La lettre de la SEF – Décembre 2017


Le mot de la Présidente

La Société d’ethnologie française a poursuivi ses activités de communication, d’édition et de diffusion. Les événements majeurs de cette année 2017 ont été le colloque « Ethnographies et engagements » et le séminaire doctoral qui l’a précédé sur la question de la réflexivité, tous deux co-organisés par la SEF et trois laboratoires de recherche de l’université de Rouen, et on ne peut que se féliciter de leur réussite. Ils soulignent également la volonté de la SEF de participer à une dymamique de transmission de la démarche ethnographique, tout en stimulant un dialogue interdisciplinaire.
Les partenariats avec des séminaires de recherche, notamment à l’EHESS et à l’université Paris Nanterre contribuent, d’une autre manière, à valoriser les productions dans le domaine qui la concerne.
Cette année a été également marquée par une réorganisation au sein de la direction de la revue Ethnologie française (PUF), dont la SEF détient le titre, Martine Segalen ayant quitté ses fonctions de directrice de la revue. Je la remercie au nom de tous les membres de la SEF pour l’ampleur du travail éditorial accompli.
Si la SEF arrive à conduire l’ensemble de ses activités, parfois non sans mal, c’est grâce à l’implication et l’engagement toujours plus soutenus de ses membres, venant d’horizons différents. L’association retrouve progressivement la visibilité qu’elle avait perdu.

Le conseil de la SEF

Le conseil : Philippe Combessie, Aurélien Djakouane, Ghislaine Gallenga, Aurélia Gualdo, Audrey Higelin, Yann Le Bihan , Anne Monjaret, Lucie Nayak, Vincent Rubio, Emmanuelle Savignac, Martine Segalen et depuis avril Nicolas Adell qui la remplace comme membre de droit.

Le Bureau : Anne Monjaret (Présidente), Lucie Nayak (Secrétaire Générale), Yann Le Bihan (Trésorier)


Hommages
Cette année, la SEF a perdu deux de ses éminents membres.

Jean-Michel Gulicher

Jean-Michel Guilcher, disparu en mars 2017, dans sa 103e année, a été Président de la SEF dans les années 1970. Il était un spécialiste des danses traditionnelles. On lui doit des contributions majeures à l’ethno-choréologie du domaine français

Pour plus d’information sur sa carrière, se reporter au dossier « Jean-Michel Guilcher. 100 ans. Un parcours, une œuvre » dirigé par François Gasnault et Marie-Barbara Le Gonidec paru dans la revue Ethnologie française en 2015 (n° 3)
http://ethnologie-francaise.fr/article/?article=ETHN_153_0537

Jean Cuisenier

Jean Cuisenier, qui fonda la revue Ethnologie française en 1971 et la dirigea jusqu’en 2006, est quant à lui décédé en juin 2017 à l’âge de 90 ans. Lorsqu’il était directeur de la revue, il ne manquait pas les conseils et les Assemblées générales de la SEF dont il était membre de droit.

Pour plus d’information sur sa carrière, se reporter à l’hommage de Martine Segalen dans la revue Ethnologie française de 2017 (n°4)
http://ethnologie-francaise.fr/article/?article=ETHN_174_0589
http://www.cairn.info/revue-ethnologie-francaise-2017-4-page-589.htm
Une couronne au nom de la La SEF et de la revue Ethnologie française a été commandée


Les colloques et journées d’étude de la SEF

Le cycle Ethnographies plurielles
Après une première journée d’étude sur le thème « Ethnographies plurielles # I – disciplines » qui a eu lieu à l’université de Nantes en 2010, ont suivi plusieurs colloques : en 2011 « Ethnographies plurielles # II – carrières » à l’université de Franche-Comté ; en 2013 « Ethnographies plurielles # III – Les premiers pas en ethnographie » à l’université Paris Ouest Nanterre La Défense ; en 2014 « Ethnographies plurielles # IV – Restitution et diffusion des données d’enquête » à l’université de Bourgogne – Dijon ; en 2015 « Ethnographies plurielles # V – Du folklore à l’ethnologie : une affaire de femmes ? » à l’Ethnopôle GARAE – Maison des Mémoires – Carcassonne ; en 2016 « Ethnographies plurielles # VI – Ethnographie et comparaison »

La SEF poursuit son exploration des manières de faire de l’ethnographie.

