Archives de catégorie : Billets

AAC colloque

Les multiples contours de l’ethnologie. 

Rencontres et dialogues autour de ses métiers, compétences et usages

Comité d’organisation : Audrey Higelin (SEF, Sophiapol, Université Paris Nanterre), Pierre Peraldi-Mittelette (AFEA, LESC, IC Migrations), Cédric Baylocq (SEF, Chargé de cours à l’Institut Catholique de Paris, chercheur associé au LAM), Marc Ferré (SEF), Antoine Marsac (AFEA, Université Gustave Eiffel, laboratoire ACP), Laure Carbonnel (AFEA, MIASA, LACITO).

 

L’ethnologie est une discipline enseignée à l’université, en lien avec les laboratoires de recherche qui sont ses deux lieux d’exercice privilégiés. Ses savoirs et compétences sont partagés dans la pratique de terrain mais aussi dans le cadre d’activités associatives[1], de rencontres académiques (colloques, séminaires, etc.), d’émissions de radio, ou encore dans des musées, à l’occasion de publications dans des revues et via de multiples supports (papier, numérique, écriture alternative in situ, etc.)[2]. Les méthodes de l’ethnologie – l’ethnographie notamment – sont utilisées ou affichées comme une démarche d’enquêtes qualitatives dans plusieurs autres disciplines des sciences humaines (Barthelemy et al., 2014). L’ethnographie est au centre de nombreux enseignements : en sociologie, bien sûr, mais aussi par exemple en architecture ou en marketing, où des démarches et méthodes d’enquête et d’observation ethnographiques sont utilisées.

 

Paradoxalement, le poids institutionnel[3] de cette discipline reste réduit et l’apport de l’ethnologie en-dehors du champ académique demeure peu connu. Quels en sont les métiers, les compétences, les usages ? Quels liens se tissent, et comment, entre ces différents lieux d’exercice de la discipline ? Comment penser le champ de l’ethnologie, les contours de sa légitimation scientifique, son éthique ?

 

À la fin des années 1990, de nombreux débats ont porté sur la frontière entre la recherche fondamentale, qui s’exerce dans des institutions de recherche et d’enseignement, et la recherche appliquée qui répond à des questionnements d’organismes, publics ou privés (Baré, 1995, Traimond, 2004). La frontière entre les deux s’est largement estompée avec le développement de la recherche sur projet, et surtout avec l’essor d’une anthropologie impliquée, qui s’exprime non seulement dans l’engagement de l’ethnologue auprès de ses interlocuteurs sur le terrain, mais aussi à travers le travail de collaboration, de partage, et de réappropriation qui est mis en œuvre collectivement. 

 

Lors de précédentes rencontres, des discussions ont porté sur la question de la transmission de l’ethnologie hors de l’espace académique, sur les enseignements hors des départements d’ethnologie, sur les métiers de l’ethnologie. Nous poursuivrons ici la réflexion en l’ouvrant aux différents acteurs qui œuvrent à leur façon en lien avec l’ethnologie, afin de tisser des relations pérennes entre différents métiers, différents usages. 

 

La Société d’ethnologie française (SEF) et l’Association française d’ethnologie et d’anthropologie (AFEA) proposent, avec ce colloque, de créer un espace de rencontres et d’échanges entre praticien.nes et usager.es de la discipline et de donner voix à la diversité des pratiques ayant en commun de s’appuyer sur la discipline ethnologique, de se référer à ses savoirs et de mettre en œuvre les compétences qu’elle produit. 

 

  • Nous accueillerons donc des contributions sur les différents métiers et usages de l’ethnologie, visant à préciser les compétences mobilisées. 
  • Nous attendons également des contributions au sujet de pratiques dans lesquelles il sera fait explicitement référence aux corpus ethnographiques.
  • Pourront être exposés et discutés les éventuels conflits entre d’une part, le milieu d’exercice du métier ou les usages des compétences ethnologiques, et d’autre part, l’éthique que requiert la pratique de la discipline.

 

Trois axes sont ici proposés. Le premier porte sur les professions exercées par les personnes formées en ethnologie, sur les savoir-faire ethnologiques mobilisés en tant qu’ethnologue ou sur la base des savoir-faire acquis : comment les docteur.e.s ou les diplômé.e.s d’un master en ethnologie se positionnent-elles et ils dans le monde professionnel ? Le deuxième axe s’attache à ce que la pratique ethnologique produit comme échanges et comme effets au sein des milieux considérés. Enfin, le troisième axe s’intéresse plus spécifiquement à l’ethnologie en tant que science complémentaire et porteuse de sens pour d’autres disciplines.

 

Axe 1. Diversité des métiers de l’ethnologie et de l’anthropologie 

 

Cet axe a pour objectif d’échanger sur la diversité des postes dans lesquels les titulaires d’un master (DEA) ou d’un doctorat d’anthropologie utilisent les compétences acquises au cours de leurs études : comment déploient-ils-elles leurs compétences ? Quelles sont les représentations et les attentes de leurs cadres d’intervention ou de leurs organisations de rattachement ? Dans quelle mesure est-il possible ou non d’y répondre ? Nous pourrons évoquer ici les hiatus, les difficultés, incompréhensions, réticences à faire valoir le prisme anthropologique dans les cadres professionnels, et le cas échéant la manière dont ces problèmes ont pu être dépassés.

 

La question se pose du devenir des diplômés et diplômées qui ne poursuivent pas leur trajectoire professionnelle dans l’Enseignement Supérieur et de la Recherche : où travaillent-ils et elles, dans quel secteur ? Quelle est leur situation statutaire, hiérarchique ? Ont-ils et elles été recruté.e.s sur la base de leurs compétences spécifiques ? Peuvent-ils déployer leurs méthodes et leur regard anthropologique au quotidien, comment leur savoir est-il valorisé ?

 

Nous invitons donc des personnes titulaires d’un DEA/Master 2 ou doctorat en ethnologie ou anthropologie, exerçant un métier qui fait appel pour tout ou partie à leur formation dans le domaine de l’ethnologie, à soumettre une proposition à cet axe. Il peut s’agir d’agents d’administration territoriale, centrale, de responsables associatifs, de professionnels intervenant dans des cabinets d’expertise, pour le compte d’institutions publiques non académiques, des entreprises etc. Leur dénominateur commun sera l’exercice d’une profession, faisant appel aux compétences d’ethnologue, « hors-champ » académique. Les propositions suggérant des exemples précis de l’apport de leur formation à l’ethnologie dans le cadre de leur activité professionnelle seront valorisées. 

Notre questionnement portera sur la manière dont cette discipline s’applique, s’ajuste, est comprise, reçue, dans les différents environnements de travail en question.

 

 

Axe 2. Les incidences de la démarche ethnologique dans différents mondes sociaux et professionnels

 

 

Cet axe vise à questionner ce que fait la démarche ethnologique aux mondes sociaux dans lesquels elle intervient : entreprises, associations, collectivités, administrations, autorités autonomes, etc. Quels effets l’approche ethnologique et sa mise en œuvre produisent-elles ? 

 

L’axe s’intéresse aux interactions produites par la rencontre entre d’une part, les discours et les actions portés par un ou une ethnologue, et d’autre part, un espace social organisé. Il accueillera des récits, des témoignages et tous types de matériaux ethnographiques relatifs aux effets, désirés ou non, prévus ou inattendus, positifs ou négatifs, d’une démarche ethnologique.

 

A ce titre, nous nous situons pour partie dans le prolongement des travaux réalisés précédemment par la SEF concernant le transmissible et l’intransmissible de l’ethnographie[4]. Nous y ajoutons les autres phases de la démarche d’enquête ethnologique, c’est-à-dire a minima l’observation, la recherche, l’écriture, la restitution, et également les autres formes d’utilisation des savoirs ethnologiques (ateliers, présentations, consultations…). Les « objets » effectivement transmis peuvent avoir été des méthodes, des savoir-faire, des calendriers de travail, des analyses, des connaissances, une meilleure compréhension, un questionnement nouveau, une remise en cause de l’existant, etc. La transmission peut avoir été, entre autres, partielle, complète, directe, détournée, immédiate, différée, conjuguée.

 

Nous sollicitons donc des communications émanant aussi bien d’ethnologues que de leurs différents interlocuteurs. Elles devront être basées sur une ou plusieurs expériences, et faire apparaître, quant aux effets produits, différents points de vue, convergents ou divergents. La prise en compte des externalités invite à considérer les effets dans toutes les directions possibles. Il peut s’agir autant d’éléments positifs que négatifs, d’avantages que de nuisances, qui auront été consécutifs à la démarche ethnologique sans pour autant avoir fait partie de son intention initiale. Les communications se présentant sous la forme d’un dialogue entre un ethnologue et le commanditaire d’une démarche ethnologique, ou toute personne liée à la structure ayant bénéficié de cette action, sont également les bienvenues.

 

Axe 3. Des disciplines en dialogues : contours, effets, apports et limites

 

Cet axe propose d’interroger des binômes disciplinaires dont l’ethnologie serait un des membres. Il vise à expliciter à la fois les formes de coopération expérimentées entre les disciplines, les phénomènes d’hybridations, leurs apports respectifs aux objets étudiés ou projets concrets envisagés, mais aussi les limites rencontrées et les perspectives pour les étapes à venir. Il s’agit de considérer l’ethnologie en tant que science complémentaire et porteuse de sens pour d’autres disciplines.

