  Marie-Pierre Julien – Université de Lorraine – Ethnoart
avec :
Carine Chavarochette
– Ethnologie dans l’entreprise – Entreprise&Société
Chantal Deltenre – Ethnologues en herbe – Image
Aurélie Druguet ou Marine Robillard – Anthropolinks – Risques sociaux et culturels
Fabrice Raffin – Université de Picardie Jules Verne – SEA Europe

 Après-midi

15h00-17h00 : Session thématique n°3

« Négocier le genre ? » Mélanie Gourarier (Université de Toulouse Jean Jaurès – Listt)
« Rites, ritualités et religions » Michael Houseman  (École Pratique des Hautes Études)

 

17h15-18h15 : Projection suivi d’un débat

« Chamanisme en France.  Approche et méthodologie en anthropologie visuelle » Laetitia Merli (Chercheuse associée – Centre Norbert Elias)

 

18h15-18h30 : Remerciements

Organisation et partenaires

Organisateurs principaux :
Société d’ethnologie française
Ministère de la Culture et de la Communication

Partenaire associé : 
IIAC- LAHIC – UMR 8177 CNRS-EHESS

Comité d’organisation :

Anne Monjaret (Sef, Iiac-Lahic – CNRS-EHESS)
avec
Martine-Fanny Bourand-Lucet (Sef)
Philippe Combessie (Sef, Université Paris Ouest – Sophiapol)
Aurélien Djakouane (Sef, Université Paris Ouest – Sophiapol-Lasco)
Lucie Nayak (Sef, Inserm)
Yann Le Bihan (Sef, Espé – Poitiers)
Thierry Wendling (Sef, Iiac-Lahic – CNRS-EHESS)

 

Télécharger le programme complet 

 

Journées d’étude : « De la constitution d’un corpus aux analyses statistiques, comment produire des analyses quantitatives à partir de matériaux ethnographiques ? », 10 & 11 octobre 2016, Nanterre

Procession à Málaga (Espagne), 2014

Procession à Málaga (Espagne), 2014                                                                       cliché : Ph. Combessie

Ces deux journées d’étude sont organisées par la Société d’ethnologie française (SEF) en partenariat avec la Société d’ethnologie française (SEF) et avec le soutien de l’Ecole doctorale EOS ainsi que de Image (logiciel Alceste) et de Kynos (logiciel Modalisa). Elles se dérouleront au Bâtiment Max Weber (Université Paris Ouest, campus de Nanterre).
.

 

Date :
Lundi 10 octobre et mardi 11 octobre 2016.

Lieu :
Université Paris Ouest   Nanterre   La Défense,
Bâtiment W (salle au rez-de-chaussée)
Comment venir ? en voiture, par le train ou le RER.
Plan du campus de l’Université Paris Ouest (site de Nanterre)

Comité d’organisation :
Philippe Combessie, Aurélien Djakouane, Lara Mahi, Sacha Raoult.

.

Programme

Lundi 10 octobre

.

11h00 : Introduction à la journée d’étude (Comité d’organisation)
.

Panel 1. S’émanciper des règles, repenser les méthodes (11h20-12h20)
Présidence de session : Lara Mahi et Sacha Raoult (Université Paris Ouest – Sophiapol)

11h20 : Julien Gros (Cesaer-Inra, LSQ-Crest)
Quantifier en ethnographe. Sur les enjeux d’une émancipation de la représentativité statistique lors des usages ethnographiques des méthodes quantitatives.

11h40 : Baptiste Brossard (Australian National University – School of Sociology)
Quand n=1.

12h00 : Pascal Vallet (Université Jean Monnet – Saint Etienne – Centre Max Weber)
Sur les archives de L’œil à la page, une enquête mutiméthodologique de Jean-Claude Passeron et Michel Grumbach

12h20 : Discussion

[12h40 : Pause déjeuner]
.

Panel 2. Recruter, hospitaliser, condamner… : analyses mixtes de trajectoires institutionnelles (14h00-16h00)
Présidence de session : Joanie Cayouette-Remblière (Institut national d’études démographiques)

14h00 : Marie-Victoire Bouquet (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne/EHESS – Centre Européen de Science Politique)
Objectiver les déterminants du recrutement : une base de données sur les candidatures bénévoles pour l’association Emmaüs.

14h20 Lara Mahi (Université Paris Ouest – Sophiapol) et Sébastien Saetta (Université Paris Descartes – Cermes 3)
Produire des statistiques à partir d’observations de procès : enjeux méthodologiques et épistémologiques.

14h40 : Discussion

14h55 : Julien Bourdais (Université Paris Descartes – Cermes 3)
Dossiers médicaux et histoires personnelles : reconstruire un ordre biographique à partir d’une institution psychiatrique.

15h15 : Florence Brumaud (Université de Bordeaux – CeDS)
La fabrication du handicap psychique. Ethnographie du travail des équipes pluridisciplinaires d’évaluation à la maison départementale des personnes handicapées de la Gironde

15h35 : Discussion

[15h50 : Pause café]
.

Panel 3. Objectiver les implantations et circulations spatiales (16h10-17h30)
Présidence de session : Colin Giraud (Université Paris Ouest – Sophiapol)

16h10 Michèle Lalanne (Institut National Universitaire Champollion d’Albi – Certop) et Emmanuel Pages (Université fédérale de Toulouse Midi-Pyrénées – LabEx Structuration des Mondes Sociaux).
Une standardisation des méthodes d’observation est-elle possible pour quantifier les itinéraires des touristes ?

