Appel à contributions « Ethnographies plurielles #8 »

« Le transmissible et l’intransmissible de la pratique ethnographique »

 

Pour cette huitième édition des colloques « Ethnographies Plurielles », la Société d’ethnologie française (Sef) a souhaité mettre l’accent sur la transmission des savoirs et pratiques ethnographiques dans et hors les murs du champ académique.

Dans le champ académique, en France, l’anthropologie a la particularité d’un paradoxe. Forte sur le plan théorique (avec des auteurs « historiques » comme Marcel Mauss ou Claude Lévi-Strauss et la « production » continue de grands noms prolongeant tout en renouvelant le champ théorique : on citera, entre autres, Augé, Balandier, Godelier, Descola, Abélès, Laplantine…), la discipline présente une plus grande faiblesse quant à sa représentation à l’université, au demeurant relativement récente[1]. Cette asymétrie entre « consistance intellectuelle » et institutionnalisation prend forme dans le faible nombre de postes universitaires et une plus grande représentation dans les centres de recherche (Rogers, 2002). On se souviendra par ailleurs en 2013 du tollé et de la mobilisation lorsque la ministre de la Recherche et de l’Enseignement supérieur, Geneviève Fioraso, pensera supprimer la licence d’ethnologie et d’anthropologie. Très peu de formations universitaires en France proposent d’enseigner la discipline dès la première année de licence[2]. L’offre s’élargit en master (a fortiori si l’on pense aux formations dans des écoles comme l’EHESS) et accueille des étudiant.e.s issu.e.s de disciplines autres comme la sociologie, la philosophie, les lettres… Nombre de nos collègues enseignent dans des départements de SHS ou bien d’autres disciplines tels des départements de langues, de communication, de gestion… ou encore s’insèrent également dans des institutions et organisations de travail multiples[3], ce qui génère une plurilocalisation de la discipline. La pénurie de postes entraîne des trajectoires professionnelles hybrides, de l’autofinancement de la thèse aux allers-retours entre monde académique et autres mondes professionnels. Enfin, la pratique ethnographique, souvent individuelle et régulièrement solitaire, ne favorise pas les échanges autour de « cadres analytiques largement partagés » (Rogers, 2002).

Cette configuration particulière pose précisément la question, nous semble-t-il aigue, de la transmission de la pratique ethnographique – ou, pour le dire autrement, de ce qui est communément appelé aujourd’hui l’ethnographie – et, plus généralement, de la démarche ethnologique et du raisonnement anthropologique. On connaît la distinction proposée par Claude Lévi-Strauss entre ethnographie, ethnologie et anthropologie. L’ethnographie constituerait la phase de recueil de données sur le terrain conduisant à produire un corpus le plus exhaustif possible. L’ethnologie serait quant à elle le moment de l’analyse du matériau empirique aboutissant à la description et à la « mise en signification » d’une culture particulière. L’anthropologie enfin s’attacherait à comparer et, au fond, à faire « dialoguer » les cultures dans leur diversité en élaborant un vaste tableau des sociétés humaines permettant de dégager invariants et différences (Lévi-Strauss, 1955). Le terme ethnographie « est aujourd’hui largement répandu dans l’ensemble des sciences sociales pour désigner tout à la fois une méthode et ses résultats : le travail qualitatif de collecte des matériaux de terrain, le corpus qui en résulte et l’écriture qui en restitue l’analyse » (Barthèlemy, Combessie, Fournier et Monjaret, 2014). C’est cette activité singulière allant de la collecte du matériau empirique jusqu’à la restitution de son analyse par l’écriture – et plus précisément encore, la question de la transmission de cette pratique –, qui font l’objet de ce colloque. Comment en transmettre tout à la fois les subtilités et les contraintes pratiques, et, au fond, qu’en est-il véritablement transmis ? A qui (ce qui pose la question seconde de ses réappropriations) et comment cette pratique (se) diffuse-t-elle dans cette pluralité de devenirs individuels ?

Au sein des enseignements qu’elle dispense se loge la spécificité applicative de la discipline. Est demandé aux étudiant.e.s d’apprendre à mener des enquêtes de terrain, à observer, collecter, rapporter puis analyser. D’excellents ouvrages sur la méthode d’enquête de terrain sont écrits qui, parfois, rencontrent un fort succès (on citera pour exemple le célèbre ouvrage de Beaud et Weber, 1997 ou celui de Becker, 2002). Mais au-delà de la méthode, comment le « terrain » se transmet-il sachant la part d’indicible et d’inévidence dont il est porteur ? C’est-à-dire comment se transmettent des questions comme les émotions, la relation, la subjectivité, la réflexivité (Ghasarian, 2002) mais aussi le « voir en creux », la question de l’écriture et du récit… ? Quelles méthodes d’enseignement sont-elles à l’œuvre ? Symétriquement, comment les jeunes chercheur.e.s (Master, Doctorat, post-doctorat) s’approprient-ils/elles et mettent-ils/elles en œuvre ce qui est leur transmis, avec d’autres, au sein des cours et des séminaires dispensés à l’université, à l’EHESS ou à l’ENS comme dans « l’intimité » d’échanges intellectuels en face-à-face et personnalisés avec leur enseignant ou leur directeur de recherche ?

