Appel à contributions « Ethnographies plurielles #8 »

« Le transmissible et l’intransmissible de la pratique ethnographique »

 

Pour cette huitième édition des colloques « Ethnographies Plurielles », la Société d’ethnologie française (Sef) a souhaité mettre l’accent sur la transmission des savoirs et pratiques ethnographiques dans et hors les murs du champ académique.

Dans le champ académique, en France, l’anthropologie a la particularité d’un paradoxe. Forte sur le plan théorique (avec des auteurs « historiques » comme Marcel Mauss ou Claude Lévi-Strauss et la « production » continue de grands noms prolongeant tout en renouvelant le champ théorique : on citera, entre autres, Augé, Balandier, Godelier, Descola, Abélès, Laplantine…), la discipline présente une plus grande faiblesse quant à sa représentation à l’université, au demeurant relativement récente[1]. Cette asymétrie entre « consistance intellectuelle » et institutionnalisation prend forme dans le faible nombre de postes universitaires et une plus grande représentation dans les centres de recherche (Rogers, 2002). On se souviendra par ailleurs en 2013 du tollé et de la mobilisation lorsque la ministre de la Recherche et de l’Enseignement supérieur, Geneviève Fioraso, pensera supprimer la licence d’ethnologie et d’anthropologie. Très peu de formations universitaires en France proposent d’enseigner la discipline dès la première année de licence[2]. L’offre s’élargit en master (a fortiori si l’on pense aux formations dans des écoles comme l’EHESS) et accueille des étudiant.e.s issu.e.s de disciplines autres comme la sociologie, la philosophie, les lettres… Nombre de nos collègues enseignent dans des départements de SHS ou bien d’autres disciplines tels des départements de langues, de communication, de gestion… ou encore s’insèrent également dans des institutions et organisations de travail multiples[3], ce qui génère une plurilocalisation de la discipline. La pénurie de postes entraîne des trajectoires professionnelles hybrides, de l’autofinancement de la thèse aux allers-retours entre monde académique et autres mondes professionnels. Enfin, la pratique ethnographique, souvent individuelle et régulièrement solitaire, ne favorise pas les échanges autour de « cadres analytiques largement partagés » (Rogers, 2002).

Cette configuration particulière pose précisément la question, nous semble-t-il aigue, de la transmission de la pratique ethnographique – ou, pour le dire autrement, de ce qui est communément appelé aujourd’hui l’ethnographie – et, plus généralement, de la démarche ethnologique et du raisonnement anthropologique. On connaît la distinction proposée par Claude Lévi-Strauss entre ethnographie, ethnologie et anthropologie. L’ethnographie constituerait la phase de recueil de données sur le terrain conduisant à produire un corpus le plus exhaustif possible. L’ethnologie serait quant à elle le moment de l’analyse du matériau empirique aboutissant à la description et à la « mise en signification » d’une culture particulière. L’anthropologie enfin s’attacherait à comparer et, au fond, à faire « dialoguer » les cultures dans leur diversité en élaborant un vaste tableau des sociétés humaines permettant de dégager invariants et différences (Lévi-Strauss, 1955). Le terme ethnographie « est aujourd’hui largement répandu dans l’ensemble des sciences sociales pour désigner tout à la fois une méthode et ses résultats : le travail qualitatif de collecte des matériaux de terrain, le corpus qui en résulte et l’écriture qui en restitue l’analyse » (Barthèlemy, Combessie, Fournier et Monjaret, 2014). C’est cette activité singulière allant de la collecte du matériau empirique jusqu’à la restitution de son analyse par l’écriture – et plus précisément encore, la question de la transmission de cette pratique –, qui font l’objet de ce colloque. Comment en transmettre tout à la fois les subtilités et les contraintes pratiques, et, au fond, qu’en est-il véritablement transmis ? A qui (ce qui pose la question seconde de ses réappropriations) et comment cette pratique (se) diffuse-t-elle dans cette pluralité de devenirs individuels ?

Au sein des enseignements qu’elle dispense se loge la spécificité applicative de la discipline. Est demandé aux étudiant.e.s d’apprendre à mener des enquêtes de terrain, à observer, collecter, rapporter puis analyser. D’excellents ouvrages sur la méthode d’enquête de terrain sont écrits qui, parfois, rencontrent un fort succès (on citera pour exemple le célèbre ouvrage de Beaud et Weber, 1997 ou celui de Becker, 2002). Mais au-delà de la méthode, comment le « terrain » se transmet-il sachant la part d’indicible et d’inévidence dont il est porteur ? C’est-à-dire comment se transmettent des questions comme les émotions, la relation, la subjectivité, la réflexivité (Ghasarian, 2002) mais aussi le « voir en creux », la question de l’écriture et du récit… ? Quelles méthodes d’enseignement sont-elles à l’œuvre ? Symétriquement, comment les jeunes chercheur.e.s (Master, Doctorat, post-doctorat) s’approprient-ils/elles et mettent-ils/elles en œuvre ce qui est leur transmis, avec d’autres, au sein des cours et des séminaires dispensés à l’université, à l’EHESS ou à l’ENS comme dans « l’intimité » d’échanges intellectuels en face-à-face et personnalisés avec leur enseignant ou leur directeur de recherche ?

En outre transmettre l’ethnologie, pour l’enseignant.e, c’est transmettre une méthode mais à des étudiant.e.s qui ne se destinent pas forcément à ce métier, dont le terrain n’est pas le sien, dont la génération n’est pas la sienne, dont les centres d’intérêt peuvent lui être relativement étrangers, notamment quand l’enseignant.e s’adresse à des étudiant.e.s en langues, en communication, en arts, etc. Comment cette altérité des horizons professionnels et théoriques et des objets est-elle prise en charge ? Quelles circulations, réappropriations voire recyclages adviennent-ils hors les milieux académiques et hors les filières propres à la discipline ?

Enfin, dans les contraintes actuelles de la recherche, souvent liée aux appels d’offres, à l’évaluation et aux temporalités contraintes (on se souviendra ainsi des entretiens et du « quantitatif honteux » souligné par Passeron 1991), que deviennent les « règles de métier » ? Comment est appréhendée cette réalité du travail de l’ethnologue aujourd’hui ? Qu’est-il transmis et laissé de côté de la pratique ethnologique ?

C’est par conséquent autour des questions des règles de métier dans les mondes contemporains de la recherche, de l’implicite et de l’explicite de la transmission, de la relation de transmission et des devenirs professionnels et théoriques de la transmission que nous nous proposons de nous interroger lors de ce colloque.