16h30 Jocelyne Ferraris (IRD – Entropie), Georgeta Stoika (IRD – Entropie), Elodie Delvaux (IRD – Entropie), Catherine Sabinot (IRD Espace Dev), Stéphanie Carrière (IRD – Gred) et Pascale Chabanet (IRD – Entropie) –  LabEx Corail.
Dessine-moi un récif coralien : une méthodologie de la recherche interdisciplinaire sur la représentation de la nature par des enfants en bord de mer

16h50 : Thomas Vroylandt (Drees – Ministère de Affaires Sociales et de la Santé – DynamE).
Ethnographie, numérique et statistiques : les veilleurs de la “manif pour tous”.

17h10 : Discussion

17h30 : Présentation du logiciel Alceste

 

Mardi 11 octobre
.

Panel 4. Saisie et traitement de données mixtes : retours d’expérience (8h30-10h15)
Présidence de session : Aurélien Djakouane (Université  Paris Ouest – Sophiapol)

8h30 : Siyu Li (Université de Lille 1/Chinese Academy of Social ScienceS – Clersé/Centre Maurice Halbwachs)
Méthodes mixtes appliquées à différentes phases de recherche : expériences dans les lycées en Chine : combinaison de l’ACM et de l’enquête de terrain

8h50 : Florence Lethurgez (Aix-Marseille Université – Irsic)
Observer et mesure l’anticipation de l’écoute musicale en médiathèque : lecteurs et lectures de livrets discographiques de musique « classique ».

9h10 Discussion

9h25 Kidline Leichnig (Université du Littoral Côte d’Opale – TVES) et Gaëlle Deletraz (Université de Pau et des Pays de l’Adour – Passages)
Retour d’expérience sur une analyse qualitative « traditionnelle » enrichie par un traitement semi-automatique.

9h45 Jérémie Gauthier (EHESS-Iris, Centre Marc Bloch Berlin)
Contrôler, interpeller, garder à vue. Analyse quantitative des groupes cibles de l’action policière dans une ville de banlieue parisienne

10h05 Discussion

[10h15 Pause café]

 

Panel 5. Vandales, chasseurs, intellectuels : révéler des distinctions à l’intérieur de groupes (10h30-12h20)
Présidence de session : Claire Zalc (CNRS – IHMC)

10h30 : Anne Bessette (Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 – Cerlis)
Quelques pistes de réflexions sur la constitution et l’analyse d’un corpus permettant l’étude d’un phénomène peu courant : le vandalisme sur les œuvres d’art.

10h50 : Camille Fossier (Institut Agronomique Calédonien), Catherine Sabinot (IRD) et Séverine Bouard (Institut Agronomique Calédonien)
Standardiser à partir des catégories émiques et spatialiser les incertitudes.

11h10 : Discussion

11h25 : Cyprien Tasset (EHESS – Iris)
Du déploiement de la réflexivité des « intellectuels précaires » à la mise en lumière d’une aire sociale contrastée.

11h45 : Sacha Raoult (Université Paris Ouest – Sophiapol)
Quelles méthodes pour classer un vaste corpus hétérogène de « littérature scientifique » dans des catégories politiques très générales avant l’analyse quantitative ?

12h05 : Discussion

[12h20 : Pause déjeuner]

13h30 : Présentation du logiciel Modalisa 

Panel 6. Saisir les relations : par l’analyse de réseau, par l’analyse des discours (14h30-16h30)
Présidence de session : Philippe Combessie (Université Paris Ouest – Sophiapol)

14h30 : Léo Dumont (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne – Centre d’histoire du XIXe siècle)
Analyse textométrique d’un corpus de brochures de la Seconde République dans une perspective ethnolinguistique.

14h50 : Gilles Verpraet (Université Paris Ouest– Sophiapol)
Réseau sémantique et trajectoires des acteurs, deux approches qualitatives et quantitative d’un même matériau sur le développement durable

15h10 : Discussion

15h25 : Géraldine Comoretto (Université Versailles Saint Quentin – Printemps) et Raphaël Dhuot (Inra – Aliss).
Ethnographie et analyse de réseau. Comparaison de structures sociales et relationnelles de trois espaces d’interactions.

15h45 : Guillaume Lancereau (EHESS – CRH) et Pablo Zamith (Université de Montréal – IEP Paris – Centre MaxPo).
Combiner analyse de réseaux et ethnographique ou comment enquêter à partir de listes de noms. Le cas de la nébuleuse communiste dieppoise (1965-1976)

16h05 : Discussion

.

L’accès à ces journées d’étude est libre (et gratuit), mais il est souhaitable, pour notre organisations, que vous nous envoyiez un message, à l’adresse quanti2016nanterre@gmail.com, en précisant à quel moment vous serez parmi nous (quelle demi-journée ? quelle journée ? pendant les deux jours ?)