Ethnographies plurielles # VI1 Colloque international « Ethnographies plurielles. Ethnographies et engagements » (2017)
Le colloque « Ethnographies Plurielles : Ethnographies et Engagements » a été organisé par trois unités de recherche de l’université de Rouen-Normandie : le CETAPS, le Dysolab et le NIMEC et la SEF et, les 09 et 10 novembre 2017 à l’université de Rouen-Normandie
Organisateurs référents : Patrice Cohen (DySoLab) / Anne Monjaret (SEF) / Eric Rémy (NIMEC) / Olivier Sirost (CETAPS)
Le huitième volet du cycle des colloques « Ethnographies Plurielles » s’est tenu les 08, 09 et 10 novembre 2017 et a eu pour thème « Ethnographies et engagements ». L’engagement comme sujet principal interrogea l’implication du chercheur sur son terrain et les pratiques ethnographiques étendues à diverses disciplines (sociologie, anthropologie, sciences du sport et sciences de gestion). L’engagement comme moteur de recherche du chercheur fut abordé au travers de son impact sur ses choix d’études et ses postures éthiques et politique. Le colloque s’est réparti en quatre sessions allant de onze à seize intervenants par sessions : « S’engager corporellement et affectivement », « S’impliquer mais jusqu’où ? », « Penser sa place » et « Trouver la bonne distance ». Ses quatre sessions ont été ponctuées par cinq conférences plénières. Florence Weber ouvrit le colloque avec une séance intitulée « Métropolisation et paupérisation inégales des territoires : des enquêtes ethnographiques mutualisées au service de politiques publiques plus efficaces », mettant l’engagement au coeur des sciences sociales, dont la documentation des processus sociaux serviraient à « réparer » la planète et les territoires à un moment de crises écologique et sociale. Dominique Desjeux est intervenu sur « L’engagement, une question épistémologique entre le vrai et le bien, entre connaissances et résolution des problèmes », qui a amené la sociologie à une science expérimentale, où la question de l’engagement s’est mêlé à celui de la professionnalisation du chercheur en entreprise. Alain Bertho est intervenu en partant « De la recherche engagée à la recherche comme engagement » et est revenu sur son orientation politique qui l’a menée à la recherche et sur l’articulation savant-politique. Bastien Soulé a conclu les séances plénières en parlant de « La question de la nature de l’engagement du chercheur dans les processus d’innovation sociale », avec un parti pris pour la RAC – Recherche Action Collaborative – afin de produire des outils et des données destinées à gagner en scientificité, en collaborant avec ses enquêtés pour résoudre des problèmes co-identifés et partagés.
Ce colloque a débuté dès le 08 novembre avec une journée doctorale ouverte par une conférence de Christian Ghasarian sur « La réflexivité dans la pratique ethnographique », puis deux ateliers se sont répartis dans la journée : « Le temps de l’enquête » animé par Anne Monjaret et Philippe Robert-Demontrond et « Posture réflexive et écriture » animé par Ghislaine Gallenga et Christian Ghasarian. Une quarantaine de doctorants ont participé aux ateliers.
En parallèle au colloque, s’est tenue une exposition de photos à la Maison de l’Université dédiée au travail de Jean Rouch et la projection de son documentaire « Petit à petit » au cinéma L’Ariel, ainsi que la projection du documentaire « Sur les traces des atomistes. Un pas de côté pour un sociologue de terrain de Pierre Fournier », en présence de ce dernier.