En outre transmettre l’ethnologie, pour l’enseignant.e, c’est transmettre une méthode mais à des étudiant.e.s qui ne se destinent pas forcément à ce métier, dont le terrain n’est pas le sien, dont la génération n’est pas la sienne, dont les centres d’intérêt peuvent lui être relativement étrangers, notamment quand l’enseignant.e s’adresse à des étudiant.e.s en langues, en communication, en arts, etc. Comment cette altérité des horizons professionnels et théoriques et des objets est-elle prise en charge ? Quelles circulations, réappropriations voire recyclages adviennent-ils hors les milieux académiques et hors les filières propres à la discipline ?

Enfin, dans les contraintes actuelles de la recherche, souvent liée aux appels d’offres, à l’évaluation et aux temporalités contraintes (on se souviendra ainsi des entretiens et du « quantitatif honteux » souligné par Passeron 1991), que deviennent les « règles de métier » ? Comment est appréhendée cette réalité du travail de l’ethnologue aujourd’hui ? Qu’est-il transmis et laissé de côté de la pratique ethnologique ?

C’est par conséquent autour des questions des règles de métier dans les mondes contemporains de la recherche, de l’implicite et de l’explicite de la transmission, de la relation de transmission et des devenirs professionnels et théoriques de la transmission que nous nous proposons de nous interroger lors de ce colloque.

Axes

Axe 1 : « Bonnes pratiques » de la discipline et « écueils » de la réflexivité

 Le premier axe de ce colloque est pluriel. Il interroge à la fois les « bonnes pratiques » de l’enquête ethnographique et la réflexivité au regard de la réalité rencontrée … soit la rencontre parfois malaisée de ces deux aspects de la discipline.

La spécificité liée à la dimension principalement applicative de l’ethnographie engage ainsi à aborder règles du métier et réflexivité à la fois à l’aulne des réalités contemporaines de la recherche académique et des réalités pratiques liées aux contraintes de terrain. Ainsi les chercheur.e.s sont-ils/elles amené.e.s à mettre en perspective ces bonnes pratiques et à en faire une critique contextualisée au regard des exigences de la représentativité, ou encore la question de la transparence épistémologique.

Enfin, se posent les questions de la transmission des bonnes pratiques et de la prévention des écueils dans le contexte didactique. Comment est-il possible de transmettre ces aspects méthodologiques, qui par principe sont intimement liés au contexte du terrain ? Quels sont les ressorts qui permettent d’enseigner la méthodologie des sciences sociales, issues d’une longue tradition, au regard de ses propres expériences d’enseignant.e, et dans l’intérêt de l’étudiant.e, intégrant ainsi la nécessaire prise en compte des aléas du terrain, qui éloignent fatalement de tout parti pris méthodologique manichéen ou par trop dogmatique ?

Axe 2 : L’implicite et l’explicite de la transmission

Dans un deuxième axe, le colloque portera sur les modalités implicites et explicites de la transmission. Que ce soit la transmission entre un enseignant.e chercheur.e et ses étudiant.e.s, ou bien la transmission d’une enquête en discours ou sur papier, l’axe s’intéressera aux savoir-faire anthropologiques parfois établis à l’avance et parfois en sérendipité dans l’action de la recherche.

Comment est pensé l’acte de bien transmettre le métier d’anthropologue ? Comment être pédagogue lorsqu’il s’agit d’enquêtes de terrain ? Qu’est-il dit de comment il faut agir/ne pas agir pour réaliser une « bonne » enquête ? Outre l’aspect académique, les sciences sociales s’apprennent sur le terrain. Pour arriver à collecter des informations il faut à certains moments emprunter des chemins plus alternatifs pour percevoir et témoigner d’une réalité. De quelle manière atteindre et construire cette réalité ? Les imprévus, le tri des données, les influences diverses auxquelles l’enquêteur.trice a à faire sont-ils mis en dialogue académique ? Comment ? Toute la question porte sur jusqu’où son rôle – le métier d’ethnologue, d’ethnographe, d’anthropologue et de sociologue – s’effectue et/ou s’arrête.

L’implicite et l’explicite sont aussi le va-et-vient entre le travail professionnel et l’intime, le rapport avec ses enquêté.e.s, ce qu’on peut ou ce qu’on doit dire de son terrain. Comment le transmettre et comment prendre de la distance par rapport à l’expérience vécue ? L’explicite, dans ses formes de transmissions pédagogiques et académiques plus classiques, se formule face à un implicite pluriel : le « voir en creux », la demande de voir ce qu’on ne nous apprend pas, l’apprentissage par ses propres expériences et ses erreurs…

Axe 3 : La transmission comme relation

Le troisième axe de ce colloque vise à explorer la transmission de la pratique ethnographique en tant que relation, entre celui/celle qui transmet et celles et ceux à qui elle est transmise.

Cette relation peut s’envisager du point de vue de l’ethnographe-enseignant.e : que transmettre et comment le transmet-on ? En mobilisant quelles ressources et à partir de quelle(s) pédagogie(s), classique(s) ou innovante(s) ? En retour, comment l’ethnographe apprend-t-il/elle des étudiant.e.s qui découvrent l’ethnographie, au travers de leurs questions, leurs terrains d’enquête, leurs réalités générationnelles etc. ? De même, en raison de leur plurilocalisation dans les différents milieux académiques et de formation professionnelle initiale et continue (champs du travail social, de la santé ou encore du design, de la communication, de la gestion etc.), les ethnologues sont amené.e.s à enseigner à des étudiant.e.s de disciplines universitaires diversifiées. Leurs positionnements tant méthodologiques qu’éthiques sont susceptibles de venir nourrir / interroger leur propre pratique de l’ethnographie.