Le comité d’organisation

Colloque international Sef-Sophiapol : Les échanges sexuels et leurs « clients », 14 au 16 juin 2016, Nanterre

L’objectif de ce colloque international pluridisciplinaire est de contribuer à l’élargissement du concept d’échange économico-sexuel à partir des notions de transactions sexuelles et de sexualité négociée en concentrant le point de vue sur les « client.e.s ». L’originalité de la perspective est donc double puisqu’il s’agit non seulement de repenser à nouveaux frais l’économie de la sexualité dans son ensemble, mais également de le faire à partir de la question spécifique de celles et ceux qui, occasionnellement ou non, de manière implicite ou explicite, « paient », « achètent », « rémunèrent », « rétribuent », etc. Se trouve donc au cœur de ce colloque une question dont l’apparente simplicité masque une profonde complexité : qui paie dans les échanges économico-sexuels ? Comment et pourquoi ? Certaines aires culturelles ou certains contextes socio-historiques connaissent-ils des spécificités en la matière ?
Dans de nombreux cas, les communications présentées dépassent le seul cadre de la prostitution pour s’intéresser aux formes « plus ordinaires » de négociation(s) de la sexualité.

 

Dates :
Mardi 14 juin, mercredi 15 juin et jeudi 16 juin 2016

Lieux :
Université Paris Ouest   Nanterre   La Défense

Bâtiment B, rez-de-chaussée, espace recherche, salle des conférences (le mardi 14 juin)
Bâtiment F, troisième étage, salle des conférences F352 (le mercredi 15 et le jeudi 16 juin)

Comment venir ? par le train et le RER
Plan du campus de Paris Ouest Nanterre La Défense

 

Programme

Mardi 14 juin 2016

Salle des conférences : bâtiment B, rez-de-chaussée, espace recherche

 

9h45 – Ouverture

Philippe Combessie, membre du Conseil de la Sef, directeur du Sophiapol, introduction.

Marie-Elisabeth Handman (EHESS, France)
Conférence inaugurale.

 

10h45 – Session 1 : Dialogues entre théorie et terrain

Président de séance : Philippe Combessie (Sef, Université Paris Ouest, France)

Nathanaël Wadbled (Université du Québec à Montréal, Canada)
Repenser les rapports de genre hors du modèle des rapports de classe : critique de la modélisation économique de la sexualité.

Vincent Rubio (membre du Conseil de la Sef, Université Paris Ouest, France)
Les limites de l’authentique. À propos des clients de la prostitution masculine sur Internet.

 

14h00 – Session 2 : De « bons » clients ?

Président de séance : Bruno Proth (École Nationale Supérieure d’architecture de Paris Val de Seine, France)

Pierre Brasseur (Université Lille 1, France)
De la gueule cassée à l’accompagné sexuel : figures du client en situation de handicap.

Lucie Nayak (Secrétaire générale de la Sef, Inserm, France)
Les formes de l’échange dans la sexualité de personnes désignées comme « handicapées mentales ».

 

15h30 – Session 3 : Objets transactionnels

Présidente de séance : Myriam Joël (Ined, France)

Cécile Thomé (EHESS, France)
« Si t’as pas de préservatif y’a pas de rapport ». Étude des négociations sexuelles ordinaires.

Maxime Bello (Université Paris Ouest, France)
La vente des fluides corporels sur internet : rôles et affects.

 

 

Mercredi 15 juin 2016

Salle des conférences : bâtiment F, 3e étage (F352)

 

9h45 Session 4 : Coucher avec les mots

Présidente de séance : Catherine Deschamps (École Nationale Supérieure d’architecture de Paris Val de Seine et Université Paris Ouest, France)

Jean Zaganiaris (École de gouvernance et d’économie, Rabat, Maroc)
Parlez-moi de (faire) l’amour : penser les sexualités négociées et l’immanence du désir au sein des champs littéraires français et marocain.

Isabelle Boisclair (Université de Sherbrooke, Canada)
Portrait du client en bédéiste. Sur Vingt-trois prostituées de Chester Brown.

Yagos Koliopanos (Université Paris Ouest, France)
Les clients et les « minets » : de quelques contours flous dans les marges de l’économie sexuelle à Athènes.

 

14h00 – Session 5 : À distance de chair

Président de séance : Mathieu Trachman (Ined, France)

Agnès Giard (Université Paris Ouest, France)
Les bordels de poupées au Japon : la love doll et ses « clients ».

Kim-Marlène Lé (Scuola Superiore Sant’Anna, Pise, Italie)
Le rôle de la gestion de la relation avec les clients et des communautés dans les modèles d’affaires de la production pornographique en ligne.

 

15h30 – Session 6 : Offrandes aux déesses

Présidente de séance : Marie-Carmen Garcia (Université Paul Sabatier, France).

Sacha Demazy (Université Paris Ouest,  France)
Strip-tease au Japon : le rôle de l’offrande dans la reconnaissance affective.

Gilles Chantraine (CNRS/Clersé, France)
« Elle est douce mais ferme, et elle me comprend » : transactions financières, négociations et jeux BDSM.

 

Jeudi 16 juin 2016

Salle des conférences : bâtiment F, 3e étage (F352)

 

9h30 – Session 7 : Négociations ordinaires

Présidente de séance : Marie-Elisabeth Handman (EHESS, France)

Annamaria Colombo, Myrian Carbajal, Jean-Luc Heeb, Marlène Barbosa et Sandra Modica (Haute école de travail social, Haute école spécialisée de Suisse occidentale, Fribourg, Suisse)
Les transactions sexuelles entre adolescent-e-s de Suisse : quelles représentations et quelles pratiques des jeunes ?

Vulca Fidolini (Université de Strasbourg, France)
Partenaires « dangereuses ». Transactions sexuelles, masculinités défensives et rapports sociaux chez de jeunes Marocains en Europe.