Axes

Axe 1 : « Bonnes pratiques » de la discipline et « écueils » de la réflexivité

 Le premier axe de ce colloque est pluriel. Il interroge à la fois les « bonnes pratiques » de l’enquête ethnographique et la réflexivité au regard de la réalité rencontrée … soit la rencontre parfois malaisée de ces deux aspects de la discipline.

La spécificité liée à la dimension principalement applicative de l’ethnographie engage ainsi à aborder règles du métier et réflexivité à la fois à l’aulne des réalités contemporaines de la recherche académique et des réalités pratiques liées aux contraintes de terrain. Ainsi les chercheur.e.s sont-ils/elles amené.e.s à mettre en perspective ces bonnes pratiques et à en faire une critique contextualisée au regard des exigences de la représentativité, ou encore la question de la transparence épistémologique.

Enfin, se posent les questions de la transmission des bonnes pratiques et de la prévention des écueils dans le contexte didactique. Comment est-il possible de transmettre ces aspects méthodologiques, qui par principe sont intimement liés au contexte du terrain ? Quels sont les ressorts qui permettent d’enseigner la méthodologie des sciences sociales, issues d’une longue tradition, au regard de ses propres expériences d’enseignant.e, et dans l’intérêt de l’étudiant.e, intégrant ainsi la nécessaire prise en compte des aléas du terrain, qui éloignent fatalement de tout parti pris méthodologique manichéen ou par trop dogmatique ?

Axe 2 : L’implicite et l’explicite de la transmission

Dans un deuxième axe, le colloque portera sur les modalités implicites et explicites de la transmission. Que ce soit la transmission entre un enseignant.e chercheur.e et ses étudiant.e.s, ou bien la transmission d’une enquête en discours ou sur papier, l’axe s’intéressera aux savoir-faire anthropologiques parfois établis à l’avance et parfois en sérendipité dans l’action de la recherche.

Comment est pensé l’acte de bien transmettre le métier d’anthropologue ? Comment être pédagogue lorsqu’il s’agit d’enquêtes de terrain ? Qu’est-il dit de comment il faut agir/ne pas agir pour réaliser une « bonne » enquête ? Outre l’aspect académique, les sciences sociales s’apprennent sur le terrain. Pour arriver à collecter des informations il faut à certains moments emprunter des chemins plus alternatifs pour percevoir et témoigner d’une réalité. De quelle manière atteindre et construire cette réalité ? Les imprévus, le tri des données, les influences diverses auxquelles l’enquêteur.trice a à faire sont-ils mis en dialogue académique ? Comment ? Toute la question porte sur jusqu’où son rôle – le métier d’ethnologue, d’ethnographe, d’anthropologue et de sociologue – s’effectue et/ou s’arrête.

L’implicite et l’explicite sont aussi le va-et-vient entre le travail professionnel et l’intime, le rapport avec ses enquêté.e.s, ce qu’on peut ou ce qu’on doit dire de son terrain. Comment le transmettre et comment prendre de la distance par rapport à l’expérience vécue ? L’explicite, dans ses formes de transmissions pédagogiques et académiques plus classiques, se formule face à un implicite pluriel : le « voir en creux », la demande de voir ce qu’on ne nous apprend pas, l’apprentissage par ses propres expériences et ses erreurs…

Axe 3 : La transmission comme relation

Le troisième axe de ce colloque vise à explorer la transmission de la pratique ethnographique en tant que relation, entre celui/celle qui transmet et celles et ceux à qui elle est transmise.

Cette relation peut s’envisager du point de vue de l’ethnographe-enseignant.e : que transmettre et comment le transmet-on ? En mobilisant quelles ressources et à partir de quelle(s) pédagogie(s), classique(s) ou innovante(s) ? En retour, comment l’ethnographe apprend-t-il/elle des étudiant.e.s qui découvrent l’ethnographie, au travers de leurs questions, leurs terrains d’enquête, leurs réalités générationnelles etc. ? De même, en raison de leur plurilocalisation dans les différents milieux académiques et de formation professionnelle initiale et continue (champs du travail social, de la santé ou encore du design, de la communication, de la gestion etc.), les ethnologues sont amené.e.s à enseigner à des étudiant.e.s de disciplines universitaires diversifiées. Leurs positionnements tant méthodologiques qu’éthiques sont susceptibles de venir nourrir / interroger leur propre pratique de l’ethnographie.

Mais la transmission comme relation peut être appréhendée du point de vue de l’étudiant.e également. Comment s’approprier la démarche ethnographique transmise ? Comment la perpétuer, la repenser ou, parfois, s’en affranchir ? Quel regard réflexif les chercheur.e.s, débutant.e.s ou confirmé.e.s, portent-ils/elles sur leur relation avec les ethnographes, enseignant.e.s et auteur.e.s, qui leur ont transmis les « ficelles du métier » (Becker, 2002) ?

Axe 4 : La transmission de la pratique ethnographique hors du champ académique

Par ailleurs, ce colloque entend interroger la question de la transmission de la pratique ethnographique hors du champ académique. Ainsi, qu’en advient-il et quelles formes peut-elle prendre dans le cadre de formations professionnelles (travail social, professions de santé, etc.) dont la finalité ne relève pas stricto sensu de la production de connaissances ? Qu’est-ce qui est donc ici transmis et selon quelles modalités ? Par ailleurs, que devient ensuite ce qui a été transmis ? En d’autres termes, comment la pratique ethnographique s’intègre-t-elle et se manifeste-t-elle dans les univers professionnels concernés ? En ce sens, peut-on parler d’une pratique ethnographique « appliquée » ? Mais l’ethnographie, dont l’objectif serait la connaissance académique et une ethnographie appliquée, dont l’objectif serait de produire des connaissances utiles aux mondes du travail sont-elles distinguables ? Et finalement, qu’est-ce que ces ethnographes exerçant hors du champ académique transmettent-ils/elles de la pratique ethnographique (en particulier, bien entendu, dans leur univers professionnels) ?

 Les propositions de communication d’un volume de 5000 signes sont à adresser avant le 15 avril 2018
à emmanuelle.savignac@free.fr
et à
rubiovincent@hotmail.com

L’évaluation en double aveugle donnera lieu à réponse début juin 2018.

