Archives par étiquette : prisons

Séminaire Lasco/Sophiapol & Sef : Myriam Joël, jeudi 12 janvier 2017, Paris Nanterre

bandeau-seminaire-lasco logosefx

.

La quatrième séance du séminaire 2016-2017 du GDR Lasco, en partenariat avec la Société d’ethnologie française (Sef), accueillera Myriam JOËL (en contrat de post-doctorat à l’Institut national d’études démographiques – Ined) pour une communication développée à partir d’une recherche financée par Sidaction et intitulée :

Prévention et réduction des risques et des dommages en prison et à la sortie

Date :
Jeudi 12 janvier 2017, de 17h00 à 19h00

Lieu :
Université Paris Nanterre
Bâtiment D, salle D 201 b (2e étage du bâtiment D)
Comment venir ?

Maison d'arrêt de Troyes (Ph. Combessie)

Résumé de l’intervention

1. Présentation de la recherche

L’étude s’est intéressée à la prévention et à la réduction des risques et des dommages (RdRD) en milieu carcéral et dans les structures accueillant les sortants de prison ou plus généralement les personnes faisant des allers-et-retours entre la prison et l’extérieur (hommes et femmes). Le risque était entendu au sens large de contracter le VIH ou une autre IST. Les problématiques de l’addiction et de la sexualité ont été privilégiées comme prismes d’approche. Ont été examinées l’existence ou a contrario l’absence de dispositifs de prévention et de RdRD, leurs modalités de fonctionnement, les représentations et les logiques organisant les pratiques des professionnels et des bénévoles, ainsi que les difficultés qu’ils rencontrent. Une attention particulière a été portée aux liens entre le dedans et le dehors, tant en termes de rupture que de continuité, ainsi qu’aux relations inter et intra groupes.

2. Méthodologie

Les références consultées – environ 150 ouvrages, articles et rapports de recherche francophones et anglophones– s’inscrivent dans 4 champs principaux : la santé, la prison, la sexualité et les professions. Une fiche de notes a été rédigée pour chacune d’elles. Un journal de terrain de 80 pages a été tenu au cours de l’enquête. Initialement, une trentaine de sortants de prison et autant de professionnels devaient être interviewés. En raison des nombreux obstacles rencontrés dans les établissements pénitentiaires avec les équipes soignantes et le SPIP (voir infra) – et ce en dépit d’ailleurs des autorisations accordées sans difficulté par l’Administration Pénitentiaire – l’enquête a été modifiée pour se concentrer sur les professionnels et les bénévoles. Soixante-dix-huit gradés, membres du personnel de direction, médecins généralistes, membres du personnel infirmier, psychologues, psychiatres, assistants sociaux, éducateurs spécialisés, conseillers d’insertion et de probation, hôteliers, responsables associatifs, chargés de projet, bénévoles, coordinateurs et animateurs de prévention santé ont été interviewés (parfois à plusieurs reprises), individuellement et/ou collectivement. Les entretiens ont duré de 40 minutes à 3h30 et ont été réalisés de manière préférentielle sur le lieu de travail des personnes, mais parfois également au café ou par téléphone. Tous les échanges ont été enregistrés et intégralement retranscrits.
Les espaces investigués dans et hors des murs sont des Unités Sanitaires (Ucsa et SMPR), des CSAPA, des CAARUD, des CHRS, des associations de réinsertion, des associations de prévention, des centres de santé communautaires, des COREVIH, des hôtels sociaux et des SPIP (milieux ouvert et fermé). Le regard n’a intentionnellement pas été circonscrit aux lieux à visée explicitement sanitaire et médicale. De multiples observations –parfois participantes– ont été conduites à l’occasion des journées passées en prison et dans les structures, des réunions professionnelles, des groupes de parole, des ateliers de prévention ou encore des conventions. Les échanges ont été enregistrés ou ont été notés manuellement.
Outre l’enquête principale réalisée auprès des professionnels et des bénévoles, 27 entretiens ont été réalisés auprès de femmes détenues durant leur incarcération ou après leur libération, certaines ayant été suivies à l’intérieur puis à l’extérieur. Enfin de nombreux échanges informels ont été menés avec les usagers des structures extérieures fréquentées.