Yann Le Bihan (membre du Conseil de la Sef, Université de Picardie Jules Verne, France)
Sexe, race et classe sur un marché matrimonial « parallèle » : l’espace des échanges ouvert par des petites annonces publiées dans la presse écrite.

Marie-Carmen Garcia (Université Paul Sabatier, France) et Philippe Nkoma Ntchemandji (Service de Mouvements de la Population et de l’État Civil, Ministère de l’Économie (DGS/DSD), Gabon)
Échanges économico-sexuels dans les relations extraconjugales. Comparaison France-Gabon.

 

14h30 – Session 8 : Le pire des clients ?

Président de séance : Lilian Mathieu (CNRS/Centre Max Weber, École normale supérieure, Lyon, France)

Bénédicte Lavaud-Legendre (Université Bordeaux 4, France)
Sexualité tarifée – Que dit le droit ?

Nicolas Lainez (EHESS, France)
Le proxénétisme familial au Viêt Nam, ou comment banaliser une sexualité transgressive.

Altaïr Despres (Université Panthéon-Sorbonne, France)
Au-delà du tourisme sexuel. Transactions culturelles intimes dans les sexualités et conjugalités afro-occidentales à Zanzibar (Tanzanie).

 

Initiative et organisation :
Vincent Rubio, membre du Conseil de la Sef, chercheur sous contrat (Université Paris Ouest/ Sophiapol-GDR Lasco)
Catherine Deschamps, maître assistante – HDR (Ecole nationale supérieure d’architecture de Paris Val de Seine/ Sophiapol-GDR Lasco)
et Philippe Combessie, membre du Conseil de la Sef, directeur du Sophiapol (EA 3932)

Contact : Amélie Le Bihan, chargée du pilotage des projets du Sophiapol : amelie.lebihan [at] u-paris10.fr

 

Comité scientifique :
Jean-Michel Chaumont, Professeur, Université catholique de Louvain
Marie-Carmen Garcia, Professeure des universités, Université Toulouse 3 – Paul Sabatier
Marie-Elisabeth Handman, Maîtresse de Conférences (HDR) retraitée, EHESS
Lilian Mathieu, Directeur de recherche, CNRS
Sébastien Roux, Chargé de recherche, CNRS
Mathieu Trachman, Chargé de recherche, INED

 

 

Institutions partenaires de la Sef pour ce colloque international :
Ecole doctorale « Economie, Organisations, Société » (ED EOS)
GIS Asie (réseau CNRS « Asie et Pacifique »)
Institut Emilie du Châtelet
Mission de recherche « Droit et Justice » (CNRS-Ministère de la Justice)
Sophiapol (EA3932) « Sociologie, philosophie et anthropologie politiques »

 

Comment produire des analyses quantitatives à partir de matériaux ethnographiques ?

Lien

APPEL A CONTRIBUTIONS  

 

De la constitution d’un corpus aux analyses statistiques,
comment produire des analyses quantitatives à partir de matériaux ethnographiques ?

 

Procession à Málaga (Espagne), 2014 – cliché : Ph. Combessie

           Procession à Málaga (Espagne), 2014 –      cliché : Ph. Combessie

Journée d’étude organisée par le laboratoire Sophiapol (EA3932), 
en partenariat avec la Société d’ethnologie française (SEF),

à Nanterre, automne 2016

 

Les approches mixtes (quantitative et qualitative) d’un même matériau ont rarement fait l’objet de réflexions méthodologiques – à l’exception, notamment, de Claire Lemercier et Claire Zalc (2008) et Joanie Cayouette-Remblière (2011) – alors même qu’elles se sont multipliées ces dernières années.

Pourtant, les intérêts à dépasser l’opposition quantitatif/qualitatif dans la démarche en sciences sociales sont soulignés depuis longtemps et le sens même de cette opposition est régulièrement mis en questions (Bryman, 1984 ; Abbott, 2001). Il est fréquent que des chercheurs en sciences sociales associent des observations ethnographiques, des entretiens ou un travail à partir d’archives à l’exploitation d’une base de données préexistantes, à la passation de questionnaires ou encore à des comptages sur leurs terrains (Imbert, Ferrand, 1993 ; Peneff, 1995 ; Weber, 1995 ; Soutrenon, 2005 ; Béliard, Eideliman, 2014). On retrouve, d’une certaine manière, le clivage emic/etic analysé par Olivier de Sardan (1998).

De façon concrète, qu’il s’agisse de coder des dossiers (Cayouette-Remblière, 2011 ; Pohn-Weidinger, 2013 ; François, 2014), des annuaires (Denord et al., 2011), des notes d’observation (Collectif Onze, 2012 ; Jobard et al., 2012 ; Mahi, 2015), des curriculum vitae (Raoult, 2015) ou encore des journaux intimes (Billaud, Brossard, 2014) – pour ne citer que quelques-uns de ces récents travaux – l’approche à la fois ethnographique et statistique d’un même matériau soulève de nouvelles questions à partir des pratiques développées – ou projetées – par les chercheurs.

Deux types de contributions sont attendues. D’une part des communications qui s’inscriraient dans l’un (ou plusieurs) des axes ci-dessous, d’autre part des communications plus transversales qui laisseraient davantage de place aux réflexions épistémologiques.