La SEF tient à remercier, pour le travail considérable fourni pour l’organisation du colloque, les équipes rouennaises, en particulier Claire François et François Feliu, et du côté de la SEF, Aurélia Gualdo. Mais bien sûr la réussite de cet événement revient aux intervenants ayant répondu à l’appel du colloque, et notons-le également à la participation massive de doctorants et de chercheurs (plus de 100 participants par jour!).

Le volet VIII « Ethnographies plurielles » (2018) est en préparation.
Le prochain colloque « Le transmissible et l’intransmissible de la pratique ethnographique » aura lieu les 11 et 12 octobre 2018 à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3. Dans ce cadre, un appel à communication est en préparation. Les coordinateurs de la SEF sont Aurélia Gualdo, Audrey Higelin, Lucie Nayak, Vincent Rubio, Emmanuelle Savignac.

Le volet IX « Ethnographies plurielles » (2019) est en préparation.
Pour l’édition 2019, Vincent Rubio, coordinateur des colloques pour la SEF, lance un appel auprès des membres de la SEF autant qu’auprès des collègues intéressés, pour toutes suggestions thématiques et mettre en place un comité d’organisation, la manifestation pouvant prendre indifféremment la forme d’un colloque ou d’une journée d’étude


Les partenariats

Séminaire Anthropologie des mondes de la mode (AMM) – 2016-2017/2017-2018
Organisateurs : Anne Monjaret, IIAC-LAHIC, CNRS, EHESS, Présidente de la SEF ; Kristell Blache-Comte, IIAC-LAHIC, CNRS, EHESS.
Jeudi de 10 h à 13 h (CNRS, site Pouchet 59/61 rue Pouchet 75017 Paris)
Présentation : Le séminaire de recherche « Anthropologie des mondes de la mode » (AMM), initié en octobre 2015 dans le cadre des activités de l’IIAC-équipe LAHIC et en partenariat avec la SEF, se veut un lieu de rencontre et d’échange, qui vise à réunir chercheurs, étudiants et professionnels, s’intéressant à la mode, entendu ici comme un espace économique, créatif, technologique, professionnel, social, patrimonial et politique, mais aussi comme un espace de mise en scène et de communication des apparences.
Secteur économique, industrie créative, phénomène sociologique, la mode est à la fois plurielle, intemporelle et sans localisation, opérant des allers-retours entre les époques et les cultures, tout en restant attachée à des territoires et des traditions.
Partant du constat qu’aujourd’hui, et particulièrement en France, la mode est le plus souvent interrogée à travers l’œil de l’historien, il nous semble important de revenir sur les travaux en cours consacrés à ce sujet dans d’autres disciplines, et en particulier, l’anthropologie, l’ethnologie, la sociologie, la sémiologie. Il s’agit donc de questionner les mondes de la mode (et du luxe), reflet de la société contemporaine et de ses transformations, sous les angles, technologique (matières innovantes, nouvelles fonctions, capacités données au vêtement), économique (mutation des filières, nouveau positionnement de l’industrie, de l’artisanat, nouvelles consommations), professionnel (corporation et ses rites, réseaux, évolutions des métiers, de la formation, de l’emploi, processus de création, productions), genré (pratiques masculines, féminines, transgenres, unisexes), communicationnel (effet d’Internet, place donnée à la représentation de soi et à l’image de mode), patrimonial et muséal (conservation des savoirs, expositions, productions symboliques)… Au cours de l’année 2015-2016, année exploratoire, nous avons traité le thème de mode sous l’angle de la migration, de l’art et de la création, de la précarité, de la globalisation et enfin du patrimoine. Deux journées d’étude ont également été consacrées aux « mises en scènes de la mode ». En 2016-2017, le séminaire a été adossé au programme des séminaires de l’EHESS. La question de l’objet a été un axe central, plaçant la culture matérielle au cœur de la réflexion. « Penser l’objet de mode aujourd’hui » nécessite une double approche : celle de sa matérialité et celle de son immatérialité. En effet, l’objet est matière et technicité. Cela nous a amené à penser un questionnement autour du travail de la main au regard des adaptations, innovations, mutations, évolutions de la mode et du paysage contemporain dans lequel elle s’inscrit. Nous avons aussi interrogé la relation entre l’Art et la Mode pour approcher de manière originale cette question récurrente, en privilégiant une réflexion sur les acteurs créatifs (curateurs, photographes, créateurs) et leurs processus créatifs plutôt qu’une approche institutionnelle et normative de l’Art. Puis nous nous sommes penchés sur la mode durable et les formes de ses réseaux, en mettant l’accent sur la diversité et le caractère organique de ces formes en perpétuel recherche, expérimentation pour mieux transformer ou détourner le système existant. Une séance a également été consacrée à la notion de luxe, à partir d’une approche compréhensive des pratiques et symboliques actuelles dans la mode contemporaine. Les journées d’étude ont permis de cerner le dialogue entre les cultures et la mode, à partir de quatre orientations (Objets, Medias, Interactions, Société). Ce dialogue apparaît comme moteur d’un monde globalisé au sein duquel des mondes pluriels vivent et se côtoient.
Pour l’année 2017-2018, le séminaire fera de la question de la transmission son nouvel axe de réflexion. Les mondes de la mode sont chargés d’histoires, de mémoires, d’imaginaires, de symboles. L’histoire de la mode est là pour nous le rappeler. Cependant, nous souhaitons dépasser une approche traditionnellement historique de la mode, et nous inscrire dans une approche anthropologique de celle-ci, la considérant en tant que témoin privilégié des pratiques contemporaines et des changements sociaux et culturels. Nous proposons cette année d’étudier les formes de transmission de la mode à partir de notions-clés comme apprentissage, héritage, mémoires, conservation. Nous tenterons d’approcher cette réalité a priori intangible qu’est la transmission en nous intéressant à des contextes, milieux, paysages divers, au sein desquels prennent place acteurs et objets, en somme ce que nous nommons les mondes de la mode… Les séances sont réparties comme suit :
Séance 1 – Apprentissage – 16 novembre 2017
Séance 2 – Héritage – 14 décembre 2017
Séance 3 – Mémoires – 11 janvier 2018
Séance 4 – Conservation – 17 mai 2018
Séance 6 – Présentation du numéro « La fabrique de la mode » de la revue Terrains/ Théories – juin 2018
Journées d’étude « Fashion Displaced » (en partenariat avec la Parsons, New School) – 6 avril 2018 – 9h30-18h30 – Musée du Quai Branly, 37 Quai Branly, 75007 Paris – salle de cinéma.