3. Résultats

3. 1. Une mission peu définie et peu attribuée, mais investie et appropriée par certains

A l’exception des CAARUD et des associations spécifiques, la prévention et la RdRD apparaissent comme une mission résiduelle, en prison comme dans les structures extérieures. L’accès aux droits, au soin, au logement ou au travail sont pensés comme prioritaires pour les (futurs) sortants de prison. De fait, la prévention et la RdRD se tiennent dans les interstices de ces objectifs, bien souvent sur des temps et dans des espaces qui ne leur sont pas spécialement consacrés. L’accent est mis sur l’importance de la parole, à l’occasion d’échanges informels et dans des situations impliquant un dépassement des rôles statutaires respectifs. Cela requiert donc du temps, une certaine proximité et l’instauration d’une relation à laquelle se prêtent mal des entrevues ponctuelles.
Les professionnels des structures à visée explicitement sanitaire et médicale n’investissent pas nécessairement davantage la mission de prévention et de RdRD que les acteurs des autres structures, quand bien même les seconds estiment que cette responsabilité échoit aux premiers. Il en résulte une forme de relégation et un grand flou entourant l’attribution de cette mission, sur lesquels achoppe l’entreprise d’orientation dont se prévalent les acteurs.
Il ressort de l’étude que certains professionnels et bénévoles se saisissent à titre individuel de la prévention et de la RdRD, et prennent en ce sens des initiatives personnelles, indépendamment de leurs missions premières. Ainsi des éducateurs spécialisés (a fortiori lorsqu’ils sont rattachés aux Unités Sanitaires) ou des conseillers d’insertion et de probation peuvent avoir dans les faits une action beaucoup plus importante en ce domaine que le personnel soignant. Les acteurs occupant des postes à responsabilité sont davantage en capacité d’imposer leurs actions et leur vision des choses, là où d’autres professionnels expriment le sentiment de devoir lutter contre leur hiérarchie. Au sein des structures et des équipes, ces personnes sont néanmoins le plus souvent identifiées comme des personnes-ressources vers lesquelles sera systématiquement orienté le public concernant ces problématiques. L’investissement de la mission de prévention et de RdRD repose finalement davantage sur des convictions et un engagement personnels que sur des missions clairement identifiées et objectivées.

3. 2 Une absence générale de coordination

L’absence de coordination vient entraver l’efficacité et la portée des dispositifs et des messages de prévention et de RdRD. Les acteurs œuvrent chacun de leur côté (ou avec un ou plusieurs « alliés » d’un réseau très local) sans que cette mission ne vienne s’inscrire dans un plan d’action général. Ils ne sont que rarement au courant de ce qui a été entrepris, de ce qui existe déjà ou même de la venue d’autres acteurs susceptibles de les aider. Cette absence de coordination s’observe tout à la fois entre les différentes catégories d’acteurs, au sein des équipes, au sein du milieu fermé, au sein du milieu ouvert, et entre milieu fermé et milieu ouvert. Elle est à lier à trois aspects.
Le premier est l’absence de réflexion générale et de dialogue sur le sujet, eu égard notamment au caractère potentiellement illégal et contre-réglementaire de certaines pratiques de RdRD. Si cette situation est paroxystique en milieu carcéral, on observe également une atomisation des pratiques dans les structures externes, en particulier dans les CSAPA. Au sein des prisons, le secret médical apparaît ensuite comme un élément venant bien souvent gangréner les relations entre l’UCSA, le
SMPR et le SPIP ; le SMPR en particulier choisissant de se couper des autres acteurs – y compris de leurs collègues de l’UCSA à l’Unité Sanitaire– pour éviter d’avoir à divulguer des informations. Il en résulte des conflits parfois violents, une méconnaissance des autres pratiques professionnelles et un refus de collaborer.
Enfin les différences de représentation associées à la RdRD concourent à fractionner les pratiques et génèrent des sentiments d’abandon et des affrontements pouvant conduire à la démission. Les situations sont très hétérogènes : si dans certains établissements pénitentiaires sont placés des « roule ta paille » dans les kits pour sortants de prison, ce type d’outil n’est pas toujours accessible dans les CSAPA à l’extérieur. La question de l’échange de seringues cristallise ces tensions, en
particulier au sein des Unités Sanitaires. L’étude arrive au constat que les plus grandes réticences semblent surtout se retrouver du côté des soignants ; médecins, infirmières et psychiatres éprouvant beaucoup de difficultés à concilier leur mission de soin avec la RdRD.