Mais la transmission comme relation peut être appréhendée du point de vue de l’étudiant.e également. Comment s’approprier la démarche ethnographique transmise ? Comment la perpétuer, la repenser ou, parfois, s’en affranchir ? Quel regard réflexif les chercheur.e.s, débutant.e.s ou confirmé.e.s, portent-ils/elles sur leur relation avec les ethnographes, enseignant.e.s et auteur.e.s, qui leur ont transmis les « ficelles du métier » (Becker, 2002) ?

Axe 4 : La transmission de la pratique ethnographique hors du champ académique

Par ailleurs, ce colloque entend interroger la question de la transmission de la pratique ethnographique hors du champ académique. Ainsi, qu’en advient-il et quelles formes peut-elle prendre dans le cadre de formations professionnelles (travail social, professions de santé, etc.) dont la finalité ne relève pas stricto sensu de la production de connaissances ? Qu’est-ce qui est donc ici transmis et selon quelles modalités ? Par ailleurs, que devient ensuite ce qui a été transmis ? En d’autres termes, comment la pratique ethnographique s’intègre-t-elle et se manifeste-t-elle dans les univers professionnels concernés ? En ce sens, peut-on parler d’une pratique ethnographique « appliquée » ? Mais l’ethnographie, dont l’objectif serait la connaissance académique et une ethnographie appliquée, dont l’objectif serait de produire des connaissances utiles aux mondes du travail sont-elles distinguables ? Et finalement, qu’est-ce que ces ethnographes exerçant hors du champ académique transmettent-ils/elles de la pratique ethnographique (en particulier, bien entendu, dans leur univers professionnels) ?

 Les propositions de communication d’un volume de 5000 signes sont à adresser avant le 15 avril 2018
à emmanuelle.savignac@free.fr
et à
rubiovincent@hotmail.com

L’évaluation en double aveugle donnera lieu à réponse début juin 2018.

 Comité d’organisation :
Aurélia Gualdo, SEF, IIAC – LAHIC
Audrey Higelin, SEF, Sophiapol
Lucie Nayak, SEF, Inserm-CESP
Vincent Rubio, SEF, Sophiapol
Emmanuelle Savignac, SEF, Cerlis

Comité scientifique :
David Berliner, LAMC, Université libre de Bruxelles
Philippe Combessie, SEF, Sophiapol, Université Paris Nanterre
Charles Gadéa, IDHES, Université Paris Nanterre
Ghislaine Gallenga, SEF, AFEA, IDEMEC, Université d’Aix-Marseille
Christian Ghasarian, Institut d’ethnologie, Université de Neuchâtel
Aurélia Gualdo, SEF, IIAC – LAHIC, EHESS
Audrey Higelin, SEF, Sophiapol, Université Paris Nanterre
François Laplantine, CREA, Université Lyon 2
Carolina Kobelinsky, LESC, CNRS
Samuel Lézé, IHRIM-CNRS, ENS-Lyon
Chowra Makaremi, IRIS, EHESS, CNRS
Anne Monjaret, SEF, IIAC-LAHIC, EHESS, CNRS
Michel Naepels, IRIS, EHESS
Lucie Nayak, SEF, Inserm-CESP
Marc Renneville, CLAMOR-CNRS
Vincent Rubio, SEF, Sophiapol, Université Paris Nanterre
Emmanuelle Savignac, SEF, Cerlis, Université de la Sorbonne nouvelle
Caroline Touraut, ISP Cachan, chargée d’études à la Direction de l’Administration Pénitentiaire (DAP)
Nadège Vézinat, Regards-Université de Reims
Thierry Wendling, IIAC-LAHIC, EHESS 

Bibliographie

Barthèlemy T., Combessie Ph., Fournier L.S., Monjaret A. (dir.), 2014, Ethnographies plurielles. Déclinaisons selon les disciplines, Paris, CTHS.

Beaud S., Weber F., 1997, Guide de l’enquête de terrain. Produire et analyser des données ethnographiques, Paris, La Découverte.

Becker H.S., 2002, Les ficelles du métier. Comment conduire sa recherche en sciences sociales, Paris, La Découverte

Ghasarian, C., 2002. De l’ethnographie à l’anthropologie réflexive. Nouveaux terrains, nouvelles pratiques, nouveaux enjeux, Paris, Armand Colin.

Jolly E., 2001, « Marcel Griaule, ethnologue : La construction d’une discipline (1925-1956) », Journal des africanistes, tome 71, fascicule 1. Les empreintes du renard pâle, sous la direction de Marc-Henri Piault et Joëlle Hauzeur. pp. 149-190.

Lévi-Strauss C., 1955, Anthropologie structurale, Paris, Plon.

Monjaret A., Provost G. (dir.), 2013, Elèves apprentis ethnologues. Collège, lycée, Editions SCEREN, CNDP-CRDP, Académie de Créteil (collections Repères pour agir (RPA)- série Dispositifs), format numérique pdf et ePub, ISBN 978-2-86918-249-3.
http://www.sceren.com/cyber-librairie-cndp.aspx?l=eleves-apprentis-ethnologues-pdf-&prod=964122

Passeron, J-C., 1991, Le raisonnement sociologique : l’espace non-poppérien du raisonnement naturel, Paris, Nathan.