 

Nous sollicitons des communications de la part de professionnels dont la formation principale, dans les domaines notamment de la santé (Bourbonnais, 2015), de l’architecture (Bonnin et De Biase, 2007), du commerce (Prévot, 2007), de l’art (Fagnart, 2007), a intégré un enseignement d’ethnologie ou d’anthropologie, ou qui intègrent ses méthodes et pratiques[5]. Nous nous intéresserons également aux professionnels qui se sont formés dans ces domaines après avoir commencé leur métier ou qui ont cherché à collaborer avec des ethnologues.

 

Nous nous concentrerons sur deux orientations : le point de vue des professionnels qui mobilisent les savoirs et compétences ethnologiques dans la pratique de leurs métiers et le point de vue des ethnologues, notamment à propos des enrichissements qu’ils tirent de cette complémentarité.

 

Les propositions de communications pourront répondre à plusieurs questions, sans exclusive. Quels sont ces binômes ? Comment la formation anthropologique, même incidente, inspire-t-elle différentes disciplines ? Comment le regard ethnographique y est-il mis en œuvre ? Qu’est-ce qu’il permet ? Quels savoirs et compétences anthropologiques sont mobilisés ? Dans quelle mesure la structuration actuelle des milieux associatifs et institutionnels favorise-t-elle cette intégration de la discipline ? Quels sont les espaces de collaborations et les ponts créés entre acteurs et disciplines ?

 

Modalités de soumission des propositions

Les contributions d’un volume de 3000 signes maximum, bibliographie comprise, accompagnées d’une courte biographie sont à envoyer avant le 15 octobre 2022 à colloque.contoursethno@gmail.com.

Le colloque se tiendra en mai 2023 à Paris, date et lieu à préciser.

 

 

Le conseil scientifique 

 

Les propositions seront examinées par le conseil scientifique composé des membres du comité d’organisation ainsi que de :

 

– Nicolas Adell (Professeur des universités, Université de Toulouse – Jean Jaurès, LISST – Centre d’anthropologie sociale)

– Delphine Burguet (Imaf, EHESS, Mutualité sociale agricole MSA, Institut national de médecine agricole INMA, AFEA)

– Saskia Cousin (PR, Sophiapol, Université Paris Nanterre, SEF)

– Aurélien Djakouane (MCF, Université Paris Nanterre, chercheur en délégation au CNRS, CEPEL, UMR 5112, SEF)

– Céline Geffroy (Cheffe de projet anthropologie Groupe SEB)

– Aurélie Gualdo (LAP, UMR 8177, CNRS -EHESS, SEF)

– Cyril Isnart (Chargé de recherche CNRS – IDEMEC – Aix Marseille Université-CNRS)

– Marie-Pierre Julien (MCF de sociologie et d’anthropologie, Université de Lorraine, 2L2S, AFEA)

– Marine Loisy (MCF, LISE, UMR 3320 CNAM-CNRS, SEF)

– Virginie Milliot (MCF, Université Paris Nanterre, LESC UMR 7186)

– Anne Monjaret (DR, IIAC, CNRS-EHESS, SEF)

– Thomas Mouzard (chargé de mission Ethnologie – PCI, département de la Recherche, de la Valorisation et du PCI, délégation à l’inspection, la recherche et l’innovation (DIRI), direction générale des Patrimoines et de l’Architecture, ministère de la Culture)

– Céline Rosselin-Bareille (MCF HDR Université d’Orléans – CETCOPRA – Université Paris 1, AFEA)

– Emmanuelle Savignac (MCF HDR, CERLIS, Université Sorbonne Nouvelle Paris 3, SEF)

– Anne-Sophie Sayeux (MCF, Université Clermont Auvergne, Laboratoire UPR 3625 – I3SP, AFEA)

– Olivier Wathelet (Users Matter / Making Tomorrow)

 

 

BIBLIOGRAPHIE

 

AFFERGAN, Francis, 1987, Exotisme et altérité. Essai sur les fondements d’une critique de l’anthropologie, Paris, PUF.

BARE, Jean-François (dir), 1995, Les Applications de l’anthropologie. Un essai de réflexion collective depuis la France, Paris, Karthala.

BARTHELEMY, Tiphaine, COMBESSIE, Philippe, MONJARET, Anne et FOURNIER, Laurent Sébastien (dir.), 2014, Ethnographies plurielles. Déclinaisons selon les disciplines, Paris, CTHS.
BASTIDE, Roger. Anthropologie appliquée. FeniXX, 1998.

BLAISE, Fabienne, MUTZENHARDT, Pierre et ROUSSEL, Gilles, 2014, Disciplines rares, https://www.vie-publique.fr/sites/default/files/rapport/pdf/154000230.pdf.

BONHOMME, Julien, 2007, « Anthropologues embarqués », en ligne https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00801904

BONNIN Philippe et DE BIASE Alessia (dir.), 2007, « L’espace anthropologique. L’abécédaire anthropologique de l’architecture et de la ville », Cahiers de la recherche architecturale et urbaine, n° 20-21, 280 p.

BOURBONNAIS, Anne, 2015, « L’ethnographie pour la recherche infirmière, une méthode judicieuse pour mieux comprendre les comportements humains dans leur contexte », Recherche en soins infirmiers, n° 120, p. 23-34.

COUSIN, Saskia, 2005, « « Exposer le tourisme culturel au salon », Ethnologie française, vol. 35, p. 55-62.

FAGNART, Claire, 2007, « Art et ethnographie », Marges, [En ligne], mis en ligne le 15 octobre 2008, URL : http://journals.openedition.org/marges/829.

GERAUD, Marie-Odile, LESERVOISIER Olivier et POTTIER Richard, 2007, Les Notions clés de l’ethnologie, Paris, Armand Colin.

GIBERT, Marie-Pierre et MONJARET, Anne, 2021, Anthropologie du travail, Paris, Armand Colin (Collection U).

LAPLANTINE, François, 2001, L’Anthropologie, Paris, Payot.

MONJARET, Anne (dir.), 2019, Carrières, Paris, Presses universitaires de Paris Nanterre (coll. Ethnographies plurielles – PUPN/SEF).

OLIVIER DE SARDAN, Jean-Pierre, 1995, Anthropologie et Développement. Essai en socio-anthropologie du changement social,  Paris, Karthala.

PREVOT Sandrine, 2007, « L’ethnologie dans le marketing », Journal des anthropologues, n° 108-109, p. 99-114.

SAVIGNAC, Emmanuelle, RUBIO, Vincent, 2020, « Le transmissible et l’intransmissible de la pratique ethnographique », Terrains/Théories, https://doi.org/10.4000/teth.2802.

TRAIMOND, Bernard (dir.), 2004, L’Anthropologie appliquée aujourd’hui, Presses Universitaires de Bordeaux.

 

DOSSIERS ET DOCUMENTS

 

Assises de l’Anthropologie 2009

Note du CNRS 2020 sur « Les disciplines en danger »

Note de Benoît FLICHE sur « Le statut des enseignant-chercheur » (2006)

Cartes AFEA des Laboratoires et formations (2021)

 

[1] Comme le séminaire itinérant de l’AFEA « Comment fait-on de l’anthropologie en France en début des années 2020 ? » qui s’est déroulé le 28 mai 2021 à Bordeaux, le 28 mars 2022 à Carcassonne et se déroulera le 28 octobre 2022 à la MSH-E de Besançon.

[2] Voir notamment Monjaret, 2019.

[3] S’agissant des postes de l’ESR évidemment, mais également le non-renouvellement des postes à la DRAC et à la DAC, la non-reconnaissance des disciplines au sein des ministères, les postes de directeurs de musées d’ethnographie qui sont occupés par des historiens de l’art, pour ne citer que ces exemples.

[4] Colloque ethnographies plurielles #8 : « le transmissible et l’intransmissible de la pratique ethnographique » suivi du numéro 12 / 2020 éponyme de Terrains/Théories (Savignac, Rubio, 2020). 

[5] Concernant la transmission de l’ethnologie à l’école, de nombreuses expériences pédagogiques ont été mises en œuvre par des associations (basées en région parisienne, Société d’ethnologie française,  Ethnologues en herbe https://ethnoclic.net , ethnoArt : https://ethnoart.org/, à Quimper, http://divers-cites.fr/  à Marseille  https://www.ethnomediterranee.fr/lassociation etc.) en collaboration avec différentes institutions. Voir également l’ouvrage  Anne Monjaret & Gisèle Provost, Apprentis ethnologues. Quand les élèves enquêtent…, Éditions SCEREN/CRDP (2003- 2013).

Colloque Ethnographies Plurielles #11 – Institutions totales

comité d’organisation : Céline Bryon-Portet (Université Paul Valéry – Montpellier 3, SEF), Audrey Higelin (Sophiapol, Université Paris Nanterre, SEF), Eléonore Hourt (Sophiapol, Université Paris Nanterre, SEF) et Lucie Nayak (Université de Liège, SEF)

Institutions totales : évolutions et usages du concept au XXIe siècle
29 et 30 novembre 2021 – Campus Condorcet, Aubervilliers

Le colloque Ethnographies plurielles #11 – Institutions totales : évolutions et usages du concept au XXIe siècle, organisé par la SEF, se tiendra en présentiel et distanciel les 29 et 30 novembre 2021 au Campus Condorcet, à Aubervilliers.