Un nouveau partenariat avec le Séminaire du Laboratoire d’analyses socio-anthropologiques du contemporain (Lasco) – SOPHIAPOL

Jeudi 19 octobre 17h00 / 19h00
BRUNO PEQUIGNOT
« Des industries culturelles aux industries créatives »

Jeudi 14 décembre 17h00 / 19h00
LOUIS JESU
« Asymétrie de sexe et normes genrées dans le recrutement social des pratiquant-e-s du hip-hop en France »

Jeudi 8 février 17h00 / 19h00
EMMANUELLE SAVIGNAC
« Observer et analyser les usages du jeu en entreprise : pour une anthropologie des cadres et de la modélisation »

Jeudi 5 avril 17h00 / 19h00
ISABELLE BOISCLAIR
« Les représentations de la masturbation dans la littérature, un peu dans les arts »

Jeudi 24 mai 17h00 / 19h00
AURELIA GUALDO
« L’engagement des créateurs pour la mode »

Ce séminaire se tient à l’université Paris Nanterre – Bâtiment D – salle D 201 (2e étage) (sauf les 10 et 24 mai, salle D202)


Les publications de la SEF

Collection« Ethnographies plurielles », PuPN-SEF
Plusieurs ouvrages collectifs liés au volet des rencontres « Ethnographies plurielles » de la SEF sans pour autant en être leurs actes, sont en préparation ainsi qu’un ouvrage individuel sont actuellement en préparation.