Voici les axes que nous avons, a priori, identifiés :

 Axe 1.  Élaborer une base de données à partir de matériaux ethnographiques

  • Pourquoi coder des matériaux ethnographiques ?
  • Comment constituer un corpus et quelles techniques d’échantillonnage mettre en place (en fonction des matériaux) ?
  • Comment appréhender la construction de la base de données à travers la standardisation de variables ?

Axe 2.  Quelles méthodes statistiques face au small data ?

  • À l’ère du développement des analyses de big data, l’approche quantitative de matériaux ethnographiques se distingue d’une part par le petit échantillon à partir duquel les chercheurs conduisent leurs investigations, d’autre part par la connaissance qualitative qu’ils ont du matériau. Les outils statistiques traditionnels (analyses factorielles, régressions, etc.) sont-ils pertinents face à ces matériaux ? Quelles méthodes statistiques employer ?
  • Il existe des logiciel de traitement des données qualitatives (Alceste, NVivo…). Dans quelle mesure permettent-ils d’aller plus loin dans l’analyse des matériaux ? Dans quelle mesure, à l’inverse, peuvent-ils limiter les marges d’analyse du chercheur ? On peut se demander, enfin, si leur utilisation ne peut pas, dans certains cas, contribuer à discréditer le travail ethnographique.

Axe 3.  Restitution et enjeux éthiques

  • Mobiliser l’outil statistique invite parfois à des extrapolations généralisantes (Passeron, 1991) dont la démarche ethnographique tend a priori à se préserver. Dans ces conditions, quelles sont les limites du passage du qualitatif au quantitatif ?
  • Comment articuler les analyses du matériau en tant qu’objet ethnographique et la quantification de celui-ci ?
  • Quelles sont les implications d’un traitement statistique d’un matériau ethnographique en termes d’accès et de protection des informations personnelles, au moment de la constitution de la base, et de mise à disposition des données à la communauté, au moment de la diffusion des analyses ?

 

Modalités pratiques

Les résumés des propositions de communication, rédigés en français, en 300 mots au maximum, sont attendus pour le 30 avril 2016 et doivent :

  • comporter un titre
  • indiquer le nom de l’auteur et de l’institution de rattachement (coordonnées complètes)
  • être envoyés par courriel à l’adresse suivante : quanti2016nanterre@gmail.com

Les propositions seront évaluées par le comité d’organisation ; réponses envoyées le 1er juin 2016.

Pour toute question  relative à cette journée d’étude : laramahi75@gmail.com ; sacha.raoult@univamu.fr

 

Comité d’organisation : Philippe Combessie, Aurélien Djakouane, Lara Mahi, Sacha Raoult.

 

Retour à la page des appels à contributions

Journée d’étude « Ethnologie chez soi »

Pour journée d'études Ethnographie chez soi

Date :
Mardi 22 mars 2016

Lieu :
Musée de l’Homme
17, place du Trocadéro et du 11 Novembre, 75016 Paris
Salle Claude Lévi-Strauss

Organisation et contacts :
Sef : Anne Monjaret (IIAC-Lahic, CNRS-EHESS), Vincent Rubio (Université Paris Ouest – Sophiapol – GDR Lasco) et Sylvie Sagnes (IIAC-Lahic, CNRS-EHESS)
Afea : Delphine Burguet (RAE-EHESS) et Chloé Rosati-Marzetti (Université de Nice-Sophia Antipolis, Lapcos)

 

Argumentaire 

Qu’est-ce que faire de l’ethnologie « chez soi », de l’ethnologie « du proche » pourrait-on également dire ?

Comment le chercheur peut-il porter un regard sur sa propre société ?

Questionner « l’ethnologie chez soi » suppose d’interroger le traitement possible de la distance. Longtemps prônée par les ethnologues des lointains grâce à la distance géographique que permettaient leurs terrains éloignés, elle relevait d’une projection loin dans le temps pour les ethnologues de la proximité. Si ce questionnement n’est pas nouveau, il mérite d’être repris à la lumière du contexte contemporain (notamment du développement d’Internet qui modère, sinon efface les distances géographiques), en revenant sur les différentes manières de concevoir et de pratiquer aujourd’hui cette ethnologie « chez soi », au figuré comme au propre.

C’est principalement à la construction de la distance ethnologique que nous nous intéressons ici, une distance que certains trouvent, éprouvent, grâce au détour par l’histoire, que d’autres marquent par le choix d’étude d’une classe sociale, d’une culture, d’un genre, etc., se différenciant de leurs appartenances personnelles. Cela étant, l’ethnologue tend aussi à investir des mondes sociaux qui ne sont plus simplement au voisinage des siens, mais qui sont à proprement parler les siens (sa famille, sa discipline, etc.). Comment dès lors la distance se réinvente-t-elle ?

Cette question en appelle une autre, tout aussi majeure en ethnologie : celle du traitement de l’Altérité dans une société concernée par un mouvement de globalisation, qui a pour effet de perturber la distinction entre l’autre et le semblable, entre le « eux » et le « nous », de la redéfinir, voire de la nier (citoyens du monde). Comment les ethnologues sont-ils alors amenés à adapter leurs approches pour mieux se caler sur les réalités sociales qu’ils étudient ?  Lui-même pris dans ces dynamiques de recomposition identitaire, l’ethnologue voit le savoir de l’autre hissé à hauteur du sien. Sur le principe de cette égale dignité des compétences, se fondent de nouveaux dispositifs de recherche, dits participatifs ou collaboratifs, le plus souvent à visée d’application, amenant le chercheur à travailler non plus seulement sur mais avec ses informateurs. Dans ces configurations inédites, où la proximité du « chez soi » se resserre singulièrement, comment l’ethnologue bouscule-t-il les cadres habituels de sa recherche, pour quelles innovations méthodologiques et pour quelles réponses à la demande   sociale ?