Lien vers le formulaire d’inscription
Lien visioconférence

Suivre l’actualité du colloque : Facebook // LinkedIn // Twitter

En partenariat avec l’Université Paris Nanterre, Sophiapol, l’Enap, l’Académie militaire de Saint-Cyr Coëtquidan et la Mission de recherche Droit et Justice.

Ci-dessous le programme (en PDF) avec toutes les informations pratiques.
(scroller vers le bas pour afficher les autres pages ou cliquer sur la flèche “Page suivante”)

La lettre de la SEF – Décembre 2017


Le mot de la Présidente

La Société d’ethnologie française a poursuivi ses activités de communication, d’édition et de diffusion. Les événements majeurs de cette année 2017 ont été le colloque « Ethnographies et engagements » et le séminaire doctoral qui l’a précédé sur la question de la réflexivité, tous deux co-organisés par la SEF et trois laboratoires de recherche de l’université de Rouen, et on ne peut que se féliciter de leur réussite. Ils soulignent également la volonté de la SEF de participer à une dymamique de transmission de la démarche ethnographique, tout en stimulant un dialogue interdisciplinaire.
Les partenariats avec des séminaires de recherche, notamment à l’EHESS et à l’université Paris Nanterre contribuent, d’une autre manière, à valoriser les productions dans le domaine qui la concerne.
Cette année a été également marquée par une réorganisation au sein de la direction de la revue Ethnologie française (PUF), dont la SEF détient le titre, Martine Segalen ayant quitté ses fonctions de directrice de la revue. Je la remercie au nom de tous les membres de la SEF pour l’ampleur du travail éditorial accompli.
Si la SEF arrive à conduire l’ensemble de ses activités, parfois non sans mal, c’est grâce à l’implication et l’engagement toujours plus soutenus de ses membres, venant d’horizons différents. L’association retrouve progressivement la visibilité qu’elle avait perdu.

Le conseil de la SEF

Le conseil : Philippe Combessie, Aurélien Djakouane, Ghislaine Gallenga, Aurélia Gualdo, Audrey Higelin, Yann Le Bihan , Anne Monjaret, Lucie Nayak, Vincent Rubio, Emmanuelle Savignac, Martine Segalen et depuis avril Nicolas Adell qui la remplace comme membre de droit.

Le Bureau : Anne Monjaret (Présidente), Lucie Nayak (Secrétaire Générale), Yann Le Bihan (Trésorier)


Hommages
Cette année, la SEF a perdu deux de ses éminents membres.

Jean-Michel Gulicher

Jean-Michel Guilcher, disparu en mars 2017, dans sa 103e année, a été Président de la SEF dans les années 1970. Il était un spécialiste des danses traditionnelles. On lui doit des contributions majeures à l’ethno-choréologie du domaine français

Pour plus d’information sur sa carrière, se reporter au dossier « Jean-Michel Guilcher. 100 ans. Un parcours, une œuvre » dirigé par François Gasnault et Marie-Barbara Le Gonidec paru dans la revue Ethnologie française en 2015 (n° 3)
http://ethnologie-francaise.fr/article/?article=ETHN_153_0537

Jean Cuisenier

Jean Cuisenier, qui fonda la revue Ethnologie française en 1971 et la dirigea jusqu’en 2006, est quant à lui décédé en juin 2017 à l’âge de 90 ans. Lorsqu’il était directeur de la revue, il ne manquait pas les conseils et les Assemblées générales de la SEF dont il était membre de droit.

Pour plus d’information sur sa carrière, se reporter à l’hommage de Martine Segalen dans la revue Ethnologie française de 2017 (n°4)
http://ethnologie-francaise.fr/article/?article=ETHN_174_0589
http://www.cairn.info/revue-ethnologie-francaise-2017-4-page-589.htm
Une couronne au nom de la La SEF et de la revue Ethnologie française a été commandée


Les colloques et journées d’étude de la SEF

Le cycle Ethnographies plurielles
Après une première journée d’étude sur le thème « Ethnographies plurielles # I – disciplines » qui a eu lieu à l’université de Nantes en 2010, ont suivi plusieurs colloques : en 2011 « Ethnographies plurielles # II – carrières » à l’université de Franche-Comté ; en 2013 « Ethnographies plurielles # III – Les premiers pas en ethnographie » à l’université Paris Ouest Nanterre La Défense ; en 2014 « Ethnographies plurielles # IV – Restitution et diffusion des données d’enquête » à l’université de Bourgogne – Dijon ; en 2015 « Ethnographies plurielles # V – Du folklore à l’ethnologie : une affaire de femmes ? » à l’Ethnopôle GARAE – Maison des Mémoires – Carcassonne ; en 2016 « Ethnographies plurielles # VI – Ethnographie et comparaison »

La SEF poursuit son exploration des manières de faire de l’ethnographie.

Ethnographies plurielles # VI1 Colloque international « Ethnographies plurielles. Ethnographies et engagements » (2017)
Le colloque « Ethnographies Plurielles : Ethnographies et Engagements » a été organisé par trois unités de recherche de l’université de Rouen-Normandie : le CETAPS, le Dysolab et le NIMEC et la SEF et, les 09 et 10 novembre 2017 à l’université de Rouen-Normandie
Organisateurs référents : Patrice Cohen (DySoLab) / Anne Monjaret (SEF) / Eric Rémy (NIMEC) / Olivier Sirost (CETAPS)
Le huitième volet du cycle des colloques « Ethnographies Plurielles » s’est tenu les 08, 09 et 10 novembre 2017 et a eu pour thème « Ethnographies et engagements ». L’engagement comme sujet principal interrogea l’implication du chercheur sur son terrain et les pratiques ethnographiques étendues à diverses disciplines (sociologie, anthropologie, sciences du sport et sciences de gestion). L’engagement comme moteur de recherche du chercheur fut abordé au travers de son impact sur ses choix d’études et ses postures éthiques et politique. Le colloque s’est réparti en quatre sessions allant de onze à seize intervenants par sessions : « S’engager corporellement et affectivement », « S’impliquer mais jusqu’où ? », « Penser sa place » et « Trouver la bonne distance ». Ses quatre sessions ont été ponctuées par cinq conférences plénières. Florence Weber ouvrit le colloque avec une séance intitulée « Métropolisation et paupérisation inégales des territoires : des enquêtes ethnographiques mutualisées au service de politiques publiques plus efficaces », mettant l’engagement au coeur des sciences sociales, dont la documentation des processus sociaux serviraient à « réparer » la planète et les territoires à un moment de crises écologique et sociale. Dominique Desjeux est intervenu sur « L’engagement, une question épistémologique entre le vrai et le bien, entre connaissances et résolution des problèmes », qui a amené la sociologie à une science expérimentale, où la question de l’engagement s’est mêlé à celui de la professionnalisation du chercheur en entreprise. Alain Bertho est intervenu en partant « De la recherche engagée à la recherche comme engagement » et est revenu sur son orientation politique qui l’a menée à la recherche et sur l’articulation savant-politique. Bastien Soulé a conclu les séances plénières en parlant de « La question de la nature de l’engagement du chercheur dans les processus d’innovation sociale », avec un parti pris pour la RAC – Recherche Action Collaborative – afin de produire des outils et des données destinées à gagner en scientificité, en collaborant avec ses enquêtés pour résoudre des problèmes co-identifés et partagés.
Ce colloque a débuté dès le 08 novembre avec une journée doctorale ouverte par une conférence de Christian Ghasarian sur « La réflexivité dans la pratique ethnographique », puis deux ateliers se sont répartis dans la journée : « Le temps de l’enquête » animé par Anne Monjaret et Philippe Robert-Demontrond et « Posture réflexive et écriture » animé par Ghislaine Gallenga et Christian Ghasarian. Une quarantaine de doctorants ont participé aux ateliers.
En parallèle au colloque, s’est tenue une exposition de photos à la Maison de l’Université dédiée au travail de Jean Rouch et la projection de son documentaire « Petit à petit » au cinéma L’Ariel, ainsi que la projection du documentaire « Sur les traces des atomistes. Un pas de côté pour un sociologue de terrain de Pierre Fournier », en présence de ce dernier.

La SEF tient à remercier, pour le travail considérable fourni pour l’organisation du colloque, les équipes rouennaises, en particulier Claire François et François Feliu, et du côté de la SEF, Aurélia Gualdo. Mais bien sûr la réussite de cet événement revient aux intervenants ayant répondu à l’appel du colloque, et notons-le également à la participation massive de doctorants et de chercheurs (plus de 100 participants par jour!).

Le volet VIII « Ethnographies plurielles » (2018) est en préparation.
Le prochain colloque « Le transmissible et l’intransmissible de la pratique ethnographique » aura lieu les 11 et 12 octobre 2018 à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3. Dans ce cadre, un appel à communication est en préparation. Les coordinateurs de la SEF sont Aurélia Gualdo, Audrey Higelin, Lucie Nayak, Vincent Rubio, Emmanuelle Savignac.