La revue Ethnologie française
La revue Ethnologie française connaît une nouvelle organisation, depuis 3 avril 2017, date de départ de Martine Segalen qui l’a dirigée depuis près de 10 ans, comme suit :
Direction de la revue : Nicolas Adell
Direction de publication : Anne Monjaret
Comité de direction : Nicolas Adell, Baptiste Buob, Laurent Le Gall, Anne Monjaret

La revue dispose également d’un nouveau site : http://ethnologie-francaise.fr

Ces numéros ont été consacrés à :
« Gens de commerce », Ethnologie française, 2017, n°1.
« Albanie », Ethnologie française, 2017, n°2.
« Le corps reproductif », Ethnologie française, 2017, n°3.
« Islam en France », Ethnologie française, 2017, n°4.


La SEF sur Internet

Son site – Société d’ethnologie française
numéro ISSN : 2498-0099
http://sef.hypotheses.org

Facebook
https://www.facebook.com/SocieteDethnologieFrancaise

Les adresses utiles de la SEF

Société d’Ethnologie Française (SEF)
Maison de l’archéologie et de l’ethnologie,
21 allée de l’Université,
92023 Nanterre Cedex
Courriel : soc.ethno.fr@gmail.com

Les adhésions
N’hésitez pas à faire circuler cette lettre à des personnes susceptibles d’être intéressées par nos activités. Vous trouverez ci-joint le bulletin d’adhésion.

Nanterre, le 22 décembre 2017

Anne Monjaret, Présidente


La Société d’ethnologie française (SEF)

La Société d’ethnologie française est une société savante créée en 1946 par Georges-Henri Rivière, relayant la Société du folklore français et du folklore colonial dissoute peu de temps auparavant. À côté de la Société des africanistes et de la Société des océanistes, la Société du folklore français et du folklore colonial regroupait notamment les ethnologues qui s’intéressaient au domaine français. La constitution de la Société d’ethnologie française marqua l’affirmation de son orientation vers l’étude des sociétés contemporaines. A partir des années 1970, en collaboration avec Musée national des arts et traditions populaires (MNATP), le Centre d’ethnologie française (UMR DMF-CNRS) et la revue Ethnologie française dont elle détient le titre, elle a largement contribué au développement d’une ethnologie du proche tant en France que, plus globalement, en Europe. Jusqu’en 2009, elle a son siège au MNATP à Paris, et depuis, à la Maison de l’archéologie et de l’ethnologie, sur le site de l’Université Paris Nanterre. Elle organise des formations, des rencontres, journées d’étude ou colloques sur des thématiques contemporaines. Elle a fait des « Ethnographies plurielles » l’un de ces volets phare de réflexion et l’intitulé d’une collection aux Presses Universitaires de Paris Nanterre (PuPN).
Bureau : Anne Monjaret (Présidente), Yann Le Bihan (Trésorier), Lucie Nayak, (Secrétaire Générale)

La revue Ethnologie française
Fondée en 1971 par Jean Cuisenier dans le cadre du Centre d’ethnologie française, Ethnologie française s’est inscrite en premier lieu en rupture avec les approches des folkloristes qui dominaient alors l’analyse des faits sociaux et culturels relevés dans le domaine français et européen en général. Située depuis 2008 au sein du pôle éditorial de la Maison Archéologie & Ethnologie – René Ginouvès de l’Université Paris Nanterre, la revue est aujourd’hui l’une des principales revues d’anthropologie générale de langue française. Dirigée par Martine Segalen (2006-2017), puis par Nicolas Adell (depuis 2017), elle a maintenu une attention particulière, mais non exclusive, aux sociétés européennes au prisme de travaux nourris d’ethnographie et en dialogue avec les perspectives offertes notamment par l’histoire, la sociologie, les sciences politiques, la géographie et les études littéraires. Ethnologie française publie quatre numéros par an. La version papier est éditée et diffusée par les Presses Universitaires de France. Les numéros parus depuis 2001 sont accessibles en ligne via le portail Cairn, avec une barrière mobile de 36 mois, et les plus anciens sont consultables sur la plateforme JSTOR.
Directeur de la rédaction : Nicolas Adell ; Comité de direction : Nicolas Adell, Baptiste Buob, Laurent Le Gall, Anne Monjaret ; Suivi éditorial et secrétariat d’édition : Sophie Gudin ; Directeur de la publication : Anne Monjaret
Site : http://ethnologie-francaise.fr/