 Comité d’organisation :
Aurélia Gualdo, SEF, IIAC – LAHIC
Audrey Higelin, SEF, Sophiapol
Lucie Nayak, SEF, Inserm-CESP
Vincent Rubio, SEF, Sophiapol
Emmanuelle Savignac, SEF, Cerlis

Comité scientifique :
David Berliner, LAMC, Université libre de Bruxelles
Philippe Combessie, SEF, Sophiapol, Université Paris Nanterre
Charles Gadéa, IDHES, Université Paris Nanterre
Ghislaine Gallenga, SEF, AFEA, IDEMEC, Université d’Aix-Marseille
Christian Ghasarian, Institut d’ethnologie, Université de Neuchâtel
Aurélia Gualdo, SEF, IIAC – LAHIC, EHESS
Audrey Higelin, SEF, Sophiapol, Université Paris Nanterre
François Laplantine, CREA, Université Lyon 2
Carolina Kobelinsky, LESC, CNRS
Samuel Lézé, IHRIM-CNRS, ENS-Lyon
Chowra Makaremi, IRIS, EHESS, CNRS
Anne Monjaret, SEF, IIAC-LAHIC, EHESS, CNRS
Michel Naepels, IRIS, EHESS
Lucie Nayak, SEF, Inserm-CESP
Marc Renneville, CLAMOR-CNRS
Vincent Rubio, SEF, Sophiapol, Université Paris Nanterre
Emmanuelle Savignac, SEF, Cerlis, Université de la Sorbonne nouvelle
Caroline Touraut, ISP Cachan, chargée d’études à la Direction de l’Administration Pénitentiaire (DAP)
Nadège Vézinat, Regards-Université de Reims
Thierry Wendling, IIAC-LAHIC, EHESS 

Bibliographie

Barthèlemy T., Combessie Ph., Fournier L.S., Monjaret A. (dir.), 2014, Ethnographies plurielles. Déclinaisons selon les disciplines, Paris, CTHS.

Beaud S., Weber F., 1997, Guide de l’enquête de terrain. Produire et analyser des données ethnographiques, Paris, La Découverte.

Becker H.S., 2002, Les ficelles du métier. Comment conduire sa recherche en sciences sociales, Paris, La Découverte

Ghasarian, C., 2002. De l’ethnographie à l’anthropologie réflexive. Nouveaux terrains, nouvelles pratiques, nouveaux enjeux, Paris, Armand Colin.

Jolly E., 2001, « Marcel Griaule, ethnologue : La construction d’une discipline (1925-1956) », Journal des africanistes, tome 71, fascicule 1. Les empreintes du renard pâle, sous la direction de Marc-Henri Piault et Joëlle Hauzeur. pp. 149-190.

Lévi-Strauss C., 1955, Anthropologie structurale, Paris, Plon.

Monjaret A., Provost G. (dir.), 2013, Elèves apprentis ethnologues. Collège, lycée, Editions SCEREN, CNDP-CRDP, Académie de Créteil (collections Repères pour agir (RPA)- série Dispositifs), format numérique pdf et ePub, ISBN 978-2-86918-249-3.
http://www.sceren.com/cyber-librairie-cndp.aspx?l=eleves-apprentis-ethnologues-pdf-&prod=964122

Passeron, J-C., 1991, Le raisonnement sociologique : l’espace non-poppérien du raisonnement naturel, Paris, Nathan.

Rogers S.C., 2002, « L’anthropologie en France », Terrain, n° 39, pp. 141-162.


[1] L’institut d’ethnologie de l’université de Paris est fondé en 1925 et inaugure l’enseignement de l’ethnologie en France (Jolly, 2001).

[2] 5 licences complètes de Sciences de l’homme, Anthropologie et Ethnologie existent en France. Trois autres proposent un accès en 2e ou en 3e année. L’offre de masters est, elle, plus conséquente avec une quinzaine de formations, pas toutes uniquement dédiées à la discipline uniquement (source : Onisep).

[3] Ministères, musées, entreprises, associations…

Une introduction à l’ethnologie française, Paris, 13 et 14 décembre 2016

Journées de formation proposées par la Société d’ethnologie française (Sef)

Paris, 13 et 14 décembre 2016 

Une introduction à l’ethnologie française

Entrée libre et gratuite sur inscription
dans la limite des places disponibles

Première journée – mardi 13 décembre 2016

Lieu : salle Rameau, Ministère de la Culture et de la Communication, 182 rue Saint-Honoré (75001)

 Matinée

9h30-10h00 : Ouverture des journées
Pascal Liévaux  (DPRPS, Direction générale des patrimoines Ministère de la Culture et de la Communication)
Anne Monjaret (Sef, Iiac-Lahic-CNRS-EHESS)
Thierry Wendling (Iiac-Lahic-CNRS-EHESS)

10h00-11h00 : Conférence Inaugurale « Des aires culturelles à un monde globalisé. Qu’est-ce que l’anthropologie sociale contemporaine ? Une esquisse »
Martine Segalen (Université Paris Ouest, Directrice de la revue Ethnologie Française)

 11h00-13h00 : Session thématique n°1

« Ville(s) & Urbanité(s) » Anne Raulin (Université Paris Ouest – Sophiapol)
« Migration, immigration & images » Sylvaine Conord (Université Paris Ouest – Lavue-Mosaïue)

 

Après-midi

 15h00-16h30 : Table-Ronde n°1   « Former et être formé à l’ethnologie »

Modérateur :
Thierry Wendling (Iiac-Lahic-CNRS-EHESS)
avec :
Catherine Deschamps
(Ecole Nationale d’Architecture Paris Val de Seine – Sophiapol-Lasco)
Jean-Paul Filiod (Espé – Université Lyon 1 – Centre Max Weber)
Anne Vega (Sophiapol – Lasco)
Claudie Voisenat (Iiac-Lahic-CNRS-EHESS, MCC, Ecole du Louvre)

 

 16h45-18h15 : Table-Ronde n°2   « Culture & Patrimoine »

Modérateur :
Cyril Isnart (Idemec, CNRS – Université Aix-Marseille)
avec :
Christian Hottin (Institut National du Patrimoine)
Laurent Sébastien Fournier (Université Aix-Marseille – Idemec)
Emmanuelle Lallement (Direction Générale des Patrimoines, Direction des publics, Ministère de la Culture et de la Communication)
Magdalena Ruiz-Marmolejo (Musée national de l’histoire de l’immigration)

 

Deuxième journée – mercredi 14 décembre 2016

Lieu : salle Molière, Ministère de la Culture et de la Communication, 182 rue Saint-Honoré (75001)

 Matinée

10h00-11h00 : Session thématique n°2   « Animaux, animalités, humanités »
Mélanie Roustan (Muséum National d’Histoire Naturelle, Paloc)

 