Le volet IX « Ethnographies plurielles » (2019) est en préparation.
Pour l’édition 2019, Vincent Rubio, coordinateur des colloques pour la SEF, lance un appel auprès des membres de la SEF autant qu’auprès des collègues intéressés, pour toutes suggestions thématiques et mettre en place un comité d’organisation, la manifestation pouvant prendre indifféremment la forme d’un colloque ou d’une journée d’étude


Les partenariats

Séminaire Anthropologie des mondes de la mode (AMM) – 2016-2017/2017-2018
Organisateurs : Anne Monjaret, IIAC-LAHIC, CNRS, EHESS, Présidente de la SEF ; Kristell Blache-Comte, IIAC-LAHIC, CNRS, EHESS.
Jeudi de 10 h à 13 h (CNRS, site Pouchet 59/61 rue Pouchet 75017 Paris)
Présentation : Le séminaire de recherche « Anthropologie des mondes de la mode » (AMM), initié en octobre 2015 dans le cadre des activités de l’IIAC-équipe LAHIC et en partenariat avec la SEF, se veut un lieu de rencontre et d’échange, qui vise à réunir chercheurs, étudiants et professionnels, s’intéressant à la mode, entendu ici comme un espace économique, créatif, technologique, professionnel, social, patrimonial et politique, mais aussi comme un espace de mise en scène et de communication des apparences.
Secteur économique, industrie créative, phénomène sociologique, la mode est à la fois plurielle, intemporelle et sans localisation, opérant des allers-retours entre les époques et les cultures, tout en restant attachée à des territoires et des traditions.
Partant du constat qu’aujourd’hui, et particulièrement en France, la mode est le plus souvent interrogée à travers l’œil de l’historien, il nous semble important de revenir sur les travaux en cours consacrés à ce sujet dans d’autres disciplines, et en particulier, l’anthropologie, l’ethnologie, la sociologie, la sémiologie. Il s’agit donc de questionner les mondes de la mode (et du luxe), reflet de la société contemporaine et de ses transformations, sous les angles, technologique (matières innovantes, nouvelles fonctions, capacités données au vêtement), économique (mutation des filières, nouveau positionnement de l’industrie, de l’artisanat, nouvelles consommations), professionnel (corporation et ses rites, réseaux, évolutions des métiers, de la formation, de l’emploi, processus de création, productions), genré (pratiques masculines, féminines, transgenres, unisexes), communicationnel (effet d’Internet, place donnée à la représentation de soi et à l’image de mode), patrimonial et muséal (conservation des savoirs, expositions, productions symboliques)… Au cours de l’année 2015-2016, année exploratoire, nous avons traité le thème de mode sous l’angle de la migration, de l’art et de la création, de la précarité, de la globalisation et enfin du patrimoine. Deux journées d’étude ont également été consacrées aux « mises en scènes de la mode ». En 2016-2017, le séminaire a été adossé au programme des séminaires de l’EHESS. La question de l’objet a été un axe central, plaçant la culture matérielle au cœur de la réflexion. « Penser l’objet de mode aujourd’hui » nécessite une double approche : celle de sa matérialité et celle de son immatérialité. En effet, l’objet est matière et technicité. Cela nous a amené à penser un questionnement autour du travail de la main au regard des adaptations, innovations, mutations, évolutions de la mode et du paysage contemporain dans lequel elle s’inscrit. Nous avons aussi interrogé la relation entre l’Art et la Mode pour approcher de manière originale cette question récurrente, en privilégiant une réflexion sur les acteurs créatifs (curateurs, photographes, créateurs) et leurs processus créatifs plutôt qu’une approche institutionnelle et normative de l’Art. Puis nous nous sommes penchés sur la mode durable et les formes de ses réseaux, en mettant l’accent sur la diversité et le caractère organique de ces formes en perpétuel recherche, expérimentation pour mieux transformer ou détourner le système existant. Une séance a également été consacrée à la notion de luxe, à partir d’une approche compréhensive des pratiques et symboliques actuelles dans la mode contemporaine. Les journées d’étude ont permis de cerner le dialogue entre les cultures et la mode, à partir de quatre orientations (Objets, Medias, Interactions, Société). Ce dialogue apparaît comme moteur d’un monde globalisé au sein duquel des mondes pluriels vivent et se côtoient.
Pour l’année 2017-2018, le séminaire fera de la question de la transmission son nouvel axe de réflexion. Les mondes de la mode sont chargés d’histoires, de mémoires, d’imaginaires, de symboles. L’histoire de la mode est là pour nous le rappeler. Cependant, nous souhaitons dépasser une approche traditionnellement historique de la mode, et nous inscrire dans une approche anthropologique de celle-ci, la considérant en tant que témoin privilégié des pratiques contemporaines et des changements sociaux et culturels. Nous proposons cette année d’étudier les formes de transmission de la mode à partir de notions-clés comme apprentissage, héritage, mémoires, conservation. Nous tenterons d’approcher cette réalité a priori intangible qu’est la transmission en nous intéressant à des contextes, milieux, paysages divers, au sein desquels prennent place acteurs et objets, en somme ce que nous nommons les mondes de la mode… Les séances sont réparties comme suit :
Séance 1 – Apprentissage – 16 novembre 2017
Séance 2 – Héritage – 14 décembre 2017
Séance 3 – Mémoires – 11 janvier 2018
Séance 4 – Conservation – 17 mai 2018
Séance 6 – Présentation du numéro « La fabrique de la mode » de la revue Terrains/ Théories – juin 2018
Journées d’étude « Fashion Displaced » (en partenariat avec la Parsons, New School) – 6 avril 2018 – 9h30-18h30 – Musée du Quai Branly, 37 Quai Branly, 75007 Paris – salle de cinéma.

Un nouveau partenariat avec le Séminaire du Laboratoire d’analyses socio-anthropologiques du contemporain (Lasco) – SOPHIAPOL

Jeudi 19 octobre 17h00 / 19h00
BRUNO PEQUIGNOT
« Des industries culturelles aux industries créatives »

Jeudi 14 décembre 17h00 / 19h00
LOUIS JESU
« Asymétrie de sexe et normes genrées dans le recrutement social des pratiquant-e-s du hip-hop en France »

Jeudi 8 février 17h00 / 19h00
EMMANUELLE SAVIGNAC
« Observer et analyser les usages du jeu en entreprise : pour une anthropologie des cadres et de la modélisation »

Jeudi 5 avril 17h00 / 19h00
ISABELLE BOISCLAIR
« Les représentations de la masturbation dans la littérature, un peu dans les arts »

Jeudi 24 mai 17h00 / 19h00
AURELIA GUALDO
« L’engagement des créateurs pour la mode »

Ce séminaire se tient à l’université Paris Nanterre – Bâtiment D – salle D 201 (2e étage) (sauf les 10 et 24 mai, salle D202)


Les publications de la SEF

Collection« Ethnographies plurielles », PuPN-SEF
Plusieurs ouvrages collectifs liés au volet des rencontres « Ethnographies plurielles » de la SEF sans pour autant en être leurs actes, sont en préparation ainsi qu’un ouvrage individuel sont actuellement en préparation.

La revue Ethnologie française
La revue Ethnologie française connaît une nouvelle organisation, depuis 3 avril 2017, date de départ de Martine Segalen qui l’a dirigée depuis près de 10 ans, comme suit :
Direction de la revue : Nicolas Adell
Direction de publication : Anne Monjaret
Comité de direction : Nicolas Adell, Baptiste Buob, Laurent Le Gall, Anne Monjaret

La revue dispose également d’un nouveau site : http://ethnologie-francaise.fr

Ces numéros ont été consacrés à :
« Gens de commerce », Ethnologie française, 2017, n°1.
« Albanie », Ethnologie française, 2017, n°2.
« Le corps reproductif », Ethnologie française, 2017, n°3.
« Islam en France », Ethnologie française, 2017, n°4.


La SEF sur Internet

Son site – Société d’ethnologie française
numéro ISSN : 2498-0099
http://sef.hypotheses.org

Facebook
https://www.facebook.com/SocieteDethnologieFrancaise

Les adresses utiles de la SEF

Société d’Ethnologie Française (SEF)
Maison de l’archéologie et de l’ethnologie,
21 allée de l’Université,
92023 Nanterre Cedex
Courriel : soc.ethno.fr@gmail.com

Les adhésions
N’hésitez pas à faire circuler cette lettre à des personnes susceptibles d’être intéressées par nos activités. Vous trouverez ci-joint le bulletin d’adhésion.

Nanterre, le 22 décembre 2017

Anne Monjaret, Présidente


La Société d’ethnologie française (SEF)

La Société d’ethnologie française est une société savante créée en 1946 par Georges-Henri Rivière, relayant la Société du folklore français et du folklore colonial dissoute peu de temps auparavant. À côté de la Société des africanistes et de la Société des océanistes, la Société du folklore français et du folklore colonial regroupait notamment les ethnologues qui s’intéressaient au domaine français. La constitution de la Société d’ethnologie française marqua l’affirmation de son orientation vers l’étude des sociétés contemporaines. A partir des années 1970, en collaboration avec Musée national des arts et traditions populaires (MNATP), le Centre d’ethnologie française (UMR DMF-CNRS) et la revue Ethnologie française dont elle détient le titre, elle a largement contribué au développement d’une ethnologie du proche tant en France que, plus globalement, en Europe. Jusqu’en 2009, elle a son siège au MNATP à Paris, et depuis, à la Maison de l’archéologie et de l’ethnologie, sur le site de l’Université Paris Nanterre. Elle organise des formations, des rencontres, journées d’étude ou colloques sur des thématiques contemporaines. Elle a fait des « Ethnographies plurielles » l’un de ces volets phare de réflexion et l’intitulé d’une collection aux Presses Universitaires de Paris Nanterre (PuPN).
Bureau : Anne Monjaret (Présidente), Yann Le Bihan (Trésorier), Lucie Nayak, (Secrétaire Générale)