Collection « Ethnographies plurielles » PuPN/SEF
À l’heure où l’ethnographie trouve un regain d’intérêt, cette collection dénommée « Ethnographies plurielles », dirigée par Philippe Combessie et Anne Monjaret, qui associe les PuPN et la Société d’ethnologie française (SEF), entend stimuler les réflexions sur le travail de terrain et vise en particulier à explorer les multiples aspects des usages contemporains de l’ethnographie dans les sciences sociales. Elle est donc ouverte à différentes disciplines et à leurs croisements, autour de l’approche ethnographique, entendue, donc, au pluriel.
Cette collection est constituée de deux séries consacrées : l’une à des ouvrages collectifs (développés à partir de la dynamique engendrée par certains des colloques de la série « Ethnographies plurielles » mis en place à l’initiative de la SEF depuis 2010), l’autre à des ouvrages individuels (tirés d’enquêtes qui ont comme caractéristique d’accorder une place privilégiée aux données ethnographiques et aux réflexions sur l’usage de cette méthodologie).
Direction : Philippe Combessie, Professeur des universités (Université Paris Nanterre), et Anne Monjaret, Directrice de recherche (CNRS-EHESS – IIAC/LAHIC)
Comité scientifique : Philippe Artières, Christophe Broqua, Christian Bromberger, Marie Buscatto, Ghislaine Gallenga, Agnès Jeanjean, Michel Kokoreff, Anne Raulin, Gilles Raveneau, Sylvie Sagnes, Martine Segalen, Federica Tamarozzi.


BULLETIN D’ADHESION 2018

A adresser accompagné d’un chèque à l’ordre de la SEF à :
Société d’Ethnologie Française
Yann Le Bihan, Trésorier de la SEF
6, impasse de la Moutonnerie
28000 Chartres

Nom : ……………………………………………………..…………………………………………….
Prénom : …………………………………………………..……………………………………………
 Adresse professionnelle : ………………………………………………………………………………………..
………………………………………………………….…………………………………………………
Tél : …………………………………………………..
Email : ……………………………………………………..……………………………………………
 Adresse personnelle : ……………………………………………………………………………………………..
………………………………………………………………..…………………………………………….
Tél : …………………………………………………..
Email : ……………………………………………………..……………………………………………
(cocher l’adresse à laquelle vous désirez recevoir le courrier)

Institution de rattachement : ……………………………………………………………………………………..
Discipline : …………………………………………….………………………………………………

Désire : Demander / Renouveler (1) son adhésion à la Société d’Ethnologie Française
1. Barrer la mention inutile.

Cotisation annuelle :
Tarif plein 25,00 euros
Tarif étudiant (sur justificatif) 12,50 euros
Tarif demandeur d’emploi ou retraité (sur justificatif) 12,50 euros
Abonné à la revue Ethnologie française (sur justificatif) 12,50 euros

Ci-joint : chèque bancaire à l’ordre de la Société d’Ethnologie Française
(NB : le chèque ne sera encaissé qu’après acceptation de la demande d’adhésion par le Conseil de la SEF)

A : ………………………..……………………… Le : ………………………………………………………
Signature :

SEF – Siège social : Maison de l’archéologie et de l’ethnologie, 21 allée de l’Université, 92023 Nanterre Cedex
Courriel : soc.ethno.fr@gmail.com Site : http://sef.hypotheses.org


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.