Rogers S.C., 2002, « L’anthropologie en France », Terrain, n° 39, pp. 141-162.


[1] L’institut d’ethnologie de l’université de Paris est fondé en 1925 et inaugure l’enseignement de l’ethnologie en France (Jolly, 2001).

[2] 5 licences complètes de Sciences de l’homme, Anthropologie et Ethnologie existent en France. Trois autres proposent un accès en 2e ou en 3e année. L’offre de masters est, elle, plus conséquente avec une quinzaine de formations, pas toutes uniquement dédiées à la discipline uniquement (source : Onisep).

[3] Ministères, musées, entreprises, associations…

Appel à contributions : ethnographies plurielles #7

 

APPEL À COMMUNICATIONS

logo colloqueArgumentaire
Références
Modalités de soumission
Principales échéances
Comité scientifique
Comité d’organisation

tlchgtTélécharger l’appel à communication au format PDF

Argumentaire


Depuis ses débuts disciplinaires, l’ethnographie a « matière à faire » avec l’engagement ; que ce soit dans l’accompagnement historique de la phase de colonisation, dans la critique portée à son encontre ou dans la lecture des phénomènes post-coloniaux. Mais c’est aussi dans sa façon particulière d’accéder à la connaissance et aux savoirs que l’engagement est au centre de l’ethnographie, entendu au sens d’un mode d’élaboration du savoir par la transformation du visible en texte, une « écriture du voir » (Laplantine, 2005). Dans la pratique ethnographique, l’engagement se décline au moins de deux façons : nous retiendrons ici les engagements de l’ethnographie ou de l’ethnographe, en questionnant dans quelle mesure cette pratique engage le chercheur ou sa discipline, et les ethnographies de l’engagement, en interrogeant les façons dont les chercheurs ont étudié des pratiques et des discours qualifiés d’engagés. Les tensions entre ces régimes de l’engagement (Thévenot, 2006) sont elles-mêmes constitutives d’étapes marquant l’ethnologie et l’ethnologue comme le montre Vincent Debaene (2010).

 Ainsi l’engagement  se retrouve exprimé dans l’ensemble des phases de l’ethnographie (Cefaï, 2011). Les modalités de cet engagement interrogent la pratique scientifique et académique ainsi que le rôle social du chercheur en revisitant, voire en remettant en question, le concept de « neutralité axiologique » forgé par Max Weber (Brohm, 2004 ; Naudier & Simonet, 2011). C’est souvent en cela que l’engagement dans la pratique scientifique fait débat (Molénat, 2006), poussant généralement à la mise en place d’une dialectique entre l’engagement et la distanciation (Elias, 1993 ; Fassin, 1999) ou l’immersion et le décentrement (Laplantine, 2005).

Si le statut scientifique de l’ethnographie a donc pu être discuté et remis en question, une rigueur scientifique propre aux démarches qualitatives et ethnographiques est dorénavant défendue (Olivier de Sardan, 2014). Et la réflexivité grandissante des chercheurs offre de multiples voies de restitution sur les engagements des chercheur·e·s dans la pratique ethnographique (Ghasarian, 2004 ; Cefai, 2011 ; Naudier & Simonet, 2011 ; Laurens et Neyrat, 2010) qui participe du processus de légitimation de ces recherches.

 Au plan des disciplines, les recherches sur l’engagement, ses modalités et ses régimes (Bidet, 2011, Thévenot, 2006) ont alimenté nombre de travaux en anthropologie, en sociologie, en STAPS, en sciences de gestion, en arts et esthétique. Ainsi, ces manières de produire de la connaissance via l’engagement des chercheurs sur leur terrain, est d’autant plus spécifique qu’elle touche bien souvent des objets, groupes, cadres sociaux qui nécessitent de « se donner » pour y avoir accès.  Pour le dire autrement, les choix de terrains a priori difficiles d’accès, sont souvent en lien avec des groupes engagés… Que ce soit l’étude des rapports ethniques dans des temps forts de la mondialisation, ou des ethnographies sur des terrains sensibles (Bouillon, Fresia et Tallio, 2005) voire « minés » (Albéra, 2001), des travaux où le corps est mis en jeu, voire en péril (Wacquant 2000), l’engagement chercheur/objet est toujours, en pareil cas, un thème central de l’ethnographie proposée.

Au final, la question fondatrice de ce colloque est d’une certaine manière de savoir s’il existe véritablement une ethnographie sans engagement tant il semble consubstantiel à l’esprit même de la démarche. Ce colloque propose donc de mettre en lumière les multiples modalités de l’engagement selon les phases et les temporalités de l’ethnographie, selon les disciplines et les pratiques, selon l’expérience des chercheur.e.s et selon les terrains.

La question de l’engagement dans la pratique ethnographique questionne ainsi non seulement les frontières du savoir (processus de productions et de valorisation de la connaissance) mais aussi l’autonomie des chercheur.e.s au regard des divers rapports de pouvoir que suscite une activité scientifique, et des enjeux sociaux multiples, notamment liés à la vie de la Cité (Cefaï, 2011). Afin d’organiser ces débats dans des contributions et sessions du colloque, trois axes de travail sont proposés.