La revue Ethnologie française
Fondée en 1971 par Jean Cuisenier dans le cadre du Centre d’ethnologie française, Ethnologie française s’est inscrite en premier lieu en rupture avec les approches des folkloristes qui dominaient alors l’analyse des faits sociaux et culturels relevés dans le domaine français et européen en général. Située depuis 2008 au sein du pôle éditorial de la Maison Archéologie & Ethnologie – René Ginouvès de l’Université Paris Nanterre, la revue est aujourd’hui l’une des principales revues d’anthropologie générale de langue française. Dirigée par Martine Segalen (2006-2017), puis par Nicolas Adell (depuis 2017), elle a maintenu une attention particulière, mais non exclusive, aux sociétés européennes au prisme de travaux nourris d’ethnographie et en dialogue avec les perspectives offertes notamment par l’histoire, la sociologie, les sciences politiques, la géographie et les études littéraires. Ethnologie française publie quatre numéros par an. La version papier est éditée et diffusée par les Presses Universitaires de France. Les numéros parus depuis 2001 sont accessibles en ligne via le portail Cairn, avec une barrière mobile de 36 mois, et les plus anciens sont consultables sur la plateforme JSTOR.
Directeur de la rédaction : Nicolas Adell ; Comité de direction : Nicolas Adell, Baptiste Buob, Laurent Le Gall, Anne Monjaret ; Suivi éditorial et secrétariat d’édition : Sophie Gudin ; Directeur de la publication : Anne Monjaret
Site : http://ethnologie-francaise.fr/

Collection « Ethnographies plurielles » PuPN/SEF
À l’heure où l’ethnographie trouve un regain d’intérêt, cette collection dénommée « Ethnographies plurielles », dirigée par Philippe Combessie et Anne Monjaret, qui associe les PuPN et la Société d’ethnologie française (SEF), entend stimuler les réflexions sur le travail de terrain et vise en particulier à explorer les multiples aspects des usages contemporains de l’ethnographie dans les sciences sociales. Elle est donc ouverte à différentes disciplines et à leurs croisements, autour de l’approche ethnographique, entendue, donc, au pluriel.
Cette collection est constituée de deux séries consacrées : l’une à des ouvrages collectifs (développés à partir de la dynamique engendrée par certains des colloques de la série « Ethnographies plurielles » mis en place à l’initiative de la SEF depuis 2010), l’autre à des ouvrages individuels (tirés d’enquêtes qui ont comme caractéristique d’accorder une place privilégiée aux données ethnographiques et aux réflexions sur l’usage de cette méthodologie).
Direction : Philippe Combessie, Professeur des universités (Université Paris Nanterre), et Anne Monjaret, Directrice de recherche (CNRS-EHESS – IIAC/LAHIC)
Comité scientifique : Philippe Artières, Christophe Broqua, Christian Bromberger, Marie Buscatto, Ghislaine Gallenga, Agnès Jeanjean, Michel Kokoreff, Anne Raulin, Gilles Raveneau, Sylvie Sagnes, Martine Segalen, Federica Tamarozzi.


BULLETIN D’ADHESION 2018

A adresser accompagné d’un chèque à l’ordre de la SEF à :
Société d’Ethnologie Française
Yann Le Bihan, Trésorier de la SEF
6, impasse de la Moutonnerie
28000 Chartres

Nom : ……………………………………………………..…………………………………………….
Prénom : …………………………………………………..……………………………………………
 Adresse professionnelle : ………………………………………………………………………………………..
………………………………………………………….…………………………………………………
Tél : …………………………………………………..
Email : ……………………………………………………..……………………………………………
 Adresse personnelle : ……………………………………………………………………………………………..
………………………………………………………………..…………………………………………….
Tél : …………………………………………………..
Email : ……………………………………………………..……………………………………………
(cocher l’adresse à laquelle vous désirez recevoir le courrier)

Institution de rattachement : ……………………………………………………………………………………..
Discipline : …………………………………………….………………………………………………

Désire : Demander / Renouveler (1) son adhésion à la Société d’Ethnologie Française
1. Barrer la mention inutile.

Cotisation annuelle :
Tarif plein 25,00 euros
Tarif étudiant (sur justificatif) 12,50 euros
Tarif demandeur d’emploi ou retraité (sur justificatif) 12,50 euros
Abonné à la revue Ethnologie française (sur justificatif) 12,50 euros

Ci-joint : chèque bancaire à l’ordre de la Société d’Ethnologie Française
(NB : le chèque ne sera encaissé qu’après acceptation de la demande d’adhésion par le Conseil de la SEF)

A : ………………………..……………………… Le : ………………………………………………………
Signature :

SEF – Siège social : Maison de l’archéologie et de l’ethnologie, 21 allée de l’Université, 92023 Nanterre Cedex
Courriel : soc.ethno.fr@gmail.com Site : http://sef.hypotheses.org

Séminaire du Laboratoire d’analyses socio-anthropologiques du contemporain

                  

 


Séminaire du Laboratoire d’analyses socio-anthropologiques du contemporain

Université Paris-Nanterre – Bâtiment D – Salle D501

 

PROGRAMME 2017 – 2018



Jeudi 14 décembre 2017 – 17 h / 19 h

Louis JESU

Asymétrie de sexe et normes genrées

dans le recrutement social des pratiquant.e.s du hip-hop en France


Jeudi 8 février 2018 – 17 h / 19 h

Emmanuelle SAVIGNAC

Observer et analyser les usages du jeu en entreprise :

pour une anthropologie des cadres et de la modélisation


Jeudi 12 avril 2018 – 17 h / 19 h

Isabelle BOISCLAIR

Représentations de la masturbation dans la littérature et dans les arts


Jeudi 24 mai 2018 – 17 h / 19 h

Aurélia GUALDO

L’engagement des créateurs pour la mode

 

Journées d’études “Quelles relations entre la maison et le musée ? Cultures matérielles et mémoires domestiques”

Les journées d’étude internationales “Quelles relations entre la maison et le musée ? Cultures matérielles et mémoires domestiques” se dérouleront les 30 novembre et 1er décembre 2017 sur le site Pouchet du CNRS à Paris.

Ces deux journées réuniront 11 interventions réparties en 4 sessions thématiques.

Elles visent à créer une fenêtre de comparaison et de dialogue autour des processus mémoriels engagés dans l’exposition et la muséification des objets et des espaces domestiques. Si des études existent sur l’habitat, la mémoire et les musées, le croisement entre ces champs se fait plus rarement. Espace de construction d’un récit matériel et sensible ouvrant parfois sur un discours mémoriel officiel (Hooper-Greenhill, 2000), le musée s’est progressivement diversifié. Il renvoie aujourd’hui à une grande variété de formes : musée national, municipal, associatif, privé, écomusée, ego-musée mais aussi espaces domestiques musealisés, performance scénographique, etc. Des contextes domestiques et/ou informels aux contextes les plus institutionnels, c’est en tant que dispositif permettant la mise en scène d’une sélection d’objets que nous aborderons le musée lors de ces journées. Celui-ci nous intéresse dès lors qu’il aide à interroger le traitement patrimonial de l’intérieur domestique, et par là, les processus mnémoniques qui s’y engagent. Que se passe-t-il lorsque les principes muséaux de collection et d’exposition pénètrent dans l’espace domestique ? Et à l’inverse, que voit-on lorsque le domestique s’invite dans l’espace du musée ?

Programme détaillé

Jeudi 30 novembre

9 h 30 – Accueil – Introduction

10 h 30 – SESSION 1 – DE MAISON EN MUSEE (Modération : Thierry Bonnot)  Anne Monjaret (Ethnologue, sociologue, Directrice de recherche – CNRS, IIAC-LAHIC/CNRS, EHESS, Présidente de la SEF)  « Demeure(r). Penser l’habiter muséal ou la rhétorique d’une mémoire domestique au Chili »  Francisca Marquez (Anthropologue, sociologue, Professeure de l’Université Alberto Hurtado) « Mémoires et résistances. Maisons de tortures, musées et vestiges de la quotidienneté »

14h – SESSION 2 – LE MUSEE ET SES RAPPORTS AU DOMESTIQUE (Modération : Manuel Charpy)  Irene Picichè (Anthropologue, Doctorante en Cotutelle – EHESS, IIAC-LAHIC/CNRS-EHESS, Université de Bologne) « Transformer l’ordinaire en extraordinaire. Les musées des objets ordinaires et le partage de la mémoire individuelle ».  Martine Segalen (Ethnologue, Professeur des universités émérite, Université Paris Nanterre) « Espaces domestiques, espaces de travail. Au MNATP, le sensible gommé par le technique ? »

16 h – Véronique Dassié (Ethnologue, Chargée de recherche – CNRS, IDEMEC/CNRS- Université Aix-Marseille)  « Exposer des objets domestiques ou le partage affectif des mémoires »
Florencia Muñoz-Ebensperger (Anthropologue, Doctorante – EHESS, IIAC-LAHIC/CNRS-EHESS)  « Le domestique à travers les objets : expérience d’une ethnographie-installation des appartements d’une rue à Paris ».