 

Programme

10h – Présentation de la journée et de l’intérêt du partenariat  (Afea et Sef)

10h20 – Introduction : « Vous cherchez l’exotisme dans le papier peint »

Anne MONJARET, Présidente de la Sef, IIAC-Lahic, CNRS-EHESS

10h40 – Enquêter chez soi : le récit d’expérience d’une Grassoise

Chloé ROSATI-MARZETTI, Université de Nice-Sophia Antipolis, Lapcos

Il est aisé de penser qu’il est plus confortable d’étudier sa propre culture puisque nous la connaissons déjà… Or, il n’en est rien. C’est ce que j’ai découvert à l’occasion d’un travail doctoral sur ma propre ville : Grasse. Ayant grandi et y vivant, mon étude du terrain grassois a entraîné une importante réflexion méthodologique. Elle a imposé un retour réflexif sur le positionnement à adopter face à une multitude d’a priori, qui, jusque-là, correspondait aux idées que je me faisais de ma ville. Comment redécouvrir son espace de vie avec les yeux du chercheur ? Comment utiliser les discussions tenues avec son entourage (professionnel ou personnel) et les transformer en discours scientifique ? Cette présentation propose un récit d’expérience. Elle présente les avantages et les inconvénients, ainsi que les moyens mis en œuvre pour trouver la « bonne distance » (N. Dias, 2005 ; J. Favret-Saada et C. Isnart, 2008) sur un terrain qui apparaît souvent comme « trop » proche. Comment prendre le recul nécessaire pour tenter d’objectiver sa propre subjectivité ? Partir, s’éloigner pour mieux appréhender son terrain, dépouiller les archives et remonter l’histoire du lieu pour comprendre ce qu’il est aujourd’hui sont des exemples de stratégies adoptées ici pour tenter de créer ce qui serait cette « juste distance » (A. Bensa, 1995).

11h10 – Pause-café

11h20 – La prison du coin de la rue et l’évasion romanesque : quand les proximités imposent les détachements

Philippe COMBESSIE, Université Paris Ouest – Sophiapol

Depuis mon enfance, j’étais en position de proximité double, et donc trouble, avec l’univers carcéral ; j’avais des proches de chacun des deux côtés de cet espace dramatiquement scindé, clivé par l’ordre social contemporain qui édifie, à travers la prison, une barrière drastique entre « le bien » et « le mal ».

Deux formes de détachement se sont alors imposées à moi. Le premier consista en un éloignement, d’une dizaine d’années, entre mon dernier séjour à proximité d’une prison et mon premier projet de recherche concernant l’enfermement carcéral. Le second m’invita à adopter un point de vue distancé par rapport à la question pénitentiaire, alors que la plupart des sociologues l’approchent dans une perspective fortement empreinte de militantisme. Ces positionnements me conduisirent à moins focaliser mes analyses sur la prison elle-même que sur ce qu’elle nous révèle de la société qui la sécrète.

11h50 – Discussion

12h30-14h00 – Repas

14h00 – Il faut abolir la distance, même « juste »

Nicolas ADELL, Université Toulouse Le Mirail – Jean Jaurès, Lisst

L’anthropologie a fondé la totalité de ses démarches et de ses réflexions méthodologiques et épistémologiques autour de la notion de distance : distance à réduire quand les mondes de l’anthropologue et de ses enquêtés paraissaient irréductibles l’un à l’autre ; distance à construire quand, au contraire, les sujets se présentaient comme immédiatement accessibles et « identiques ». Distance, dans tous les cas, à documenter : où suis-je et qui suis-je pour ceux dont je cherche à rendre compte ?

Sur ces aspects, l’essentiel des débats a porté sur l’éthique de la recherche anthropologique : comment élaborer une distance qui soit « juste » ? où est la « juste distance » (A. Bensa) ?

Mais l’on a laissé dans l’ombre la question même de la légitimité de cet écart « nécessaire ». Il semblait acquis que tout raisonnement scientifique et toute proposition qui s’en réclame n’existent qu’à la condition qu’une « distance », garante d’une objectivité ou d’une subjectivité contrôlée, sépare l’observateur de l’observé.

C’est précisément ce qui est remis en cause, dans les dernières années, avec le développement de l’ethnologie de soi (qui n’est pas forcément « chez soi ») et de l’autoethnographie, qui sont au fondement de plusieurs recherches actuelles, dont celles conduites en France autour de la « vie savante ».