 11h00-12h30 : Table ronde n°3  « L’ethnologie et ses métiers »

Modérateur :  Marie-Pierre Julien – Université de Lorraine – Ethnoart
avec :
Carine Chavarochette
– Ethnologie dans l’entreprise – Entreprise&Société
Chantal Deltenre – Ethnologues en herbe – Image
Aurélie Druguet ou Marine Robillard – Anthropolinks – Risques sociaux et culturels
Fabrice Raffin – Université de Picardie Jules Verne – SEA Europe

 Après-midi

15h00-17h00 : Session thématique n°3

« Négocier le genre ? » Mélanie Gourarier (Université de Toulouse Jean Jaurès – Listt)
« Rites, ritualités et religions » Michael Houseman  (École Pratique des Hautes Études)

 

17h15-18h15 : Projection suivi d’un débat

« Chamanisme en France.  Approche et méthodologie en anthropologie visuelle » Laetitia Merli (Chercheuse associée – Centre Norbert Elias)

 

18h15-18h30 : Remerciements

Organisation et partenaires

Organisateurs principaux :
Société d’ethnologie française
Ministère de la Culture et de la Communication

Partenaire associé : 
IIAC- LAHIC – UMR 8177 CNRS-EHESS

Comité d’organisation :

Anne Monjaret (Sef, Iiac-Lahic – CNRS-EHESS)
avec
Martine-Fanny Bourand-Lucet (Sef)
Philippe Combessie (Sef, Université Paris Ouest – Sophiapol)
Aurélien Djakouane (Sef, Université Paris Ouest – Sophiapol-Lasco)
Lucie Nayak (Sef, Inserm)
Yann Le Bihan (Sef, Espé – Poitiers)
Thierry Wendling (Sef, Iiac-Lahic – CNRS-EHESS)

 

Télécharger le programme complet 

 

Colloque international Sef-Sophiapol : Les échanges sexuels et leurs « clients », 14 au 16 juin 2016, Nanterre

L’objectif de ce colloque international pluridisciplinaire est de contribuer à l’élargissement du concept d’échange économico-sexuel à partir des notions de transactions sexuelles et de sexualité négociée en concentrant le point de vue sur les « client.e.s ». L’originalité de la perspective est donc double puisqu’il s’agit non seulement de repenser à nouveaux frais l’économie de la sexualité dans son ensemble, mais également de le faire à partir de la question spécifique de celles et ceux qui, occasionnellement ou non, de manière implicite ou explicite, « paient », « achètent », « rémunèrent », « rétribuent », etc. Se trouve donc au cœur de ce colloque une question dont l’apparente simplicité masque une profonde complexité : qui paie dans les échanges économico-sexuels ? Comment et pourquoi ? Certaines aires culturelles ou certains contextes socio-historiques connaissent-ils des spécificités en la matière ?
Dans de nombreux cas, les communications présentées dépassent le seul cadre de la prostitution pour s’intéresser aux formes « plus ordinaires » de négociation(s) de la sexualité.

 

Dates :
Mardi 14 juin, mercredi 15 juin et jeudi 16 juin 2016

Lieux :
Université Paris Ouest   Nanterre   La Défense

Bâtiment B, rez-de-chaussée, espace recherche, salle des conférences (le mardi 14 juin)
Bâtiment F, troisième étage, salle des conférences F352 (le mercredi 15 et le jeudi 16 juin)

Comment venir ? par le train et le RER
Plan du campus de Paris Ouest Nanterre La Défense

 

Programme

Mardi 14 juin 2016

Salle des conférences : bâtiment B, rez-de-chaussée, espace recherche

 

9h45 – Ouverture

Philippe Combessie, membre du Conseil de la Sef, directeur du Sophiapol, introduction.

Marie-Elisabeth Handman (EHESS, France)
Conférence inaugurale.

 

10h45 – Session 1 : Dialogues entre théorie et terrain

Président de séance : Philippe Combessie (Sef, Université Paris Ouest, France)

Nathanaël Wadbled (Université du Québec à Montréal, Canada)
Repenser les rapports de genre hors du modèle des rapports de classe : critique de la modélisation économique de la sexualité.

Vincent Rubio (membre du Conseil de la Sef, Université Paris Ouest, France)
Les limites de l’authentique. À propos des clients de la prostitution masculine sur Internet.

 

14h00 – Session 2 : De « bons » clients ?

Président de séance : Bruno Proth (École Nationale Supérieure d’architecture de Paris Val de Seine, France)

Pierre Brasseur (Université Lille 1, France)
De la gueule cassée à l’accompagné sexuel : figures du client en situation de handicap.

Lucie Nayak (Secrétaire générale de la Sef, Inserm, France)
Les formes de l’échange dans la sexualité de personnes désignées comme « handicapées mentales ».

 

15h30 – Session 3 : Objets transactionnels

Présidente de séance : Myriam Joël (Ined, France)

Cécile Thomé (EHESS, France)
« Si t’as pas de préservatif y’a pas de rapport ». Étude des négociations sexuelles ordinaires.

Maxime Bello (Université Paris Ouest, France)
La vente des fluides corporels sur internet : rôles et affects.

 

 

Mercredi 15 juin 2016

Salle des conférences : bâtiment F, 3e étage (F352)

 

9h45 Session 4 : Coucher avec les mots

Présidente de séance : Catherine Deschamps (École Nationale Supérieure d’architecture de Paris Val de Seine et Université Paris Ouest, France)

Jean Zaganiaris (École de gouvernance et d’économie, Rabat, Maroc)
Parlez-moi de (faire) l’amour : penser les sexualités négociées et l’immanence du désir au sein des champs littéraires français et marocain.

Isabelle Boisclair (Université de Sherbrooke, Canada)
Portrait du client en bédéiste. Sur Vingt-trois prostituées de Chester Brown.

Yagos Koliopanos (Université Paris Ouest, France)
Les clients et les « minets » : de quelques contours flous dans les marges de l’économie sexuelle à Athènes.

 

14h00 – Session 5 : À distance de chair

Président de séance : Mathieu Trachman (Ined, France)

Agnès Giard (Université Paris Ouest, France)
Les bordels de poupées au Japon : la love doll et ses « clients ».

Kim-Marlène Lé (Scuola Superiore Sant’Anna, Pise, Italie)
Le rôle de la gestion de la relation avec les clients et des communautés dans les modèles d’affaires de la production pornographique en ligne.

 

15h30 – Session 6 : Offrandes aux déesses

Présidente de séance : Marie-Carmen Garcia (Université Paul Sabatier, France).