 

Vendredi 1er décembre

10h – SESSION 3 – MAISON DU SOUVENIR – MUSEE DE SOI, POUR SOI (Modération : Martine Segalen)  Manuel Charpy (Historien, Chargé de recherche – CNRS, IRHiS, Université Lille 3)  « L’intérieur bourgeois au XIXe siècle : un musée de la vie domestique » ?  Matteo Aria (Anthropologue, Chercheur, Université de Rome, La Sapienza) et Fabio Dei (Anthropologue, Professeur, Université de Pise)  « La densité des choses : culture matérielle domestique dans la Toscane d’aujourd’hui »
Norah Benarrosh-Orsoni (Anthropologue, Post-doctorante CETOBaC –  EHESS) « La vitrina roumaine comme mémoire des migrations post-communistes : itinéraires d’objets et esthétiques domestiques ».
14h – SESSION 4- MAISONS PATRIMONIALISEES Modération : Véronique Dassié

Thierry Bonnot (Anthropologue, Chargé de recherche – CNRS, IRIS/CNRS-EHESS- Université Paris 13- INSERM)  « Patrimoine familial et objets industriels : domestiquer l’usine et muséifier la maison »  Francesca Sbardella (Anthropologue et historienne des religions, Maître de conférences, Département Histoire Cultures Civilisations, Université de Bologne) « Construire des reliques : processus de patrimonialisation au sein de la famille monastique »

 

Séminaire Anthropologie des Mondes de la Mode (AMM) – 2017-2018

 


 


Les formes de la transmission

 

Dates :

Les jeudi 16 novembre, 14 décembre, 11 janvier, 17 mai de 10h-13h, 07 juin de 14h à 18h, CNRS site Pouchet, 59/61 rue Pouchet, 75017 Paris. Le vendredi 06 avril 2018 de 09h30 à 18h30, – Musée du Quai Branly, 37 Quai Branly, 75007 Paris (journée d’étude réservée aux étudiants EHESS et Parsons Paris)

Lieu : Variable en fonction des dates – voir programme

Organisation :

Séminaire organisé par Anne Monjaret, ethnologue, sociologue, IIAC-LAHIC, CNRS, EHESS, Présidente de la SEF, et Kristell Blache-Comte, anthropologue, IIAC-LAHIC, CNRS, EHESS, Photographe. Contact : anne.monjaret@ehess.fr, kristell.blache-comte@ehess.fr

Présentation :

Le séminaire de recherche «Anthropologie des mondes de la mode » (AMM), initié en octobre 2015 dans le cadre des activités de l’IIAC- équipe LAHIC, et en partenariat avec la Société d’ethnologie française (SEF),se veut un lieu de rencontre et d’échange, qui vise à réunir chercheurs, étudiants et professionnels, s’intéressant à la mode, entendu ici comme un espace économique, créatif, technologique, professionnel, social, patrimonial et politique, mais aussi comme un espace de mise en scène et de communication des apparences. Phénomène sociologique, la mode est à la fois plurielle, intemporelle et sans localisation, opérant des allers-retours entre les époques et les cultures, tout en restant attachée à des territoires et des traditions.

Le séminaire fera, cette année, de la question de la transmission son nouvel axe de réflexion. Les mondes de la mode sont chargés d’histoires, de mémoires, d’imaginaires, de symboles. L’histoire de la mode est là pour nous le rappeler. Cependant, nous souhaitons dépasser une approche traditionnellement historique de la mode, et nous inscrire dans une approche anthropologique et sociologique de celle-ci, la considérant en tant que témoin privilégié des pratiques contemporaines et des changements sociaux et culturels. Nous proposons cette année d’étudier les formes de transmission de la mode à partir de notions-clés comme mémoire, formation, héritage, conservation, etc. Nous tenterons d’approcher cette réalité a priori intangible qu’est la transmission en nous intéressant à des contextes, milieux, paysages divers, au sein desquels prennent place acteurs et objets, en somme ce que nous nommons les mondes de la mode… Une journée d’étude en co-organisation avec Parsons Paris (Université The New School, New York) sera consacrée à la question des déplacements, des circulations. Par ailleurs, poursuivant la collaboration franco-japonaise, des rencontres sont prévues à Tokyo.

Programme :

Séance 1 – Apprentissage : 16 novembre 2017, 10h-13h – CNRS, 59/61 Rue Pouchet, 75017 Paris – Salle de conférence

Isabelle Chave, Conservateur en chef du patrimoine, département du Pilotage de la recherche et de la Politique scientifique, Ministère de la Culture et de la Communication (DGP) et Elodie Bayart, titulaire d’un Master 2 Ethnologie, muséographie, patrimoine immatériel et collections, Université de Strasbourg

« La transmission des savoir-faire au sein des métiers de la mode : apports d’une approche par le patrimoine culturel immatériel. »

Nicolas Divert, Sociologue, Maître de conférences en sciences de l’éducation, LIRTES, UPEC

« Un bac pro dans la mode ? Les ambiguïtés d’un diplôme ouvrier. »

Colette Huchard, Costumière, Professeur en histoire du costume

« La mode: un apprentissage à la croisée des chemins. »

Comment s’y rendre ?

Séance 2 – Héritage : 14 décembre 2017, 10h-13h – CNRS, 59/61 Rue Pouchet, 75017 Paris – Salle 159

Anthony Mathé, Chercheur indépendant, Chargé de cours à l’université Paris Descartes, Directeur du cabinet de conseil Sémiolab

« Regards sémiologiques sur l’héritage. Dette ou jackpot ? »

Jing Wang, Anthropologue, Doctorante, IIAC-LAHIC, CNRS, EHESS, Membre associé de l’équipe de recherche “Les chinois de France”.

« Les chaussures Chanel de ma grand-mère sont en cendres : mémoires familiales sur un marché de luxe. »

Ange Pryia, Anthropologue, Doctorante, CEIAS, CNRS, EHESS

« Le phénomène des “antic jewellery” en Inde du Sud. Des bijoux “modernes” fabriqués sur la base de modèles “anciens”, quel(s) héritage(s)? »

Comment s’y rendre ? 

Séance 3 – Mémoires : 11 janvier 2018, 10h-13h – CNRS, 59/61 Rue Pouchet, 75017 Paris – Salle de conférence

Anne Monjaret, Ethnologue, Sociologue, Directrice de recherche, IIAC-LAHIC, CNRS, EHESS, Présidente de la SEF

« Devenir femme… Les mémoires couturières ou la jeunesse retrouvée à Fécamp »

Fanny Gallot, Historienne, Maîtresse de conférences en histoire contemporaine, ESPE-CRHEC, Université Paris-Est Créteil Val de Marne

« Histoire et mémoires de la lingerie. »

Valérie Mréjen, Artiste, Pascal Gautrand, Designer et consultant, Made in Town

« Déshabillé. »

Comment s’y rendre ?

Journée d’étude – Fashion Displaced : 06 avril 2018, 9h30-18h30 – Musée du Quai Branly, 37 Quai Branly, 75007 Paris – salle de cinéma

Le programme sera communiqué ultérieurement.

Journée d’étude co-organisée par le Séminaire Anthropologie des Mondes de la Mode (IIAC-LAHIC, CNRS, EHESS, SEF), Anthropo Design Research Lab et Fashion Theory Research Lab (Parsons Paris, Université The New School, New York).  Evènement fermé, réservé aux étudiants EHESS et Parsons Paris.

Comment s’y rendre ?

Joint seminar – Art inside Fashion, Fashion inside Art: 3 et 4 mars 2018, 10h-18h – Bunka Gakuen Unversity & National Art Museum, Tokyo

Co-organisé par le Séminaire « Anthropologie des Mondes de la Mode » (IIAC-LAHIC, CNRS, EHESS, SEF) et le « Transboundary Fashion Seminar 3.3 » (Art Sciences & Fashion Studies department, Bunka Gakuen University, Tokyo, JSPS)

Comment s’y rendre ?

Séance 4 – Conservation : 17 mai 2018, 10h-13h – CNRS, 59/61 Rue Pouchet, 75017 Paris – Salle de conférence

Nick Rees-Roberts, Professeur des Universités en Sciences de l’Information et de la Communication, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

« Fashion Film : mode, cinéma et archives numériques. »

Renaud Cambuzat, Photographe

« Enregistrer l’air du temps. »

Christophe Granger, Historien, Chercheur au Centre d’histoire sociale du 20e siècle, Université Paris 1

« En été, fais-ce qu’il te plaît. Saison, mode et pratiques d’apparence. »

Comment s’y rendre ?

Séance 5 – Rencontre autour du numéro La fabrique de la mode, revue Terrains/Théories : 07 juin 2018, 14h-18h – CNRS, 59/61 Rue Pouchet, 75017 Paris – Salle de conférence

Le programme sera communiqué ultérieurement.

En présence des rédacteurs de la revue, des coordinateurs du numéro et de quelques auteurs.

Comment s’y rendre ?

Journées d’étude : “La mode comme dialogue entre les cultures ?”

 La mode comme dialogue entre les cultures ?

Objet, Média, Interaction et Société

Journées d’étude franco-japonaises, 21 et 22 Mars 2017

site Pouchet CNRS, 59-61 rue Pouchet, 75017 Paris

anglais-français, entrée libre dans la limite des places disponibles

 

Organisateurs : Séminaire Anthropologie des Mondes de la Mode (IIAC-LAHIC, CNRS-EHESS), Transboundary Fashion Seminar 3.2 (Bunka Gakuen University, JSPS)

 

Dr. Anne Monjaret, Ethnologue, Sociologue, Directrice de recherche, IIAC-LAHIC, CNRS, EHESS, Présidente de la SEF

 

Dr. Yoko Takagi, Science des Arts, Fashion Studies, Professeur, Bunka Gakuen University, JSPS Kaken Grant “Scientific Research on Transboundary Contemporary Japanese Fashion”

 

Kristell Blache-Comte, Anthropologue, Doctorante, IIAC-LAHIC, CNRS, EHESS, Photographe

 

Daphne Mohajer va Pesaran, Designer, Fashion Studies, Doctorante, JSPS Research Fellow, Bunka Gakuen University

 

Mardi 21 Mars, 9h30-16h30

 

Introduction 9h30

 

OBJET (10h-12h30)

modéré par Thierry Bonnot, Anthropologue, Chargé de recherche CNRS, IRIS, Paris

 

Ornella K. Pistilli, Sociologue, Anthropologue indépendante

Enjeux politiques dans la mode contemporaine.