3.3 Des pratiques restreintes, à destination d’individus au profil spécifique

La mission de prévention et de RdRD s’observe essentiellement dans le cadre de la problématique des addictions. Les professionnels, à quelques exceptions près (et là encore indépendamment de leurs missions premières), minorent ou occultent la problématique de la sexualité; et ce bien que précarité, addictions, abus sexuels, misère sexuelle et prostitution s’avèrent étroitement enchevêtrées dans les parcours de vie des (futurs) sortants de prison. Si les risques liés aux addictions sont tout autant abordés en individuel qu’en collectif, la question des risques sexuels est quant à elle circonscrite à quelques actions collectives ponctuelles déléguées à des personnes reconnues comme spécialistes. Le libre accès à des outils comme les préservatifs ou les plaquettes d’information n’est que rarement accompagné de discours. Les acteurs mettent en avant non pas une gêne à aborder le sujet, mais leur volonté de ne pas se montrer intrusifs dans la sphère de l’intime. Au cœur d’une
réflexion plus générale à propos de leur profession, la question du contrôle et de ses frontières est en effet systématiquement pensée en lien avec les notions d’autonomie et d’acteur sanitaire.
Un triple processus concourt à dessiner un profil de (futurs) sortants de prison à destination desquels sont adressés, voire réservés, les messages et les dispositifs de prévention et de RdRD. Un processus de restriction spatiale tout d’abord, les CSAPA et les CAARUD – et dans une moindre mesure l’Unité Sanitaire – se voyant échoir la responsabilité d’assurer une telle mission. Est ensuite mis en œuvre un processus d’identification des personnes susceptibles d’avoir ou d’avoir eu des pratiques à risque, qui sont alors orientées vers ces espaces. S’observe enfin un processus de sélection par lequel les acteurs incitent ou enjoignent à certaines personnes triées sur le volet de participer à des ateliers et à des groupes de parole. Par voie de conséquence, les messages et les dispositifs de prévention et de RdRD concernent avant tout dans les faits les personnes malades, infectées, en situation de vulnérabilité et de précarité, ayant des addictions, jeunes et estimées « récupérables » ou « voulant s’en sortir ». Cela induit non seulement en miroir l’exclusion de ceux qui ne s’inscrivent pas dans ce profil, mais cela met par ailleurs en lumière le fait que la prévention et la RdRD ne sont finalement pensées que pour une partie seulement des (futurs) sortants de prison.

Organisation du séminaire :
Gabriel Segré et Vincent Rubio
Photo : Ph. Combessie

Journée d’étude « Ethnologie chez soi »

Pour journée d'études Ethnographie chez soi

Date :
Mardi 22 mars 2016

Lieu :
Musée de l’Homme
17, place du Trocadéro et du 11 Novembre, 75016 Paris
Salle Claude Lévi-Strauss

Organisation et contacts :
Sef : Anne Monjaret (IIAC-Lahic, CNRS-EHESS), Vincent Rubio (Université Paris Ouest – Sophiapol – GDR Lasco) et Sylvie Sagnes (IIAC-Lahic, CNRS-EHESS)
Afea : Delphine Burguet (RAE-EHESS) et Chloé Rosati-Marzetti (Université de Nice-Sophia Antipolis, Lapcos)

 

Argumentaire 

Qu’est-ce que faire de l’ethnologie « chez soi », de l’ethnologie « du proche » pourrait-on également dire ?