Sacha Demazy (Université Paris Ouest,  France)
Strip-tease au Japon : le rôle de l’offrande dans la reconnaissance affective.

Gilles Chantraine (CNRS/Clersé, France)
« Elle est douce mais ferme, et elle me comprend » : transactions financières, négociations et jeux BDSM.

 

Jeudi 16 juin 2016

Salle des conférences : bâtiment F, 3e étage (F352)

 

9h30 – Session 7 : Négociations ordinaires

Présidente de séance : Marie-Elisabeth Handman (EHESS, France)

Annamaria Colombo, Myrian Carbajal, Jean-Luc Heeb, Marlène Barbosa et Sandra Modica (Haute école de travail social, Haute école spécialisée de Suisse occidentale, Fribourg, Suisse)
Les transactions sexuelles entre adolescent-e-s de Suisse : quelles représentations et quelles pratiques des jeunes ?

Vulca Fidolini (Université de Strasbourg, France)
Partenaires « dangereuses ». Transactions sexuelles, masculinités défensives et rapports sociaux chez de jeunes Marocains en Europe.

Yann Le Bihan (membre du Conseil de la Sef, Université de Picardie Jules Verne, France)
Sexe, race et classe sur un marché matrimonial « parallèle » : l’espace des échanges ouvert par des petites annonces publiées dans la presse écrite.

Marie-Carmen Garcia (Université Paul Sabatier, France) et Philippe Nkoma Ntchemandji (Service de Mouvements de la Population et de l’État Civil, Ministère de l’Économie (DGS/DSD), Gabon)
Échanges économico-sexuels dans les relations extraconjugales. Comparaison France-Gabon.

 

14h30 – Session 8 : Le pire des clients ?

Président de séance : Lilian Mathieu (CNRS/Centre Max Weber, École normale supérieure, Lyon, France)

Bénédicte Lavaud-Legendre (Université Bordeaux 4, France)
Sexualité tarifée – Que dit le droit ?

Nicolas Lainez (EHESS, France)
Le proxénétisme familial au Viêt Nam, ou comment banaliser une sexualité transgressive.

Altaïr Despres (Université Panthéon-Sorbonne, France)
Au-delà du tourisme sexuel. Transactions culturelles intimes dans les sexualités et conjugalités afro-occidentales à Zanzibar (Tanzanie).

 

Initiative et organisation :
Vincent Rubio, membre du Conseil de la Sef, chercheur sous contrat (Université Paris Ouest/ Sophiapol-GDR Lasco)
Catherine Deschamps, maître assistante – HDR (Ecole nationale supérieure d’architecture de Paris Val de Seine/ Sophiapol-GDR Lasco)
et Philippe Combessie, membre du Conseil de la Sef, directeur du Sophiapol (EA 3932)

Contact : Amélie Le Bihan, chargée du pilotage des projets du Sophiapol : amelie.lebihan [at] u-paris10.fr

 

Comité scientifique :
Jean-Michel Chaumont, Professeur, Université catholique de Louvain
Marie-Carmen Garcia, Professeure des universités, Université Toulouse 3 – Paul Sabatier
Marie-Elisabeth Handman, Maîtresse de Conférences (HDR) retraitée, EHESS
Lilian Mathieu, Directeur de recherche, CNRS
Sébastien Roux, Chargé de recherche, CNRS
Mathieu Trachman, Chargé de recherche, INED

 

 

Institutions partenaires de la Sef pour ce colloque international :
Ecole doctorale « Economie, Organisations, Société » (ED EOS)
GIS Asie (réseau CNRS « Asie et Pacifique »)
Institut Emilie du Châtelet
Mission de recherche « Droit et Justice » (CNRS-Ministère de la Justice)
Sophiapol (EA3932) « Sociologie, philosophie et anthropologie politiques »

 

Comment produire des analyses quantitatives à partir de matériaux ethnographiques ?

Lien

APPEL A CONTRIBUTIONS  

 

De la constitution d’un corpus aux analyses statistiques,
comment produire des analyses quantitatives à partir de matériaux ethnographiques ?

 

Procession à Málaga (Espagne), 2014 – cliché : Ph. Combessie

           Procession à Málaga (Espagne), 2014 –      cliché : Ph. Combessie

Journée d’étude organisée par le laboratoire Sophiapol (EA3932), 
en partenariat avec la Société d’ethnologie française (SEF),

à Nanterre, automne 2016

 

Les approches mixtes (quantitative et qualitative) d’un même matériau ont rarement fait l’objet de réflexions méthodologiques – à l’exception, notamment, de Claire Lemercier et Claire Zalc (2008) et Joanie Cayouette-Remblière (2011) – alors même qu’elles se sont multipliées ces dernières années.

Pourtant, les intérêts à dépasser l’opposition quantitatif/qualitatif dans la démarche en sciences sociales sont soulignés depuis longtemps et le sens même de cette opposition est régulièrement mis en questions (Bryman, 1984 ; Abbott, 2001). Il est fréquent que des chercheurs en sciences sociales associent des observations ethnographiques, des entretiens ou un travail à partir d’archives à l’exploitation d’une base de données préexistantes, à la passation de questionnaires ou encore à des comptages sur leurs terrains (Imbert, Ferrand, 1993 ; Peneff, 1995 ; Weber, 1995 ; Soutrenon, 2005 ; Béliard, Eideliman, 2014). On retrouve, d’une certaine manière, le clivage emic/etic analysé par Olivier de Sardan (1998).

De façon concrète, qu’il s’agisse de coder des dossiers (Cayouette-Remblière, 2011 ; Pohn-Weidinger, 2013 ; François, 2014), des annuaires (Denord et al., 2011), des notes d’observation (Collectif Onze, 2012 ; Jobard et al., 2012 ; Mahi, 2015), des curriculum vitae (Raoult, 2015) ou encore des journaux intimes (Billaud, Brossard, 2014) – pour ne citer que quelques-uns de ces récents travaux – l’approche à la fois ethnographique et statistique d’un même matériau soulève de nouvelles questions à partir des pratiques développées – ou projetées – par les chercheurs.

Deux types de contributions sont attendues. D’une part des communications qui s’inscriraient dans l’un (ou plusieurs) des axes ci-dessous, d’autre part des communications plus transversales qui laisseraient davantage de place aux réflexions épistémologiques.