14h30 – Ethnographier le cyberespace ? Le cas de la prostitution étudiante en ligne

Vincent RUBIO, Université Paris Ouest – Sophiapol – GDR Lasco

Cette communication s’appuie sur l’expérience et les données d’une recherche de terrain de deux ans ayant pour objet la prostitution masculine homosexuelle sur Internet exercée en France par de jeunes hommes, étudiants âgés de 18 à 25 ans. En mobilisant une partie des résultats de ce travail et en mettant au jour les « ratés » de l’enquête, on montrera comment le chercheur a opéré par observation participante sans l’avoir planifié et, plus loin, en n’en prenant véritablement conscience qu’au moment de la mise à plat du matériau empirique. Cette singulière expérience d’un recueil de données « par inadvertance » sur un terrain à l’égard duquel le chercheur n’avait, pour reprendre les termes de Daniel Bizeul, ni support d’accointances antérieures, ni souci militant, ni engouement particulier, n’interroge pas simplement le travail de réflexivité et l’analyse de la relation enquêteur-enquêté propres à toute investigation de type empirique en sciences sociales. Elle constitue tout autant l’occasion d’examiner les modalités – et, au fond, les conditions de possibilités mêmes – d’une ethnologie chez soi entendue au sens d’une description ethnographique « à distance », c’est-à-dire réalisée depuis un écran d’ordinateur, se dispensant alors de la coprésence (physique et actuelle) des différents protagonistes de ce qui demeure pourtant toujours fondamentalement une coproduction.

15h – Pause-café

15h15 Les terrains du patrimoine immatériel : enquêter avec les enquêtés

Laurent Sébastien FOURNIER, Université Aix-Marseille, Idemec

La convention de l’UNESCO de 2003 sur la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel recommande la participation des communautés à la définition de ce qu’elles considèrent comme étant leur patrimoine. En France, pays où cette convention a été ratifiée en 2006, c’est le ministère de la culture qui doit veiller à sa mise en œuvre. Or l’ethnologie est la discipline d’appui du ministère de la culture en matière de recherche sur le patrimoine culturel immatériel. Les ethnologues sont donc invités depuis quelques années à réfléchir aux différentes manières de susciter la participation des communautés en vue de répondre au mieux aux recommandations de l’UNESCO. Cela conduit à imaginer des postures méthodologiques nouvelles pour intéresser les enquêtés à la recherche ethnologique et co-construire avec eux des analyses qui ne correspondent pas toujours aux canons de la discipline.

15h45 – Comment penser l’articulation entre la recherche et l’action patrimoniale ? Recherche ethnologique sur les mémoires des migrations en Rhône-Alpes

Marina CHAULIAC, DRAC Rhône-Alpes, IIAC-CEM

Les mémoires des migrations font l’objet d’un investissement important de la part de divers acteurs culturels en Rhône-Alpes depuis la fin des années 1990. Non seulement du côté associatif, avec la mise en place d’un réseau et d’une biennale sur la question, mais aussi du côté des collectivités territoriales, avec la création de structures culturelles comme le Rize à Villeurbanne (2008) ou le centre du patrimoine arménien à Valence (2005). Les services déconcentrés de l’Etat ont accompagné ce dynamisme, à la fois dans le cadre de la politique de la ville et dans le cadre de la politique culturelle via la direction régionale des affaires culturelles (DRAC). Les différentes actions menées posent la question des stratégies de reconnaissance adoptées par les acteurs pour inscrire l’immigration dans le patrimoine sinon national, du moins local et de la façon dont une collectivité intègre l’immigration dans la construction d’une identité locale. Au final, il est toujours question de la façon dont s’opère un travail de traduction des traces de l’immigration en objet « patrimonialisable ».

Je me suis emparée de cette problématique dans une double posture à la fois de chercheure en tant qu’anthropologue travaillant sur les questions mémorielles et d’acteur en tant que conseillère pour l’ethnologie au sein de la DRAC susceptible d’orienter et financer les projets sur les mémoires des migrations. Ce double statut m’a amené à reconsidérer mon statut de chercheure pour trouver la « juste distance » (A. Bensa) engagée sur le plan professionnel ainsi que citoyen dans les actions de patrimonialisation. Plus précisément, un travail de recherche menée avec Nancy Venel sur la prise en compte de la mémoire de l’immigration par la ville de Villeurbanne via son établissement culturel, le Rize, a nécessité de mettre en place une collaboration avec l’équipe de l’établissement qui permette de mettre en partage les analyses de chacun sans renoncer à nos problématiques de recherche.

16h15 – Discussion

En raison de l’état d’urgence, les inscriptions à la journée se font par voie électronique conjointement auprès de Delphine Burguet (burguet.delphine@gmail.com) et Chloé Rosati-Marzetti (chloe.rosati@gmail.com)

Ethnographie et comparaison

APPEL A COMMUNICATIONS

Ethnographie et comparaison (sixième volet de la série Ethnographies plurielles)

Colloque international

Amiens, les 9 et 10 mai 2016

 

A maints égards, démarche ethnographique et démarche comparative semblent s’opposer. Fondée sur le recueil exhaustif de données relatives à un espace, une question, un ensemble de cas précis et localisés, l’ethnographie est longtemps apparue comme le parent pauvre d’une discipline, l’anthropologie sociale, au sein de laquelle la quête de règles générales et de théories relatives à l’organisation et au fonctionnement des sociétés reposait sur la comparaison de celles-ci. Mais les transformations de l’ethnographie depuis la fin du XXe siècle, sa problématisation, la pratique de terrains multiples et multisitués, sa diffusion enfin, dans l’ensemble des sciences sociales, ont contribué à inverser ce point de vue. Tout se passe comme si la comparaison, perçue comme réductrice, atomisante, voire ethnicisante avait été reléguée au second plan au profit d’une contextualisation systématique, propre à donner sens aux matériaux relatifs à un espace-temps donné. Est-ce à dire que désormais, contextualisation et comparaison s’excluent mutuellement ?