 

Axe 1 : L’engagement au regard des disciplines

Les pratiques ethnographiques s’étant largement déclinées selon plusieurs disciplines (Barthélémy, Combessie, Fournier & Monjaret, 2014), la définition de l’engagement nécessite d’être clarifiée en fonction des disciplines, des objets de recherche et des conceptions et pratiques de l’ethnographie. A ce titre, l’anthropologie, la sociologie, les sciences du sport,  et les sciences de gestion ont construit des rapports historiques différents avec l’ethnographie. Mais au sein des sciences humaines et sociales et qui plus est en complémentarité ou confrontation avec les sciences exactes, biologiques ou médicales, le choix de l’ethnographie comme méthode d’appréhension de la réalité peut constituer déjà en soi un engagement du chercheur.

Il est donc proposé dans cet axe de questionner la pratique ethnographique comme  un engagement dans les différents environnements disciplinaires, au sein des différentes formes de savoirs scientifiques et dans la confrontation avec la demande sociale.

Dans quelle mesure cette pratique a-t-elle encore besoin d’être légitimée et défendue ? Comment cette pratique s’inscrit dans l’histoire des différentes disciplines ? Comment cet engagement ethnographique traduit des tensions ou des complémentarités intra/ inter disciplinaires et des rapports de pouvoir avec des pratiques plus dominantes ?

 

Axe 2 : Les engagements dans la pratique ethnographique

L’engagement peut être également considéré comme un moteur de la recherche, stimulant le chercheur dans ses choix d’étude, dans sa façon de pratiquer l’ethnographie ou dans sa façon de valoriser son travail. En cela l’engagement sur un terrain et auprès de groupes sociaux ressemble parfois à une vocation qu’épouse l’ethnographe dans son apprentissage du terrain, et permet de relire les trajectoires de figures emblématiques de l’ethnographie (Tillion, 2000). C’est à ce niveau que l’on pourra noter aussi la place grandissante que la question du droit occupe dans l’exercice du métier de l’anthropologue ou du sociologue. La proximité avec son terrain et sa connaissance approfondie peuvent l’amener à témoigner en justice en faveur de celles et ceux qu’ils étudient ou pour la défense de leurs causes (Atlani-Duault et Dufoix, 2014). Comment gérer cette nouvelle place du monde judiciaire et juridique dans les recherches de terrain ?  Comment éviter que le juridique n’empiète sur le scientifique ?

Les analyses réflexives sur les parcours ethnographiques pourront apporter ici une stimulante épaisseur expérientielle. Seront notamment appréciées les analyses présentant (et partageant) les « bricolages », les « méthodes et ficelles », proposés par les chercheurs afin d’apporter des solutions concrètes à des problèmes récurrents en ethnographie.

Comment gérer le processus d’élaboration et de construction du terrain ? Quelles sont les influences des dispositifs méthodologiques mis en place dans les configurations de la recherche ? Comment gérer les engagements des parties prenantes de l’ethnographie (modalités de financements, liens avec les institutions etc.) ? Jusqu’où aller dans l’engagement existentiel nécessaire à l’intégration et l’immersion dans un terrain ? Comment respecter les engagements du chercheur envers le terrain et ses acteurs  lors de la phase académique de restitution et de publication ? Comment protéger la fonction sociale du chercheur ? Quelles démarches (qualités, compétences, dispositions) éthiques mettre en place dans le processus de recherche pour assumer ces/ses engagements ?

 

Axe 3 : Les terrains privilégiés de l’engagement

Ce dernier axe interroge les postures éthiques et réflexives de l’engagement des chercheur·e·s qui s’avèrent particulièrement importantes pour certains objets et certains terrains de recherche et ce autant au niveau des engagements de l’ethnographe que des ethnographies de l’engagement. Il accueillera ainsi les contributions centrées sur les multiples manières de concilier l’approche ethnographique nécessairement distanciée et l’engagement (aux côtés) des acteurs. Il s’agit donc d’inventorier ces terrains en analysant les régimes et les formes de l’engagementmobilisés tant du côté des chercheur·e·s que du côté des acteurs et actrices sociaux étudiés. Nous proposons d’aborder ces terrains sensibles en identifiant et analysant des situations et des configurations historiques, sociales, politiques ou économiques singulières où l’engagement est propice, voire nécessaire. Par choix ou par enclicage (Olivier de Sardan, 1995) inhérent à toute pratique ethnographique, les chercheur.e.s sont ainsi exposé.e.s à des enjeux moraux, politiques, économico-scientifiques.

Quels sont les risques et les dangers auxquels sont confrontés les ethnographes (conflits, crédibilités, poursuites judiciaires, intégrité physique et morale…) ? Comment se différencient-ils selon les rapports de genre, ethniques et de classe imbriqués dans lesquels les chercheur·e·s sont pris ? Les engagements intensifient-ils nécessairement ces risques ? Comment les ethnographes affrontent-ils, détournent ou résolvent-ils ces difficultés et ces contraintes ? Comment construire l’approche ethnographique dans de tels contextes ? Comment réagir face à l’amplification de certains risques pour les personnes étudiées par la seule présence du chercheur ? Comment comprendre et analyser les différentes formes d’engagement en terrain difficile ou à fort enjeux sociaux et politiques ?