Comment le chercheur peut-il porter un regard sur sa propre société ?

Questionner « l’ethnologie chez soi » suppose d’interroger le traitement possible de la distance. Longtemps prônée par les ethnologues des lointains grâce à la distance géographique que permettaient leurs terrains éloignés, elle relevait d’une projection loin dans le temps pour les ethnologues de la proximité. Si ce questionnement n’est pas nouveau, il mérite d’être repris à la lumière du contexte contemporain (notamment du développement d’Internet qui modère, sinon efface les distances géographiques), en revenant sur les différentes manières de concevoir et de pratiquer aujourd’hui cette ethnologie « chez soi », au figuré comme au propre.

C’est principalement à la construction de la distance ethnologique que nous nous intéressons ici, une distance que certains trouvent, éprouvent, grâce au détour par l’histoire, que d’autres marquent par le choix d’étude d’une classe sociale, d’une culture, d’un genre, etc., se différenciant de leurs appartenances personnelles. Cela étant, l’ethnologue tend aussi à investir des mondes sociaux qui ne sont plus simplement au voisinage des siens, mais qui sont à proprement parler les siens (sa famille, sa discipline, etc.). Comment dès lors la distance se réinvente-t-elle ?

Cette question en appelle une autre, tout aussi majeure en ethnologie : celle du traitement de l’Altérité dans une société concernée par un mouvement de globalisation, qui a pour effet de perturber la distinction entre l’autre et le semblable, entre le « eux » et le « nous », de la redéfinir, voire de la nier (citoyens du monde). Comment les ethnologues sont-ils alors amenés à adapter leurs approches pour mieux se caler sur les réalités sociales qu’ils étudient ?  Lui-même pris dans ces dynamiques de recomposition identitaire, l’ethnologue voit le savoir de l’autre hissé à hauteur du sien. Sur le principe de cette égale dignité des compétences, se fondent de nouveaux dispositifs de recherche, dits participatifs ou collaboratifs, le plus souvent à visée d’application, amenant le chercheur à travailler non plus seulement sur mais avec ses informateurs. Dans ces configurations inédites, où la proximité du « chez soi » se resserre singulièrement, comment l’ethnologue bouscule-t-il les cadres habituels de sa recherche, pour quelles innovations méthodologiques et pour quelles réponses à la demande   sociale ?

 

Programme

10h – Présentation de la journée et de l’intérêt du partenariat  (Afea et Sef)

10h20 – Introduction : « Vous cherchez l’exotisme dans le papier peint »

Anne MONJARET, Présidente de la Sef, IIAC-Lahic, CNRS-EHESS

10h40 – Enquêter chez soi : le récit d’expérience d’une Grassoise

Chloé ROSATI-MARZETTI, Université de Nice-Sophia Antipolis, Lapcos

Il est aisé de penser qu’il est plus confortable d’étudier sa propre culture puisque nous la connaissons déjà… Or, il n’en est rien. C’est ce que j’ai découvert à l’occasion d’un travail doctoral sur ma propre ville : Grasse. Ayant grandi et y vivant, mon étude du terrain grassois a entraîné une importante réflexion méthodologique. Elle a imposé un retour réflexif sur le positionnement à adopter face à une multitude d’a priori, qui, jusque-là, correspondait aux idées que je me faisais de ma ville. Comment redécouvrir son espace de vie avec les yeux du chercheur ? Comment utiliser les discussions tenues avec son entourage (professionnel ou personnel) et les transformer en discours scientifique ? Cette présentation propose un récit d’expérience. Elle présente les avantages et les inconvénients, ainsi que les moyens mis en œuvre pour trouver la « bonne distance » (N. Dias, 2005 ; J. Favret-Saada et C. Isnart, 2008) sur un terrain qui apparaît souvent comme « trop » proche. Comment prendre le recul nécessaire pour tenter d’objectiver sa propre subjectivité ? Partir, s’éloigner pour mieux appréhender son terrain, dépouiller les archives et remonter l’histoire du lieu pour comprendre ce qu’il est aujourd’hui sont des exemples de stratégies adoptées ici pour tenter de créer ce qui serait cette « juste distance » (A. Bensa, 1995).