 

Saskia Thoelen, Fashion Studies, Doctorante, Bunka Gakuen University

L’hybridité culturelle : un élément d’analyse des interactions mondiales de la mode japonaise du XIXe et XXe siècle.

 

Dr. Leyla Belkaïd-Neri, Designer, Anthropologue, Directrice du Programme Fashion Design à Parsons Paris, The New School (NYC)

La matérialité évolutive de la mode: réinterpréter l’hispanicité dans l’œuvre d’Yves Saint Laurent.

 

Pause déjeuner 12h30-14h

 

MEDIA (14h-16h30), modéré par Lila Neutre, Doctorante, École Nationale Supérieure de la Photographie – Université Aix-­Marseille, LESA, LAMES, Photographe

 

Kristell Blache-Comte, Anthropologue, Doctorante, IIAC-LAHIC, CNRS, EHESS, Photographe

Une lecture de la photographie de mode japonaise.

 

Valérie Jeanne-Perrier, Sociologue, Enseignant-Chercheur GRIPIC

Suzy Menkès : Instagram est son ambassade, la mode est son royaume. Ou quand le journalisme traduit les mutations des langages de la mode.

 

Dr Emanuele Coccia, Philosophe, Historien, Maître de conférences au CEHTA-EHESS

La fin des cultures : mode et lifestyle.

 

 

Mercredi 22 Mars, 10h-18h

 

INTERACTION (10h-12h30), modéré par Giulia Mensitieri, Anthropologue, IIAC-LAUM, CNRS, EHESS

 

Dr Michela Niccolai, Musicologue, BHVP-ART, Association de la Régie théâtrale, Paris – collaborateur scientifique Université libre de Bruxelles

Nagasaki-Paris aller-retour : Exotisme et transfert culturel dans les interprètes de Madama Butterfly de Puccini (environ 1910-1930).

 

Dr. Kaya Tsujita, Historienne et professionnelle de la mode

Japon – France : une histoire croisée de la mode.

 

Clément Trouche, Master Histoire de l’art moderne et contemporaine, Aix-Marseille université, co-fondateur du CCHMode

De l’Atelier à la rue, des ailleurs pour construire un ici. Naissance de la mode Arlésienne au XVIIIe siècle dans l’Atelier de la famille Raspal.

 

Pause déjeuner 12h30-14h

 

SOCIETE (14h-16h30), modéré par Fabienne Duteil-Ogata, Ethnologue, Maître de conférences, Département de langue et civilisation japonaises, Université Bordeaux-Montaigne, CLARE

 

Daphne Mohajer-va-Pesaran, Designer, Fashion Studies, Doctorante, JSPS Research Fellow, Bunka Gakuen University

Kamiko : Durabilité néo-traditionnelle.

 

Yayoi Motohashi, Curateur, The National Art Center, Tokyo, Anthropologue, Doctorante, Hitotsubashi University

Comment les japonais ont-ils commencé à porter des vêtements occidentaux au Japon après la Seconde Guerre mondiale?

 

Dr Marco Pecorari, Directeur du Master Fashion Studies à Parsons Paris, The New School (NYC)

L’effet MoMu? Quelques réflexions sur la représentation de la mode dans les musées.

 

Conclusion 16h30-17h30

 

Cliché : Kristell Blache-Comte

Une introduction à l’ethnologie française, Paris, 13 et 14 décembre 2016

Journées de formation proposées par la Société d’ethnologie française (Sef)

Paris, 13 et 14 décembre 2016 

Une introduction à l’ethnologie française

Entrée libre et gratuite sur inscription
dans la limite des places disponibles

Première journée – mardi 13 décembre 2016

Lieu : salle Rameau, Ministère de la Culture et de la Communication, 182 rue Saint-Honoré (75001)

 Matinée

9h30-10h00 : Ouverture des journées
Pascal Liévaux  (DPRPS, Direction générale des patrimoines Ministère de la Culture et de la Communication)
Anne Monjaret (Sef, Iiac-Lahic-CNRS-EHESS)
Thierry Wendling (Iiac-Lahic-CNRS-EHESS)

10h00-11h00 : Conférence Inaugurale « Des aires culturelles à un monde globalisé. Qu’est-ce que l’anthropologie sociale contemporaine ? Une esquisse »
Martine Segalen (Université Paris Ouest, Directrice de la revue Ethnologie Française)

 11h00-13h00 : Session thématique n°1

« Ville(s) & Urbanité(s) » Anne Raulin (Université Paris Ouest – Sophiapol)
« Migration, immigration & images » Sylvaine Conord (Université Paris Ouest – Lavue-Mosaïue)

 

Après-midi

 15h00-16h30 : Table-Ronde n°1   « Former et être formé à l’ethnologie »

Modérateur :
Thierry Wendling (Iiac-Lahic-CNRS-EHESS)
avec :
Catherine Deschamps
(Ecole Nationale d’Architecture Paris Val de Seine – Sophiapol-Lasco)
Jean-Paul Filiod (Espé – Université Lyon 1 – Centre Max Weber)
Anne Vega (Sophiapol – Lasco)
Claudie Voisenat (Iiac-Lahic-CNRS-EHESS, MCC, Ecole du Louvre)

 

 16h45-18h15 : Table-Ronde n°2   « Culture & Patrimoine »

Modérateur :
Cyril Isnart (Idemec, CNRS – Université Aix-Marseille)
avec :
Christian Hottin (Institut National du Patrimoine)
Laurent Sébastien Fournier (Université Aix-Marseille – Idemec)
Emmanuelle Lallement (Direction Générale des Patrimoines, Direction des publics, Ministère de la Culture et de la Communication)
Magdalena Ruiz-Marmolejo (Musée national de l’histoire de l’immigration)

 

Deuxième journée – mercredi 14 décembre 2016

Lieu : salle Molière, Ministère de la Culture et de la Communication, 182 rue Saint-Honoré (75001)

 Matinée

10h00-11h00 : Session thématique n°2   « Animaux, animalités, humanités »
Mélanie Roustan (Muséum National d’Histoire Naturelle, Paloc)

 

 11h00-12h30 : Table ronde n°3  « L’ethnologie et ses métiers »

Modérateur :  Marie-Pierre Julien – Université de Lorraine – Ethnoart
avec :
Carine Chavarochette
– Ethnologie dans l’entreprise – Entreprise&Société
Chantal Deltenre – Ethnologues en herbe – Image
Aurélie Druguet ou Marine Robillard – Anthropolinks – Risques sociaux et culturels
Fabrice Raffin – Université de Picardie Jules Verne – SEA Europe

 Après-midi

15h00-17h00 : Session thématique n°3

« Négocier le genre ? » Mélanie Gourarier (Université de Toulouse Jean Jaurès – Listt)
« Rites, ritualités et religions » Michael Houseman  (École Pratique des Hautes Études)

 

17h15-18h15 : Projection suivi d’un débat

« Chamanisme en France.  Approche et méthodologie en anthropologie visuelle » Laetitia Merli (Chercheuse associée – Centre Norbert Elias)

 

18h15-18h30 : Remerciements

Organisation et partenaires

Organisateurs principaux :
Société d’ethnologie française
Ministère de la Culture et de la Communication

Partenaire associé : 
IIAC- LAHIC – UMR 8177 CNRS-EHESS

Comité d’organisation :

Anne Monjaret (Sef, Iiac-Lahic – CNRS-EHESS)
avec
Martine-Fanny Bourand-Lucet (Sef)
Philippe Combessie (Sef, Université Paris Ouest – Sophiapol)
Aurélien Djakouane (Sef, Université Paris Ouest – Sophiapol-Lasco)
Lucie Nayak (Sef, Inserm)
Yann Le Bihan (Sef, Espé – Poitiers)
Thierry Wendling (Sef, Iiac-Lahic – CNRS-EHESS)

 

Télécharger le programme complet 

 

Colloque international Sef-Sophiapol : Les échanges sexuels et leurs « clients », 14 au 16 juin 2016, Nanterre

L’objectif de ce colloque international pluridisciplinaire est de contribuer à l’élargissement du concept d’échange économico-sexuel à partir des notions de transactions sexuelles et de sexualité négociée en concentrant le point de vue sur les « client.e.s ». L’originalité de la perspective est donc double puisqu’il s’agit non seulement de repenser à nouveaux frais l’économie de la sexualité dans son ensemble, mais également de le faire à partir de la question spécifique de celles et ceux qui, occasionnellement ou non, de manière implicite ou explicite, « paient », « achètent », « rémunèrent », « rétribuent », etc. Se trouve donc au cœur de ce colloque une question dont l’apparente simplicité masque une profonde complexité : qui paie dans les échanges économico-sexuels ? Comment et pourquoi ? Certaines aires culturelles ou certains contextes socio-historiques connaissent-ils des spécificités en la matière ?
Dans de nombreux cas, les communications présentées dépassent le seul cadre de la prostitution pour s’intéresser aux formes « plus ordinaires » de négociation(s) de la sexualité.