top 2

Références


Albéra D. (2001), « Terrains minés », Ethnologie française, 1(31) : 5-13
Atlani-Duault, L., Dufoix, S. (2014), « Les sciences sociales saisies par la justice », Socio, 3, septembre : 9-47
Barthélémy, T., Combessie, Ph., Fournier L.S. & A. Monjaret (2014), Ethnographies plurielles. Déclinaisons selon les disciplines, ed. CTHS-Sef, 296 p.
Bidet, A. (2011), L’engagement dans le travail. Qu’est-ce que le vrai boulot ?, Paris, Puf, « Le lien social », 416 p.
Bouillon, F., Fresia, M., et Tallio, V. (éd.) (2005), Terrains sensibles, Expériences actuelles de l’anthropologie, éd. EHESS-CEAF, Paris
Brohm J-M. (2004), « Sociologie critique et critique de la sociologie », Education et sociétés, no 13, p. 71-84.
Cefaï, D. (dir.), (2010), L’engagement ethnographique. Paris, Editions de l’EHESS
Debaene, V. (2010), L’adieu au voyage. L’ethnologie française entre science et littérature. Paris, Gallimard.
Elias, N., (1993 [1983]). Engagement et distanciation : Contributions à la sociologie de la connaissance, ed Fayard,
Fassin, D. (1999),  « L’anthropologie entre engagement et distanciation. Essai de sociologie des recherches en sciences sociales sur le sida en Afrique In C. Becker, J-P., Dozon, C. Obbo & M. Touré (eds), Vivre et penser le sida en Afrique. Experiencing and understanding AIDS in Africa, Paris, Codesria, Karthala, IRD : 41-66.
Ghasarian, C. (éd.) (2004), De l’ethnographie à l’anthropologie réflexive. Paris : Armand Colin.
Laplantine, F. (2005), La description ethnographique, Paris, Armand Collin
Laurens, S., Neyrat, F. (2010), Enquêter de quel droit ? Menaces sur l’enquête en sciences sociales, Editions du Croquant.
Naudier, D. & M. Simonet (eds), (2011), Des sociologues sans qualités ? Pratiques de recherche et engagements, La Découverte
Olivier de Sardan, J-P. (1995), « La politique du terrain », Enquête, n°1
Thévenot, L. (2006). L’action au pluriel. Sociologie des régimes d’engagement, par Laurent Coll. Textes à l’appui-Politique et société, éd. La Découverte, 2006, 312 p.
Tillion, G. (2000), Il était une fois l’ethnographie, Paris, Seuil.

 

top 2

Modalités de soumission


Le dépôt des communications s’effectue directement sur internet, en cliquant ici, dans l’onglet « Dépots »

  • Soumission d’une communication(date-limite : 30 mai 2017)
    La proposition de communication doit se composer d’un titre, d’un résumé de 3 000 signes maximum (bibliographie incluse) et de mots-clés.
  • Soumission d’un résumé détaillé (pour les communications sélectionnées – date-limite : 15 octobre 2017)
    Le résumé détaillé doit se composer de 10 000 signes maximum (bibliographie incluse). Il est destiné à la publication numérique d’actes en amont du colloque.

En plus de la publication d’actes numériques pour le colloque, les meilleures communications donneront lieu à la publication d’un ouvrage collectif ainsi qu’à des numéros dédiés de revues spécialisées.

Pour toute demande d’information ou difficulté de connexion pour déposer un projet de communication, merci d’envoyer un mail à l’adresse suivante : engagementsef17@sciencesconf.org

top 2

Principales échéances


31 mars 2017 Ouverture des inscriptions au colloque
30 mai 2017 Date limite de soumission des communications
15 juillet 2017 Notification aux auteurs
15 octobre 2017 Date limite d’envoi de la version finale des résumés détaillés
20 octobre 2017 Clôture des inscriptions
8 novembre 2017 Séminaire doctorale interdisciplinaire d’ethnographie
« Réflexivité et pratique ethnographique »
9 & 10 novembre 2017 Colloque Ethnographies et engagements

top 2

Comité scientifique


Au 6 mars 2017

  • Typhaine BARTHELEMY (Université de Picardie Jules Verne)
  • Marie BUSCATTO (Université Paris 1)
  • Phlippe COMBESSIE (Université Paris Nanterre)
  • Dominique DESJEUX (Université Paris Descartes)
  • Delphine DION (Essec Business School)
  • Marie-Luce GELARD (Université Paris Descartes)
  • Christian GHASARIAN (Université de Neufchâtel, Suisse)
  • Emmanuelle LALLEMENT (Direction générale des patrimoines – Ministère de la Culture et de la communication)
  • François LAPLANTINE (Université Lyon 2)
  • Anne MARCELLINI (Université de Lausanne)
  • Gilles RAVENEAU (Université Paris Nanterre)
  • Philippe ROBERT-DEMONTROND (Université Rennes 1)
  • Emmanuelle SAVIGNAC (Université Paris 3)
  • Bastien SOULE (Université Claude Bernard Lyon 1)

top 2

Comité d’organisation


Marie Cheree BELLENGER (CETAPS) / Baptiste CLERET (NIMEC) / Patrice COHEN (DySoLab) / Boris COLLET (NIMEC) / Camille COUVRY (DysoLab) / Christophe DAUM (DySoLab) / François FELIU (DySoLab) / Claire FRANCOIS (NIMEC) / Ghislaine GALLENGA (SEF) / Renaud GARCIA-BARDIDIA (NIMEC) / Aurélie GUALDO (SEF) / Kenza GUENNOUN (NIMEC) / Zoé HALLER (DySoLab) / Coralie LALLEMAND (NIMEC) / Yann LE BIHAN (SEF) / Betty LEFEVRE (CETAPS) / Elise LEMERCIER (DySoLab) / Mélanie MESAPEZZA (DySoLab) / Ellie MEVEL (DySoLab) / Anne MONJARET (Sef) / Lucie NAYAK (Sef) / Frédéric NEYRAT (DySoLab) / Elise PALOMARES (DySoLab) / Eric REMY (NIMEC) / Pascal ROLAND (CETAPS) / Olivier SIROST (CETAPS) / Magali SIZORN (CETAPS) / Maïlys TORCHE (NIMEC) / Younes VAN PRAET (DySoLab)