Voici les axes que nous avons, a priori, identifiés :

 Axe 1.  Élaborer une base de données à partir de matériaux ethnographiques

  • Pourquoi coder des matériaux ethnographiques ?
  • Comment constituer un corpus et quelles techniques d’échantillonnage mettre en place (en fonction des matériaux) ?
  • Comment appréhender la construction de la base de données à travers la standardisation de variables ?

Axe 2.  Quelles méthodes statistiques face au small data ?

  • À l’ère du développement des analyses de big data, l’approche quantitative de matériaux ethnographiques se distingue d’une part par le petit échantillon à partir duquel les chercheurs conduisent leurs investigations, d’autre part par la connaissance qualitative qu’ils ont du matériau. Les outils statistiques traditionnels (analyses factorielles, régressions, etc.) sont-ils pertinents face à ces matériaux ? Quelles méthodes statistiques employer ?
  • Il existe des logiciel de traitement des données qualitatives (Alceste, NVivo…). Dans quelle mesure permettent-ils d’aller plus loin dans l’analyse des matériaux ? Dans quelle mesure, à l’inverse, peuvent-ils limiter les marges d’analyse du chercheur ? On peut se demander, enfin, si leur utilisation ne peut pas, dans certains cas, contribuer à discréditer le travail ethnographique.

Axe 3.  Restitution et enjeux éthiques

  • Mobiliser l’outil statistique invite parfois à des extrapolations généralisantes (Passeron, 1991) dont la démarche ethnographique tend a priori à se préserver. Dans ces conditions, quelles sont les limites du passage du qualitatif au quantitatif ?
  • Comment articuler les analyses du matériau en tant qu’objet ethnographique et la quantification de celui-ci ?
  • Quelles sont les implications d’un traitement statistique d’un matériau ethnographique en termes d’accès et de protection des informations personnelles, au moment de la constitution de la base, et de mise à disposition des données à la communauté, au moment de la diffusion des analyses ?

 

Modalités pratiques

Les résumés des propositions de communication, rédigés en français, en 300 mots au maximum, sont attendus pour le 30 avril 2016 et doivent :

  • comporter un titre
  • indiquer le nom de l’auteur et de l’institution de rattachement (coordonnées complètes)
  • être envoyés par courriel à l’adresse suivante : quanti2016nanterre@gmail.com

Les propositions seront évaluées par le comité d’organisation ; réponses envoyées le 1er juin 2016.

Pour toute question  relative à cette journée d’étude : laramahi75@gmail.com ; sacha.raoult@univamu.fr

 

Comité d’organisation : Philippe Combessie, Aurélien Djakouane, Lara Mahi, Sacha Raoult.

 

Retour à la page des appels à contributions

Journée d’étude « Ethnologie chez soi »

Pour journée d'études Ethnographie chez soi

Date :
Mardi 22 mars 2016

Lieu :
Musée de l’Homme
17, place du Trocadéro et du 11 Novembre, 75016 Paris
Salle Claude Lévi-Strauss

Organisation et contacts :
Sef : Anne Monjaret (IIAC-Lahic, CNRS-EHESS), Vincent Rubio (Université Paris Ouest – Sophiapol – GDR Lasco) et Sylvie Sagnes (IIAC-Lahic, CNRS-EHESS)
Afea : Delphine Burguet (RAE-EHESS) et Chloé Rosati-Marzetti (Université de Nice-Sophia Antipolis, Lapcos)

 

Argumentaire 

Qu’est-ce que faire de l’ethnologie « chez soi », de l’ethnologie « du proche » pourrait-on également dire ?

Comment le chercheur peut-il porter un regard sur sa propre société ?

Questionner « l’ethnologie chez soi » suppose d’interroger le traitement possible de la distance. Longtemps prônée par les ethnologues des lointains grâce à la distance géographique que permettaient leurs terrains éloignés, elle relevait d’une projection loin dans le temps pour les ethnologues de la proximité. Si ce questionnement n’est pas nouveau, il mérite d’être repris à la lumière du contexte contemporain (notamment du développement d’Internet qui modère, sinon efface les distances géographiques), en revenant sur les différentes manières de concevoir et de pratiquer aujourd’hui cette ethnologie « chez soi », au figuré comme au propre.

C’est principalement à la construction de la distance ethnologique que nous nous intéressons ici, une distance que certains trouvent, éprouvent, grâce au détour par l’histoire, que d’autres marquent par le choix d’étude d’une classe sociale, d’une culture, d’un genre, etc., se différenciant de leurs appartenances personnelles. Cela étant, l’ethnologue tend aussi à investir des mondes sociaux qui ne sont plus simplement au voisinage des siens, mais qui sont à proprement parler les siens (sa famille, sa discipline, etc.). Comment dès lors la distance se réinvente-t-elle ?

Cette question en appelle une autre, tout aussi majeure en ethnologie : celle du traitement de l’Altérité dans une société concernée par un mouvement de globalisation, qui a pour effet de perturber la distinction entre l’autre et le semblable, entre le « eux » et le « nous », de la redéfinir, voire de la nier (citoyens du monde). Comment les ethnologues sont-ils alors amenés à adapter leurs approches pour mieux se caler sur les réalités sociales qu’ils étudient ?  Lui-même pris dans ces dynamiques de recomposition identitaire, l’ethnologue voit le savoir de l’autre hissé à hauteur du sien. Sur le principe de cette égale dignité des compétences, se fondent de nouveaux dispositifs de recherche, dits participatifs ou collaboratifs, le plus souvent à visée d’application, amenant le chercheur à travailler non plus seulement sur mais avec ses informateurs. Dans ces configurations inédites, où la proximité du « chez soi » se resserre singulièrement, comment l’ethnologue bouscule-t-il les cadres habituels de sa recherche, pour quelles innovations méthodologiques et pour quelles réponses à la demande   sociale ?