11h10 – Pause-café

11h20 – La prison du coin de la rue et l’évasion romanesque : quand les proximités imposent les détachements

Philippe COMBESSIE, Université Paris Ouest – Sophiapol

Depuis mon enfance, j’étais en position de proximité double, et donc trouble, avec l’univers carcéral ; j’avais des proches de chacun des deux côtés de cet espace dramatiquement scindé, clivé par l’ordre social contemporain qui édifie, à travers la prison, une barrière drastique entre « le bien » et « le mal ».

Deux formes de détachement se sont alors imposées à moi. Le premier consista en un éloignement, d’une dizaine d’années, entre mon dernier séjour à proximité d’une prison et mon premier projet de recherche concernant l’enfermement carcéral. Le second m’invita à adopter un point de vue distancé par rapport à la question pénitentiaire, alors que la plupart des sociologues l’approchent dans une perspective fortement empreinte de militantisme. Ces positionnements me conduisirent à moins focaliser mes analyses sur la prison elle-même que sur ce qu’elle nous révèle de la société qui la sécrète.

11h50 – Discussion

12h30-14h00 – Repas

14h00 – Il faut abolir la distance, même « juste »

Nicolas ADELL, Université Toulouse Le Mirail – Jean Jaurès, Lisst

L’anthropologie a fondé la totalité de ses démarches et de ses réflexions méthodologiques et épistémologiques autour de la notion de distance : distance à réduire quand les mondes de l’anthropologue et de ses enquêtés paraissaient irréductibles l’un à l’autre ; distance à construire quand, au contraire, les sujets se présentaient comme immédiatement accessibles et « identiques ». Distance, dans tous les cas, à documenter : où suis-je et qui suis-je pour ceux dont je cherche à rendre compte ?

Sur ces aspects, l’essentiel des débats a porté sur l’éthique de la recherche anthropologique : comment élaborer une distance qui soit « juste » ? où est la « juste distance » (A. Bensa) ?

Mais l’on a laissé dans l’ombre la question même de la légitimité de cet écart « nécessaire ». Il semblait acquis que tout raisonnement scientifique et toute proposition qui s’en réclame n’existent qu’à la condition qu’une « distance », garante d’une objectivité ou d’une subjectivité contrôlée, sépare l’observateur de l’observé.

C’est précisément ce qui est remis en cause, dans les dernières années, avec le développement de l’ethnologie de soi (qui n’est pas forcément « chez soi ») et de l’autoethnographie, qui sont au fondement de plusieurs recherches actuelles, dont celles conduites en France autour de la « vie savante ».

14h30 – Ethnographier le cyberespace ? Le cas de la prostitution étudiante en ligne

Vincent RUBIO, Université Paris Ouest – Sophiapol – GDR Lasco

Cette communication s’appuie sur l’expérience et les données d’une recherche de terrain de deux ans ayant pour objet la prostitution masculine homosexuelle sur Internet exercée en France par de jeunes hommes, étudiants âgés de 18 à 25 ans. En mobilisant une partie des résultats de ce travail et en mettant au jour les « ratés » de l’enquête, on montrera comment le chercheur a opéré par observation participante sans l’avoir planifié et, plus loin, en n’en prenant véritablement conscience qu’au moment de la mise à plat du matériau empirique. Cette singulière expérience d’un recueil de données « par inadvertance » sur un terrain à l’égard duquel le chercheur n’avait, pour reprendre les termes de Daniel Bizeul, ni support d’accointances antérieures, ni souci militant, ni engouement particulier, n’interroge pas simplement le travail de réflexivité et l’analyse de la relation enquêteur-enquêté propres à toute investigation de type empirique en sciences sociales. Elle constitue tout autant l’occasion d’examiner les modalités – et, au fond, les conditions de possibilités mêmes – d’une ethnologie chez soi entendue au sens d’une description ethnographique « à distance », c’est-à-dire réalisée depuis un écran d’ordinateur, se dispensant alors de la coprésence (physique et actuelle) des différents protagonistes de ce qui demeure pourtant toujours fondamentalement une coproduction.