 

Coordinateurs

Patrice COHEN (DySoLab) / Anne MONJARET (Sef) / Eric REMY (Nimec) / Olivier SIROST (Cetaps)

Pour toute précision, merci de nous contacter par mail à l’adresse suivante: engagementsef17@sciencesconf.org

top 2

 

Comment produire des analyses quantitatives à partir de matériaux ethnographiques ?

Lien

APPEL A CONTRIBUTIONS  

 

De la constitution d’un corpus aux analyses statistiques,
comment produire des analyses quantitatives à partir de matériaux ethnographiques ?

 

Procession à Málaga (Espagne), 2014 – cliché : Ph. Combessie

           Procession à Málaga (Espagne), 2014 –      cliché : Ph. Combessie

Journée d’étude organisée par le laboratoire Sophiapol (EA3932), 
en partenariat avec la Société d’ethnologie française (SEF),

à Nanterre, automne 2016

 

Les approches mixtes (quantitative et qualitative) d’un même matériau ont rarement fait l’objet de réflexions méthodologiques – à l’exception, notamment, de Claire Lemercier et Claire Zalc (2008) et Joanie Cayouette-Remblière (2011) – alors même qu’elles se sont multipliées ces dernières années.

Pourtant, les intérêts à dépasser l’opposition quantitatif/qualitatif dans la démarche en sciences sociales sont soulignés depuis longtemps et le sens même de cette opposition est régulièrement mis en questions (Bryman, 1984 ; Abbott, 2001). Il est fréquent que des chercheurs en sciences sociales associent des observations ethnographiques, des entretiens ou un travail à partir d’archives à l’exploitation d’une base de données préexistantes, à la passation de questionnaires ou encore à des comptages sur leurs terrains (Imbert, Ferrand, 1993 ; Peneff, 1995 ; Weber, 1995 ; Soutrenon, 2005 ; Béliard, Eideliman, 2014). On retrouve, d’une certaine manière, le clivage emic/etic analysé par Olivier de Sardan (1998).

De façon concrète, qu’il s’agisse de coder des dossiers (Cayouette-Remblière, 2011 ; Pohn-Weidinger, 2013 ; François, 2014), des annuaires (Denord et al., 2011), des notes d’observation (Collectif Onze, 2012 ; Jobard et al., 2012 ; Mahi, 2015), des curriculum vitae (Raoult, 2015) ou encore des journaux intimes (Billaud, Brossard, 2014) – pour ne citer que quelques-uns de ces récents travaux – l’approche à la fois ethnographique et statistique d’un même matériau soulève de nouvelles questions à partir des pratiques développées – ou projetées – par les chercheurs.

Deux types de contributions sont attendues. D’une part des communications qui s’inscriraient dans l’un (ou plusieurs) des axes ci-dessous, d’autre part des communications plus transversales qui laisseraient davantage de place aux réflexions épistémologiques.

Voici les axes que nous avons, a priori, identifiés :

 Axe 1.  Élaborer une base de données à partir de matériaux ethnographiques

  • Pourquoi coder des matériaux ethnographiques ?
  • Comment constituer un corpus et quelles techniques d’échantillonnage mettre en place (en fonction des matériaux) ?
  • Comment appréhender la construction de la base de données à travers la standardisation de variables ?

Axe 2.  Quelles méthodes statistiques face au small data ?

  • À l’ère du développement des analyses de big data, l’approche quantitative de matériaux ethnographiques se distingue d’une part par le petit échantillon à partir duquel les chercheurs conduisent leurs investigations, d’autre part par la connaissance qualitative qu’ils ont du matériau. Les outils statistiques traditionnels (analyses factorielles, régressions, etc.) sont-ils pertinents face à ces matériaux ? Quelles méthodes statistiques employer ?
  • Il existe des logiciel de traitement des données qualitatives (Alceste, NVivo…). Dans quelle mesure permettent-ils d’aller plus loin dans l’analyse des matériaux ? Dans quelle mesure, à l’inverse, peuvent-ils limiter les marges d’analyse du chercheur ? On peut se demander, enfin, si leur utilisation ne peut pas, dans certains cas, contribuer à discréditer le travail ethnographique.

Axe 3.  Restitution et enjeux éthiques

  • Mobiliser l’outil statistique invite parfois à des extrapolations généralisantes (Passeron, 1991) dont la démarche ethnographique tend a priori à se préserver. Dans ces conditions, quelles sont les limites du passage du qualitatif au quantitatif ?
  • Comment articuler les analyses du matériau en tant qu’objet ethnographique et la quantification de celui-ci ?
  • Quelles sont les implications d’un traitement statistique d’un matériau ethnographique en termes d’accès et de protection des informations personnelles, au moment de la constitution de la base, et de mise à disposition des données à la communauté, au moment de la diffusion des analyses ?