 

Programme

10h – Présentation de la journée et de l’intérêt du partenariat  (Afea et Sef)

10h20 – Introduction : « Vous cherchez l’exotisme dans le papier peint »

Anne MONJARET, Présidente de la Sef, IIAC-Lahic, CNRS-EHESS

10h40 – Enquêter chez soi : le récit d’expérience d’une Grassoise

Chloé ROSATI-MARZETTI, Université de Nice-Sophia Antipolis, Lapcos

Il est aisé de penser qu’il est plus confortable d’étudier sa propre culture puisque nous la connaissons déjà… Or, il n’en est rien. C’est ce que j’ai découvert à l’occasion d’un travail doctoral sur ma propre ville : Grasse. Ayant grandi et y vivant, mon étude du terrain grassois a entraîné une importante réflexion méthodologique. Elle a imposé un retour réflexif sur le positionnement à adopter face à une multitude d’a priori, qui, jusque-là, correspondait aux idées que je me faisais de ma ville. Comment redécouvrir son espace de vie avec les yeux du chercheur ? Comment utiliser les discussions tenues avec son entourage (professionnel ou personnel) et les transformer en discours scientifique ? Cette présentation propose un récit d’expérience. Elle présente les avantages et les inconvénients, ainsi que les moyens mis en œuvre pour trouver la « bonne distance » (N. Dias, 2005 ; J. Favret-Saada et C. Isnart, 2008) sur un terrain qui apparaît souvent comme « trop » proche. Comment prendre le recul nécessaire pour tenter d’objectiver sa propre subjectivité ? Partir, s’éloigner pour mieux appréhender son terrain, dépouiller les archives et remonter l’histoire du lieu pour comprendre ce qu’il est aujourd’hui sont des exemples de stratégies adoptées ici pour tenter de créer ce qui serait cette « juste distance » (A. Bensa, 1995).

11h10 – Pause-café

11h20 – La prison du coin de la rue et l’évasion romanesque : quand les proximités imposent les détachements

Philippe COMBESSIE, Université Paris Ouest – Sophiapol

Depuis mon enfance, j’étais en position de proximité double, et donc trouble, avec l’univers carcéral ; j’avais des proches de chacun des deux côtés de cet espace dramatiquement scindé, clivé par l’ordre social contemporain qui édifie, à travers la prison, une barrière drastique entre « le bien » et « le mal ».

Deux formes de détachement se sont alors imposées à moi. Le premier consista en un éloignement, d’une dizaine d’années, entre mon dernier séjour à proximité d’une prison et mon premier projet de recherche concernant l’enfermement carcéral. Le second m’invita à adopter un point de vue distancé par rapport à la question pénitentiaire, alors que la plupart des sociologues l’approchent dans une perspective fortement empreinte de militantisme. Ces positionnements me conduisirent à moins focaliser mes analyses sur la prison elle-même que sur ce qu’elle nous révèle de la société qui la sécrète.

11h50 – Discussion

12h30-14h00 – Repas

14h00 – Il faut abolir la distance, même « juste »

Nicolas ADELL, Université Toulouse Le Mirail – Jean Jaurès, Lisst

L’anthropologie a fondé la totalité de ses démarches et de ses réflexions méthodologiques et épistémologiques autour de la notion de distance : distance à réduire quand les mondes de l’anthropologue et de ses enquêtés paraissaient irréductibles l’un à l’autre ; distance à construire quand, au contraire, les sujets se présentaient comme immédiatement accessibles et « identiques ». Distance, dans tous les cas, à documenter : où suis-je et qui suis-je pour ceux dont je cherche à rendre compte ?

Sur ces aspects, l’essentiel des débats a porté sur l’éthique de la recherche anthropologique : comment élaborer une distance qui soit « juste » ? où est la « juste distance » (A. Bensa) ?

Mais l’on a laissé dans l’ombre la question même de la légitimité de cet écart « nécessaire ». Il semblait acquis que tout raisonnement scientifique et toute proposition qui s’en réclame n’existent qu’à la condition qu’une « distance », garante d’une objectivité ou d’une subjectivité contrôlée, sépare l’observateur de l’observé.

C’est précisément ce qui est remis en cause, dans les dernières années, avec le développement de l’ethnologie de soi (qui n’est pas forcément « chez soi ») et de l’autoethnographie, qui sont au fondement de plusieurs recherches actuelles, dont celles conduites en France autour de la « vie savante ».

14h30 – Ethnographier le cyberespace ? Le cas de la prostitution étudiante en ligne

Vincent RUBIO, Université Paris Ouest – Sophiapol – GDR Lasco

Cette communication s’appuie sur l’expérience et les données d’une recherche de terrain de deux ans ayant pour objet la prostitution masculine homosexuelle sur Internet exercée en France par de jeunes hommes, étudiants âgés de 18 à 25 ans. En mobilisant une partie des résultats de ce travail et en mettant au jour les « ratés » de l’enquête, on montrera comment le chercheur a opéré par observation participante sans l’avoir planifié et, plus loin, en n’en prenant véritablement conscience qu’au moment de la mise à plat du matériau empirique. Cette singulière expérience d’un recueil de données « par inadvertance » sur un terrain à l’égard duquel le chercheur n’avait, pour reprendre les termes de Daniel Bizeul, ni support d’accointances antérieures, ni souci militant, ni engouement particulier, n’interroge pas simplement le travail de réflexivité et l’analyse de la relation enquêteur-enquêté propres à toute investigation de type empirique en sciences sociales. Elle constitue tout autant l’occasion d’examiner les modalités – et, au fond, les conditions de possibilités mêmes – d’une ethnologie chez soi entendue au sens d’une description ethnographique « à distance », c’est-à-dire réalisée depuis un écran d’ordinateur, se dispensant alors de la coprésence (physique et actuelle) des différents protagonistes de ce qui demeure pourtant toujours fondamentalement une coproduction.

15h – Pause-café

15h15 Les terrains du patrimoine immatériel : enquêter avec les enquêtés

Laurent Sébastien FOURNIER, Université Aix-Marseille, Idemec

La convention de l’UNESCO de 2003 sur la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel recommande la participation des communautés à la définition de ce qu’elles considèrent comme étant leur patrimoine. En France, pays où cette convention a été ratifiée en 2006, c’est le ministère de la culture qui doit veiller à sa mise en œuvre. Or l’ethnologie est la discipline d’appui du ministère de la culture en matière de recherche sur le patrimoine culturel immatériel. Les ethnologues sont donc invités depuis quelques années à réfléchir aux différentes manières de susciter la participation des communautés en vue de répondre au mieux aux recommandations de l’UNESCO. Cela conduit à imaginer des postures méthodologiques nouvelles pour intéresser les enquêtés à la recherche ethnologique et co-construire avec eux des analyses qui ne correspondent pas toujours aux canons de la discipline.