 

Dates :
Mardi 14 juin, mercredi 15 juin et jeudi 16 juin 2016

Lieux :
Université Paris Ouest   Nanterre   La Défense

Bâtiment B, rez-de-chaussée, espace recherche, salle des conférences (le mardi 14 juin)
Bâtiment F, troisième étage, salle des conférences F352 (le mercredi 15 et le jeudi 16 juin)

Comment venir ? par le train et le RER
Plan du campus de Paris Ouest Nanterre La Défense

 

Programme

Mardi 14 juin 2016

Salle des conférences : bâtiment B, rez-de-chaussée, espace recherche

 

9h45 – Ouverture

Philippe Combessie, membre du Conseil de la Sef, directeur du Sophiapol, introduction.

Marie-Elisabeth Handman (EHESS, France)
Conférence inaugurale.

 

10h45 – Session 1 : Dialogues entre théorie et terrain

Président de séance : Philippe Combessie (Sef, Université Paris Ouest, France)

Nathanaël Wadbled (Université du Québec à Montréal, Canada)
Repenser les rapports de genre hors du modèle des rapports de classe : critique de la modélisation économique de la sexualité.

Vincent Rubio (membre du Conseil de la Sef, Université Paris Ouest, France)
Les limites de l’authentique. À propos des clients de la prostitution masculine sur Internet.

 

14h00 – Session 2 : De « bons » clients ?

Président de séance : Bruno Proth (École Nationale Supérieure d’architecture de Paris Val de Seine, France)

Pierre Brasseur (Université Lille 1, France)
De la gueule cassée à l’accompagné sexuel : figures du client en situation de handicap.

Lucie Nayak (Secrétaire générale de la Sef, Inserm, France)
Les formes de l’échange dans la sexualité de personnes désignées comme « handicapées mentales ».

 

15h30 – Session 3 : Objets transactionnels

Présidente de séance : Myriam Joël (Ined, France)

Cécile Thomé (EHESS, France)
« Si t’as pas de préservatif y’a pas de rapport ». Étude des négociations sexuelles ordinaires.

Maxime Bello (Université Paris Ouest, France)
La vente des fluides corporels sur internet : rôles et affects.

 

 

Mercredi 15 juin 2016

Salle des conférences : bâtiment F, 3e étage (F352)

 

9h45 Session 4 : Coucher avec les mots

Présidente de séance : Catherine Deschamps (École Nationale Supérieure d’architecture de Paris Val de Seine et Université Paris Ouest, France)

Jean Zaganiaris (École de gouvernance et d’économie, Rabat, Maroc)
Parlez-moi de (faire) l’amour : penser les sexualités négociées et l’immanence du désir au sein des champs littéraires français et marocain.

Isabelle Boisclair (Université de Sherbrooke, Canada)
Portrait du client en bédéiste. Sur Vingt-trois prostituées de Chester Brown.

Yagos Koliopanos (Université Paris Ouest, France)
Les clients et les « minets » : de quelques contours flous dans les marges de l’économie sexuelle à Athènes.

 

14h00 – Session 5 : À distance de chair

Président de séance : Mathieu Trachman (Ined, France)

Agnès Giard (Université Paris Ouest, France)
Les bordels de poupées au Japon : la love doll et ses « clients ».

Kim-Marlène Lé (Scuola Superiore Sant’Anna, Pise, Italie)
Le rôle de la gestion de la relation avec les clients et des communautés dans les modèles d’affaires de la production pornographique en ligne.

 

15h30 – Session 6 : Offrandes aux déesses

Présidente de séance : Marie-Carmen Garcia (Université Paul Sabatier, France).

Sacha Demazy (Université Paris Ouest,  France)
Strip-tease au Japon : le rôle de l’offrande dans la reconnaissance affective.

Gilles Chantraine (CNRS/Clersé, France)
« Elle est douce mais ferme, et elle me comprend » : transactions financières, négociations et jeux BDSM.

 

Jeudi 16 juin 2016

Salle des conférences : bâtiment F, 3e étage (F352)

 

9h30 – Session 7 : Négociations ordinaires

Présidente de séance : Marie-Elisabeth Handman (EHESS, France)

Annamaria Colombo, Myrian Carbajal, Jean-Luc Heeb, Marlène Barbosa et Sandra Modica (Haute école de travail social, Haute école spécialisée de Suisse occidentale, Fribourg, Suisse)
Les transactions sexuelles entre adolescent-e-s de Suisse : quelles représentations et quelles pratiques des jeunes ?

Vulca Fidolini (Université de Strasbourg, France)
Partenaires « dangereuses ». Transactions sexuelles, masculinités défensives et rapports sociaux chez de jeunes Marocains en Europe.

Yann Le Bihan (membre du Conseil de la Sef, Université de Picardie Jules Verne, France)
Sexe, race et classe sur un marché matrimonial « parallèle » : l’espace des échanges ouvert par des petites annonces publiées dans la presse écrite.

Marie-Carmen Garcia (Université Paul Sabatier, France) et Philippe Nkoma Ntchemandji (Service de Mouvements de la Population et de l’État Civil, Ministère de l’Économie (DGS/DSD), Gabon)
Échanges économico-sexuels dans les relations extraconjugales. Comparaison France-Gabon.

 

14h30 – Session 8 : Le pire des clients ?

Président de séance : Lilian Mathieu (CNRS/Centre Max Weber, École normale supérieure, Lyon, France)

Bénédicte Lavaud-Legendre (Université Bordeaux 4, France)
Sexualité tarifée – Que dit le droit ?

Nicolas Lainez (EHESS, France)
Le proxénétisme familial au Viêt Nam, ou comment banaliser une sexualité transgressive.

Altaïr Despres (Université Panthéon-Sorbonne, France)
Au-delà du tourisme sexuel. Transactions culturelles intimes dans les sexualités et conjugalités afro-occidentales à Zanzibar (Tanzanie).

 

Initiative et organisation :
Vincent Rubio, membre du Conseil de la Sef, chercheur sous contrat (Université Paris Ouest/ Sophiapol-GDR Lasco)
Catherine Deschamps, maître assistante – HDR (Ecole nationale supérieure d’architecture de Paris Val de Seine/ Sophiapol-GDR Lasco)
et Philippe Combessie, membre du Conseil de la Sef, directeur du Sophiapol (EA 3932)

Contact : Amélie Le Bihan, chargée du pilotage des projets du Sophiapol : amelie.lebihan [at] u-paris10.fr

 

Comité scientifique :
Jean-Michel Chaumont, Professeur, Université catholique de Louvain
Marie-Carmen Garcia, Professeure des universités, Université Toulouse 3 – Paul Sabatier
Marie-Elisabeth Handman, Maîtresse de Conférences (HDR) retraitée, EHESS
Lilian Mathieu, Directeur de recherche, CNRS
Sébastien Roux, Chargé de recherche, CNRS
Mathieu Trachman, Chargé de recherche, INED

 

 

Institutions partenaires de la Sef pour ce colloque international :
Ecole doctorale « Economie, Organisations, Société » (ED EOS)
GIS Asie (réseau CNRS « Asie et Pacifique »)
Institut Emilie du Châtelet
Mission de recherche « Droit et Justice » (CNRS-Ministère de la Justice)
Sophiapol (EA3932) “Sociologie, philosophie et anthropologie politiques”

 

La SEF est une société savante crée en 1946 par Georges-Henri Rivière, fondateur du Centre d’ethnologie française. Située jusqu’en 2009 au Musée national des arts et traditions populaires à Paris, elle se trouve aujourd’hui à la Maison de l’archéologie et de l’ethnologie, sur le site de l’Université Paris Ouest  Nanterre  La Défense. Ses adhérents organisent chaque année des journées d’étude sur des thématiques contemporaines. Elle participe au comité de rédaction de la revue Ethnologie française dont elle détient le titre. Depuis 2014, elle publie également des ouvrages. Le propos de ce carnet est de contribuer à faire connaître les activités que ses membres organisent.

_____________________________

The SEF (French Ethnology Society) is an academic society created in 1946 by Georges-Henri Rivière, a French anthropologist who founded the Centre d’ethnologie française (French Ethnology Centre). Both of them were located at Museum for Arts and Popular Cultures in Paris until 2009 when the SEF moved to the Institut of Archeology and Ethnology at the Paris West University   Nanterre  La Défense. The Society organizes a special workshop every year about contemporary ethnographic issues. The Society also ownes the title of the academic journal Ethnologie française. This website aims at spreading information about the association and its members’s activities.

Société d’ethnologie française

Un peu d’histoire…

La SEF a pris le relais d’une autre société savante dissoute peu de temps auparavant : la Société du folklore français et du folklore colonial. De même qu’existait une Société des africanistes ou une Société des océanistes, la SEF regroupait tous ceux qui s’intéressaient à l’ethnologie du domaine français, à la croisée du folklore et de l’ethnologie. Le terme de folklore a disparu dans la nouvelle association qui entend par là s’inscrire dans le champ de l’étude des sociétés contemporaines.

A partir des années 1970, la SEF, en collaboration avec le musée des ATP, le Centre d’ethnologie française et la revue Ethnologie française dont elle détient le titre, a largement contribué au développement d’une ethnologie du proche.