Ce serait sans doute oublier un peu vite que la comparaison est au coeur même de la démarche ethnographique où le contour et le sens des faits sociaux ne peuvent être mis en lumière que par rapport à la connaissance que l’on peut avoir d’autres faits, analogues ou différents, décrits ou analysés dans d’autres contextes. Et la différenciation même d’un contexte, spatial ou temporel, par rapport à un autre, suppose la délimitation d’entités à comparer. Mais comment ? A qui se fier ? Que compare-t-on au juste ? Un ethnographe peut-il comparer ce qu’il a vu et analysé d’une activité donnée en un lieu donné à ce que d’autres ethnographes rapportent ailleurs ? A ce qu’en disent les historiens des époques précédentes ? Aux travaux menés sur des objets similaires par des politistes, des linguistes, des statisticiens ou tout bonnement des collègues formés à d’autres traditions disciplinaires que la sienne ? L’articulation entre travail de terrain et comparaison pose bien des questions. C’est à tenter de les éclairer que vise ce colloque dont le propos consistera à interroger la pluralité des démarches comparatives mises en œuvre par les ethnographes de toutes disciplines.

Les communications attendues pourront porter tout d’abord sur la perspective de comparaison internationale. Dans un monde globalisé, caractérisé par les circulations, où les phénomènes sociaux dépassent bien souvent l’échelle d’un pays et au sein duquel se développent des politiques transnationales, il est de plus en plus nécessaire, pour les enquêtes ethnographiques, de sortir des cadres nationaux.

Mais la perspective comparative n’est pas réductible aux enquêtes internationales et les contributions pourront également traiter de comparaisons à des échelles régionales, locales ou même historiques, ou encore de comparaisons conduites dans un monde virtuel.

L’ethnographie comparative suppose par ailleurs de développer des méthodes spécifiques, que les communicants pourront analyser et critiquer. Comment monter en généralité sans trahir les particularités de chaque terrain ? Comment construire l’objet de la comparaison ? Porte-t-elle sur des faits ou sur des modèles ? Comment penser et organiser la collecte des données sur des terrains différents et parfois éloignés (gestion du temps et des coûts, langues, enquête individuelle ou collective, transposition du dispositif d’enquête d’un terrain à l’autre etc.) ? Quelles sont les difficultés particulières d’une démarche de comparaison entamée a priori (avant même la collecte des données) ou a posteriori (par exemple en confrontant des données recueillies dans le cadre de monographies distinctes, ou de seconde main) ? Comment restituer les analyses issues d’une enquête comparative ? Quelles sont les limites de la démarche (l’incomparable, les dissymétries entre les terrains, etc.) ?

Enfin, les contributions pourront s’inscrire dans une perspective épistémologique, entre autres en étudiant la construction de la légitimité de la démarche comparative et ses limites. A l’heure où la comparaison est utilisée comme un dispositif gouvernemental, on peut s’interroger sur les utilisations des enquêtes comparatives, notamment lorsqu’elles portent sur des politiques publiques et sur le risque d’évaluation inhérent à la perspective de comparaison.

Les propositions sont à envoyer avant le 1er mars 2016 à Lucie Nayak, lucienayak@yahoo.fr

 

Comité scientifique et d’organisation :

Tiphaine Barthèlemy, Sophie Chevalier, Lucie Nayak et Thierry Wendling.

 

Colloque organisé par la Société d’ethnologie française, avec le soutien de l’Université de Picardie Jules Verne, le CURAPP-ESS (UPJV), Habiter le Monde (UPJV) et le LAHIC du IIAC-EHESS/CNRS (Paris).

La SEF est une société savante crée en 1946 par Georges-Henri Rivière, fondateur du Centre d’ethnologie française. Située jusqu’en 2009 au Musée national des arts et traditions populaires à Paris, elle se trouve aujourd’hui à la Maison de l’archéologie et de l’ethnologie, sur le site de l’Université Paris Ouest  Nanterre  La Défense. Ses adhérents organisent chaque année des journées d’étude sur des thématiques contemporaines. Elle participe au comité de rédaction de la revue Ethnologie française dont elle détient le titre. Depuis 2014, elle publie également des ouvrages. Le propos de ce carnet est de contribuer à faire connaître les activités que ses membres organisent.

_____________________________

The SEF (French Ethnology Society) is an academic society created in 1946 by Georges-Henri Rivière, a French anthropologist who founded the Centre d’ethnologie française (French Ethnology Centre). Both of them were located at Museum for Arts and Popular Cultures in Paris until 2009 when the SEF moved to the Institut of Archeology and Ethnology at the Paris West University   Nanterre  La Défense. The Society organizes a special workshop every year about contemporary ethnographic issues. The Society also ownes the title of the academic journal Ethnologie française. This website aims at spreading information about the association and its members’s activities.

Société d’ethnologie française

Un peu d’histoire…

La SEF a pris le relais d’une autre société savante dissoute peu de temps auparavant : la Société du folklore français et du folklore colonial. De même qu’existait une Société des africanistes ou une Société des océanistes, la SEF regroupait tous ceux qui s’intéressaient à l’ethnologie du domaine français, à la croisée du folklore et de l’ethnologie. Le terme de folklore a disparu dans la nouvelle association qui entend par là s’inscrire dans le champ de l’étude des sociétés contemporaines.

A partir des années 1970, la SEF, en collaboration avec le musée des ATP, le Centre d’ethnologie française et la revue Ethnologie française dont elle détient le titre, a largement contribué au développement d’une ethnologie du proche.