 

Modalités pratiques

Les résumés des propositions de communication, rédigés en français, en 300 mots au maximum, sont attendus pour le 30 avril 2016 et doivent :

  • comporter un titre
  • indiquer le nom de l’auteur et de l’institution de rattachement (coordonnées complètes)
  • être envoyés par courriel à l’adresse suivante : quanti2016nanterre@gmail.com

Les propositions seront évaluées par le comité d’organisation ; réponses envoyées le 1er juin 2016.

Pour toute question  relative à cette journée d’étude : laramahi75@gmail.com ; sacha.raoult@univamu.fr

 

Comité d’organisation : Philippe Combessie, Aurélien Djakouane, Lara Mahi, Sacha Raoult.

 

Retour à la page des appels à contributions

Ethnographie et comparaison

APPEL A COMMUNICATIONS

Ethnographie et comparaison (sixième volet de la série Ethnographies plurielles)

Colloque international

Amiens, les 9 et 10 mai 2016

 

A maints égards, démarche ethnographique et démarche comparative semblent s’opposer. Fondée sur le recueil exhaustif de données relatives à un espace, une question, un ensemble de cas précis et localisés, l’ethnographie est longtemps apparue comme le parent pauvre d’une discipline, l’anthropologie sociale, au sein de laquelle la quête de règles générales et de théories relatives à l’organisation et au fonctionnement des sociétés reposait sur la comparaison de celles-ci. Mais les transformations de l’ethnographie depuis la fin du XXe siècle, sa problématisation, la pratique de terrains multiples et multisitués, sa diffusion enfin, dans l’ensemble des sciences sociales, ont contribué à inverser ce point de vue. Tout se passe comme si la comparaison, perçue comme réductrice, atomisante, voire ethnicisante avait été reléguée au second plan au profit d’une contextualisation systématique, propre à donner sens aux matériaux relatifs à un espace-temps donné. Est-ce à dire que désormais, contextualisation et comparaison s’excluent mutuellement ?

Ce serait sans doute oublier un peu vite que la comparaison est au coeur même de la démarche ethnographique où le contour et le sens des faits sociaux ne peuvent être mis en lumière que par rapport à la connaissance que l’on peut avoir d’autres faits, analogues ou différents, décrits ou analysés dans d’autres contextes. Et la différenciation même d’un contexte, spatial ou temporel, par rapport à un autre, suppose la délimitation d’entités à comparer. Mais comment ? A qui se fier ? Que compare-t-on au juste ? Un ethnographe peut-il comparer ce qu’il a vu et analysé d’une activité donnée en un lieu donné à ce que d’autres ethnographes rapportent ailleurs ? A ce qu’en disent les historiens des époques précédentes ? Aux travaux menés sur des objets similaires par des politistes, des linguistes, des statisticiens ou tout bonnement des collègues formés à d’autres traditions disciplinaires que la sienne ? L’articulation entre travail de terrain et comparaison pose bien des questions. C’est à tenter de les éclairer que vise ce colloque dont le propos consistera à interroger la pluralité des démarches comparatives mises en œuvre par les ethnographes de toutes disciplines.

Les communications attendues pourront porter tout d’abord sur la perspective de comparaison internationale. Dans un monde globalisé, caractérisé par les circulations, où les phénomènes sociaux dépassent bien souvent l’échelle d’un pays et au sein duquel se développent des politiques transnationales, il est de plus en plus nécessaire, pour les enquêtes ethnographiques, de sortir des cadres nationaux.

Mais la perspective comparative n’est pas réductible aux enquêtes internationales et les contributions pourront également traiter de comparaisons à des échelles régionales, locales ou même historiques, ou encore de comparaisons conduites dans un monde virtuel.

L’ethnographie comparative suppose par ailleurs de développer des méthodes spécifiques, que les communicants pourront analyser et critiquer. Comment monter en généralité sans trahir les particularités de chaque terrain ? Comment construire l’objet de la comparaison ? Porte-t-elle sur des faits ou sur des modèles ? Comment penser et organiser la collecte des données sur des terrains différents et parfois éloignés (gestion du temps et des coûts, langues, enquête individuelle ou collective, transposition du dispositif d’enquête d’un terrain à l’autre etc.) ? Quelles sont les difficultés particulières d’une démarche de comparaison entamée a priori (avant même la collecte des données) ou a posteriori (par exemple en confrontant des données recueillies dans le cadre de monographies distinctes, ou de seconde main) ? Comment restituer les analyses issues d’une enquête comparative ? Quelles sont les limites de la démarche (l’incomparable, les dissymétries entre les terrains, etc.) ?

Enfin, les contributions pourront s’inscrire dans une perspective épistémologique, entre autres en étudiant la construction de la légitimité de la démarche comparative et ses limites. A l’heure où la comparaison est utilisée comme un dispositif gouvernemental, on peut s’interroger sur les utilisations des enquêtes comparatives, notamment lorsqu’elles portent sur des politiques publiques et sur le risque d’évaluation inhérent à la perspective de comparaison.

Les propositions sont à envoyer avant le 1er mars 2016 à Lucie Nayak, lucienayak@yahoo.fr

 

Comité scientifique et d’organisation :

Tiphaine Barthèlemy, Sophie Chevalier, Lucie Nayak et Thierry Wendling.

 

Colloque organisé par la Société d’ethnologie française, avec le soutien de l’Université de Picardie Jules Verne, le CURAPP-ESS (UPJV), Habiter le Monde (UPJV) et le LAHIC du IIAC-EHESS/CNRS (Paris).