15h45 – Comment penser l’articulation entre la recherche et l’action patrimoniale ? Recherche ethnologique sur les mémoires des migrations en Rhône-Alpes

Marina CHAULIAC, DRAC Rhône-Alpes, IIAC-CEM

Les mémoires des migrations font l’objet d’un investissement important de la part de divers acteurs culturels en Rhône-Alpes depuis la fin des années 1990. Non seulement du côté associatif, avec la mise en place d’un réseau et d’une biennale sur la question, mais aussi du côté des collectivités territoriales, avec la création de structures culturelles comme le Rize à Villeurbanne (2008) ou le centre du patrimoine arménien à Valence (2005). Les services déconcentrés de l’Etat ont accompagné ce dynamisme, à la fois dans le cadre de la politique de la ville et dans le cadre de la politique culturelle via la direction régionale des affaires culturelles (DRAC). Les différentes actions menées posent la question des stratégies de reconnaissance adoptées par les acteurs pour inscrire l’immigration dans le patrimoine sinon national, du moins local et de la façon dont une collectivité intègre l’immigration dans la construction d’une identité locale. Au final, il est toujours question de la façon dont s’opère un travail de traduction des traces de l’immigration en objet « patrimonialisable ».

Je me suis emparée de cette problématique dans une double posture à la fois de chercheure en tant qu’anthropologue travaillant sur les questions mémorielles et d’acteur en tant que conseillère pour l’ethnologie au sein de la DRAC susceptible d’orienter et financer les projets sur les mémoires des migrations. Ce double statut m’a amené à reconsidérer mon statut de chercheure pour trouver la « juste distance » (A. Bensa) engagée sur le plan professionnel ainsi que citoyen dans les actions de patrimonialisation. Plus précisément, un travail de recherche menée avec Nancy Venel sur la prise en compte de la mémoire de l’immigration par la ville de Villeurbanne via son établissement culturel, le Rize, a nécessité de mettre en place une collaboration avec l’équipe de l’établissement qui permette de mettre en partage les analyses de chacun sans renoncer à nos problématiques de recherche.

16h15 – Discussion

En raison de l’état d’urgence, les inscriptions à la journée se font par voie électronique conjointement auprès de Delphine Burguet (burguet.delphine@gmail.com) et Chloé Rosati-Marzetti (chloe.rosati@gmail.com)

Ethnographie et comparaison

APPEL A COMMUNICATIONS

Ethnographie et comparaison (sixième volet de la série Ethnographies plurielles)

Colloque international

Amiens, les 9 et 10 mai 2016

 

A maints égards, démarche ethnographique et démarche comparative semblent s’opposer. Fondée sur le recueil exhaustif de données relatives à un espace, une question, un ensemble de cas précis et localisés, l’ethnographie est longtemps apparue comme le parent pauvre d’une discipline, l’anthropologie sociale, au sein de laquelle la quête de règles générales et de théories relatives à l’organisation et au fonctionnement des sociétés reposait sur la comparaison de celles-ci. Mais les transformations de l’ethnographie depuis la fin du XXe siècle, sa problématisation, la pratique de terrains multiples et multisitués, sa diffusion enfin, dans l’ensemble des sciences sociales, ont contribué à inverser ce point de vue. Tout se passe comme si la comparaison, perçue comme réductrice, atomisante, voire ethnicisante avait été reléguée au second plan au profit d’une contextualisation systématique, propre à donner sens aux matériaux relatifs à un espace-temps donné. Est-ce à dire que désormais, contextualisation et comparaison s’excluent mutuellement ?

Ce serait sans doute oublier un peu vite que la comparaison est au coeur même de la démarche ethnographique où le contour et le sens des faits sociaux ne peuvent être mis en lumière que par rapport à la connaissance que l’on peut avoir d’autres faits, analogues ou différents, décrits ou analysés dans d’autres contextes. Et la différenciation même d’un contexte, spatial ou temporel, par rapport à un autre, suppose la délimitation d’entités à comparer. Mais comment ? A qui se fier ? Que compare-t-on au juste ? Un ethnographe peut-il comparer ce qu’il a vu et analysé d’une activité donnée en un lieu donné à ce que d’autres ethnographes rapportent ailleurs ? A ce qu’en disent les historiens des époques précédentes ? Aux travaux menés sur des objets similaires par des politistes, des linguistes, des statisticiens ou tout bonnement des collègues formés à d’autres traditions disciplinaires que la sienne ? L’articulation entre travail de terrain et comparaison pose bien des questions. C’est à tenter de les éclairer que vise ce colloque dont le propos consistera à interroger la pluralité des démarches comparatives mises en œuvre par les ethnographes de toutes disciplines.

Les communications attendues pourront porter tout d’abord sur la perspective de comparaison internationale. Dans un monde globalisé, caractérisé par les circulations, où les phénomènes sociaux dépassent bien souvent l’échelle d’un pays et au sein duquel se développent des politiques transnationales, il est de plus en plus nécessaire, pour les enquêtes ethnographiques, de sortir des cadres nationaux.

Mais la perspective comparative n’est pas réductible aux enquêtes internationales et les contributions pourront également traiter de comparaisons à des échelles régionales, locales ou même historiques, ou encore de comparaisons conduites dans un monde virtuel.

L’ethnographie comparative suppose par ailleurs de développer des méthodes spécifiques, que les communicants pourront analyser et critiquer. Comment monter en généralité sans trahir les particularités de chaque terrain ? Comment construire l’objet de la comparaison ? Porte-t-elle sur des faits ou sur des modèles ? Comment penser et organiser la collecte des données sur des terrains différents et parfois éloignés (gestion du temps et des coûts, langues, enquête individuelle ou collective, transposition du dispositif d’enquête d’un terrain à l’autre etc.) ? Quelles sont les difficultés particulières d’une démarche de comparaison entamée a priori (avant même la collecte des données) ou a posteriori (par exemple en confrontant des données recueillies dans le cadre de monographies distinctes, ou de seconde main) ? Comment restituer les analyses issues d’une enquête comparative ? Quelles sont les limites de la démarche (l’incomparable, les dissymétries entre les terrains, etc.) ?

Enfin, les contributions pourront s’inscrire dans une perspective épistémologique, entre autres en étudiant la construction de la légitimité de la démarche comparative et ses limites. A l’heure où la comparaison est utilisée comme un dispositif gouvernemental, on peut s’interroger sur les utilisations des enquêtes comparatives, notamment lorsqu’elles portent sur des politiques publiques et sur le risque d’évaluation inhérent à la perspective de comparaison.

Les propositions sont à envoyer avant le 1er mars 2016 à Lucie Nayak, lucienayak@yahoo.fr

 

Comité scientifique et d’organisation :

Tiphaine Barthèlemy, Sophie Chevalier, Lucie Nayak et Thierry Wendling.

 

Colloque organisé par la Société d’ethnologie française, avec le soutien de l’Université de Picardie Jules Verne, le CURAPP-ESS (UPJV), Habiter le Monde (UPJV) et le LAHIC du IIAC-EHESS/CNRS (Paris).