15h – Pause-café

15h15 Les terrains du patrimoine immatériel : enquêter avec les enquêtés

Laurent Sébastien FOURNIER, Université Aix-Marseille, Idemec

La convention de l’UNESCO de 2003 sur la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel recommande la participation des communautés à la définition de ce qu’elles considèrent comme étant leur patrimoine. En France, pays où cette convention a été ratifiée en 2006, c’est le ministère de la culture qui doit veiller à sa mise en œuvre. Or l’ethnologie est la discipline d’appui du ministère de la culture en matière de recherche sur le patrimoine culturel immatériel. Les ethnologues sont donc invités depuis quelques années à réfléchir aux différentes manières de susciter la participation des communautés en vue de répondre au mieux aux recommandations de l’UNESCO. Cela conduit à imaginer des postures méthodologiques nouvelles pour intéresser les enquêtés à la recherche ethnologique et co-construire avec eux des analyses qui ne correspondent pas toujours aux canons de la discipline.

15h45 – Comment penser l’articulation entre la recherche et l’action patrimoniale ? Recherche ethnologique sur les mémoires des migrations en Rhône-Alpes

Marina CHAULIAC, DRAC Rhône-Alpes, IIAC-CEM

Les mémoires des migrations font l’objet d’un investissement important de la part de divers acteurs culturels en Rhône-Alpes depuis la fin des années 1990. Non seulement du côté associatif, avec la mise en place d’un réseau et d’une biennale sur la question, mais aussi du côté des collectivités territoriales, avec la création de structures culturelles comme le Rize à Villeurbanne (2008) ou le centre du patrimoine arménien à Valence (2005). Les services déconcentrés de l’Etat ont accompagné ce dynamisme, à la fois dans le cadre de la politique de la ville et dans le cadre de la politique culturelle via la direction régionale des affaires culturelles (DRAC). Les différentes actions menées posent la question des stratégies de reconnaissance adoptées par les acteurs pour inscrire l’immigration dans le patrimoine sinon national, du moins local et de la façon dont une collectivité intègre l’immigration dans la construction d’une identité locale. Au final, il est toujours question de la façon dont s’opère un travail de traduction des traces de l’immigration en objet « patrimonialisable ».

Je me suis emparée de cette problématique dans une double posture à la fois de chercheure en tant qu’anthropologue travaillant sur les questions mémorielles et d’acteur en tant que conseillère pour l’ethnologie au sein de la DRAC susceptible d’orienter et financer les projets sur les mémoires des migrations. Ce double statut m’a amené à reconsidérer mon statut de chercheure pour trouver la « juste distance » (A. Bensa) engagée sur le plan professionnel ainsi que citoyen dans les actions de patrimonialisation. Plus précisément, un travail de recherche menée avec Nancy Venel sur la prise en compte de la mémoire de l’immigration par la ville de Villeurbanne via son établissement culturel, le Rize, a nécessité de mettre en place une collaboration avec l’équipe de l’établissement qui permette de mettre en partage les analyses de chacun sans renoncer à nos problématiques de recherche.

16h15 – Discussion

En raison de l’état d’urgence, les inscriptions à la journée se font par voie électronique conjointement auprès de Delphine Burguet (burguet.delphine@gmail.com) et Chloé Rosati-Marzetti (chloe.rosati@gmail.com)